Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 L'Auvergne Vue par Papou Poustache

Auvergne industrielle:Les tanneries du Puy en Velay

9 Juin 2015, 05:00am

Publié par Papou Poustache

Auvergne industrielle:Les tanneries du Puy en Velay

Voici un petit article sur les tanneries du puy avec coupures de journaux et vidéo de 1965

Texte de L'èveil

Photo d'archives.

Photo d'archives.

Raymond Vacheron publie une chronique fouillée et passionnante de cette entreprise qui a employé 5000 personnes depuis 1948. Raymond Vacheron n'est pas seulement le syndicaliste fougueux qui passe en photo régulièrement dans l'Eveil sur des piquets de grève aux quatre coins du département. On ne peut non plus le réduire au militant politique farouchement de gauche et ancien élu de la ville du Puy et de la communauté d'agglomération.


 

Car il y a un autre Raymond Vacheron, passionné par l'histoire locale (son livre Meurtre au Maquis sur un épisode de la résistance sur le plateau Vivarais-Lignon est une référence dans le milieu) et surtout sensible à la cause ouvrière, véritable encyclopédie vivante des conflits sociaux qui ont façonné la Haute-Loire.
L'homme aux bouclettes blanches et à la verve mobilisatrice y révèle une plume fine, et une écriture historique redoutable et vigoureuse.
C'est ce Raymond Vacheron là qui a signé il y a quelques mois 60 pages passionnantes sur l'histoire des Tanneries du Puy.
Le syndicaliste, spécialiste du cuir et de l'industrie textile au niveau national et référent pour la CGT, écrit une chronique de la naissance et de l'évolution de cette entreprise après avoir consulté des tomes d'archives officielles et réuni plusieurs collections personnelles d'anciens tanneurs.
Sa motivation à se plonger dans ce travail titanesque se trouve dans sa conclusion : "Les tanneurs d'hier et d'aujourd'hui ont construit la ville en partie, et modifié la Haute-Loire en profondeur, démontrant l'importance de l'industrie pour les territoires. Ils ont donné naissance à un puissant mouvement syndical porteur d'espoir et de progrès social pendant le développement de l'entreprise, et capable de résister durant les crises à la désespérance et aux difficultés. La dureté des métiers du cuir et de la crise ne doivent pas briser l'espoir et la tendresse de la vie et le bonheur à construire ensemble".

A retrouver dans les pages
de notre édition papier datée
de jeudi 4 octobre 2012.

Reportage sur les tanneries du Puy des établissements Floquet Interview de Monsieur Marius ???, Secrétaire Général des Tanneries du Puy, sur l'histoire de ces tanneries et sur leur importance économique. Les débouchés ainsi que les différents produits fabriqués sont aussi présentés.

  • Emission
  • Vie économique
  • Production
  • producteur ou co-producteur
    Office national de radiodiffusion télévision française Clermont-Ferrand
  • Générique
  • journaliste
    Gelin, Jean Claude
Image d'archives.
Image d'archives.

Le tribunal de commerce de la Haute-Loire est en train d'enregistrer deux offres pour la reprise des Tanneries du Puy qui sont en procédure de redressement judiciaire jusqu'au 1er octobre prochain. Celle de Jean-Michel Socquet (déposée sous l'appelation CYR), un chef d'entreprise installé sur la Haute-Loire depuis 8 ans, et celle de Denis Lemercier et J.M. Weston.


 

Denis Lemercier travaille actuellement pour le groupe EPI, la holding qui gère les actifs de la famille Descours, originaire de Haute-Loire, associée à la marque de chaussures de luxe Weston, un client important des Tanneries depuis des années.
Les deux repreneurs qui sont en train d'affiner leurs offres devant le tribunal de commerce, ont été reçus mercredi par les élus du comité d'entreprise des Tanneries.
Autour de la table, salariés, représentants syndicaux et des deux associations qui gèrent l'entreprise actuellement ont tout d'abord appris que les deux projets proposaient de garder les 117 salariés actuellement en poste sur le site.
La situation financière est en revanche catastrophique avec des créances à hauteur de 7 millions d'euros, environ, annoncé dans un premier temps.
Ce chiffre a été, depuis, revu à la baisse (créances indues, négociations...) à près de 5,4 millions d'euros.
Et il pourrait être encore renégocié, autour de 2,5 millions d'après des sources proches du dossier.
Le premier repreneur intéressé, Jean-Michel Socquet, 55 ans, a été reçu par le CE mercredi matin.
Ce chef d'entreprise vient de revendre la maison de santé et de soins Le Clos de Beauregard à Chadrac dont il était propriétaire et dirigeant depuis 7 ans. Né d'une mère auvergnate et alors étudiant à Clermont-Ferrand, il a connu les Tanneries du Puy quand il était en stage en tant qu'étudiant chez un expert-comptable. Il a ensuite créé un cabinet d'expertise-comptable à la Réunion puis s'est expatrié au Canada avant de revenir en Haute-Loire.

Commenter cet article