Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 L'Auvergne Vue par Papou Poustache

Clermont Ferrand:Quartier saint Alyre

10 Novembre 2015, 07:25am

Publié par Papou Poustache

Clermont Ferrand:Quartier saint Alyre

Clermont Ferrand: Quartier saint Alyre

Avec son institution ,son monastère et son ancienne fontaine

Dans ce quartier se trouve L'Institution Saint-Alyre qui accueille les institutions suivantes :

École - Collège - Lycée d’enseignement général et technologique - Lycée professionnel - Enseignement supérieur.

 

L'Institution Saint-Alyre bénéficie d'un cadre historique, propice à l'étude. Les bâtiments, près de 25000 m², rappellent l'histoire ancienne des lieux : la chapelle Saint-Vénérand du Vème siècle, la tour du XIIème siècle, vestige des remparts de l'abbaye de Saint-Alyre, les beaux bâtiments bénédictins du XVIIIème siècle renfermant un escalier monumental (inscrit à l'Inventaire supplémentaire des monuments historiques)...
Avec beaucoup d'esprit d'entreprise, les Ursulines, arrivées au milieu des ruines en 1808, ont reconstruit patiemment un établissement scolaire pour accueillir toujours plus d'élèves. En 1936 un nouveau bâtiment comprenant une immense salle des fêtes enjambe la Tiretaine. Dans les années 1950, un laboratoire de sciences complète l'équipement pédagogique. Plus récemment dans les années 1970 et 1980 de nouvelles constructions ont été réalisées, gymnase, bâtiment du lycée technique et du lycée professionnel, restaurant scolaire, extension du laboratoire, aménagement de l'internat de filles dans l'ancienne grange de la ferme de Saint-Alyre.
L'école primaire, avec un accès rue de Blanzat, a ouvert ses portes en 2007 avec des espaces très fonctionnels pour accueillir les élèves de maternelle et des classes élémentaires. La création d'un nouvel internat de garçons en 2013 a permis de moderniser l'hébergement de l'ensemble scolaire.
Le parc de 7 hectares, permet aux élèves de bénéficier d'équipements sportifs de proximité, terrain de rugby, de basket, piste, parcours d'orientation.

Clermont Ferrand:Quartier saint Alyre
Clermont Ferrand:Quartier saint Alyre
Clermont Ferrand:Quartier saint Alyre
Clermont Ferrand:Quartier saint Alyre
Clermont Ferrand:Quartier saint Alyre
Clermont Ferrand:Quartier saint Alyre
Clermont Ferrand:Quartier saint Alyre
Clermont Ferrand:Quartier saint Alyre
Clermont Ferrand:Quartier saint Alyre
Clermont Ferrand:Quartier saint Alyre

Le monastère
Il y a à peu près 1 200 ans Saint-Alyre était un monastère bénédictin*. Il abritait environ 1000 moines, mais il fut détruit par les Normands en 1066. Le monastère fut cependant reconstruit et fortifié au XIIème siècle pour permettre aux moines vivant dans ce monastère de se protéger contre les attaques barbares. De ce monastère il nous reste les anciennes cuisines, datant du Moyen-Age, surnommées maintenant "la prison" par les élèves, les voûtes qui se trouvent au rez-de-chaussée de Saint-Alyre, une tour du XIIème siècle près du self et une du XVème siècle près de la salle de permanence.

*bénédictin: religieux de l'ordre fondé vers 529 par Saint-Benoît de Nursie.

Chapiteaux et voûtes mérovingiens
Dans les vieux bâtiments du collège, les chapiteaux et voûtes ne se découvrent pas facilement. Il faut chercher dans les recoins car ils ne se voient pas au premier coup d'oeil. Au rez-de-chaussée, dans l'atelier où le personnel de Saint-Alyre travaille, deux voûtes et deux chapiteaux* se devinent sur le mur du fond. Sur les deux chapiteaux sont représentées des feuilles.

Clermont Ferrand:Quartier saint Alyre
Clermont Ferrand:Quartier saint Alyre

Fermée depuis 2000 cette « fontaine » a attirée pendant au moins 3 siècles des centaines de milliers de curieux pour admirer sa pétrification. On peut encore voir des animaux pétrifiés, comme le sanglier exposé dans le jardin de Nicole Papon, dernière exploitante du lieu.

 

Clermont pleure déjà sa fontaine pétrifiante Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) DE NOTRE CORRESPONDANTE

Geneviève Colonna d'Istria | 30 Déc. 2000, 00h00
 
 
 
 

NICOLE PAPON a le coeur gros... Depuis 1936, sa famille exploite la fontaine pétrifiante des grottes du Pérou à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme). Mais l'affaire a beau être une des curiosités touristiques et géologiques de la ville, elle n'en est pas moins déficitaire. Depuis le temps, des centaines de milliers de touristes et de curieux se sont succédé pour découvrir cet endroit atypique.

 

Même s'ils souffrent parfois d'une image un peu vieillotte, ces lieux sont indiqués comme l'une des spécialités locales incontournables par tous les guides touristiques. Malgré tout, le 31 décembre, l'eau qui jaillit des entrailles de la terre à 18 degrés, chargée de calcaire, et qui a le pouvoir de tout changer en pierre en un temps record, coulera dans le vide. On y trouve même des animaux exotiques, comme un lion ou un singe pétrifiés ! La gérante a pourtant décidé de ne pas faire entrer la fontaine pétrifiante dans le IIIe millénaire.
« C'est dommage »
« Dans le contexte touristique actuel, l'entreprise n'est plus viable économiquement. Ma décision est irréversible. Je ferme mais je le regrette. » Dans les meilleures années, 25 000 personnes parcouraient la grotte, faisant de ce lieu privé l'un des plus visités de Clermont. Ces derniers temps, la fréquentation avait chuté, au point de mettre en péril l'équilibre financier de la société. Depuis l'annonce publique de cette décision, la nouvelle s'est répandue comme une traînée de poudre... et les visites se sont accélérées. D'ailleurs, beaucoup semblent déplorer cette issue définitive : « C'est vraiment dommage... C'est quand même très étonnant à voir », déplore Martine, une Clermontoise « venue une dernière fois ». Chez les touristes, c'est également la stupéfaction : « Ça va fermer ? s'étonne Jacqueline, une Brestoise en vacances. Ce phénomène est pourtant incroyable. Mais sans doute faudrait-il investir et moderniser pour relancer l'intérêt du public... » De leur côté, les décideurs touristiques et les différents partenaires publics concernés essaient encore de changer la fin programmée de cette histoire qui signerait la mort des fontaines pétrifiantes à Clermont-Ferrand.

Commenter cet article

Domiane 23/11/2015 22:56

Très bel article qui donne envie de retrouver l'Auvergne d'antan!