Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 L'Auvergne Vue par Papou Poustache

Fonderie d'antimoine à Brioude

28 Novembre 2014, 20:04pm

Publié par Papou Poustache

Fonderie d'antimoine à Brioude

Ancienne industrie Auvergnate à Brioude

En 1890 cette fonderie existait déjà si l'on s'en réfère aux documents cités en fin d'article

Fonderie d'antimoine à Brioude
Fonderie d'antimoine à Brioude
Fonderie d'antimoine à Brioude

Ils en parlaient

 

  •  
  • Extrait 1 :

    2 usines d'antimoine à Brioude, ont produit 625T.

     

     

     
    Extrait 1 :

    Vers 1909, on a organisé à Brioude un nouveau procédé de traitement des minerais d'Antimoine qui consiste à volatiliser l'Antimoine en fondant le minerai avec du coke dans un four à cuve, recueillant les fumées d'oxyde et obtenant une scorie où se concentrent les métaux associés.

    •  
    • Extrait 1 :
      Considérant que Giraud a acquis en 1890, du sieur Focqueray, une usine sise à Brioude, quarlier du Reclus, non loin de celle de Chatillon, qui en possède en outre une autre à Blesle qu'il a pris à son service Martin Hermet, ancien ouvrier de Chatillon, et qu'il s'est immédiatement livré à la fabrication de l'oxyde d'antimoineConsidérant qu'il en est encore de même du brevet Wetherill (1883), indiqué dans le cours de métallurgie de M. Le Verrier, et comportant l'emploi d'un four à sole, différent
      Extrait 2 :
      qu'à celle de Brioude,même avant 1893, il a marché soit à sec, soit à l'eau, selon que le minerai était plus ou moins pauvreEn ce qui concerne les produits : Considérant que les experts et les premiers juges ont estimé que la contrefaçon des produits n'existait pas davantage que celle du procédé, tout d'abord parce que l'oxyde d'antimoine de Giraud ne titre que 91.33 0/0 d'antimoine soluble, tandis que le produit de Chatillon titre au minimum 96 0/0, et ensuite parce que le produit de Giraud
      Extrait 3 :

      Constitue un produit nouveau brevetable, l'oxyde d'antimoine presque pur et soluble répondant à la formule Sb 203, alors que ce corps n'avait pas été, jusqu'à la prise du brevet, obtenu industriellement et un oxyde d'antimoine soluble, répondant à la même formule, même de couleur un peu plus foncée et contenant plus d'impureté (arsenic) en est la contrefaçon.

      •  
      • Extrait 1 :
        11 p Société des mines et usines d'antimoine de Brioude-Auvergne , à Brioude (Haute-Loire ) (En liquidation
        Extrait 2 :
        Société des mines et usine d'antimoine de Brioude-Auvergne, Brioude (Haute-Loire). (En liquidation.) Coste (LaSociété des mines et usines d'antimoine de Brioude-Anvergne, Brioude (Haute-Loire). (En liquidation.) EspezolleSociété des mines et usine d'antimoine de Brioude-Auvergne, Brioude (Haute-Loire). ( En liquidation.) Leucamp
        Extrait 3 :

        connexes j ) 1 osse, „\"l „vrjl i Son j P. Cel des Mines d'or Françaises, 11, rue de CliNades Antimoine 90 'n* * , ( chy, Paris (en liquidation) (9.

         

         
        Extrait 1 :

        L'auteur prétend que le siège principal de l'industrie de l'antimoine en France est à Brioude (Haute-Loire), alors qu'en réalité le plus grand producteur est la Compagnie de la Lucette (VlayenneDans la Haute-Loire (usines Chàtillon à Blesle et Brioude), on applique le grillage volatilisant qui est la méthode la plus perfectionnée, permettant de traiter des minerais jusqu'à 7 ou 8

         

Commenter cet article