Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 L'Auvergne Vue par Papou Poustache

Histoire d'un Viaduc: Le Garabit

6 Novembre 2015, 07:15am

Publié par cpauvergne et Eiffel

Histoire d'un Viaduc: Le Garabit

Le viaduc de Garabit.

Voici un ouvrage impressionnant qui enjambe la Truyére non loin de Saint Flour.

Retrouvez dans cet article grâce aux photos d'archives et de cartes postales les étapes de sa construction.

h

premiere-page_GF-copie-1.jpg

 

 

VlADUC DE GARABIT

Il serait trop long d'énumérer tous les travaux
gigantesques qui ont classé M. Eiffel parmi nos cons-
tructeurs les plus distingués et les plus illustres. 

 

 

En 1858, il fut attaché a l'exécution du grand pont
métallique de Bordeaux, ou il lit avec succès l'appli-
cation toute récente de l'air comprimé à la fondation
des piles.
Il s'occupa surtout de la construction des ponts en
arcs, et le fameux viaduc de Garabit, dans le Cantal,
le mit hors de pair. C'est à 122 mètres de hauteur sur
105 mètres que passe la voie aérienne. La colonne
Vendôme sur les tours Notre-Dame atteindrait juste
la hauteur de la clef de voûte de ce colossal arc-en-
ciel de fer.

 

En effet c'est à Garabit aux environs de St Flour dans le Cantal que ce bel ouvrage est situé.

Ce viaduc et sur la ligne de chemin de fer Paris-Béziers.

A l'époque la Truyère était une rivière aujourd'hui avec le barrage de Grandval c'est une retenue noyant le petit village.

 

 

 

Wikipédia

 

Le viaduc de Garabit se compose d'un tablier métallique long de 564,85 m reposant sur sept piles en fer puddlé de hauteur variable (jusqu'à 80 m pour les deux plus hautes). Les trois travées situées au-dessus de la partie la plus basse de la vallée font l'arc d'une portée de 165 m et d'une hauteur de 52 m. La partie métallique est encadrée par deux viaducs d'accès nord et sud, en maçonnerie, de 46 m et 71 m respectivement. La hauteur au-dessus de l'étiage de la Truyère était de 122,5 m, cependant depuis la construction en 1959 du barrage de Grandval sur la Truyère, qui a entraîné la formation d'un lac de retenue de 28 km de long, le viaduc surplombe le lac de 95 m.

À l'origine du projet, l'idée d'un pont métallique à grand arc enjambant la vallée revient à un jeune ingénieur, Léon Boyer, né en 1851 et mort prématurément en 1886. C'est lui qui imposa l'idée d'un tracé direct sur les plateaux et un franchissement de la Truyère à grande hauteur (120 m au-dessus du niveau d'étiage), plutôt que la solution traditionnelle qui aurait consisté à descendre la ligne par les vallées affluentes pour franchir la Truyère par un ouvrage plus modeste, solution plus coûteuse en exploitation par la suite.

Pour ce franchissement, il était exclu de recourir au pont suspendu, à cause des risques d'oscillations, et il était impossible d'envisager à l'époque des piles de plus de 65 m de haut. Léon Boyer s'est inspiré de l'exemple du viaduc Maria Pia sur le Douro (Portugal). Ce viaduc construit également par la maison Eiffel avait été conçu par un autre associé d'Eiffel, Théophile Seyrig, et inauguré en 1877. Il comporte un arc métallique de 160 m de portée, avec une flèche d'intrados de 37,50 m.

Le viaduc est exposé en miniature au parc France Miniature, un grand parc d'une cinquantaine d'hectares qui expose une centaine de monuments français en miniature, à Élancourt dans les Yvelines.

Le viaduc fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le 14 septembre 19651.

 

http://www.garabit-viaduc-eiffel.com/

 

Ici, le rail conquiert peu à peu le relief escarpé du Massif Central : Saint-Flour est relié à Clermont-Ferrand, Marvejols à Béziers … Pourtant, au plus profond des gorges de la Truyère, résonnent les cris des bouviers : « Gara als biau » … Garabit ? Nous sommes en 1880, les travaux d’un ouvrage d’art exceptionnel démarrent. Nous sommes à Garabit, pour 4 ans d’exploits humains et de prouesse technique.

Quelques 125 ans plus tard, l’œuvre rayonne de son rouge poinsettia au dessus de la Truyère et brille de mille feux, la nuit, tel un décor des contes des mille et une nuits. Initié par Léon Boyer, l’ingénieur et Gustave Eiffel, le visionnaire, Garabit est encore aujourd’hui l’un des plus remarquables ouvrages d’art jamais construits.

Cet édifice, doté d’une arche monumentale, a été le plus grand ouvrage métallique du monde. Il fut aussi et surtout un véritable laboratoire en vue de la construction de la Tour Eiffel. Témoignage de l’audace des constructeurs du XIXème siècle et magnifique exemple de la technologie des structures métalliques assemblées par rivets, ce géant d’un autre temps n’a pas à rougir de son contemporain, le viaduc de Millau. A l’époque, son élégance le classe parmi les plus beaux ouvrages du monde !

Situé dans l’est du Cantal à 1 heure au sud de Clermont-Ferrand, l’environnement touristique de Garabit est exceptionnel : de la Margeride aux portes de l’Aubrac, de Saint-Flour, Pays d’art et d’histoire, aux gorges profondes de la Truyère, c’est un lieu idéal de découverte et de séjour.

 

Vous retrouverez en photos quelques phases de la construction .

Provenance de

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b12001845.r=viaduc+garabit.langFR

 

Vous verrez également à l'aide de quelques cartes postales de 1900 la Truyère et son vieux pont.

 

 

 

27 Juin 1882

 

 

 

27 Juin 1882-2

 

27 Juin 1882

 

 

 

27 Juin 1882

 

Image3

 

 

Image1

 

 

Image2

 

 

11 Juillet 1883

 

11 juillet 1883-5

 

 

 

11 Juillet 1883

 

11 juillet 1883-4

 

11 Juillet 1883

 

11 juillet 1883-3

 

11 juillet 1883

 

11 juillet 1883-2

 

Photo du 11 juillet 1883

 

11 juillet 1883

 

Photo de 1889

 

1889

Numériser0008

Numériser0005

 

Numériser0002

 

 

Numériser0004

Numériser0007

 

Numériser0006

DSC01507 GF

DSC01519 GF

Numériser0001

 

 

viaduc_GF-copie-1.jpg

Commenter cet article

Desmoulieres 08/08/2016 09:50

Tres bel ouvrage que je vais voir tres bientôt

bondurri 28/12/2014 16:18

supers documents merci monsieur effeil et vous papou trés joli aussi la nuit !!