Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
 L'Auvergne Vue par Papou Poustache

Usine d'injection de poteaux à Saint Alyre

5 Janvier 2016, 06:22am

Publié par Papou Poustache

Usine d'injection de poteaux à Saint Alyre
Au début du XXème S. s’installent les chantiers d’injection de poteaux (Gaillard et Batisse). Le train arrive et transformera l’économie de St-Alyre, dont on dit que sa gare fut la 2ème de France, en transport de bois.
l'industrie du bois jusqu'à la fin des années 70, comme en témoigne encore aujourd'hui la tour à injection qui était utilisée pour traiter les poteaux télégraphiques. Saint Alyre a compté jusqu'à 5 scieries et deux chantiers d'injection qui firent de la commune la seconde gare en France pour le transport du bois.
Usine d'injection de poteaux à Saint Alyre

Tour d'injection

Dés 1902 , le chemin de fer desservit St Alyre d'Arlanc avec à la clé un nouvel essor économique.
St Alyre compta jusqu'à 5 scieries et sa gare devint la 2 ème de France pour le transport du bois.
En 1897, l'injection des poteaux télégraphiques fut introduite en Livradois par des étrangers au pays : Mr Gaillard de Béziers
et ses ouvriers cantaliens et lozériens.
Le processus consistait à injecter dans les résineux locaux un produit censé les rendre imputrescibles.
Un mélange d'eau et de sulfate de cuivre (10 %) était stockée dans une fosse étanche à la base de la tour. Il était alors envoyé dans la
plus haute des 3 cuves et redescendait de cuve en cuve par gravité jusqu'aux troncs d'arbre à injecter.
Les poteaux ainsi conditionnés étaient destinés aux lignes téléphoniques, télégraphiques ou électriques.

Numéro du petit patrimoine : 63312_1

Usine d'injection de poteaux à Saint Alyre
Usine d'injection de poteaux à Saint Alyre
Usine d'injection de poteaux à Saint Alyre
Usine d'injection de poteaux à Saint Alyre
Usine d'injection de poteaux à Saint Alyre

Ils en parlaient

 

Le Temps (Paris. 1861) - 1861-1942

 
 

Informations détaillées
Ce document est disponible en mode texte

Notice complète

Titre :
 Le Temps (Paris. 1861)
Titre :
 Le Temps
Éditeur :
 [s.n.] (Paris)
Date d'édition :
 1861-1942
Type :
 text
Type :
 texte
Type :
 publication en série imprimée
Type :
 printed serial
Langue :
 fre
Format :
 application/pdf
Description :
 Périodicité : Quotidien
Description :
 Etat de collection : N° 1 (25 avr. 1861)-n° 27147 (31 déc. 1935)
Description :
 Appartient à l’ensemble documentaire : FranceJp0
Source :
 Bibliothèque nationale de France
Provenance :
 Bibliothèque nationale de France
Date de mise en ligne :
 15/10/2007

Voir les commentaires

Treboul dans le Cantal

5 Janvier 2016, 05:23am

Publié par Papou Poustache

Treboul dans le Cantal

Treboul le long de la Truyere dans le Cantal et son pont avant la construction du barrage de Sarrans.

Photos de la collection de Gérard Pioche

Treboul dans le Cantal
Treboul dans le Cantal
Treboul dans le Cantal
Treboul dans le Cantal
Treboul dans le Cantal
Treboul dans le Cantal
Treboul dans le Cantal
Treboul dans le Cantal
Treboul dans le Cantal
Treboul dans le Cantal
Treboul dans le Cantal
Treboul dans le Cantal
Treboul dans le Cantal
Treboul dans le Cantal
Treboul dans le Cantal
Treboul dans le Cantal
Treboul dans le Cantal
Treboul dans le Cantal
Treboul dans le Cantal
Treboul dans le Cantal
Treboul dans le Cantal
Treboul dans le Cantal
Treboul dans le Cantal
Treboul dans le Cantal
Treboul dans le Cantal
Treboul dans le Cantal
Treboul dans le Cantal
Treboul dans le Cantal
Treboul dans le Cantal
Treboul dans le Cantal
Treboul dans le Cantal
Treboul dans le Cantal
Treboul dans le Cantal
Treboul dans le Cantal
Treboul dans le Cantal
Treboul dans le Cantal
Treboul dans le Cantal
Treboul dans le Cantal
Treboul dans le Cantal
Treboul dans le Cantal
Treboul dans le Cantal
Treboul dans le Cantal
Treboul dans le Cantal
Treboul dans le Cantal
Treboul dans le Cantal

Voir les commentaires

Laussac La Devese dans le Cantal

5 Janvier 2016, 05:18am

Publié par Papou Poustache

Laussac La Devese dans le Cantal

Voici encore des photos anciennes du village de Laussac provenant de la collection à Gérard Pioche

Laussac La Devese dans le Cantal
Laussac La Devese dans le Cantal
Laussac La Devese dans le Cantal
Laussac La Devese dans le Cantal
Laussac La Devese dans le Cantal
Laussac La Devese dans le Cantal
Laussac La Devese dans le Cantal
Laussac La Devese dans le Cantal
Laussac La Devese dans le Cantal
Laussac La Devese dans le Cantal
Laussac La Devese dans le Cantal
Laussac La Devese dans le Cantal
Laussac La Devese dans le Cantal
Laussac La Devese dans le Cantal
Laussac La Devese dans le Cantal
Laussac La Devese dans le Cantal
Laussac La Devese dans le Cantal
Laussac La Devese dans le Cantal
Laussac La Devese dans le Cantal
Laussac La Devese dans le Cantal
Laussac La Devese dans le Cantal
Laussac La Devese dans le Cantal
Laussac La Devese dans le Cantal
Laussac La Devese dans le Cantal
Laussac La Devese dans le Cantal
Laussac La Devese dans le Cantal
Laussac La Devese dans le Cantal
Laussac La Devese dans le Cantal
Laussac La Devese dans le Cantal
Laussac La Devese dans le Cantal
Laussac La Devese dans le Cantal
Laussac La Devese dans le Cantal
Laussac La Devese dans le Cantal
Laussac La Devese dans le Cantal
Laussac La Devese dans le Cantal
Laussac La Devese dans le Cantal
Laussac La Devese dans le Cantal

Voir les commentaires

Randonnée autour de Jumeaux

3 Janvier 2016, 18:35pm

Publié par Papou Poustache

Randonnée autour de Jumeaux

Aujourd'hui ascension du Mont Faucon à Jumeaux dans le Puy de dôme.

8.760km de randonnée tranquille cet après midi petit détour pour éviter une battue au sanglier.

Voici quelques photos de cette balade.

En fin d'article vous verrez le détail du parcours

Randonnée autour de Jumeaux

Une boucle sur les premières hauteurs du Livradois jusqu'au Suc de la Grive puis au rocher Montfaucon, qui domine le bassin minier et offre un beau point de vue sur Nonette, Ysson, le Montcelet, le massif du Sancy et le Cézallier

 
 
Randonnée autour de Jumeaux
Randonnée autour de Jumeaux
Randonnée autour de Jumeaux
Randonnée autour de Jumeaux
Randonnée autour de Jumeaux
Randonnée autour de Jumeaux
Randonnée autour de Jumeaux
Randonnée autour de Jumeaux
Randonnée autour de Jumeaux
Randonnée autour de Jumeaux
Randonnée autour de Jumeaux
Randonnée autour de Jumeaux
Randonnée autour de Jumeaux
Randonnée autour de Jumeaux
Randonnée autour de Jumeaux
Randonnée autour de Jumeaux
Randonnée autour de Jumeaux
Randonnée autour de Jumeaux

Une boucle sur les premières hauteurs du Livradois jusqu'au Suc de la Grive puis au rocher

 

Montfaucon, qui domine le bassin minier et offre un beau point de vue sur Nonette, Ysson, le

 

Montcelet, le massif du Sancy et le Cézallier. 

 

Durée :3h15

 

Difficulté :Facile

 

Distance :8.760km

 
 

Retour point de départ :

 
 

Dénivelé positif :316m

 

316m

 
 
 
 
 
 
 

Point haut :716m

 
 

Commune :Jumeaux (63570)

 
 
 

 

Description

 

Départ du bureau de poste de Jumeaux. Prendre la rue du Stade. Au bout

 

de la rue, tourner à droite (balisage vert). Au croisement, à la borne

 

d'incendie, prendre le raidillon à gauche (chemin de Chasseix, toujours

 

balisé en vert).

 

À la patte d'oie, prendre à gauche, mais peu importe: on retrouve le chemin

 

de droite un peu plus haut, à l'entrée du bois de chênes, où l'on tourne à

 

gauche pour continuer l'ascension.

 

Trente minutes après le départ, sous le Suc de la Grive, on rencontre un large chemin (panorama: Cézallier et massif du Sancy), que

 

l'on emprunte à gauche pour suivre désormais le fléchage jaune jusqu'à la D33. Traverser la route et abandonner le balisage jaune

 

pour prendre le chemin presque en face. Monter vers le bois. Suivre le chemin principal, tout droit, en laissant successivement un

 

chemin à droite puis un autre à gauche.

 

Peu après la ligne haute tension, après environ 1 heure de marche, on atteint un carrefour. À gauche, un détour de 50m par un sentier

 

permet d'accéder au point de vue du Rocher Montfaucon (panneau).

 

Revenir au chemin principal pour continuer tout droit (balisage vert), laisser un chemin à droite puis un second à gauche pour

 

atteindre un carrefour. Le chemin le plus à gauche, moins bien tracé que les autres, conduit au sommet de la colline, mais n'offre pas

 

de point de vue. Nous prendrons donc la large piste qui descend à gauche et contourne cette éminence. A la patte d'oie, prendre à

 

gauche, puis laisser deux chemins à droite pour atteindre un carrefour (sur la gauche, dans les broussailles, une cabane) où l'on

 

tourne à droite. Sous la ligne à haute tension, on va tout droit. On passe devant une propriété, on laisse sur la droite le "chemin de la

 

plantation". Au chenil, continuer sur la gauche. Le chemin descend en longeant le ruisseau jusqu'à la D33. Franchir le pont pour

 

monter la route à gauche puis prendre le premier chemin à droite.

 

On passe à côté d'un pigeonnier avant d'entrer dans Jumeaux. Au premier carrefour, prendre la rue de Riouvey à gauche puis la rue

 

du Stade, à droite, qui nous conduit à notre point de départ

Voir les commentaires

Epiphanie et la galette

3 Janvier 2016, 08:41am

Publié par Papou Poustache

Epiphanie et la galette

La galette

Nous sommes le 3 Janvier jour de l’Épiphanie aujourd’hui la tradition veut que l’on mange la galette.

Certes l’origine de la galette c’est la Bretagne mais c’est dans toute la France et en ce qui nous concerne c’est en Auvergne que nous la dégustons.

Vous y verrez les origines de la galette, histoire de l’épiphanie, pourquoi une fève dans la galette.

Il y aura également la recette de la galette que je vais manger ce jour faite par Agnès ma femme.

Epiphanie et la galette

Tradition

Aujourd’hui, la tradition veut que pour le ‘Jour des rois’, on partage un gâteau appelé galette. Selon la région, il s’agit soit d’un gâteau feuilleté soit d’un gâteau brioché.  Dans cette galette est dissimulée une fève. Celui qui mange la part contenant la fève est déclaré roi. La coutume veut que le plus jeune de la famille se glisse sous la table pour désigner qui aura quelle part. Ainsi, personne ne peut tricher. On pose une couronne sur la tête du roi qui doit alors choisir sa reine (ou le contraire).

Epiphanie et la galette

La galette des rois

A l’époque des Romains, on fêtait les Saturnales. Ces fêtes duraient 7 jours et chacun avait le droit de faire ce qu’il voulait. C’est à ce moment là qu’est venue la tradition de donner des gâteaux à ses amis. Sous l’Ancien Régime, on appela cette tradition ‘le gâteau des rois’ car on le donnait au même moment que sa redevance (comme les impôts) et il fallait en offrir un à son seigneur.
Aujourd’hui, la tradition veut que pour le ‘Jour des rois’, on partage un gâteau appelé galette. Selon la région, il s’agit soit d’un gâteau feuilleté soit d’un gâteau brioché.
Dans cette galette est dissimulée une fève. Celui qui mange la part contenant la fève est déclaré roi. La coutume veut que le plus jeune de la famille se glisse sous la table pour désigner qui aura quelle part. Ainsi, personne ne peut tricher. On pose une couronne sur la tête du roi qui doit alors choisir sa reine (ou le contraire).
Dans certaines familles, on laisse de côté la "part du pauvre" ou celle du "Bon Dieu", offerte le plus souvent au visiteur imprévu.

Epiphanie et la galette

L'origine de l'Epiphanie

Symbole d’une fête durant laquelle la part du pauvre était à l’honneur et faisait l’objet de rituels, la galette des Rois, qui le temps d’une Révolution devint la galette de la Liberté, se distingue par sa célèbre fève sur laquelle on ne risquait pas autrefois de se casser les dents.

C’est en commémoration de l’apparition de l’étoile aux rois mages Balthazar, Melchior et Gaspard, et de la visite qui s’ensuivit aux lieux solennisés par la naissance de Jésus, que l’Église a institué la fête de l’Épiphanie, ainsi nommée des deux mots grecs épi (sur) et phanéiä (révélation)...

 

 

 

Les rois mages

L'Épiphanie, ou fête des rois, commémore la visite des trois rois mages, Melchior, Gaspard et Balthazar venus porter des présents à l'enfant Jésus : de la myrrhe, de l’encens et de l’or.
Pour trouver leur chemin jusqu'à la crèche, les mages ont suivi une étoile plus brillante que toutes les autres. C’est ce qui les a guidés et on l’appelle l’étoile du berger.

Pourquoi y-a-t'il une fève dans la galette des rois ?

 

D’autres légendes sur l’épiphanie…

Une légende raconte que la fève serait née le jour ou Peau d’Ane avait oublié sa bague dans un gâteau destiné au prince. En fait, son utilisation remonte certainement au XIIIe siècle. La fève existe sous de nombreuses formes et dans différentes matières, il y en a pour tous les goûts. Du haricot sec à la fève dorée à l’or fin 24 carats, on peut en trouver en plastique blanc ou, la plupart du temps, en porcelaine. La fève est devenue un véritable objet de collection ! Ainsi le Musée de Blain en conserve plus de 10 000. Les collectionneurs de fèves sont appelés les fabophiles.

Epiphanie et la galette

Galette des Rois (Gratuité de la)
jadis offerte par les boulangers

 

Du XVIIe siècle aux années 1910, la coutume voulait que les boulangers offrissent gratuitement une galette des Rois à leurs clients, non sans quelques velléités des artisans confectionnant alors ce traditionnel mets de l’Epiphanie d’y mettre un terme, certains chiffrant l’usage à un mois de bénéfice de leur commerce. Aujourd’hui « commerciale » la galette se trouve être désormais de surcroît un produit de fabrication majoritairement industrielle...

Comme tous les ans, les cris éclateront encore, dans toutes les familles où la galette du boulanger sera la bienvenue, chaque fois que les favoris du sort porteront leur verre à leurs lèvres : « Le roi boit ! la reine boit ! », se rassure un journaliste de La Tradition en 1904. Il faut bien le dire, d’ailleurs, les boulangers ne verraient pas, eux, sans un certain plaisir la disparition d’une coutume qui leur est fort onéreuse, s’empresse-t-il d’ajouter.

Certains nous l’avouaient, ajoutant qu’il avait été question de remplacer le gâteau offert au client par un don au bureau de bienfaisance. Mais l’accord n’avait pu se faire, les uns craignant de mécontenter leur clientèle, les autres faisant remarquer que la remise de la galette des Rois est le prétexte donné aux porteuses de pain pour recevoir leurs étrennes.

 L’intérêt du maintien ou de la suppression de la tradition est sérieux pour les boulangers, car l’un d’eux nous disait que le gâteau ainsi offert, et dont le volume est proportionné à l’importance du client, lui revient de 1 franc à 3 francs. Bien entendu, la dépense totale est d’autant plus considérable que la clientèle est plus nombreuse. En résumé, il nous déclarait que cet usage lui coûtait les bénéfices d’un mois de son commerce.

La suppression de la galette offerte par les boulangers n’entraînerait pas la disparition du gâteau des Rois, mais elle porterait assurément un coup sensible à cette tradition qui s’est déjà sensiblement modifiée à travers les siècles. La « fève » depuis longtemps, on le sait, n’est plus une fève, mais le plus souvent un petit baigneur en porcelaine, transformation dont, seuls, se sont plaints les gens qui avalaient sans sourciller la légumineuse afin de ne pas payer « quelque chose ».

Puis, la galette n’étant pas du goût de tout le monde voulant néanmoins tirer les Rois, les pâtissiers ont depuis longtemps pris l’habitude de glisser une fève – en porcelaine, toujours – dans les gâteaux de diverses sortes. Et comme certaines personnes trouvent dans le renouvellement de la fête une aimable distraction, ce n’est plus seulement la veille et le jour de l’Epiphanie que les gâteaux en sont garnis, mais encore durant tout le mois de janvier.

La recette

 

Temps de préparation : 10 minutes
Temps de cuisson : 20 minutes

Ingrédients (pour 6 personnes) : - 2 pâtes feuilletées
- 140 g de poudre d'amandes
- 100 g de sucre fin
- 2 oeufs
- 75 g de beurre mou

-Une cuillière à café de liqueur d’amandes amères

-crème pâtissière (1/4 de litre de lait et 1 œuf ,60g farine et 35g sucre  un peu de vanille).
- 1 jaune d'oeuf pour dorer
- 1 fève

Epiphanie et la galette

Dans un saladier, mélanger la poudre d'amandes, le sucre, les 2 oeufs et le beurre mou.

Epiphanie et la galette

Rajouter la crème pâtissière

Epiphanie et la galette

Placer une pâte feuilletée dans un moule à tarte, piquer la pâte avec une fourchette.

Epiphanie et la galette

Placer la pâte obtenue dans le moule à tarte et y cacher la fève.

Epiphanie et la galette

Recouvrir avec la 2ème pâte feuilletée, en collant bien les bords.

Epiphanie et la galette

Faire des dessins sur le couvercle et badigeonner avec le jaune d'oeuf.
Enfourner pendant 20 à 30 min à 200°C (thermostat 6-7); vérifier régulièrement la cuisson !

Epiphanie et la galette

Bon appétit

Epiphanie et la galette

Voir les commentaires