Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 L'Auvergne Vue par Papou Poustache

La dentelle à Craponne

11 Novembre 2015, 20:39pm

Publié par Papou Poustache

La dentelle à Craponne

Cette activité a fait la richesse de la région à partir du milieu du 19ème siècle et au début du 20ème.

On peut voir sur des écrits de 1833 (à voir en fin d'article) que cette activité était en plein développement.

A Paris cette dentelle était réputées pour réaliser des vêtements en passementerie par les grandes enseignes de couture de l'époque.

La dentelle à Craponne
La dentelle à Craponne

Craponne aujourd'hui

On retrouve encore aujourd'hui des traces de ce passé dans le village comme en témoignent cces quelques photos

La dentelle à Craponne
La dentelle à Craponne
La dentelle à Craponne
La dentelle à Craponne
La dentelle à Craponne

 

Un peu d'histoire sur la dentelle en Haute-Loire

 

 

Qu’elle ait été introduite au XIVème siècle ou au XVIème siècle ou qu’elle fût inventée par Isabelle Mamour pour orner la statue de la vierge noire du Puy, la dentelle est très ancienne dans la région..

Le mot « dentelle » semble apparaître pour la première fois au Puy en 1616 lors d’un inventaire d’un seigneur de Rochebaron

Dès la fin du XVIIème siècle des marchands de dentelles exercent sur la commune de St Julien d’Ance, au Bouchet-Pilhac (dont Pierre Gayte, né en 1669, qui aura au moins 19 enfants et dont un gendre prendra la succession comme marchand de dentelles), à Laprat et au Bourg.

Au XVIIIème nous voyons au travail de nombreuses « filles de carreaux » à St Julien, elles deviendront dentelleuses au XIXème siècle et enfin dentellières au XXème siècle.

La période révolutionnaire fût désastreuse pour la dentelle, les aristocrates qui l’appréciaient s’étant exilés. La dentelle du Velay n’est plus qu’une pâle imitation de la dentelle d’Italie ou des Flandres. Les ouvrières font toujours les mêmes dentelles qu’elles essayent de vendre aux marchands.

 

 

 


En 1830, un dessinateur du Puy, Baptiste Falcon, dit Théodore Falcon, s’aperçoit qu’à St Julien et aux alentours les dentellières étaient très habiles et qu’elles mettaient un peu d’originalité dans leurs dentelles en s’inspirant de la nature environnante, rajoutant des fleurs aux figures classiques. Il installe une fabrique dans la région de Craponne, tous les jours il parcourt à cheval la montagne environnante, allant voir directement les dentellières et leur remettant des dessins toujours renouvelés à exécuter, il suit puis crée la mode. Il apporte beaucoup d’amélioration à la technique dentellière.
Installé au Puy, il ira toujours lui-même réceptionner la dentelle auprès des dentellières pour maintenir l’émulation. Il se fait une spécialité de la dentelle de lin.
En 1834, 1400 ouvrières travaillent exclusivement pour lui, la même année il obtient une mention honorable à Paris à l’exposition des produits de l’industrie française, en 1839, ce sera une médaille d’argent.
En 1839, la reine Marie-Amélie, femme de Louis-Philippe, et Mme Adélaïde, sœur du roi, choisissent des dentelles de Théodore Falcon. Elles commanderont une robe en dentelles.
En 1838, la Société des sciences, art et commerce du Puy avait donné à Théodore Falcon une prime de 160 F à partager entre 12 ouvrières des communes de St Julien d’Ance (Jeanne Marie Bernard et Rose Triouleyre), de St André de Chalencon, de Roche, de St Pierre Duchamp et de St Georges Lagricol.
Théodore Falcon a créé en 1838 une école pratique de dentelles. Des ouvrières choisies venaient de tous les coins de la Hte-Loire recevoir ses conseils et prendre les leçons de dentellières émérites. Il pourvoyait à leurs frais de déplacement et d’entretien et leur assurait un salaire égal à ce qu’elles eussent pu gagner chez elles (du fait de la qualité de leur travail, les dentellières de Théodore Falcon gagnaient a peu près le double des autres). Au bout de 3 mois, elles étaient remplacées par d’autres, et rentrées dans les villages, propageaient à leur tour les bonnes méthodes.
Il créera également la musée de la dentelle

La dentelle à Craponne
La dentelle à Craponne
La dentelle à Craponne
La dentelle à Craponne
La dentelle à Craponne
La dentelle à Craponne
La dentelle à Craponne
La dentelle à Craponne
La dentelle à Craponne

Un extrait de texte du livre de 1854

La dentelle à Craponne

Ils en parlaient

 

  •  
  • Extrait 1 :

    PAGE 21. — ROBE DE VISITE. — BAZAU. — Robe en taffetas mousseline vert émeraude, velours rubans plissés, motifs de passementerie, petits volants à la vieille, dentelle Craponne

    •  
    • Extrait 1 :
      voici pourquoi : Il paraît bien aisé, si l'on veut, d'envisager quelques fabricants de dentelles du Puy, ou même de Craponne et d'Ariane , comme des industriels importants, hors ligne, envers lesquels les tarifs du tableau A peuvent ne pas paraître suffisamment élevés, et envers lesquels on peut se demander s'il n'y a pas lieu de recourir aux règles exceptionnelles du tableau C. Mais allez donc considérer comme des industriels hors ligne les fabricants de dentelles de Goudet, de Présailles, du
      Extrait 2 :
      Toutes ces ouvrières sont occupées par les fabricants de dentelles du Puy ou d'ailleursCette année surtout, nous avons eu le spectacle d'une plus forte tenue, sinon une plus forte hausse des prix sur la place de Craponne que sur celle du Puy, au point qu'il y aurait eu avantage pour un fabricant du Puy d'avoir sa maison à Craponne
      Extrait 3 :

      Il s'agit de l'impôt des patentes tel qu'il est- appliqué à la fabrique de dentelles. -Nous ignorons l'accueil qui sera fait à notre travail par l'opinion de ce paysLe désir d'être utile à nos confrères les fabricants de dentelles et de rendre pour l'avenir un vrai

       

       
      Extrait 1 :

      Roure Edouard, fabricant de dentelles, à Craponne

      •  
      • Extrait 1 :
        dentelle de fil et blondes blanches, petite de Caeti, expédient pour France et colonies Bonnet et Berard.Bresson.Gbampanhac-DulacLa dentelle est achetée direct, aux femmes qui la font au Puy et dam tous les villages environn
        Extrait 2 :
        Craponne
        Extrait 3 :
        Craponne

La dentelle de Craponne

 

Celle ci était destinée en partie au grands couturiers parisiens dont voici ci dessous quelques modèles et des dentellières venues à la capitale porter leur savoir faire

La dentelle à Craponne
La dentelle à Craponne
La dentelle à Craponne
La dentelle à Craponne
La dentelle à Craponne

Commenter cet article

agnes m 12/11/2015 22:03

bonsoir,
c'est vraiment très intéressant et illustrés de belles cartes!
Vers chez moi, c'est la dentelle de Luxeuil. A Plombières-les-Bains et à Luxeuil-les-Bains les dames font encore des points, et animent des ateliers. Elles exposent de bien jolis ouvrages.
Un petit musée est consacré à la dentelle à Fontenoy-le-Château dans les Vosges.
un métier de patience !

la châtaigne 03/12/2014 11:12

un article très complet, je repost

Papou poustache 03/12/2014 11:23

Merci

bondurri 02/12/2014 21:55

coucou papou encore une fois magnifique MERCI a bientot a auzon .je suis bien chez ma soeur ;mais auzon me manque mes ami(es)et mes activités amitié bises a vous 2