Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 L'Auvergne Vue par Papou Poustache

La vérité sur la découverte d'Auzon

1 Avril 2017, 16:47pm

Publié par Papou Poustache

Malheureusement l'histoire du souterrain est un canular il n'a jamais été découvert .

 

 

La grotte qui était montrée était celle de la fontaine ste Vérène.

Voir le lien plus bas dans l'article

Quelques vieux outils ont bien été retrouvés mais pas la pièce Louis XVI celle là provient d'un jardin que je travaillais le long du béal.

Quand au coffret d'Auzon  auquel je faisais allusion tout est vrai vous retrouverez son histoire dans cet article.

Histoire du Coffret d'Auzon

 

 

Histoire du Coffret d'Auzon

Source de l'article

http://dictionnaire.sensagent.leparisien.fr/Coffret%20d%27Auzon/fr-fr/

Le coffret d'Auzon est un reliquaire, mondialement connu sous l'appellation anglaise de Franks Casket (littéralement « coffret de Franks », du nom de son inventeur britannique) ou Auzon Runic Casket (« coffert runique d'Auzon », du nom du village de Haute-Loire où il fut trouvé). Il est conservé au British Museum, sauf un panneau qui se trouve au musée du Bargello à Florence. Un moulage en est exposé au musée de Clermont-Ferrand.

 

Origine

La cassette était la propriété d'une famille d'Auzon. Elle lui servait de boîte de couture jusqu'à ce que les charnières en argent en soient récupérées pour faire une bague. Sans ses charnières, la cassette se disloqua. Les panneaux, sauf un, en furent montrés à un certain professeur Mathieu, à Clermont-Ferrand, qui les vendit à un marchand d'art de Paris, où ils furent achetés en 1857 par Sir Wollaston Franks. Le panneau manquant fut retrouvé ultérieurement dans un tiroir par la famille d'Auzon et vendu au Musée du Bargello à Florence, lequel, en 1890, fit le rapprochement avec les panneaux du Musée Britannique (British Museum) .

Mathieu indique un lien avec la collégiale d'Auzon, cette origine est également proposée en 1867 dans les registres d'acquisition du Musée Britannique, auquel Augustus Wollaston Franks fit don de la cassette en 1867. Cependant, les échanges entre Mathieu et Franks (alors conservateur au département des Antiquités) n'indiquent jamais la provenance du reliquaire. Les circonstances de son arrivée à Londres ne sont pas très claires. Bien qu'il ait été reconnu comme portant des écritures anciennes anglo-saxonnes, le British Museum avait, dans un premier temps, refusé de l'acheter. Le coffret semble passer dans plusieurs mains avant de finalement intégrer la collection du musée. Des recherches faites par W. H. J. Weale du Victoria & Albert Museum, venu à Brioude et Auzon à la fin XIXe siècle, suggéraient que la cassette appartenait à l'église Saint-Julien à Brioude, où il est possible qu'elle ait été dérobée pendant la Révolution française. Son origine et son iconographie intriguent.

Monographie : Alfred Becker, Franks Casket Zu den Bildern und Inschriften des Runenkästchens von Auzon (Regensburg 1973)

Particularités

 

Face du panneau arrière

Sur cet objet unique, en os de baleine, sont sculptées en relief des illustrations germaniques païennes ainsi que des formes typiques anglo-saxonnes. Son style, les scènes gravées entourées de textes runique et latin, indiquent qu'il fut fabriqué au début du VIIIe siècle dans le nord de l'Angleterre, provenant du royaume de Mercie ou bien de la Northumbrie. Sa construction copie celle d'un reliquaire chrétien tardo-antique.

La vérité sur la découverte d'Auzon
La vérité sur la découverte d'Auzon
La vérité sur la découverte d'Auzon

LE COFFRET RUNIQUE D'AUZON...

Source de l'article

http://paganismeoccidental.forumactif.org/t267-le-coffret-runique-d-auzon

 


La photo présente de manière détaillée les différentes faces du magnifique coffret runique d'Auzon. Il correspond au peuple germanique des Saxons. Il est daté de la première moitié du 8è siècle de notre ère. Il est originaire de Northumbria en Grande-Bretagne. On l'appelle coffret d'Auzon, car c'est dans cette localité française de Haute-Loire qu'il fut retrouvé. Ce coffret comporte des inscriptions en runes anglo-saxonnes (voir Futhorc anglo-saxon sur la photo en haut à gauche), ainsi qu'en latin et en vieil-anglais au moyen de lettres latines.

Entre les scènes représentées et les inscriptions, le coffret présente un étrange mélange, car en effet il nous parle de mythes germaniques, de mythes romains, et d'un mythe chrétien. Tout est étrange dans ce coffret, même le matériau utilisé pour sa réalisation: il est fait en os de baleine. Selon le spécialiste Leslie Webster, ce coffret malgré ses apparences, est bien chrétien. Il s'agirait en fait d'un reliquaire chrétien. Les scènes païennes sont là afin de récupérer les anciens symboles et pouvoir convertir ainsi de forme sournoise ceux qui se résistaient encore à la nouvelle religion venue du Proche-Orient. Leslie Webster parle d'un programme chrétien parfaitement en accord avec la conception ecclésiastique de l'histoire, un programme, comme nous allons le voir, qui n'hésite pas à employer les ingrédients de magie runique afin de mieux tromper tous ces "idolâtres" et de les convertir à leur dieu unique.

Voyons les différentes faces de ce coffret anglo-saxon. Les numéros font référence à ceux de la photo et de ses encadrés.

1- Sur ce panneau on observe deux scènes distinctes que l'on peut voir de forme détaillée dans l'encadré nº6.
a) La scène de gauche représente le mythe païen de tradition germano-nordique du Dieu-forgeron Wieland (prononcer "vîlannt"). Ce dernier se trouve tout à fait à gauche dans sa forge. Il est retenu prisonnier par le roi Nidhad. Wieland le forgeron tient dans la main un gobelet taillé dans le crâne du fils du roi Nidhad. Le corps décapité de ce fils, tué par Wieland, se trouve sous le Dieu-forgeron. Il offre de la bière à Bodvild la fille du roi. Cette bière contient une drogue. Sur la droite de cette scène on voit Wieland (ou son frère) qui attrape des oiseaux. Avec les plumes de ces oiseaux il confectionnera des ailes qui lui permettront de s'échapper.
b) La scène de droite est chrétienne. C'est une représentation des 3 rois mages en train d'offrir leurs cadeaux à Marie, le mère du Nazaréen. Au-dessus du mage de gauche se trouve dans le coin un symbole païen, le triquetra. Ce signe qui est relié au symbolisme du chiffre 3, est volontairement associé ici aux 3 rois mages dans le but de confondre les païens de l'époque et de les convertir plus facilement. L'inscription runique d'un seul mot qui se trouve au-dessus de deux rois mages se lit "magi" et fait référence aux rois mages. À droite de cette inscription runique on peut voir un symbole solaire qui est là pour associer le Nazaréen aux anciens mythes liés au soleil.
c) L'inscription runique qui se trouve sur les 4 côtés de ce panneau nous parle de manière poétique de la matière du coffret: l'os de baleine. Rappelons au passage que la poésie à cette époque fait partie de la magie, elle est un des éléments censés activer une invocation.

La vérité sur la découverte d'Auzon

Fontaine Sainte Véréne

Source Miraculée et Miraculeuse

 

La dernière source d'Auzon ou la source miraculeuse de Sainte Vérène

http://www.cpauvergne.com/2016/02/la-derniere-source-d-auzon.html

Voici un petit article que je n'aurais pas pu faire s'il n'y avait pas eu la ténacité d'un riverain natif d'Auzon qui dans les années soixante dix a débouché la source qui ne coulait plus et a incité la municipalité de l'époque à réaliser quelques travaux.
Nous avons la chance d'avoir encore ce petit patrimoine local que beaucoup de communes n'ont plus à leur plus grand regret.

Après diverses recherches et renseignements voici que cette fontaine aurait des vertus bienfaisantes pour les yeux.

Ci joint les documents de Pierre Cubizolles qui attestent de cet état de fait

LaMontagne c'est fait écho de cette histoire . a voir en fin d'article

Commenter cet article