Gergovie en Haute Loire ?

L’histoire de France commence avec la fin de l’indépendance Gauloise en -52 avant notre ère, c’est ce qu’ont appris les plus âgés d’entre nous avec Gergovie, Alésia, et le fameux « Nos ancêtres les gaulois ». A cette époque, et depuis –118 av.JC, la limite entre nos départements d’Ardèche et de Haute Loire constituait approximativement la frontière entre les territoires soumis à Rome et la Gaule de Vercingetorix.

« Le site qui a vu se dérouler la célèbre bataille ne serait pas dans le Puy de Dôme, mais en Haute Loire, à Saint Maurice de Lignon »
Quand Baptiste Granjon m’a fait part de son hypothèse vellave sur la localisation de Gergovie, je suis resté circonspect. Cependant, je le quittai en emmenant « La guerre des Gaules» écrit par Jules César. Je découvrai un ouvrage très précis dans la description des paysages, des reliefs et même de la végétation, surtout quand il s’agit de narrer un événement militaire.

Il y est notamment décrit un périple hivernal qui, eu égard aux distances et aux temps de trajet confortent l’hypothèse vellave et est commenté par plusieurs historiens. En hiver 52 av. JC il y est relaté que Cesar arrive depuis le pays des helves (Ardèche) pour parvenir sur la frontière des Arvernes « en faisant écarter par le soldat la neige épaisse de six pieds »*  (1m80). Il ne reste que deux jours dans le pays, ordonne à sa cavalerie d’étendre ses courses aussi loin qu’il lui sera possible, afin de causer aux ennemis un plus grand effroi* , laisse le commandement des troupes au jeune Brutus, le rassure en lui disant qu’il ne sera pas absent plus de trois jours (pour aller chercher du renfort ?). Les choses ainsi réglées, il arrive en toute diligence à Vienne, sans y être attendu*. Les choses prendrons une autre tournure. Les troupes romaines et leurs alliés subirent une grande défaite, César ne reviendra pas, mais nous retiendrons que ce site est à trois jours aller-retour de Vienne, alors qu’il en aurait fallu beaucoup plus pour rallier le site officiel de l’actuelle Gergovie.

Le site de Saint Maurice de Lignon correspond à merveille à la description de Gergovie dans «La guerre des Gaules». Si aujourd’hui on accède au plateau de Saint Maurice de Lignon très simplement et rapidement par le gigantesque viaduc du Lignon, il n’en fut pas toujours ainsi. Jules César, remontant le cours du fleuve, s’est trouvé devant une forteresse naturelle constitué par les gorges de la Loire et du Lignon. Ses indications sont concordantes et certaines troublantes, vérifiables par Google Earth (localisation des ravins, des murailles…) Rappelons qu’à cette époque le Vivarais, le Velay et dans une moindre mesure le Forez constituent une zone stratégique.

Des événements et études d’historiens locaux rajoutent de la pertinence à cette hypothèse
– Le 27 janvier 1908, Jean Maisonnial, un agriculteur du village de Lapte (Haute-Loire), découvre en épierrant son champ, un vase brisé contenant 170 pièces d’or. Ces statères sont en fait des monnaies Arvernes, antérieures à la fin de l’indépendance de la Gaule.
– En 1948, un certain Chausse Vital publie un recueil sur Saint Didier en Velay intitulé «Actualité, Histoire, Tradition» où il attribue le nom des lieux dits « Champdolent » et « Bramard » à une bataille qui mis aux prises le chef romain Brutus avec les Gaulois de Vercingétorix. Celle dont nous parlions plus haut, relatée dans La guerre des Gaules ?

Vers une reconnaissance officielle ?
On écrit l’histoire qu’à partir du présent, je n’échappe pas à cette règle et suis tout d’abord un passionné d’histoire locale, amoureux de notre région. Je constate que Baptiste Grangeon avance de sérieux arguments mais pour faire entrer le Velay dans l’Histoire de France, il manque une étude « d’investigation » qui lancerait le débat. Personnellement je n’ai décelé dans l’hypothèse vellave de la localisation de Gergovie qu’une seule incohérence, alors que dans le Gergovie officiel elles sont « légions. »

Pour vous faire votre propre opinion www.gergovie-celtic-awards.com : Le site de Baptiste Granjon comporte des extraits des descriptions de Jules Cesar et de Strabron, les cartes géographiques de la Gergovie officielle et des différents oppidum concernés dans le Val d’Allier, et celle de la commune de Saint Maurice de Lignon.

Gergovie : Nom d’une ville de la Gaule antique où a eu lieu en 52 av. J.-C le siège et la bataille de Gergovie, à proximité de la cité arverne de Nemossos, terme gaulois désignant un « bois sacré ». Elle opposa les légions romaines de Jules César aux Arvernes et autres peuples gaulois rassemblés sous la conduite de Vercingétorix qui en sortirent victorieux. L’emplacement de ce lieu a été déterminé par Napoléon III sur le plateau dit de Merdogne à côté de Clermont-Ferrand.