Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 L'Auvergne Vue par Papou Poustache

Chadron

21 Septembre 2016, 05:57am

Publié par Papou Poustache

Chadron
Voici les photos du village de Chadron et des alentours.
Pour rappel, et pour situer ces images dans leur contexte, Chadron est situé dans le département de la Haute-Loire de la région de Auvergne Rhône Alpes et a une surface de 13.62 km ² pour une population de 227 habitants. La carte de France du village de Chadron est présente en bas de page. On peut y voir Chadron vue du ciel.
Vous y verrez également le monument aux morts avec les noms.
En fi d’article vous y trouverez des photos anciennes du village
Chadron

Chadron est un petit village du centre de la France.. Le village de Chadron appartient à l'arrondissement de Le Puy-en-Velay et au canton de Le Monastier-sur-Gazeille. Le code postal du village de Chadron est le 43150 et son code Insee est le 43047. Les habitants de Chadron se nomment les Chadronnais et les Chadronnaises.

Chadron
Chadron
Chadron
Chadron
Chadron
Chadron
Chadron
Chadron
Chadron
Chadron
Chadron
Chadron
Chadron
Chadron
Chadron
Chadron
Chadron

Histoire du Village

Provenance du texte

http://www.mairiedechadron.fr/index.php?page=6

 

Comme tous les coins de France, CHADRON a son histoire. Nous n'avons pas la prétention de vous la raconter mais d'évoquer simplement quelques étapes de son évolution depuis un millier d'années.

 

            Au XI ème siècle, CHADRON était un prieuré dépendant de l'abbaye du Monastier. Cette situation est mentionnée dans le cartulaire de St-Chaffre datant de cette époque.

             Jouissant d'un climat  plus agréable que celui du Monastier, les moines avaient fait de Chadron leur station de cure. Ils profitaient de ces séjours pour se reposer mais prenaient aussi le temps d'étudier. Il ne reste hélas aucune trace de leurs documents. En 1580, un violent incendie, attisé par le vent du midi, détruisit leur résidence ainsi que la plupart des maisons du bourg.

            Les moines possédaient aussi un élevage de chèvres au village de CHABREYRES, à mi chemin entre le Monastier et Chadron. Le lait et la chair étaient bien sûr utilisés pour leur alimentation (Fabriquaient-ils déjà des fromages: des « chabrirous »?). Leurs peaux servaient à confectionner des parchemins et des vêtements.

 

            De l'ancien bourg, il reste le mur de façade de l'ancienne église. Celle-ci avait été épargnée lors de l'incendie de 1580. On aperçoit cette façade sur la petite route qui monte vers l'église actuelle : il constitue le mur de la  première maison à droite occupée jadis par  le presbytère.

            L'église bâtie à l'emplacement de la route actuelle n'était pas très grande. Cette église romane à nef unique a abrité les paroisiens jusqu' en 1870. A cette époque, elle était si délabrée qu'on préféra construire une autre église plutôt que de la restaurer.

            Les travaux de la nouvelle église furent financés par une souscription des administés de la commune. L'édifice fut inauguré le 13 août 1882 par l'évêque du Puy, Monseigneur Lebreton, mais n'était pas terminé. Les orages de grèle de l'été 1877 avaient détruit les récoltes et ruiné les paysans de Chadron. Il fallut attendre 1892 pour construire le clocher.

 

            A voir l'importance des registres d'état civil, CHADRON était encore une commune relativement peuplée au début du XXème siècle. On compte 31 naissances au cours de l'année 1900. Les villages de ARCHINAUD, CHADRON, CHABREYRES, ONZILLON avaient des écoles qui faisaient salle comble. La population, essentiellement agricole vivait encore quasiment en autharcie et continuait à travailler avec passion des terres plutôt escarpées, au sol souvent ingrat.

            Comme dans la plupart des campagnes altiligériennes, la 2ème moitié du XXème siècle sera marquée par une chute vertigineuse de la démographie. Depuis quelques années, à la plus grande satisfaction des Chadronnais, cette tendance semble s'inverser. Des familles s'installent, de nouvelles maisons s'inscrivent dans le paysage.

 

            Quels évènements nous réserve l'avenir ? Souhaitons simplement que les transformations s'éffectuent dans le respect de notre passé. Les restaurations remarquables de notre petit patrimoine (Assemblées d'ARCHINAUD et du CROUZET, Fours de TALOBRE, de TRUCHET, de CHABREYRES et du bourg, fontaines .... ) montrent bien l'attachement de la population à son histoire.

 

Le monument aux morts

Chadron
Chadron
Chadron
Chadron
Chadron
Chadron
Chadron
Chadron
Chadron
Chadron
Chadron
Chadron
Chadron
Chadron
Chadron

Un peu d’histoire

Lien du texte

http://www.villagedecolempce.com/village-de-colempce/un-peu-dhistoire/

loire sauvage vers Colempce

Colempce, le village sauvé des eaux

Le 21 septembre 1980 une crue de la Loire tue 8 personnes et fait d’énormes dégâts matériels à Brives-Charensac, dans la banlieue du Puy-en-Velay.

Deux ans après l’inondation de Brives-Charensac, les autorités locales de la Haute-Loire décident de soutenir le projet de barrage de Serre de la Fare , estimant qu’il est le seul moyen de garantir la sécurité des populations riveraines.

En 1986 L’EPALA (Etablissement Public d’Aménagement de la Loire et de ses Affluents) prévoit donc l’aménagement de la Loire, dernier fleuve sauvage de France et d’Europe de l’Ouest. Quatre barrages sont prévus sur le fleuve et ses affluents: Le Veurdre et Naussac 2 sur l’Allier, Chambonchard sur le Cher et Serre de la Fare dans la Haute-Vallée de la Loire.

Le Comité Loire Vivante se crée pour s’opposer à ce programme; il travaille en coopération avec le WWF International, WWF France et France Nature Environnement .

En 1988-89 SOS Loire Vivante se crée pour s’opposer au projet de barrage de Serre de la Fare. Débute alors une occupation non – violente du site de Serre de la Fare qui va durer 5 ans.  Après 6 années de campagne menées sur tous les fronts : juridique, médiatique et scientifique, SOS Loire Vivante obtient l’abandon définitif du barrage de Serre de la Fare, dans le cadre du Plan Loire Grandeur Nature annoncé le 4 janvier 1994.

Délaissé, le village de Colempce disparait au fil des années sous les buissons, les arbres. Des murs tombent, des toits s’abiment. Nombreux sont ceux qui aimeraient redonner vie à ce paisible hameau

Février 2008 : le 2 du mois est une date à marquer d’une pierre blanche. Il s’agit du jour de la rétrocession officielle de sept bâtiments ( moulins et habitations) du village de Colempce, propriété de l’EPL vers la commune de Chadron. Cette étape permet l’émergence d’un projet de rénovation et de développement porté par Chadron et la communauté de communes du Mézenc et de la Loire sauvage en partenariat avec l’Ecole de la Nature

Janvier 2014, l’Ecole de la Nature s’installe au Village de Colempce et reçoit aujourd’hui des enfants de 2 à 17 ans, avec un seul objectif : leur faire découvrir les mécanismes de fonctionnement du milieu naturel.

C’est une seconde nature pour le village de Colempce qui se tourne aujourd’hui essentiellement sur la découverte de la Loire, des Volcans, de la forêt, des animaux et des énergies renouvelables.

Commenter cet article