Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Auvergne une région magnifique à explorer.Vous allez voir les villages d'Auvergne au travers du dernier siècle et aujourd'hui.Complètés par vos dons de photos(merci d'avance).De ce fait cela en fait un site unique car beaucoup de photos inédites. Vous aurez également des articles spécifiques fruits de recherche sur les anciennes industries,sources,gare,monde rural,légendes,faits divers anciens,personnalités,notre enfance,les spécialités auvergnates,pour les généalogistes beaucoup de photos d'écoles et les monuments des villages avec les noms ainsi que autres blogs ou sites enfin tout ce qui fait notre belle région . A vous de juger en me laissant un petit com. Petite astuce pour regarder les photos sans défiler dans le blog cliquer sur une photo de l'article puis à l'aide des flèches sur le coté de celle-ci vous pourrez visionner toutes les photos de l'article.

01 Feb

L'hiver 1956

Publié par Papou Poustache  - Catégories :  #actualité, #c'était hier, #auvergne

Hiver 1956 en Auvergne :

 

 

 

 

 

l'hiver le plus rude du XXe siècle

 

 

Souvenez vous c'était il a maintenant 64 ans

Le bilan du mois de février 1956 est terrible. Cent cinquante  personnes sont mortes de froid en France  dont une à Saint-Dier-d’Auvergne.


Tout le monde a déjà entendu parler de ce fameux hiver 56 caractérisé par un mois de Février glacial avec des températures ayant approchées les -40°C par endroit.

En fin d'article vous verrez les témoignages des gens de la région qui ont été publié sur Facebook

L'hiver 1956

Pourtant l'Hiver 1956 avait débuté avec une grande douceur de Décembre à Janvier.

Mais fin Janvier les prémices de cette terrible vague de froid commençaient à se faire sentir avec des températures glaciales sur la Pologne et le nord de l'Allemagne .

 

En Auvergne on atteint voir on dépasse les -30°.

L'hiver 1956
L'hiver 1956
L'hiver 1956
L'hiver 1956

1956  dans le bassin minier

Trop jeune pour m’en souvenir j’avais 3 ans toutefois mes parents et beaux parents m’ont fait le récit de cette époque.

Je vous parle du bassin minier

Il faut se remettre dans le contexte les maisons n’étaient pas isolées,pas de chauffage central  et un poêle ou cuisinière à charbon chauffait la pièce principale bien sur les chambres n’étaient pas chauffées.

Le matin on ne voyait pas au travers des carreaux ceux-ci étaient couverts d’étoiles de gelée.

Le bord de la couverture au niveau du visage avait du givre dû à la condensation de la vapeur de respiration.

Ma femme qui n’avait que 5 mois était nourrie au biberon et ma belle mère avant de se coucher préparait le biberon dans la casserole d’eau afin de le réchauffer… Eh bien l’ensemble était gelé dans la maison ne faisant qu’un seul bloc.

Dehors très peu de neige enfin les 12 premiers jours de Février mais un froid glacial avec un vent du nord qui balaie la neige.

Les mineurs commandaient tous les quinze jours une caisse de vin qu’ils stockaient à la cave, les bouteilles étaient gelées le vin sortait par le goulot formant une grande langue mauve.

L’Alagnon qui coulait peu était complètement gelée et le marais avait l’allure d’une patinoire avec ses 1m de glace.

Les mineurs allaient à Bayard de Charbonnier à pied la route était complètement gelée et en vélo ou en moto ce n’était pas aisé d’autant que le vent du nord soufflait par le travers.

 

Puis mi- février Violente tempête de neige sur l'Auvergne, un vent de nord-ouest soufflant par rafale donne des congères rendant la circulation pratiquement impossible.

 

Le froid continua ainsi jusqu’à la fin du mois et

le 1 mars pour l’ouverture de la pêche il fallait casser la glace si on voulait attraper du poisson.

 

L'hiver 1956
L'hiver 1956
L'hiver 1956
L'hiver 1956

A voir également

Météo Passion

http://www.meteopassion.com/fevrier-1956.php

 

Extrait de La Montagne

Le mois a quoi qu’il en soit mal débuté. Le 2 février, jour de la Chandeleur, « le thermomètre subit une secousse qui le fait descendre bien au-dessous de zéro. À Royat, on enregistre -17° ». À Aurillac, la température maximale enregistrée à la mi-journée du 12 février est de -13°.

Dans les jours qui suivent, la neige et le verglas compliquent sérieusement la circulation. Dans le Cantal, « le conducteur d’un chasse-neige sauve des automobilistes de la mort ». La voiture, un taxi de Salers, dans laquelle ont pris place « cinq voyageurs dont deux femmes et une fillette » est dans la direction de Saint-Bonnet, « bloquée par des combles de neige, au milieu d’une tempête effroyable et par un froid de -26° » (...). Bravant les éléments, l’un des passagers a rejoint le village de Tougouse. On a réveillé le conducteur du chasse-neige de Salers, M. Laporte, qui a porté secours aux naufragés de la route.

 

Ils ont témoigné

Marie-Claude Chapat Nous sommes du même âge et l hiver 63 à Clermont-Ferrand peut être un peu moins froid mais 1 metre de neige alors là je m en souviens parfaitement j avais 10 ans et pour aller à l'école de chez mes grands parents où j habitais à montferrand jusqu'à l école michelet je mettais longtemps pourtant ce n était pas loin

 

Frédéric Manche On avait des bouillottes en caoutchouc. Une nuit, celle de mon père s'est percée. Le lendemain matin, il y avait des stalactites sous le lit. C'est pas une blague, j'avais 6 ans et je les ai vues. C'était au centre-ville, à Besançon ; penser à ce que ça a dû être dans la montagne auvergnate... 

 

Gisele Colas Je m'en souviens très bien ...on vivait à cette époque dans ce qui était la campagne de Paris ....la Seine et Oise ....les briques qu'on mettaient au four de la cuisinière à bois et qu'on roulait dans du papier journal pour réchauffer les lits ...les fleurs de givre le matin sur les carreaux des chambres ...elles n'étaient pas chauffées directement ... Il n'y avait que la cuisinière a bois dans la cuisine et le poêle à dans le fond de la grande pièce contiguë ...les narines qui collaient quand on sortait...les oreilles qui brûlaient quand on rentrait .... Je n'ai retrouvé cette sensation que bien des année plus tard durant un hiver canadien ..... On avait été jusqu'à -27° ...mon père chaque années notait les, maxi mini et il a gardé longtemps l'agenda de. 1956 .....
 

 

Elisabeth Cler J étais pas née mais mes parents et grands mères m ont racontés .les hêtre dans le bois en face éclatés.les bouses gelées derrières les vaches et pourtant les étables étaient bien fermées et chaudes à cette époque .ils s en souvenaient durement les pauvres .mais 83 ou 85 ça serrait bien aussi .bon dimanche .

Laurence Play mon père m'en a parler , tous jeune il partait travailler en vélo , mais son patron de l'époque lui avait dis de reparte , il était complètement gelé ! !

 

artine Bernard J avais 5 ans , aucun souvenir mais j en ai toujours entendu parler . Mon voisin plus âgé m a dit que l eau gelait sur le fourneau allumé 

 

 

P'tit Moon J'étais pas née, mais je me souviens de l'hiver 85, on venais juste de se mettre en ménage, on n'avait que le cantou pour ce chauffer et un petit poêle à bois pour des bûches de 20 dans la chambre. 
Tout avait gelée même le café sur la table ! !!
Cette année la j'ai regretté le chauffage central de mes parents ! !
C'était dans le sud du Cantal

Marie Therese Oleon Je me souviens aussi ... dans le petit hameau où je vivais, 3 semaines sans électricité... fils cassés par le poids de la neige gelée ...difficile mais de jolis souvenirs de solidarité entre voisins et de vie en fonction de la lumière du jour ...

 

Michelle Pages J'habitais au Puy A l'époque. Tous les cheneaux avaient éclaté sous le gel et ça faisait des patinoires géantes. Mais on allait quand même à l'école et à pieds bien entendu. J'ai la chance de n'avoir que de bons souvenirs de cet hiver..

 

Chantal Bonnefont Je m'en rappelle !! J'avais la varicelle ...au lit !! le Sichon etait complétement gelé ! pour faire boire les bêtes ...compliqué !! il y avait pas mal de neige aussi ! mais cette froidure .

 

Martine Garbellotto-Charpentier Merci  ' role=presentation class=img v:shapes="_x0000_i1025">. Je partage ce souvenir de ma "tendre" enfance, Native de Bayard, je n avais que 2 ans mais mes parents nous l ont souvent raconté

 

Lucien Loriot J'habitais à Megescote( au CHATEAU au dessus de l'usine ducellier) La condiuite d'eau avait peté ;plus chauffage ;et bien sur plus d'eau pendant 15 jours

 

Bernadette Biehler moi je suis nee le 6 avril 1956 dans le cantal.l eau geler a cote de la cheminee et ma grand mere aller casser la glace pour la faire fondre et moi elle me mettais dans le cantout pour que j ais chaud surtout que je suis arrivee avec un mois d avance.

mon beau pere mineur partait de lempdes a bayard a pied

 

Dominique Redon A Montpellier que de neige, j'allais à l'école à pied, j'ai eu très froid cette année. Pour ne pas glisser j'avais mis des chaussettes en laine par dessus mes petites chaussures, dans les classes de filles je venais d'avoir 5 ans depuis 2 mois 1/2 Mais nous avions assez froid il fallait charger les poiles avec du charbon. Tous les arbres fruitiers étaient gelés.

Gérard De Biasio Une année il a fait moins 29°, le froid était si intense qu'il avait arrêté les puits de mine dans le bassin minier, la glace empêchant la libre circulation des cages. Les mineurs étaient obligés de sortir par le tunnel de Cellamines et de remonter en tenue légère à la chambre chaude des Grâves où il leur était servi du vin chaud...

Rosette Garay · 

Toute jeune avec ma soeur nous marchions dans la neige pour aller au pays faire les courses . Nous avions de la neige à la taille . Nous avions 500 mètres à faire .Mais très pénible pour marcher . Nous étions jeunes et cela nous amuses

 

Juliette Ju Sarron J'avais 11 ans, à l'hiver 56, je me souviens nous allions à l'école à pied. La route était pleine de verglas, avec nos galoches, nous allions vite. Il y avait des chandelles aux gouttières. Merci pour votre commentaire

 

Chantal Rouard Oh je m'en souviens de cet hiver 56 !!!! J'étais petite, j'allais dans une école privée (née en novembre je n'avais pas pu entrer au lycée Montgrand à Marseille le 1er octobre....!)et les religieuses nous avaient autorisées de mettre un pantalon sous la jupe !!!! Une anecdote aujourd'hui mais qui ne l'était pas à l'époque !!!!!!!

 

Arlette Volle j avais oublier le pantalon sous la jupe.....c était l hiver la bouillotte dans le lit .mais au mois de mai les petites jupes

 

Daniel Dufetre Hiver glacial à Yssingeaux (43) dans un dortoir sans chauffage qui fut inondé lors du dégel par les canalisations toutes exploseés par le gel.

 

Daniel Palat Oui je me souviens a l'ecole Primaire a Drugeac 15 mais finalement pas souvenir d'avoir eu tres froid et il n'y avait pas le chauffage central...

 

Sylviane Magro Mazaleyrat Je suis née en Mars 1956 et ma maman m'a parlé de cet hiver très rigoureux !

 

Alain Mae Les températures c'est une chose mais le ressenti était encore plus froid en 85 du moins. Je me souviens, dans la rue des Carmes a Aurillac, des personnes faisaient du ski lol, les voitures ne demarraient plus même avec batterie neuve, les canalisations lâchaient....une semaine de cauchemars

 

Georges Pradal J avais 8 ans en 1985 a pailherols un froid même a mon jeune âge, On oublie pas .

 

Jacqueline Hebrard cette année là il avait fait très froid je me rappelle

 

Suzon Dub' J ai connu cet hiver ! Glaçant !

 

Madeleine Chambon moi j'allais à l'ecole à Arpajon;et je m'en souviens!je trouvais la route longue!!

 

Ray Bout Je me souviens j étais à l école de Senilhes, oui très froid, mais pas le même ressenti à l époque pas de confort et pas de chauffage central

 

Michel Mestre La Couze était complètement gélée. Dans mon quartier, au faubourg, les canalisations étant gelées aussi, il n'y avait plus d'eau. La seule fontaine qui coulait encore était celle du passage à niveau des Croisettes. C'est là qu'on s'approvisionnait avec des seaux pour nos besoins familiaux et surtout, plus important, pour celui des vaches et autres animaux de la ferme. Après cet épisode, il a fallu dégeler les conduites d'eau avec un générateur électrique et aussi retrouver les fuites et les étancher après avoir creusé des tranchées. Rue de Lavaur, la chaussée fut défoncée et la circulation détournée pendant des semaines. Extrait de La Montagne : A tous ces malheurs se surajoute la hausse, corollaire, des prix des légumes : le prix du kilo de poireaux passe de 112 à 350 F, là aussi, c’est un record.

 

Marie France Delange Je vivais en région parisienne cette année là, ma mère et des voisines allaient chercher de l'eau dans un souterrain à 1 km. Courageuses les femmes de cette époque.

 

Gérard Ballet IL faisait tellement froid, que même les flammes des bougies étaient gelées, il fallait les éteindre d'un coup de marteau !!!!! AFFREUX je vous dis !!!!!

 

Christian Benoit apprentie plombier pas mal de boulot pour les canalisations gelée pas un super souvenir

 

 


Annie Courtine Il faisait tellement froid que les "transfo" électriques avaient explosé. C'etait le noir total. Les écoles étaient fermées les boulangers aussi. Dans la rue c'était une vrai patinoire. Toutes les canalisations d'eau gelées avaient éclaté. Je n'avais que 12 ans mais je crois que je m'en souviendrai toujours......

 

 

Andrée Seguin-Maucci J'avais 13 ans. On économisait le charbon car il ne pouvait pas être livré. À l'époque seule la cuisine était chauffée avec la cuisinière. Il gelait dans les autres pièces. Et les vêtements n'étaient pas chauds comme aujourd'hui. Pas de bus. L'école était à 4 ou 5 km (de La Plaine à la rue du Nord pour ceux qui connaissent). On partait très tôt pour être à l'heure. Et pour la première fois l'école Michelin a autorisé les filles à mettre un pantalon !

Martine Bernard Je n étais pas née , mais mes parents ont dû aller à l église en traîneau pour leur mariage , et mon voisin plus âgé me disait que l eau gelait sur le fourneau allumé 😏 L isolation n existait pas à cette époque

 

Gisele Colas Je m'en souviens très bien ...on vivait à cette époque dans ce qui était la campagne de Paris ....la Seine et Oise ....les briques qu'on mettaient au four de la cuisinière à bois et qu'on roulait dans du papier journal pour réchauffer les lits ...les fleurs de givre le matin sur les carreaux des chambres ...elles n'étaient pas chauffées directement ... Il n'y avait que la cuisinière a bois dans la cuisine et le poêle à dans le fond de la grande pièce contiguë ...les narines qui collaient quand on sortait...les oreilles qui brûlaient quand on rentrait .... Je n'ai retrouvé cette sensation que bien des année plus tard durant un hiver canadien ..... On avait été jusqu'à -27° ...mon père chaque années notait les, maxi mini et il a gardé longtemps l'agenda de. 1956 .....

 

Christian Bay Je n'ai aucun souvenir de cette période de froid, faut dire que j'avais 4 ans et ma mère venait de partir au ciel en février justement. Pourtant avec mon frère nous avons vu partir l'ambulance et nous étions sur le trottoir dehors....

 

Alain Mourgues il avait faire des tranchés pour degeler l eau avec de la paille ou ont mettait le feu fallait bien faire boire les betes.

 

Elisabeth Ginette Pintossi Je m en souviens les bruyeres sur les vitres et puis pas d eau alors on faisait fondre la neige dans les casseroles pour faire les repas

Anne-beatrice Delange Et les Auvergnats savaient gérer... Mon père avait été nommé à la Sorbonne et le temps que nous puissions nous installer dans la nouvelle maison, il rejoignait Clermont Ferrand tous les week-end... Jamais une fois, l'avion n'eut de problèmes pour se poser à Aulnat... Ici, en île de France, des Qu 'il y a 5cm de neige ou, les aéroports paniquent...

Jeanine Vialatte J'avais 4 ans et ce dont je me souviens le plus, ce sont les éclairs provoqués par les fils électriques qui se touchaient à cause du poids de la neige et du gel ! 😮😲
Les fleurs de givre sur les vitres, c'était tous les hivers...pas de chauffage dans les chambres, seulement le poêle dans la cuisine... 😉

 

 

Stephanie Lloveras Gouzin je n'étais pas née mais ma grand-mère m'a toujours raconté que les grands oliviers devant la maison ( on est de l herault ) avaient éclaté et tous sont morts D'ailleurs ici dans notre village lorsque le pion 56 sort au loto , on dit 56 l'année terrible !

 

 

Chanchan Chanchan Je suis née en 1956.mes parents disaient qu il y avait eu 40 cm ,ils voyaient les têtes des tulipes rouges jaunes dépassaient de la neige. Toutes les conduites eau avaient éclatées. Ils faisaient fondre la neige sur le fourneau c etait le26 mars 56 pour ma naissance .

 

Pierre Athos Je m'en souviens, nous n'étions pas nombreux a aller à l'école du village , et on se tenait près du poêle a charbon. Mon grand-père est décédé ce mois de février et nous avons dû attendre le dégel pou le mettre dans la tombe.

 

 

Marie-Noël Mesonier J,avais neuf ans et ma mère nous avait tellement couverts que l’on avait l’impression d’avoir doublé de volume.

Commenter cet article

micromick 27/01/2018 23:32

A l'époque j'avais 10 ans et je vivais en banlieue parisienne.
Je ne me souviens pas d'avoir souffert.
Mais pour les auvergnat ça devait être terrible!
Merci pour cette page d'histoire.
Amitiés, Michel

Baldo livio 19/01/2017 19:09

J'étais à l'école de TP à Egletons en Corrèze le thermomètre est descendu jusqu'à -30° les classes étant chauffées avec un gros poêle pas de chauffage central,les encriers (pas de stylo bille) avaient éclaté dans nos casiers,les cours ont été suspendus pendant plusieurs jours ,heureusement car avant ça c'était pour moi le cauchemar: ma table était installée juste devant le poêle qui chauffait à fond ,je cuisais à petit feu devant et me caillais dans le dos,L'infirmerie de l'école n'avait jamais eu autant de candidats. Je crois que le record de France cette année là a été relevé au Plateau de Mille Vaches en Corrèze avec - 33°.Sacré souvenir.

malga 18/01/2017 20:35

très intéressant, j'ai toujours entendu parler de cet hiver 56, mais grands-parents à côté de Bordeaux avait de la neige jusqu'à leur fenêtre de cuisine environ 1 m. pour eux c'était énorme il ne neigeait pas souvent. La Dordogne avant sa rencontre avec la Garonne (très large à cet endroit) charriait des glaçons. Mon père étant militaire nous étions dans le sud Tunisien, l'on se baignait encore dans la méditerranée.... j'avais dix ans.

Archives

À propos

Auvergne une région magnifique à explorer.Vous allez voir les villages d'Auvergne au travers du dernier siècle et aujourd'hui.Complètés par vos dons de photos(merci d'avance).De ce fait cela en fait un site unique car beaucoup de photos inédites. Vous aurez également des articles spécifiques fruits de recherche sur les anciennes industries,sources,gare,monde rural,légendes,faits divers anciens,personnalités,notre enfance,les spécialités auvergnates,pour les généalogistes beaucoup de photos d'écoles et les monuments des villages avec les noms ainsi que autres blogs ou sites enfin tout ce qui fait notre belle région . A vous de juger en me laissant un petit com. Petite astuce pour regarder les photos sans défiler dans le blog cliquer sur une photo de l'article puis à l'aide des flèches sur le coté de celle-ci vous pourrez visionner toutes les photos de l'article.