Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'Auvergne Vue par Papou Poustache Auvergne une région magnifique à explorer.

Denis Langlois

Papou Poustache

Denis Langlois est né le 30 janvier 1940 à Étréchy (Essonne).

 

Il a fait ses études au Lycée d’Étampes, puis en Faculté de Lettres et de Droit de Paris.

Refusant d’effectuer son service militaire, lorsque celui-ci était obligatoire en France, il a été emprisonné en 1966 à Fresnes où il a écrit son premier livre Le Cachot.

Il a été le conseiller juridique de la Ligue des Droits de l’Homme de 1967 à 1971.

Avocat au Barreau de Paris de 1968 à 1993, il s’est spécialisé dans les affaires pénales et celles concernant les droits de l’homme. Il a notamment été pendant 14 ans le défenseur de la famille Seznec qui souhaitait obtenir la révision d’un procès considéré comme le symbole de l’erreur judiciaire.

Il a vécu dans le village de Cronce en Haute Loire pendant 12ans et s'est marié dans ce village avec Chantal Dupuy-Dunier écrivains aussi , tous deux ont écrit des ouvrages sur ce village.

Et c'est en faisant des recherches sur  Cronce que j'ai redécouvert Denis Langlois et suite au reportage sur Cronce Chantal Dupuy-Dunier est rentrée en contact avec moi et du coup j'ai réalisé cet article.

 

Le livre écrit sur le village

 

Cronce, petit village de la Haute-Loire en Auvergne, pays perdu des monts de la Margeride, là où autrefois sévissait la bête du Gévaudan. Un couple d’écrivains s’est installé dans la maison de Marie Belland, au milieu des bois. Mais cette maison existe-t-elle ? Marie Belland a-t-elle réellement vécu ?

On parle beaucoup de ceux que l’on ne voit pas. Les habitués du Café de la Place ne font pas exception. Un ancien château, des statues de pierre, un éleveur de sangliers, un aventurier africain, tout est là pour faire travailler les imaginations.

Un roman qui tourne peu à peu au fantastique, à moins que ce ne soit le fantastique qui tourne à la réalité. Une exploration des mystères du temps

L’origine du nom de Cronce vient du gaulois Croso qui veut dire creux ou vallée encaissée. Le premier texte connu qui en 942 parle de Cronce utilise le nom gallo-romain de Crosancia qui signifie effectivement creux.En 1213, on trouve l’orthographe Crosanza et en 1379 Croance.

La rivière qui traverse le village s’appelle aussi la Cronce. Elle prend naissance dans le massif de la Margeride avec notamment pour affluents le Cronçoux et le Chalons et se jette dans l’Allier à Aubazat. C’est une rivière réputée pour ses truites et ses écrevisses, même si elles se font de plus en plus rares.

Géographiquement, Cronce est située entre Langeac et Saint-Flour, sur les premiers contreforts du massif granitique de la Margeride.

Historiquement, elle a fait partie du Comté d’Auvergne intégré progressivement au royaume de France. Catholique, sa vallée a été pillée plusieurs fois par les troupes protestantes très présentes dans la région au XVIe siècle.

On y parlait l’occitan, langue pratiquée encore par quelques habitants.

C’est le pays de la bête du Gévaudan, même si le village de Cronce n’a pas été directement atteint. (Sur le territoire de l’actuel canton de Pinols on a déploré une vingtaine de victimes à la fin du XVIIIe siècle.)

Pendant la Seconde guerre mondiale, certains des habitants de Cronce ont participé au maquis du Mont-Mouchet, alors qu’un chantier de jeunesse était implanté par les autorités dans le village.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commentaires