Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 L'Auvergne Vue par Papou Poustache

Il était une fois les vins d'Auvergne

2 Février 2016, 19:10pm

Publié par Papou Poustache

Il était une fois les vins  d'Auvergne

Le saviez vous

Le troisième vignoble de France (1789-1895)

De plus certains de nos plants ont résisté au phylloxéras

Histoire

Les romains font découvrir le vin aux auvergnats

Importée par les grecs dès le VIème siècle avec J.C puis par les romains en Narbonnaise (IIème siècle av. J.C), le vin est arrivé en Auvergne au moment des conquêtes de César (-52 à -50). Le Puy de Corent ou encore le célèbre plateau de Gergovie abritent deux grands oppidums commerçants et militaires dans lesquelles des centaines d’amphores ont été découvertes. Egalement importé pendant toute la période gallo-romaine, le vin a ensuite été fabriqué sur place, les habitants profitant des excellentes orientations des coteaux, sis sur les paysages à caractères mythologiques, dont les puys, souvent sacrés et où l’on retrouve encore aujourd’hui les traces de temples (le plus célèbre, le temple de Mercure sur le Puy de Dôme).

On atteste avec certitude la diffusion et l’expansion de plants de vignes dès le Vème siècle ap. JC, grâce aux écrits de Sidoine Apollinaire, évêque de Clermont et également écrivain. Dès lors, le vignoble ne cessa de s’accroître.

Le troisième vignoble de France (1789-1895)

Le nombre de parcelles est multiplié par 4 entre le redécoupage des terres de 1789 et le début de l’Empire en 1804. De 1789 à 1850, la superficie passe de 21000 à 34000 hectares, soit plus de 60% d’augmentation ! Le stockage du vin, qui représentait un vrai problème au XVIIIème siècle semble être résolu par la construction rapide de caves partout sur le territoire. On retrouve aujourd’hui quelques bourgs réputés pour leur important réseau de caves, notamment Aubière, qui en compte plus de 900.

Lorsque le phylloxéra arrive en France dès les années 1870, l’Auvergne semble épargnée au contraire des autres vignobles de France. Pas de ceps touchés, l’occasion de mieux pénétrer le marché, d’où une croissance des ventes et une « frénésie des plantations ». Le Puy-de-Dôme devient le troisième département viticole de France. Il compte en 1890 43575 hectares de vignes plantées. Concernant les rendements, des sources mentionnent un rendement exceptionnel en 1865 : 1,630M d’hectolitres, et 992 130 hectolitres pour 1890, ce qui est déjà conséquent. Par ailleurs, concernant les surfaces, un auteur mentionnera jusqu'à plus de 68000 hectares de vignes plantées sur le territoire, avant le Phylloxéra. Un chiffre hélas invérifiable mais qui donne une certaine idée de l'ampleur de la vigne à cette époque.

Finalement, le phylloxéra finit par contaminer la quasi-totalité des vignes dès 1895. Les vignerons procèdent à l’arrachage des plants, greffent avec des ceps américains, mais il est trop tard pour endiguer le déclin. En 20 ans, le vignoble perd la moitié de sa superficie. En 1910, le vignoble est victime du mildiou (maladie épidémique provoquée par des parasites microscopiques) et la production totale chute à 6000 hectolitres (contre 100 fois plus en 1890…). Alors que le vignoble et les vignerons se remettent difficilement du phylloxéra et de cette mauvaise année 1910, la guerre de 1914-1918 porte un coup fatal à la reconstruction du vignoble.

Les guerres, la révolution industrielle, la perte du savoir faire du à l’attente des récoltes des nouveaux plants ont eu raison des vignes d’Auvergne.

Le vin pour la consommation des auvergnats provient en grande partie du midi.

Si l'on observe nos campagne on pourra voir les palhas dans tous les villages d'Auvergne de basse altitude témoignage d'une époque prospère du vignoble auvergnat

Il était une fois les vins  d'Auvergne
Il était une fois les vins  d'Auvergne
Il était une fois les vins  d'Auvergne
Il était une fois les vins  d'Auvergne
Il était une fois les vins  d'Auvergne

Voici un témognage de Gérard et une carte familliale d'un pépinièriste de La Roche.

Ci-joint la carte de mon grand-père maternel (originaire des Martres de Veyre) et de mon arrière - grand- père,

associés à partir de 1905, à la reconstitution du vignoble français détruit à + de 50/100 par le phylloxéra à la fin du XIX° siècle.

La reconstitution s'est effectuée par greffage sur des plants américains résistant au parasite...américain !

Il était une fois les vins  d'Auvergne
Il était une fois les vins  d'Auvergne
Il était une fois les vins  d'Auvergne
Il était une fois les vins  d'Auvergne
Il était une fois les vins  d'Auvergne
Il était une fois les vins  d'Auvergne
Il était une fois les vins  d'Auvergne
Il était une fois les vins  d'Auvergne
Il était une fois les vins  d'Auvergne
Il était une fois les vins  d'Auvergne
Il était une fois les vins  d'Auvergne
Il était une fois les vins  d'Auvergne

Commenter cet article