Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
 L'Auvergne Vue par Papou Poustache

Malviéres

5 Octobre 2016, 18:23pm

Publié par Papou Poustache

Malviéres
Voici les photos du village de Malvières et des alentours.
Pour rappel, et pour situer ces images dans leur contexte, Malvières est situé dans le département de la Haute-Loire de la région de Auvergne Rhône Alpes et a une surface de 13.72 km ² pour une population de 132 habitants. La carte de France du village de Malvières est présente en bas de page.
Malviéres

Malvières est un petit village du centre de la France.

Le village de Malvières appartient à l'arrondissement de Brioude et au canton de La Chaise-Dieu. Le code postal du village de Malvières est le 43160 et son code Insee est le 43128. Les habitants de Malvières se nomment les Malvièrois et les Malvièroises.

Malviéres
Malviéres
Malviéres
Malviéres
Malviéres
Malviéres
Malviéres
Malviéres
Malviéres
Malviéres
Malviéres
Malviéres
Malviéres
Malviéres
Malviéres
Malviéres
Malviéres
Malviéres
Malviéres
Malviéres
Malviéres
Malviéres
Malviéres
Malviéres
Malviéres
Malviéres
Malviéres
Malviéres
Malviéres
Malviéres
Malviéres

Généalogie

http://www.geneanet.org/histoire-ville-village-commune/malvi%C3%A8res-43128.html

BARD Malvières, 43160 (Haute Loire, Auvergne, France) 1801 - 1930

COTTIN Malvières, 43160 (Haute Loire, Auvergne, France) 1771 - 1894

DESMURES Malvières, 43160 (Haute Loire, Auvergne, France) 1696 - 1824

GAILLARD Malvières, 43160 (Haute Loire, Auvergne, France) 1683 - 1813

MALCROS Malvières, 43160 (Haute Loire, Auvergne, France) 1687 - 1801

MARCONNET Malvières, 43160 (Haute Loire, Auvergne, France) 1721 - 1797

PEYRE Malvières, 43160 (Haute Loire, Auvergne, France) 1738 - 1825

PINAT Malvières, 43160 (Haute Loire, Auvergne, France) 1686 - 1896

RAFFIER Malvières, 43160 (Haute Loire, Auvergne, France) 1686 - 1760

ROUSSEL Malvières, 43160 (Haute Loire, Auvergne, France) 1717 - 1835

Voir les commentaires

Viverols d'hier

5 Octobre 2016, 06:05am

Publié par Papou Poustache

Viverols d'hier

Voici le petit village de Viverols tel que nos parents l'ont connu et ainsi que leurs enfants de plus de cinquante ans .

Viverols d'hier
Viverols d'hier
Viverols d'hier
Viverols d'hier
Viverols d'hier
Viverols d'hier
Viverols d'hier
Viverols d'hier
Viverols d'hier
Viverols d'hier
Viverols d'hier
Viverols d'hier
Viverols d'hier
Viverols d'hier
Viverols d'hier
Viverols d'hier
Viverols d'hier
Viverols d'hier
Viverols d'hier
Viverols d'hier
Viverols d'hier
Viverols d'hier
Viverols d'hier
Viverols d'hier
Viverols d'hier
Viverols d'hier
Viverols d'hier
Viverols d'hier
Viverols d'hier
Viverols d'hier
Viverols d'hier
Viverols d'hier
Viverols d'hier

Voir les commentaires

La courade

4 Octobre 2016, 19:25pm

Publié par Papou Poustache

La courade
Dans le Cantal et le nord de l’Aveyron voisin, la courade – ou saucisse de mou – présente l’originalité d’être faite avec du poumon de porc(voir aussi pormonier). Etymologiquement, le terme courade désigne les entrailles de l’animal, ce qui le rapproche de la terminologie anatomique corée, équivalent de la fressure, c’est-à-dire l’ensemble poumons, cœur et foie. On la surnomme la saucisse du cousin parce que la tradition voulait que l’on offre un présent au cousin venu donner un coup de main le jour de la tuade du cochon Mais plutôt que de lui offrir de la saucisse sèche, on lui offrait de la courade aux abats. Elle se compose de poumons blanchis, de cœur et de chair à saucisse. Généralement vendue à cuire, certains la préfèrent sèche, en raison de la saveur particulière communiquée par les abats salés.
Les amateurs locaux qui la mangent cuite apprécient un léger séchage préalable avant de la mettre dans une soupe ou une potée !
La saucisse de pomme de terre, dans le massif du Cézallier, au nord du Cantal, contient une farce à base d’abats hachés – couenne, cœur, maigre, gras –
et de pommes de terre précuites coupées en dés, assaisonnée avec sel, poivre et ail. Elle se retrouve sous le même nom, avec ail, mais sans abats, dans le nord de la Lozère, du côté de Saint-Chély-d’Apcher.
La courade

La version la plus répandue comporte, outre le foie qui domine nettement, de la rate, du cœur, des pointes de poumon, des viandes de parage, de la poitrine, du gras de bardière, du sang en proportion variable selon les lieux. La mêlée est salée entre 18 et 20 grammes par kilo, moins que pour le saucisson, et poivrée. On ajoute du vin, souvent avec de l’ail écrasé, et des aromates, dont la nature varie d’un fabricant

à l’autre (laurier, romarin par exemple). Le produit destiné à la vente en frais sera plus gras que celui destiné à la sèche. En général, le  ficatellu subit un léger fumage, puis un séchage, d’une dizaine de jours pour le frais, de plusieurs mois pour le sec. Dans la vallée du Prunelli, un produit voisin –  u fittonu

– comprend presque exclusivement du foie

et se consomme uniquement à l’état sec.

Autre variante le saucissons de couenne

 

Saucisses et saucissons de couenne

L’ajout de couenne dans une saucisse ou un saucisson à cuire peut

paraître à première vue quelque peu rustique... Pourtant, elle

communique une texture, ou plutôt un moelleux bien particulier,

apprécié des connaisseurs et que nul autre ingrédient ne peut imiter.

Mieux encore, certains amateurs préfèrent un produit à base de couenne

buclée, c’est-à-dire passée à la flamme, ce qui lui donne une saveur incomparable... L’embossage se fait sous menu de porc, chaudin, parfois droit de bœuf selon les endroits. Les couennes subissent en général un blanchiment préalable, avant d’être hachées séparément, puis mélangées à la viande. Leur cuisson dure en général plus longtemps que celle des autres saucisses à cuire, la couenne a la peau dure ! Il faut compter une quarantaine de minutes, et jusqu’à deux heures pour les plus grosses pièces.

Les saucisses de couenne sont très présentes dans les contreforts

du Massif central, en particulier dans le nord de l’Ardèche. Le pourcentage de couenne qui oscille entre 25 à 60% peut atteindre 100% de la composition ! Dans le Pilat (Loire), le nord de la Drôme et de l'Ardèche, vers Annonay, cette saucisse prend le nom de gueuse. Dans le nord de l’Isère, l’andouille de couenne, appelée aussi saucisson de couenne, est embossée dans un boyau plus gros. Et plus volumineux encore, les abodet, embossé dans un chaudin de fort diamètre ou dans un  cæcum, bridé, se fait à base de tête, de couenne, de viande de porc entrelardée hachée grossièrement, avec un assaisonnement et des aromates à la discrétion du fabricant. Il se consomme chaud, en tranches épaisses, avec des pommes de terre à l’eau. C’est un saucisson plutôt festif, dont l’aire d’extension se prolonge en Ardèche et jusque dans le Forez.

Voir les commentaires

Saint Sauveur la Sagne

4 Octobre 2016, 05:10am

Publié par Papou Poustache

Saint Sauveur la Sagne
Voici les photos du village de Saint-Sauveur-la-Sagne et des alentours.
Pour rappel, et pour situer ces images dans leur contexte, Saint-Sauveur-la-Sagne est situé dans le département du Puy-de-Dôme de la région Auvergne Rhône Alpes et a une surface de 7.74 km ² pour une population de 109 habitants. La carte de France du village de Saint-Sauveur-la-Sagne est présente en bas de page.
Vous pourrez voir également le monument avec les noms
Saint Sauveur la Sagne

Saint-Sauveur-la-Sagne est un petit village du centre de la France.

Le village de Saint-Sauveur-la-Sagne appartient à l'arrondissement d'Ambert et au canton d'Arlanc. Le code postal du village de Saint-Sauveur-la-Sagne est le 63220 et son code Insee est le 63398.

Le village en cartes postales anciennes

http://www.cpauvergne.com/2016/10/il-etait-une-fois-saint-sauveur-la-sagne.html

La gare

http://www.cpauvergne.com/2016/10/la-gare-de-saint-sauveur-la-sagne.html

Saint Sauveur la Sagne
Saint Sauveur la Sagne
Saint Sauveur la Sagne
Saint Sauveur la Sagne
Saint Sauveur la Sagne
Saint Sauveur la Sagne
Saint Sauveur la Sagne
Saint Sauveur la Sagne
Saint Sauveur la Sagne
Saint Sauveur la Sagne
Saint Sauveur la Sagne
Saint Sauveur la Sagne
Saint Sauveur la Sagne
Saint Sauveur la Sagne
Saint Sauveur la Sagne
Saint Sauveur la Sagne
Saint Sauveur la Sagne
Saint Sauveur la Sagne
Saint Sauveur la Sagne
Saint Sauveur la Sagne
Saint Sauveur la Sagne
Saint Sauveur la Sagne
Saint Sauveur la Sagne
Saint Sauveur la Sagne
Saint Sauveur la Sagne
Saint Sauveur la Sagne
Saint Sauveur la Sagne
Saint Sauveur la Sagne
Saint Sauveur la Sagne
Saint Sauveur la Sagne
Saint Sauveur la Sagne
Saint Sauveur la Sagne
Saint Sauveur la Sagne
Saint Sauveur la Sagne
Saint Sauveur la Sagne
Saint Sauveur la Sagne
Saint Sauveur la Sagne
Saint Sauveur la Sagne
Saint Sauveur la Sagne

Texte emprunté à

http://www.st-sauveur-la-sagne.fr/index.php

L’histoire de Clavelier

L’histoire de Saint-Sauveur débute à Clavelier. Au point culminant de ce qui est actuellement un village au Sud Est de la commune, à 920 m environ d’altitude, avait été édifié un château féodal.

L’origine du nom « Clavelier » serait dérivée de « Clavis », la Clef ou « Clavelière », l’enclume. Mais n’utilise-t-on pas l’enclume pour faire des clefs, sans doute assez volumineuses à cette époque !... Aujourd’hui encore, les parcelles de terrain à l’aval du « Château » sont dénommées « Les Farges » (forges) et semblent bien témoigner d’une époque où le travail du fer était important.

Si on s’en tient à « Clavis », la clef (même radical), cela peut indiquer aussi que ce « château » situé sur un promontoire, à 919 m d’altitude, avec immédiatement à l’Est, la vallée profonde du ruisseau de Beauche et un peu plus loin, au Nord, la vallée encore plus profonde de la Dore, constituant une « véritable clef » entre la plaine de la Dore et les plateaux boisés du Massif de la Chaise-Dieu.

Selon Madame Anne Lemerle-Baudot : « Ce dut être à l’origine un démembrement de vastes domaines de la famille de Montboissier ». Ceux-ci n’étaient-ils pas alliés aux Polignac ?... « Le Château fut-il par eux élevé contre les possibles empiètements de la puissante abbaye de Saint Robert (de la Chaise Dieu) née au milieu du XIème siècle ou lui était-il antérieur ? »

On dispose de la liste ininterrompue des propriétaires du château de Clavelier depuis 1142 Bérenger et Pons de Clavelier.

Compte-tenu des temps de déplacements, le site était bien choisi pour surveiller les alentours, donc prévenir les intrusions et, le cas échéant préparer « l’accueil ».

En 1253, Erail de Clavelier testa en faveur de sa sœur Alais, épouse de Bertrand de Saint-Nectaire. Cette famille restera propriétaire jusqu’en 1575 et sera en étroite relation avec l’abbaye de La Chaise Dieu, dont Jacques de Saint-Nectaire, dernier abbé régulier qui fut un grand bâtisseur et à qui l’on doit les tapisseries qui ornent encore l’abbaye casadéenne. D’aucuns avancent que le château qui orne le coin supérieur gauche de la tapisserie « La Résurrection » représenterait le château de Clavelier…

La seigneurie de Clavelier s’étendait sur les paroisses d’Arlanc, La Chapelle Geneste, Cistrières, Doranges, Laval, Mayres, Saint-Bonnet-le-Bourg, Saint-Alyre-d’Arlanc et Saint-Sauveur.

Cette dernière située à moins de deux kilomètres du château était le siège, depuis la fin du XIème siècle, d’un petit prieuré de deux moines et, à notre connaissance, les relations étaient parfois conflictuelles ne serait ce que pour le nombre de convives autorisés à prendre un repas annuel au Prieuré.

De cette époque datent, à notre avis, des toponymes encore usités tels que La Grange, Le Bois du Prieur, Le Pré Prieur aux abords immédiat de l’église actuelle, ancien Prieuré.

En 1596, la seigneurie de Clavelier passera par mariage dans la famille de Chazeron puis de Polignac et de la Rochefoucault-Cousage jusqu’en 1787, puis changea plusieurs fois de propriétaires alors que la dégradation de l’édifice se poursuivait.

Selon la tradition, c’est au cardinal de Richelieu, qui fut Abbé de La Chaise Dieu, que l’on devrait la destruction de Clavelier vers 1633. Au fil des années, la seigneurie réduite à quelques ares n’a plus intéressé ses propriétaires, et est devenue « carrière » où les gens des alentours s’approvisionnaient en pierres à bâtir, surtout si elles étaient taillées.

Monument aux morts

Saint Sauveur la Sagne
Saint Sauveur la Sagne
Saint Sauveur la Sagne

Généalogie

 

http://www.geneanet.org/histoire-ville-village-commune/st-sauveur-la-sagne-63398.html

CHAPELLE Saint-Sauveur-la-Sagne (Puy de Dôme, Auvergne, France) 1708 - 1768

CHAUMOND (CHOMOND) Saint-Sauveur-la-Sagne (Puy de Dôme, Auvergne, France) 1703 - 1806

PASSEMARD Saint-Sauveur-la-Sagne (Puy de Dôme, Auvergne, France) 1732 - 1802

GUÏON St Sauveur la Sagne (Puy de Dôme, Auvergne, France) 1757 - 1758

COURTINE St Sauveur la Sagne (Puy de Dôme, Auvergne, France) 1825 - 1892

GIRARD St Sauveur la Sagne (Puy de Dôme, Auvergne, France) 1792 - 1843

ARDAIL Clavelier, Saint Sauveur la Sagne (Puy de Dôme, Auvergne, France) 1743 - 1760

BRIVADIS Saint-Sauveur-la-Sagne, 63398 (Puy de Dôme, Auvergne, France) 1754 - 1856

COUPAT Saint-Sauveur-la-Sagne, 63398 (Puy de Dôme, Auvergne, France) 1752 - 1810

VERNET Saint-Sauveur-la-Sagne, 63398 (Puy de Dôme, Auvergne, France) 1752 - 1838

Voir les commentaires

Il était une fois Saint Sauveur La Sagne

4 Octobre 2016, 05:05am

Publié par Papou Poustache

Il était une fois Saint Sauveur La Sagne

Voici quelques photos et cartes anciennes du village de Saint Sauveur La Sagne

Il était une fois Saint Sauveur La Sagne
Il était une fois Saint Sauveur La Sagne
Il était une fois Saint Sauveur La Sagne
Il était une fois Saint Sauveur La Sagne
Il était une fois Saint Sauveur La Sagne
Il était une fois Saint Sauveur La Sagne
Il était une fois Saint Sauveur La Sagne
Il était une fois Saint Sauveur La Sagne
Il était une fois Saint Sauveur La Sagne
Il était une fois Saint Sauveur La Sagne
Il était une fois Saint Sauveur La Sagne
Il était une fois Saint Sauveur La Sagne
Il était une fois Saint Sauveur La Sagne
Il était une fois Saint Sauveur La Sagne
Il était une fois Saint Sauveur La Sagne
Il était une fois Saint Sauveur La Sagne
Il était une fois Saint Sauveur La Sagne
Il était une fois Saint Sauveur La Sagne
Il était une fois Saint Sauveur La Sagne
Il était une fois Saint Sauveur La Sagne
Il était une fois Saint Sauveur La Sagne
Il était une fois Saint Sauveur La Sagne
Il était une fois Saint Sauveur La Sagne
Il était une fois Saint Sauveur La Sagne
Il était une fois Saint Sauveur La Sagne
Il était une fois Saint Sauveur La Sagne
Il était une fois Saint Sauveur La Sagne
Il était une fois Saint Sauveur La Sagne
Il était une fois Saint Sauveur La Sagne
Il était une fois Saint Sauveur La Sagne
Il était une fois Saint Sauveur La Sagne
Il était une fois Saint Sauveur La Sagne
Il était une fois Saint Sauveur La Sagne
Il était une fois Saint Sauveur La Sagne
Il était une fois Saint Sauveur La Sagne
Il était une fois Saint Sauveur La Sagne
Il était une fois Saint Sauveur La Sagne

Voir les commentaires