Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 L'Auvergne Vue par Papou Poustache

Personnalité Auvergnate:Paul Doumer

18 Novembre 2014, 05:30am

Publié par Papou Poustache

Personnalité Auvergnate:Paul Doumer

Les présidents originaire du Cantal non pas la vocation à présider longtemps ils nous ont quittés soit par maladie soit par assassinat.

Joseph Athanase Paul Doumer, né le 22 mars 1857 à Aurillac (Cantal) et mort assassiné le 7 mai 1932 à Paris, est un homme d'État français, président de la République française de 1931 à sa mort, en 1932, durant la IIIe République.

Membre du Parti radical, ministre des Finances à trois reprises, puis président du Sénat, la carrière de Paul Doumer fut récompensée par son élection à la présidence de la République, en 1931 ; il est cependant assassiné moins d'un an après son investiture, en 1932, par un jeune émigré russe, Paul Gorgulov.

Paul Doumer est issu d'une famille modeste du Quercy, dont les membres sont habituellement manouvriers ou cultivateurs. Il est le dernier enfant de Jean Doumer, né en 1814, et de Victorine David, née en 1823. Il a deux sœurs : Renée (1854) et Thérèse (1855).

Lors de sa naissance, son père est poseur de rails de la Compagnie des chemins de fer d'Orléans. Peu après, la famille quitte Aurillac pour Paris ; Jean Doumer meurt et sa veuve travaille comme femme de ménage. Paul est scolarisé à l’école communale de la rue Ramey à Paris.

Son assassinat.

Le 6 mai 1932, le président Doumer se rend à l'hôtel Salomon de Rothschild, afin d’inaugurer une grande exposition consacrée aux écrivains de la Grande Guerre.

Le chef de l'État salue courtoisement les écrivains présents et achète quelques livres, dans le but de les offrir à son épouse. Alors que le président de la République converse avec l'écrivain Claude Farrère, plusieurs coups de feu retentissent. L'assassin a utilisé un pistolet Browning S 15 cm, conservé au Musée de la Préfecture de Police. Deux de ces coups de feu atteignent le président à la base du crâne et à l'aisselle droite. Il s'écrie « Tout de même ! », puis s'effondre au beau milieu de l'assistance, médusée, et se retrouve face à Paul Gorgulov, l'auteur des coups de feu, déstabilisé par Farrère qui, après avoir tenté de sauver le président en détournant l'arme du criminel, est blessé au bras. Une quatrième balle se fiche dans le décor. L'agresseur de Doumer est immédiatement maîtrisé par les inspecteurs de la Sûreté, puis arrêté.

Le chef de l'État est immédiatement transporté à l'hôpital Beaujon, qui était alors situé à quelques pas du lieu de l'agression, au no 208 rue du Faubourg-Saint-Honoré. Mal soigné, victime d'une hémorragie sévère due à la section de l'artère axillaire, Paul Doumer meurt le lendemain à 4 heures 37 du matin.

Après avoir appris la mort de son époux, Blanche Doumer, à laquelle les autorités avaient proposé d'inhumer le président défunt au Panthéon, déclare : « Je vous l'ai laissé toute sa vie. Alors maintenant, s'il vous plaît, laissez-le moi. »

Des funérailles nationales sont organisées en hommage au défunt président, à NOTRE-DAME de Paris, ainsi qu'au Panthéon. Doumer est inhumé, dans l'intimité, dans le caveau familial du cimetière de Vaugirard

.

Gorgulov est condamné, puis guillotiné le 14 septembre.

Vous pourrez voir sa biographie compète dans :

http://www.elysee.fr/la-presidence/paul-doumer/

Le lieu de naissance de Mr Doumer à Aurillac

Avant son élection
Avant son élection
Avant son élection
Avant son élection
Avant son élection
Avant son élection

Avant son élection

Doumer président
Doumer président
Doumer président

Doumer président

Eloge funèbre à la chambre des députés
Eloge funèbre à la chambre des députés
Eloge funèbre à la chambre des députés
Eloge funèbre à la chambre des députés
Eloge funèbre à la chambre des députés
Eloge funèbre à la chambre des députés

Eloge funèbre à la chambre des députés

Personnalité Auvergnate:Paul Doumer
Monument à Aurillac
Monument à Aurillac
Monument à Aurillac

Monument à Aurillac

Personnalité Auvergnate:Paul Doumer
Personnalité Auvergnate:Paul Doumer

Commenter cet article