Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
 L'Auvergne Vue par Papou Poustache

La passementerie à Brassac les Mines

30 Novembre 2014, 19:56pm

Publié par Papou Poustache

La passementerie à Brassac les Mines

On peut dire que depuis que le vêtement existe ,qu'il a ses caprices,sa mode,sa décoration,la passementerie a été largement utilisée,que ce soit sous la forme de galons,de danses,de torsades,de dragonnes,de franges,de boutons brodés à l'aiguille et au crochet,le tout agrémenté de jais parfois paillettes métalliques et de perles.

La passementerie s'est implantée à Brassac-les-Mines en 1871. Une famille de mariniers, lors de leur voyage à Paris, avait remarqué cette technique particulière de décors. Ils organisèrent donc un atelier, et quelques ouvrières firent le voyage dans la capitale afin de s'initier à cette pratique. La technique est simple et riche de possibilités. Le dessin étant tracé sur un papier fort, il faut en épouser les lignes avec différents matériaux : ganses, lacets, biais..., puis les coudre aux intersections. Toutes les combinaisons sont possibles et s'entrelacent selon la fantaisie du dessinateur.

Installées à Brassac-les-Mines, les ouvrières à demeure des maisons passementières, réalisaient, dans les années 1920, des modèles en perle de jais pour les maisons de mode parisiennes. Mais la passementerie connaît des moments difficiles après la seconde Guerre mondiale. Les raisons en sont la mode qui fait appel à d'autres techniques de décoration comme le tissu imprimé ou tissé ; la difficulté à trouver et former des ouvrières ; et enfin, la concurrence étrangère.

Les femmes sont ainsi exploitées par des patrons de la passementerie qui leur livre à domicile le travail à effectuer : franges, dentelles, gants..., sur lequel elles usent leurs doigts et leurs yeux, à la lueur de lampes à pétrole, pour de maigres salaires qui aidaient à boucler les fins de quinzaine. Cette industrie s'éteindra à peu près en même temps que la mine. Elle avait été pendant une soixantaine d'années, un bon appoint financier pour les ménages, en particulier ceux des mineurs.

Sous les vitrines du musée de la Mine, sont en effet exposés les motifs de la passementerie, produits par les célèbres ateliers de Brassac-les-Mines. Des machines de modèles anciens, sans doute conçues par un artisan local, servent à produire des éléments qui entrent dans la fabrication des décors.

Sur la photo ci-contre Mmes Merles et Malfreyt et leurs ouvrières.

Les familles Malfreyt demeuraient à Charbonnier-les-mines ce n'est pas Monique leur petite fille qui me contrarira

La passementerie à Brassac les Mines
La passementerie à Brassac les Mines
La passementerie à Brassac les Mines
La passementerie à Brassac les Mines
La passementerie à Brassac les Mines
La passementerie à Brassac les Mines
La passementerie à Brassac les Mines
La passementerie à Brassac les Mines

Ils en parlaient

Voir les commentaires

Balade Autour du Brugelet

30 Novembre 2014, 15:18pm

Publié par Papou Poustache

Balade Autour du Brugelet

Ce promenade qui a eu lieu ce 30 Novembre 2014 va vous emmener dans notre Auvergne profonde au point culminant du Brugelet de La Commune de Chassagne .

Nous avons une vue sur le Puy de Dome et les Monts du Sancy.

Elle se terminera à Dauzat sur Vodable.

Balade Autour du Brugelet
Balade Autour du Brugelet
Balade Autour du Brugelet
Balade Autour du Brugelet
Balade Autour du Brugelet
Balade Autour du Brugelet
Balade Autour du Brugelet
Balade Autour du Brugelet
Balade Autour du Brugelet
Balade Autour du Brugelet
Balade Autour du Brugelet
Balade Autour du Brugelet
Balade Autour du Brugelet
Balade Autour du Brugelet
Balade Autour du Brugelet
Balade Autour du Brugelet
Balade Autour du Brugelet
Balade Autour du Brugelet

Voir les commentaires

Les villages du Puy de Domes:Antoingt

30 Novembre 2014, 06:46am

Publié par Papou Poustache

Les villages du Puy de Domes:Antoingt

63340 Antoingt

Voici les photos du village d'Antoingt et des alentours.
Pour rappel, et pour situer ces images dans leur contexte, Antoingt est situé dans le département du Puy-de-Dôme de la région de l' Auvergne et a une surface de 7.83 km ² pour une population de 370 habitants. La carte de France du village d'Antoingt est présente en bas de page. On peut y voir Antoingt vue du ciel.

Antoingt est un petit village du centre de la France. Le village est situé dans le département du Puy-de-Dôme en région Auvergne. Le village d'Antoingt appartient à l'arrondissement d'Issoire et au canton de Saint-Germain-Lembron. Le code postal du village d'Antoingt est le 63340 et son code Insee est le 63005. Les habitants d'Antoingt se nomment les Antoinais et les Antoinaises.

Les villages du Puy de Domes:Antoingt
Les villages du Puy de Domes:Antoingt
Les villages du Puy de Domes:Antoingt
Les villages du Puy de Domes:Antoingt
Les villages du Puy de Domes:Antoingt
Les villages du Puy de Domes:Antoingt
Les villages du Puy de Domes:Antoingt
Les villages du Puy de Domes:Antoingt
Les villages du Puy de Domes:Antoingt
Les villages du Puy de Domes:Antoingt
Les villages du Puy de Domes:Antoingt
Les villages du Puy de Domes:Antoingt
Les villages du Puy de Domes:Antoingt
Les villages du Puy de Domes:Antoingt
Les villages du Puy de Domes:Antoingt
Les villages du Puy de Domes:Antoingt
Les villages du Puy de Domes:Antoingt
Les villages du Puy de Domes:Antoingt
Les villages du Puy de Domes:Antoingt
Les villages du Puy de Domes:Antoingt
Les villages du Puy de Domes:Antoingt
Les villages du Puy de Domes:Antoingt
Les villages du Puy de Domes:Antoingt
Les villages du Puy de Domes:Antoingt
Les villages du Puy de Domes:Antoingt
Les villages du Puy de Domes:Antoingt

Voir les commentaires

Milieu des années 50 au début des années 70 1/6

29 Novembre 2014, 14:40pm

Publié par Papou Poustache

Milieu des années 50 au début des années 70  1/6

Ma Jeunesse mais qui pourrait être celle de beaucoup d'entre -vous.

Cette série se déroulera en plusieurs articles car cela risque d'être long sur un seul

Dans cet article alterneront photos de familles et photos d'ailleurs.

Quelques chansons en fin d'articles sur cette époque.

Je complèterais l'article avec vos témoignages à la fin

1

Je suis née en 1953 voici quelques photos de cette époque de ma famille .

Pour l'époque qui nous concerne j'avais deux frères ma soeur étant née plus tard nous résidions dans les cités dans un logement de trois pièces d'un batiment qui comptaient quatre logements.

Nous avions un jardin devant ,les wc à l'extréieur accolé aux batiments,une volière avec des poules,des cages à lapins,une soute à charbon et même une loge à cochon.

Milieu des années 50 au début des années 70  1/6
Milieu des années 50 au début des années 70  1/6
Milieu des années 50 au début des années 70  1/6
Milieu des années 50 au début des années 70  1/6
Milieu des années 50 au début des années 70  1/6
Milieu des années 50 au début des années 70  1/6
Milieu des années 50 au début des années 70  1/6
Milieu des années 50 au début des années 70  1/6
Milieu des années 50 au début des années 70  1/6

Dans le village les voitures pouvaient se compter sur les doigts des mains

 

Il y  un taxi une Ariane, un notable avec une 404,un 4Cv et une aronde

 

Quand à mon père il avait un vélo puis vers 1956 une moto.

 

Le papa de Chraz avec sa traction et  avait le garage en bois derrière l'église et à coté de la maternelle.

On peut voir un peu du garage et la traction

Milieu des années 50 au début des années 70  1/6
Milieu des années 50 au début des années 70  1/6
Milieu des années 50 au début des années 70  1/6
Milieu des années 50 au début des années 70  1/6
Milieu des années 50 au début des années 70  1/6
Milieu des années 50 au début des années 70  1/6
Milieu des années 50 au début des années 70  1/6
Milieu des années 50 au début des années 70  1/6
Milieu des années 50 au début des années 70  1/6

Nous n'avions pas d'eau courante et c'était avec la cruche que nous allions chercher l'eau pour le quartier ou j'habitais l'eau potable nous allions la chercher à la fontaine du communal à coté du lavoir et non loin d'un dépot à ordure qui touchait le mur de la cour des miracles.

L'eau non potable était plus prêt vers le terrain de foot.

La toilette c'était une fois par semaine dans la bassine en tole galvanisée et l'eau servait pour nous trois ma soeur n'étant pas encore née.

Milieu des années 50 au début des années 70  1/6
Milieu des années 50 au début des années 70  1/6

A trois ans nous allions à l'école j'avais une blouse grise( 2ème au milieu à droite) , dans la classe il y avait un gros poêle à charbon,les tables étaient en bois marron sombre,le préau de la maternelle était en bois le sol avait une épaisse poussière noire la maitresse s'appelait Mme Bonneton.

Plus tard au cours primaire et élémentaire les classes étaient plus modernes les bureaux étaient en bois vernis et ossatures métalliques mais toujours avec les encriers que l'on prenait soin le soir de le boucher avec les bouchons caoutchouc que l'on récupérait sur les ampoules de piqures.

Nous écrivions au porte plume avec des plumes sergent Major

Nous savions nos départements par cœur ,on nous enseignait la morale,nous chantions la marseillaise,nous respections nos instituteurs dans les classes ainsi que dans la cours les garçons étaient séparés des filles.

Nous allions à l'école du lundi au samedi le Jeudi était notre jour de repos

Milieu des années 50 au début des années 70  1/6
Milieu des années 50 au début des années 70  1/6
Milieu des années 50 au début des années 70  1/6
Milieu des années 50 au début des années 70  1/6
Milieu des années 50 au début des années 70  1/6
Milieu des années 50 au début des années 70  1/6
Milieu des années 50 au début des années 70  1/6
Milieu des années 50 au début des années 70  1/6
Milieu des années 50 au début des années 70  1/6

Une rentrée de classe

En 1952

C'était la guerre d'Agérie et Boris Vian a écrit cette chanson en 1954

Piaf en 1956 en compagnie des compagnons de la chanson

C'est merveilleux l'amour en 1959

Les amis témoignent de cette époque

 

 

Sylvette Pages et bien que de souvenirs moi suis née en 48 alors tout ça je me rappelle et on était heureux. La 4chevaux mon oncle en avait une sinon c'était vélo. Quel retour en arrière et il y a plein de scènes qui me sont remontées en mémoire Papou MERCI

Marie Madrid Totalement nostalgique.....!!! c'est surement dû à mon vieillissement , mais qu'est ce qu'elle était belle notre jeunesse..........., pas le même confort, pas la même éducation, pas les mêmes locomotions pourtant on a vécu dans l'amour, le respect et la sécurité. Merci Papou pour ce moment agréable.

Kiki Lunel Ma 1ier voiture est une aronde( L'hirondelle) vert foncé.Merci Papou.

 

 

Beauvoir 

N'ayant aucune photos de cette époque,ça me rappelle bien ces moments la,étant né en 1944 a Thiers,habitant un village Les Salomons a 4kms.

 
 

Max. Enjolras 

Souvenir....: la 4 cv Renault fut ma première voiture en 1962..... Et elle me servit la même année a déménager ma petite famille (3 personnes) et le mobilier (tres réduit)....à 100 km.....c'était vraiment le véhicule a tout faire ....et increvable....!!!

Josette Jallut La 4CV de mon oncle m'a marquée, surtout les portières qui ne s'ouvraient pas dans le sens de celles.

Fabienne Fassin Que de souvenirs : suis née en 44 ! J'habitais la région parisienne et nous avions l'eau courante mais à la campagne, chez ma gr.mère, il fallait aller la chercher à la fontaine.... quelle émotion.... j'en ai les larmes aux yeux : MERCI !

 

  • Bernard Coste woaaah la belle 4cv souvenir,souvenir !
     
  • Nanou Lemaire Ahahhaha...Papou, la douche avec l'arrosoir. Quand j'allais en vacances dans la Marne, nous avions la même douche!!! Un vrai bonheur pour nous gamins!
    Pierre Juery Cette photo me rappelle ma jeunesse derrière les pompes de carburant à la station service de mes parents.
    Sylvette Pages Merci de nous faire revivre toute cette période ou ma foi on était je crois plus heureux qu'aujourd'hui même si nous avions bien moins de bien-être.

Voici le témoignage de Christine Dambron pour Auzon en images.

Milieu des années 50 au début des années 70  1/6
Milieu des années 50 au début des années 70  1/6
Milieu des années 50 au début des années 70  1/6
Milieu des années 50 au début des années 70  1/6

A suivre

Voir les commentaires

Le port de Brassaget et les sapinières

29 Novembre 2014, 07:13am

Publié par Papou Poustache

Le port de Brassaget et les sapinières

Les sapinières à Brassaget

A en voir les documents ci-joint déjà en 1793 le port de Brassaget était en activité.

On fabriquait des barges appelées sapinières avec le bois des montagnes environnantes au dessus d’Auzon et de Jumeaux jusqu'à Champagnac et ste Catherine.

Jusqu'en 1854, date de l'arrivée du chemin de fer à Brassac-les-Mines, l'Allier fut le seul moyen d'expédition possible. Les sapinières, immenses bateaux construits dans les ateliers de Brassaget, transportaient jusqu'à Paris le charbon, mais aussi le vin ou encore le chanvre. La navigabilité de la rivière, jusqu'à la Loire, était parfois incertaine. Le voyage se terminait parfois bien avant Paris, par naufrage : les barrages, naturels ou artificiels, compliquaient sérieusement la tâche des mariniers. Mais les marchandises trouvaient aussi parfois preneur en cours de route.

Grâce au canal de Briare ouvert en 1644, les sapinières passaient de la Loire vers la Seine, et de là remontaient sur Paris avec leur cargaison. D'autres allaient vers Orléans ou Nantes, en suivant la Loire. Une fois arrivées à bon port et amarrées, et une fois les marchandises vendues, les sapinières finissaient démantelées en bois de chauffage, ou en bois de charpente. Puis, les mariniers rentraient à pied à Brassac-les-Mines, avec l'argent cousu dans la doublure de leur blouse. Une fois rentrés, ils construisent un autre bateau, le chargent de nouveau puis repartent vers Paris. Les mariniers ou leurs ouvriers qui ont gagné suffisamment d'argent s'installent à Paris comme bougnats.

Les bougnats parisiens, spécialistes auvergnats en "Vin, Bois et Charbons", trouvent ici leur origine, et c'est de là que commence la légende des Auvergnats de Paris.

Saint-Nicolas est le patron des mariniers. Point nautique sur le vaste plan d'eau du Port, sa statue ornait un coin du mur de la place Saint-Nicolas à Brassac-les-Mines. Elle disparut en 1903-1904.

Certains mariniers sont devenus pêcheurs au filet lorsque le chemin de fer a fait disparaître les transports fluviaux. L'Allier a été rayée de la liste des voies navigables et flottables par décret du 27 juillet 1957.

Ces sapinières étaient remplies dans un premier temps de produits régionaux et du vin car à cette époque l’Auvergne produisait du vin puis avec les exploitations minières du 19éme siècle celles-ci transportaient du charbon.

Ces sapinières ainsi remplies naviguaient grâce aux chemins de halages le long des cours des rivières en direction de Paris tout d’abord par l’Allier puis par la Loire et enfin elles empruntaient le canal de Briare * pour relier la Seine qui lui a été construit en 1642 on peut aussi imaginer que le port de Brassaget a commencé à fonctionner à cette époque.

Les barges partaient en convoi afin de pouvoir s’entraider et de décourager les voleurs.

Arrivée à Paris les bateliers vendaient la marchandise et démontaient les barges pour vendre le bois afin que les parisiens puissent se chauffer.

Ensuite ils s’en retournaient en Auvergne toujours en groupe avec le fruit de leur cargaison .

De ce port il y avait une navette de passeur qui permettait de relier Brassac à Vézézoux.

*Canal de Briare

(1642/1895)

Le Canal de Briare est long de 57 km et il comporte 38 écluses.

Il relie le sud du Canal du Loing, près de Montargis, à la Loire à Briare.

Il a été le premier canal à bief de partage en

Europe, assurant la liaison entre deux bassins versants avec le problème de l’alimentation en eau au point le plus haut : un système complexe de lacs et de petits canaux a permis d’y remédier

. En 1895 une usine élévatoire refoulant l’eau de la Loire a renforcée ce dispositif.

L’échelle de Rogny(1642) comporte 7 écluses: elle était la première construite en France.

Elle rattrape une différence de niveau de 24 m. Elle est classée monument historique.

Voyage de Monnet dans la Haute-Loire et le Puy-de-Dôme, 1793-1794 / publié par Henry Mosnier -impr. de M.-P. Marchessou (Le Puy)-1875 Informations détaillées
Livre en mode image et en mode texte, recherche plein texte disponible

  • Tout y sent, d'ailleurs, la plus grande misère et je dus y être bien accueilli, lorsque les habitants virent que je faisais tous mes efforts pour animer leur industrie et les rendre participants des grands profits que procure aux habitants de Brassac, de Brassaget et de Jumeaux, le commerce des bateaux Monnet, accompagné de sa fille, partit donc pour 1'Auvergne, dans les premiers mois de l'année 1793, et- vint se fixer à Brassaget, petite localité voisine de Brassac Je fis d'abord quelques difficultés, en objectant mes grandes occupations qui, en effet, n'étaient pas petites car alors malgré que la saison fût très avancée, je faisais construire un cllen1in et un pont et, en même temps, déblayer un port au-dessous de la petite ville d'Auzon (1), pour déposer les bois propices à la construction des bateaux

    Extrait 1 :

    Extrait 2 :

    Extrait 3 :

Voici un exemple d'extarit qui se trouve à la fin de l'article pour ceux qui veulent approfondir les recherches.

Mémoire sur le projet du chemin de fer de l'Allier de Nevers au bassin houiller de Brassac... / [signé Victor Reytier et Cie] -impr. de F. Locquin (Paris)-1838 Informations détaillées
Livre en mode image et en mode texte, recherche plein texte disponible

  • 39 Quant au point d'arrivée, au lieu de s'arrêter au confluent de l'Alagnon , ainsi qu'on le projetait pour le canal, il a paru plus convenable de pénétrer jusqu'au centre des exploitations houillères, avec d'autant plus de raison que le port de Brassaget, oit s'arrête la ligne du chemin de fer, est l'origine de la navigation à laquelle on veut suppléer, et qu'il y avait utilité a réduire, autant que possible, la distance que doivent avoir à parcourir par le roulage, les transports de la contrée L'Allier commence à être flottable en trains au village de St-Arcons (HauteLoire), et navigable au port de Brassaget, commune de Brassac (Puy-deDôme , à la limite de ces deux départemens. D'après le tableau des distances dressé pour la perception des nouveaux droits de navigation , en conformité de la loi du 9 juillet 1836, rétendue des parties flottables et navigables comprend : la première 11 distances, et la seconde 41 (1 55 50\" d'ouverture, le tracé s'appuie sur le flanc des coteaux, traverse par une tranchée de 1181,5.4 de profondeur, le coteau de la Roche, au delà duquel il est établi en remblai sur les grèves de l'Allier, s'infléchit ensuite par deux courbes de 800\" de rayon pour éviter le hameau de Théron, contre lequel il passe, et, se tenant toujours au coteau, parallèlement au chemin de Brassac, il arrive au port de Brassaget, au niveau du sol, sur un palier horizontal de 1, 762met enfin de ce dernier

    Extrait 1 :

    Extrait 2 :

    Extrait 3 :

Le port de Brassaget et les sapinières
Le port de Brassaget et les sapinières
Le port de Brassaget et les sapinières
Le port de Brassaget et les sapinières
Le port de Brassaget et les sapinières
Le port de Brassaget et les sapinières
Le port de Brassaget et les sapinières
Le port de Brassaget et les sapinières
Le port de Brassaget et les sapinières
Le port de Brassaget et les sapinières
Le port de Brassaget et les sapinières
Le port de Brassaget et les sapinières
Le port de Brassaget et les sapinières
Le port de Brassaget et les sapinières
Le port de Brassaget et les sapinières
Le port de Brassaget et les sapinières

Ils en parlaient

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>