Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
 L'Auvergne Vue par Papou Poustache

Articles avec #tradition

Le Lait de poule

29 Janvier 2017, 19:43pm

Publié par Papou Poustache

En Auvergne c’était le remède miracle pour vous requinquer il ne faut pas oublier qu’à l’époque 70 pour cent des ruraux avaient leurs poules quand au lait il suffisait d’aller à la ferme voisine et pour les œufs aussi si on en n’avait pas.

 

 

Le lait de poule est une boisson à base de lait, de crème, de sucre et de jaune d'œuf parfumée à la noix de muscade ou à la cannelle que l’on servait traditionnellement le soir de Noël, mais qui est aussi dégustée pendant l’hiver.

Çà c’est la version qu’on voit dans les livres.

 

Le lait de poule que l’on buvait était moins sophistiqué on prenait un jaune d’œuf puis on y mettait 2 cuillérées a soupe de sucre et on le tournait jusqu'à ce que le jaune devienne bien moussu et bien pale puis on mettait notre lait bien chaud dedans.

Ce breuvage était sensé nous remettre sur pied la tradition du soir de Noël on ne connaissait pas c’était toute l’année.(mais c’était souvent l’hiver).

La recette

 

 

Ingrédients

 pour 1 personnes

  • 25 g de sucre ou sirop de sucre de canne
  • 1 jaune d'œufs
  • 10 cl de lait
  • 1 pincée de cannelle
  • 1 pincée de noix de muscade
  • pour les adultes :
  • 1 cl de rhum blanc ou autres alcool (whisky, bourbon,eau-de-vie)

 

 

Préparation

  1.  

Dans une casserole, chauffer le lait avec la cannelle, la noix de muscade. Attention ne pas faire bouillir, juste chaud.

  1.  

Mélanger le jaune d'œuf et le sucre pendant 4 à 5 minutes.

  1. Pour finir

Ajouter le lait chaud en battant sans arrêt avec le fouet, jusqu'à rendre le mélange homogène.

 

Voir les commentaires

Le lait à la Ferme

27 Janvier 2017, 06:51am

Publié par cpauvergne

Souvenirs d'enfance quand j'allais chercher le lait à la ferme.

Souvenez vous

Ce parfum de lait chaud mélangé aux odeurs de la ferme,les mouches sur la table,le rouleau gluant attrape mouches qui pendait accroché au plafond  ,le chien couché dans un coin etc..

En fin d'article vos impressions

 

Le soir à la nuit tombée nous allions chercher le lait certes ce n'était pas très loin mais il faisait sombre surtout quand je traversais l'allée des marronniers puis après l'église en tournant à gauche j'arrivais dans la ferme personne dans la cuisine je vais dans la cour .

Derrière la grande porte battante de l'étable, les vaches attendaient la traite côte à côte en mâchouillant paisiblement leur repas du soir. Il régnait là une odeur spéciale typique aux fermes un mélange de foin et de bouse  mais la chaleur animale était plutôt rassurante. Mme Bonnafoux , n'était jamais loin et venait à ma rencontre pour remplir mon pot d'un lait tiède et crémeux à l'aide d'une grande louche qu'elle plongeait dans une profonde cuve ronde en inox. Cette brave dame se plaignait souvent que tout allait de mal en pis... Elle arborait toujours une magnifique blouse à fleur dans les tons bleus et elle parlait souvent patois surtout avec son mari, celui-ci  arborait une grosse moustache blanche et avait sa casquette marqué sur la visière par la crasse des mains quand il la  rabattait sur ses yeux , telle une étrangère. En fait, c'était moi l'étranger! Et en plus j’arrivais à comprendre quelques mots cela venait il de mes racines sardes car à la maison aussi on parlait patois mais  celui du milieu de la méditerranée.

 

Le lait à la ferme

 

 

Tous les soirs nous allions chercher le lait à la ferme avec notre gamelle en aluminium attendant la fin de la traite nous allions à l’écurie.

Dans l'étable chaque vache à sa place quand la paysanne Suzanne je crois qu’elle s’appelait s'approchait d'elles avec son tabouret collé aux fesse et son seau celles ci s’écartaient et si ce n'était pas le cas c'était une petite tape sur le flan pour la faire bouger.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quand la fermière revenait avec son seau elle filtrait le lait afin que celui-ci ne se retrouve pas avec des mouches.

On était servi avec une louche à mesure de 0.5l en aluminium

 

 

 

 

 

 

Dans la ferme nous achetions aussi du beurre fait avec la baratte et moulé avec un moule en bois avec le dessin d’une vache dessus.

 

 

 

 

 

 

 

On pouvait également acheter du fromage frais vendu en faisselle accompagné d’un pot de crème.

 

 

Le lait à la Ferme
Le lait à la Ferme
Le lait à la Ferme

Vos commentaires de la page Auvergne

https://www.facebook.com/cpauvergne/

 

Patrick Brenac Houlà!!! C'était une autre vie tout cela. Maintenant, c'est direct le tribunal. Vous n'y pensez pas , vous, les odeurs, les mouches, le coq le matin, les chiens qui aboient. Et oui, quelle régression.
 
Auvergne Oh zut autant pour moi je n'avais pas réalisé les conséquences de mon acte .'(et les bouses sur la route,l'odeur du purin,le fromage faisselle fait dans la cuisine sans salle blanche,le cochon qu'on tue)Houlà la ça va loin ..................... Patrick Brenac
J’aimeRépondre9Commenté par Jean Piludu10 hModifié
 
Patrick Brenac Mais, heureusement que nous connaissons tout cela, et, surtout,que nous n'avons absolument pas envie de le voir disparaître. Les pseudo- campagnards issus des villes n'ont qu'à se chercher d'autres terrains d'expérimentations existentielles. (putain, je fais fort ce matin).
 
Aurélie Bonal Tout à fait il y a que sa de vrai ... le naturel d antan ... maintenant c est (presque ) que du chimique ...
 
Anne-Sophie Robert Et bien,il n'y a rien de plus autentiquement. .vrai! ..à vrai dire... .bravo.
 
Gite Les Groseilliers La vie la vraie 😀 Notre ferme était comme celle-ci on aidait aux travaux, à faner et à ramasser les bottes de foin et les ranger dans la grange que nous avons transformée en gîte témoignage du passé
Je n’aime plusRépondreContacter23 h
 
 
 
😀😀😀

Suite

Anna Fontaine on connais un ami qui avait ce genre détableavec 15 vaches il régnait une odeur spéciale chaque vache avait son nom les enfants adoraient voir les vaches c'est fini plus rien de tout ça une petite retraite
 
Aurélie Bonal Cela me rappelle tout à fait mon enfance chez mes grands parents agriculteurs...
 
Dominique Herreroortiz J adorai cette odeur ainsi celle du feu de cheminée et de lasoupe aupoireau p terre j aime encore nostalgie
 
Marie Felgeyrolles Les étables se sont modernisées, plus ou moins, mais le bon lait crémeux reste le même, les odeurs et les mouches sont toujours là 😉 ( une productrice)
 
Philippe Ladvie Mes habits étaient imprégnés de ces bonnes odeurs. Quand je rentrais chez moi , le compartiment du train se vidait !ha ha !!!
 
Lionel Mandon tres bel article tres belles photos !! merci
 

Suite

Jacqueline Gaillard moi aussi j ai connu et tout aller bien de ce temps la..
 
Régine Boudon Toute mon enfance ça.
 
Celine Lamouroux Souvenir, souvenir 😀
 
Marie-France Malvoisin j'y suis...tout y est dit merci!
 
 
Solange Cleril Est oui c était bien
 
Patrick Commarmond des très bons souvenirs ! bonne journée !
 
 

Suite

Varillon Christiane j'ai connu ça quand j'étais gamine et que l'été nous allions en vacances à la campagne, que de souvenirs ! dans un autre ordre d'idée. Quand un cheval passait devant notre porte ma mère s'empressait de ramasser le crottin pour mettre sur ses géraniums et je me souviens plus particulièrement du corbillard tiré par un cheval. Quand je raconte ça j'ai l'impression d'être née au moyen-âge !!!
 
Or Loï J'anime des ateliers avec des gens atteints de démences à différents stades, je vous assure que ces moments là restent bien ancrés dans leurs mémoires défaillantes, les visages s'adoucissent, les yeux se font sourires, et les langues se déverrouillent lorsque l'on rappelle tous les moments que vous évoquez, il me tarde d'avoir le matériel utile pour leur montrer ces documentaires et photos. Merci Papou Poustache !
 
Danielle Mi-ail un bon verre de lait tiède encore de la traite mhhhhh, j'adorais aussi le lait de chèvre
 
Christine Ritter Cornelle Ca me rappelle quand j étais petite à Tronget chez m'a tante, elle avait une ferme

Suite

Petite Marie j ai connu ça, tout est dit dans vos commentaire,la ferme de mes grands parents est toujours présente mais vide de ses vaches ,et de sa forte odeur ,mais j ai la chance encore de pouvoir mis rendre et de faire un petit détour par l étable, a comme ça fait du bien du moral........
 
Monique Tarin Paget Je me souvin ..
Pour moi meme etre de la ferme et trait les vaches a la. Mains ..que de souvenirs. ....
J etais au moin avec parents qui me la que terriblement ...
J’aimeRépondreContacter14 hModifié
 
Gerard Michel Pour le papier tue - mouche nous ns en servons toujours : efficace et ecologique mm si peu decoratif !
 
Gerard Michel Oui je me souviens tres bien et les oeufs gobes.
Le seul bemol c'est que notre mode de vie actuel asseptise, peu de personnes pourraient boire du lait bourru sans dommage !
 
Chantal Chartier Les vaches, le bon lait chaud assise sur une botte de paille... Toute mon enfance chez mes grands-parents... 💝💝💝💝

Suite

Marie Dazaud Cela me rappelle mes vacances à st antheme.
Véritable plaisir.
Fabriquer le beurre et le fromage œur délice
 
Michelle Défun Guenifey Repartie 60 ans en arrière! Merci pour cette bonne odeur de fumier de mon enfance ! Qui croirait que c étaient les plus moments de ma vie....
 
Josette Saad Que de bon souvenir
 
Solange Cleril Ah cette époque les odeurs ne gêner pas
 
Irène Brun C'est comme dans l'étable de ma cousine  en Haute Loire 43
 
Francois Bayart et la bonne odeur de la bouse fraiche

Suite

Monique Houllier Je me souviens de la barate pour faire le beurre !
 
 
Nathalie Ferreira C était trop le lait bourru. J aimerais bien en boire un bol 🍜
 
 
Francois Bayart et le bon lait battu qu'on buvait au gouter avec un peu de sucre
 
 
Paulette Lassure J ai connu ça et on été plus heureux que maintenant !
 
 
Bruno Charbonnel Les gens n étaient pas plus malade pour ca
 
 
Pierre Cavard ça me rappelle mon enfance dans mon petit village!!
 
 
Lau Lau C était bien mieux...👍👍👍
 
 
Valou Loup La vraie vie...simple...
 

Suite

Véronique Veysseyre et sa c'était bien vrais et moi je me régalé a tout moment de bon souvenir
 
 
 
 
Sylvie Borragini C'était ca la Vie !!!!!
 
Huguette Labrit mon enfance mais tellement belle et cachée
 
Alain Delaigue en plus a cette epoque les hommes politique etaient honnéte
 
Magali Langois Ça c'est bien notre France!!!
 
Marie-claire le Rezollier j'allais chercher le lait mais j'avais horreur de l'odeur!
 
Pierrette Baldran Toute mon enfance que de bon souvenir

 

Suite

Balencon Michel Moi j ai vécu ça à la ferme de Paul à Vialle Chalet .....le bol sur le fenestrou,jamais lavé et on le trempait directement dans le lait tiède Quel goût cela avait pas du lait d aujourd'hui qui est de l eau blanchâtre et l'odeur de l'étable ......
 
Michelle Jacob que le lait etai super bon
 
Fabien Chamoux tellement vrai tous ça ....
 
Jean-François Rivière Le rouleau gluant avec ses mouches, beurk ! 

Suite

Liliane Bondurri bel article ;jolies photos ;merci papou ;bon dimanche a tous
 
Monique Bazarnik Mon dieu que c'était bon de pouvoir boire du lait du vrai
 
Joël Bonnette ça me rappelle mon enfance
 
Thierry Charpentier de bons souvenirs quand adolescents j'allais aider dans les fermes du falgoux
 
Valou Joli Bauza Toute mon enfance ♡
 
Nicou le Gal bonne journée PAPOU!!
 
Christiane Fourcat oui on y reviendra sans tarder et cela n'etais pas + sale et pas de souci de conservation out le lait eait traite ou vendu dans les 24heures
Monique Ragozzino Ses ma jeunesse, j'allais parfois garder les vaches avec une copine a Brioude et après on les ramenait a l'étable. Près du lycée LAfayette. Que de souvenirs !!
 
Josiane Josy Barbat Haution Le rouleau gluant attrape mouches , toujours d 'actualité ici ... l'été beaucoup de mouches car nous sommes entourés de bêtes , vaches , chevaux , moutons .......!!

Suite

Nadine Mariusse Ç est exactement çà !
 
Marie Helene Duplas Rigal merci plein de souvenirs d enfance reviennent en memoire
 
Marie Jeanne Fouilhac Un bol de lait chaud sortant de la traite avec des tranches de pain bis un vrai régal pour un goûter quand j'allais chez une amie
Un plaisir de ressentir ce goût est gravé en moi
 
Nadine Mariusse Les tartines de bon pain couverte avec la crème du lait!..... pas diététique mais alors tellement bon...souvenirs souvenirs. ..
 
Jacques Siche J'ai connu la crème épaisse , filante , ramassée à l'écumoire quand elle avait déposée 24h au frigo , et effectivement sur les tartines de pain ( de grandes tartines coupées dans la tourte ! )... pitié je craque
 
Philippe Alvarez Certains matins c'était la "bataille" avec mon grand-père pour manger cette crème

Suite

Jacques Siche Il faut l'avoir connu pour en comprendre le sens et les valeurs , c'est évident que la ferme des 1000 vaches est aux antipodes de cette époque simple et saine .
 
Dominique Billoux Bonne époque que de souvenirs
 
Bénédicte Sallette-Rabeyrolles La crème de lait mangée à la petite cuillère....
 
Nadine Mariusse Exactement !
 
Gérard Bonnet J'ai connu ça, étant enfant avec mon grand-père. Cest n temps que les moins de 20 ans ...............
 
Colette Robert J ai connu ça aussi quand ont allé chercher le lait à l écurie chez la berthe
 
Daniel Palat Bien fini tout ce temps là..je revois le chien,le chat qui faisaient le tour de l'ecumoir (et parfois un coup de langue .....).et il parait que l'on va manquer de beurre??
 
Jacques Siche Mais non , pendant que les chinois avaleront notre lait industriel des petits agriculteurs bio développeront des nouvelles exploitations .

Suite

Evelyne Sauret Ce n'est pas la peine de parler au passé, il existe toujours beaucoup de petites fermes authentiques, pour ceux qui aiment la vrai vie à la campagne. On a tout: l'arche de Noé dans un petit paradis terrestre, les petits chats qui sentent le foin et le petit veau qui vient me téter le doigt...
 
Marc Vantal Artisan électricien a la retraite j'ai souvent travaille dans ces étables soit en dépannage ou remplacer les anciens hublots ovales par les incontournables" néons " qui même aujourd'hui sont remplacés par les ampoules à led... Une ambiance et une odeur bien particulière qui me manque parfois . Aujourd'hui les Stabulations ont remplacés tout ça mais que de courant d'air!
 
Lionel Mandon moi j'adorais le bruit que faisais le lait dans le seau quand il etait trait a la main ... comme une melodie
 
Cathy Du Quatorze Oui quelle bonne odeur! Mais la plupart des gens n'en diraient pas autant!
 
Paulo Vigier Et oui, dommage car avec ce passé là les valeurs du bien être et la nature étaient respectés.😊

Quelques commentaires

 

 

 

Danielle Carbonell j'ai des amis qui ont encore 4 ou 5 vaches, dans les Combrailles, les gens du bourg à côté viennent toujours chercher leur lait. J'ai emmené mes enfants, puis mes petits-enfants, quel bonheur, ils avaient de voir la traite et de boire le lait!!!

Danielle Becouze souvenirs , notre enfance, les emmener au champ le matin en partant à l'école , les ramener le soir, tourner la manivelle de l'écrémeuse............voir ma mère faire les fromages, vendre le lait, .............je me rappelle la barate pour faire le beurre, je tournais la manivelle et comme récompense, une belle tartine de beurre frais.....................

 

  • Anne Marie Sergues chez nous,c'était des salers,nous faisions notre crème,notre beurre,notre cantal avec le pain cuit au four à bois,quel délice
     
  •  
     

 

Suite

Béatrice Camus Que de souvenirs ! Ce lait un régale pour les papilles, le corps et l esprit. J adore le veau qui vous tète la main comme si c était une mamelle, j ai adoré donner le biberon à l agnelle (elle me considérait comme sa maman, faisait dodo sur mes genoux ...Voir plus
 
Michel Thymakis Je me souviens aller chercher du lait frais à Rueil mal maison dans une ferme près de l'école Tuck Stell. Ça paraît impossible aujourd'hui!
 
Marc Legrand la meilleure des vies que l'on auras plus jamais , tout le monde se disait bonjour et s'entraidait , quel desastre maintenant
 
Agnes Fournier le souvenir de mon enfance. Chez mon Tonton, parti hier...merci Christine Fournier
 
Pierre Daudé De vrais ferme à l ancienne j en ai odeur dans le nez. Que de bon souvenir 😀😉
 
Marie-France Malvoisin pour moi c'était à la ferme des ch'tis dans le Nord...mais aucune frontière....j'ai le souvenir de quelques chats qui rôdaient autour des cannes à lait pour obtenir dans leurs tasses quelque lait tiède !!
 
Marie-Christine Personnaz Tracq Oui la bonne crème avec du pain de seigle frais au petit déjeuner et les bonnes odeurs......
 
Virginie Verriere Mon fils le fait tout ceci est il a 32 ans sur la commune de St Diery il se lève de bonheur et de bonne humeur car il fait beaucoup de chose manuellement alors si vous voulez lui rendre une petite il sera heureux de vous recevoir pour retrouver toutes ces bonnes odeur et je suis fière de lui car ma fille le suit dans le même délire.
 
Jean-michel Ringot ça existe encore en Auvergne j en connais encore plusieure
 
Mireille Martin et pourtant de magnifiques souvenirs en famille et bonnes fiestas à la ferme
 
 
Papillon Bleu C etais. Du Bonheur simple....
Et de liberter ..
 
  • sauvage51 lun. 06 févr. 2012 21:35
    j'allais chercher le bon lait chaud en sortant de l'école,que c'est bon du vrai lait !
  •  
    photosevasion dim. 22 janv. 2012 17:57
    Ayant toujours vécu en ville, je n'ai connu cela que de loin mais j'en garde un excellent souvenir. Il me semble que le lait, fraîchement recueilli, n'avait pas le même goût. Je suis très intéressée par tes parutions Jean.
    Bises
    Patricia
  •  
    gy25fanclub dim. 22 janv. 2012 10:49
    L'hygiène était primordiale SURTOUT, tout était nickel pour ne pas que les microbes se propagent,. . . Apparemment on est nombreux a avoir connu ce monde qui ne nous a pas laissé indifférent et pourtant ici pratiquement toutes les fermes ont disparu ! ! !
  •  
    gifibrillephotos sam. 21 janv. 2012 23:46
    La traite à la main, j'ai connu quand j'étais petite. Le papi faisait ça dans le pré, avec son seau et son trépied, en Normandie. Je me mettais presque dessous, et parfois, "shhhhhhip"! Il visait juste, je me régalais!
    Ici, je vais parfois chercher le lait à la ferme, à 19h, l'heure de la traite. Je le filtre moi-même, pour ôter les espèces de "grumeaux" qu'il peut y avoir, et les petits débris de paille qui passent à travers le nettoyage des pis.
    Je le cuis avec la couscoussière, car je trouve que la cocotte donne un goût métallique. J'ai une sorte de palet de verre que je mets au fond, et qui tressaute quand ça bout, faisant des "clong-clong", comme ça, je ne laisse pas déborder!
    Je fais ensuite refroidir dehors toute la nuit.
    Au matin, je racle le dessus, et pour 5litres de lait, j'ai deux ramequins de crème, à consommer au choix, direct, ou avec un plat!
    Le reste part dans des bouteilles de verre.
    Cela se garde 5 jours, mais pas plus!
    Le lait a un vrai goût, variable en fonction des saisons et des végétaux mangés par les vaches.
    On retrouve un vrai bonheur gustatif!
    Mais pas seulement : il est vraiment nourrissant : le lait entier comme celui-ci donne une vraie sensation de satiété, alors que celui que je prends parfois dans le commerce n'est vraiment qu'une boisson, au goût trop identique, et sans cette sensation d'avoir été nourrie...
  •  
    delp sam. 21 janv. 2012 11:05
    Tant d'années à consommer le lait en brique de supermarché... Retrouverais-je, en même temps que de goûter à nouveau la saveur de l'authenticité du lait d'autrefois, le parfum de mon enfance ?
  •  
    ursus sam. 21 janv. 2012 03:23
    Une fois par semaine je vais chercher mon lait dans une ferme.
    Bon samedi,

    Daniel.
  •  
    damecarcas ven. 20 janv. 2012 22:47
    Et le lait était bien bon ! Il avait du goût, changeant en fonction des saisons...
    Bon week-end !
  •  
    elliane ven. 20 janv. 2012 19:21
    ah, cher Jean, il va bien falloir que je la retrouve ma toute première photo "artistique" et que je la publie pour que tu la voies .... vais je en trouver la trace ... et le courage ?
  •  
    lafarce ven. 20 janv. 2012 19:13
    mon dieu que de souvenirs... les mêmes en fait... et l'odeur de l'étable, du lait, du foin....

Voir les commentaires

Les Bignottes

25 Janvier 2017, 14:39pm

Publié par Papou Poustache

Cet article m'a été inspiré par

@chanbar63 

Voici une spécialité locale de la région de Maringues et plus précisément du village de Pont-Picot.

« Un dessert auvergnat, que vous ne trouverez nulle part ailleurs que dans la petit village de Pont Picot, et bien sur chez Mamie »

 

Les Bignottes

FÊTE DES BIGNOTTES

Fête traditionnelle de village où jadis on confectionnait des beignets pour le carême, la bignotte

 

45 ème fête de tradition de village autour du beignet baptisé "Bignotte" dont la forme et la recette est propre au village de Pont-Picot.

Pendant les 2 jours, fabrication et cuisson devant le public dès 9h selon la tradition d'antan.

samedi 18 février 2017 - dimanche 19 février 2017

09h00 - 19h00

La recette

Préparation : 1 heure

Cuisson : 2 heures

Repos : 2 heures

 

 

 

 

 

Provenance de la recette

http://www.kuisto.fr/recettes/les-bignottes-2985

 

Ingrédients pour 100 pièces

- 6 Oeufs
- 200 grs de sucre en poudre
- 1 cuillère à café de sel
- 1 bol de lait
- 2 kg environ de farine
- 200 gr de beurre
- 40 gr de levure de boulanger

Préparation

Dans un saladier, casser les Oeufs, ajouter le sucre, le sel;
Préalablement, dans une casserole, faire tiédir le lait et le beurre.
Incorporer, le lait dans les oeufs.
Délayer la levure dans un peu d'eau tiède, et incorporer dans l'appareil;
Bien mélanger le tout, et incorporer la farine , jusqu'à obtenir une pâte lisse;
Laisser reposer pour que la levure réagisse, pendant 3 heures
Après ce temps de repos, déposer la pâte sur une planche et découper des bandelettes de 10 cm environ de long, former un cercle et déposer sur une table, pouvant accueillir 100 pièces environ, et laisser reposer une 1/2 heure.
Pour la cuisson, dans une friteuse ou une poêle;
Le temps de cuisson est de 5 minutes environ dans l'huile.
Egoutter sur du papier absorbant, saupoudrer de sucre, et déguster;
Ce produit ce congèle très bien et pour le petit déjeuner un régal.

Les Bignottes
Les Bignottes

Voir les commentaires

Le pain d'antan

21 Janvier 2017, 07:10am

Publié par Papou Poustache

Fermer les yeux souvenez vous de cette bonne odeur de bois et de pain qui émanait de la boulangerie de votre enfance.

En fin d'article vous trouverez une recette de pain d'antan au levain.

Le pain d'antan

Le pain est né le jour où l'homme s'est rendu compte qu'avec de la pâte qui avait fermenté naturellement, on arrivait à faire lever des galettes et leur donner une saveur et une texture nouvelles.
Encore de nos jours, le pain reste un aliment simple et indispensable, tout comme l'air que nous respirons ou l'eau que nous buvons. Il est à la base de l'alimentation dans de nombreux pays ! Aujourd'hui, grâce au retour des valeurs traditionnelles et du plaisir de cuisiner, le bon pain « fait maison » devient un plaisir pour de nombreux consommateurs, qui s'amusent à décliner à l'infini les nombreuses recettes de pains toutes savoureuses, parfois surprenantes et si différentes d'un pays à l'autre.

Le pain d'antan

Le pain d’antan

 

Ce pain tout chaud sorti du four qui était à même le magasin ces  grosses couronnes et tourtes bien dorées, ce bâtard bien craquant et qui le restait jusqu’au soir et on pouvait déjeuner le lendemain il n’était pas sec.

Les grosses couronnes,les boules ,le bon seigle,les tourtes

Le pain était au levain

 

Quand j’étais à la montagne le boulanger  passait un fois par semaine il venait de Blesles il laissait à la ferme ou j’étais 5 tourtes ils les stockaient dans le cave elles restaient moelleuses jusqu'à la fin, il faut dire que tout les soirs c’était le même menu soupe au lait avec le pain et fromage.

Des noms de boulanger vont vous revenir à Charbonnier c’était Fonfonce mais aussi Trescartes,à sainte Florine Gravier ou Bertrand La Combelle Estève ect...

Plus tard quand nous rentrions du bal c’était chez le boulanger à Charbonnier que nous allions manger l’omelette et l’aider à finir ses dernières fournées.

Le pain d'antan
Le pain d'antan
Le pain d'antan
Le pain d'antan
Le pain d'antan

Et maintenant quelques photos de mon four ou les étés je fais pains,pompes aux pommes,flan patissiers,patate au four et gigot,cochon de lait et l'hiver quelques fois daube,pieds de cochon,tripes

Le pain d'antan
Le pain d'antan

Et voici quelques photos du four de Drossac Commune de Lissac ou à partir du mois d'avril jusqu'à fin septembre on peut commander notre pain chaque samedi

Le pain d'antan
Le pain d'antan
Le pain d'antan

La recette du pain d'antan

Lien de la recette http://enfourner.free.fr/pain.php

La farine n’est pas identique d’une année à l’autre. Les variations de température, les ustensiles,..., l’humidité modifient l’état de la pâte et le goût du pain. Il faut anticiper ces données et prendre en compte que les chiffres proposés ne sont que théoriques. Le tour de main est essentiel, et il y a de nombreuses recettes pour faire le pain. On n’est jamais à l’abri d’un échec parce que réussir un bon pain se joue à peu de chose. "La pratique force le respect d’un vieux métier, et vous ferez du bon pain que si vous aimez vraiment le pain".

Dans cette page je commence par vous expliquer quelques termes techniques et des astuces, dans le but que vous compreniez et vous permettre d'affuter rapidement vos tours de mains.

On commence par l'explication du pétrissage. Enfoncez le poing ou la paume fermement dans la masse. Poussez vers l’avant pour étirer la pâte, puis ramenez l’extrémité vers vous afin de former une boule. Faites tourner la pâte d’un quart de tour, et recommencez l’opération pour obtenir une pâte souple, lisse et sans grumeaux. Ce pétrissage dure entre 15 et 20 minutes. N'incorporez pas le sel en début de pétrissage mais plutôt en fin de pétrissage, car son action freinant la multiplication des ferments sera amoindrie.

 

Le pointage, c'est la première étape de fermentation de la fin du pétrissage au façonnage. Le pointage est un facteur primordial sur les qualité du pain. Plus cette fermentation est longue, plus elle agit sur le goût, l'épaisseur, les alvéoles, la croute croustillante.
Les températures au dessus de 28°C favorisent l'activité bactérienne, ce qui renforce l'arôme. En dessous de 28°C ces températures favorisent la fermentation, d'où un développement plus important de la pâte.
Durant le pointage, je laisse fermenter la pâte dans un saladier recouvert d'un linge.

Le second pétrissage est le façonnage. Cette opération consiste à écraser la pâte levée, puis à la replier sur elle-même une dizaine de fois de la même façon que le pointage. L'endroit ou l'on replie la pâte sur elle même, où l'on tante de la recoller se nomme la claie. C’est pour redistribuer les gaz dégagés par la fermentation, étendre l’action de la levure à des particules de farine pour continuer à la nourrir et augmenter ainsi son activité. Le pâton gagne ainsi en homogénéité. ATTENTION, lors du façonnage l’objectif consiste à produire une croûte sans défaut. Il faut qu’elle soit lisse. Un pâton bien façonné lèvera mieux, c'est sa mise en forme progressive.

L'apprêt est la deuxième étape de fermentation qui se situe entre la fin du façonnage et la mise au four. Cette étape est décisive au volume du pain.
On laisse fermenter les pâtons dans des panetons farinés, en prenant soin que la clef du pâton se retrouve vers le haut. Ainsi lors de la cuisson cette jointure sera face à la sole du four.
Attention pour éviter les risques de retomber lors de la cuisson, plus le temps de pointage est long, plus le temps de l'apprêt sera court.

Donc, pour améliorer les propriétés du pain, augmentez le temps de pointage tout en diminuant le temps de l'apprêt.

 

Une fausse astuce consiste à prélever un petit morceau de pâte, et le plonger dans un récipient d’eau à température ambiante. Des ouvrages disent que quand ce morceau remonte en surface, le pâton est prêt pour la cuisson. Je vous déconseille de faire cette astuce car la remontée du morceau est trop rapide, proportionnellement au temps nécessaire au façonnage.

Concernant la cuisson, préchauffez le four à 275°C et placez dedans un petit récipient d’eau. Une fois l’eau à ébullition, positionnez le four à bonne température ,230°c environ. L’humidité contribue à développer la croûte, à lui donner une belle teinte et à retarder son durcissement. Le pain gonfle sous l’effet du gaz de la fermentation, et le tout est fixé par la chaleur du four. Important, je projette en plus au fond du four un petit peu d’eau après avoir enfourné.
Concernant la grigne, le pâton est incisé avant d’être enfourné pour contrôler la direction et le gonflement de la pâte pendant la cuisson. Le centre du pain met longtemps à atteindre la température du four, de sorte que le gonflement se poursuit jusqu’à ce que la croûte durcisse et empêche tout développement ultérieur. Ces incisions ne sont pas que pour l’esthétique. Entaillez verticalement en nombre réduit si la dernière levée a été trop longue, ou sur une plus grande profondeur et longueur si le pâton n’a pas suffisamment levé. Entaillez puis enfournez immédiatement.
En fin de cuisson, lorsque l’on tape sur le dessous du pain et que celui-ci sonne creux, nous donnant la sensation de taper sur le dos de quelqu’un, c’est que la cuisson est achevée. Laissez reposer le pain 7h00 environ en prenant soin de ne pas le déposer sur une surface plane. Personnellement je le place sur une grille dans un four ouvert. La mie rejette du gaz carbonique en refroidissant. Si vous mangez le pain trop tôt, vous allez avoir une mauvaise digestion.

 

Voici une formule que je vous ai concoctée. Etalonnés au poids de la farine, les calculs ci-joints vous permettront de connaître les quantités d’ingrédient nécessaires. Exemple, pour 500gr de farine ajoutez environ 30% de levain, 45% d’eau et 2,4 % de sel.

Le pain d'antan

Voir les commentaires

Une ferme comme il en reste peu en Auvergne

18 Janvier 2017, 20:28pm

Publié par Papou Poustache

L'hiver 2015  je suis allé voir un agriculteur dans une ferme du Livradois et j'en suis revenu avec ces images d'un autre temps que je vous laisse contempler.

Un reportage sur le propriétaire a eu lieu au mois de septembre.

Vous retrouverez la vidéo en fin d'article

Aujourd'hui je peux dire son nom il est passé sur les antennes nous étions allé voir Mr Boudon pour soigner un eczéma à notre petit fils.

Mr Boudon le dernier Paysan

Une ferme comme il en reste peu en Auvergne
Une ferme comme il en reste peu en Auvergne
Une ferme comme il en reste peu en Auvergne
Une ferme comme il en reste peu en Auvergne
Une ferme comme il en reste peu en Auvergne
Une ferme comme il en reste peu en Auvergne
Une ferme comme il en reste peu en Auvergne
Une ferme comme il en reste peu en Auvergne
Une ferme comme il en reste peu en Auvergne
Une ferme comme il en reste peu en Auvergne
Une ferme comme il en reste peu en Auvergne
Une ferme comme il en reste peu en Auvergne
Une ferme comme il en reste peu en Auvergne
Une ferme comme il en reste peu en Auvergne
Une ferme comme il en reste peu en Auvergne
Une ferme comme il en reste peu en Auvergne
Une ferme comme il en reste peu en Auvergne
Une ferme comme il en reste peu en Auvergne

JT 13H - En 1992, nos équipes étaient allées à la rencontre de Michel Boudon, un paysan auvergnat qui avait choisi de vivre en harmonie avec la nature. Son adage : vivre mieux avec moins. Aujourd’hui, l’agriculteur est à la retraite mais il reste fidèle à ses valeurs. Michel vit toujours dans sa ferme de Saint-Jean-des-Ollières, une maison qu’il n’a pas quitté depuis son enfance.

 

Ce reportage est issu du journal télévisé de 13h du 29 Septembre 2016 présenté par Jean-Pierre Pernaud sur TF1. Vous retrouverez au programme du JT de 13h du 29/09/2016 des sujets sur l’actualité, un point sur la météo du jour, des reportages en régions ainsi que des enquêtes sur les sujets qui concernent le quotidien des  Français.

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>