Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 L'Auvergne Vue par Papou Poustache

Les sources d'Auvergne:Source Hydroxydase au Breuil sur Couze

6 Mai 2016, 06:00am

Publié par Papou Poustache

Les sources d'Auvergne:Source Hydroxydase au Breuil sur Couze

Source Marie-Christine

Cette source a été découverte lors d'un forage pour un puits pétrolier mais ne fut pas exploitée.

C'est un pharmacien Louis Tixier de Saint-Germain Lembron bourg à coté du Breuil qui analysa l'eau de la source et s’intéressa à elle.

Aujourd'hui cette source produit pour les pharmacies.

En plus des anciens locaux elle utilise une partie d'une ancienne distillerie à betteraves.

Concours médical (Paris) -Concours médical (Paris)-1935 Informations détaillées

  • Nous maintenons donc notre point de vue et vous retournons sous ce pli la note de ce docteur en EAUX MINÉRALES NATURELLES VIVANTES DU BREUIL ET DU BROC (P.-de-D.) Source Marie-Christine déclarée d'intérêt public par décret du 1 septembre 1934 L HYDROXYDASE ARTHRITISME INTOXICATIONS CONVALESCENCES Oxyde et évacue les déchets organiques Cure àPio-all* \\ 55-J5 L'Hydroxydase se trouve également dans toutes les Pharmacies

    Extrait 1 :

Les sources d'Auvergne:Source Hydroxydase au Breuil sur Couze
Les sources d'Auvergne:Source Hydroxydase au Breuil sur Couze
Les sources d'Auvergne:Source Hydroxydase au Breuil sur Couze
Les sources d'Auvergne:Source Hydroxydase au Breuil sur Couze
Les sources d'Auvergne:Source Hydroxydase au Breuil sur Couze

Le pharmacien Louis Tixier

(1870-1958)

et les débuts de l'Hydroxydase

par Cécile Raynal* et Thierry Lefebvre **

e Dictionnaire général des eaux minérales et d'hydrologie médicale indique en 1860 que, près du hameau d'Entraigues (Puy-de- Dôme), se trouvent plusieurs sources minérales dont la propriété est de fournir des travertins ou des incrustations dont l'industrie tire parti sous le nom de « marbre de Nonette »*. Mais ces eaux, pourtant riches en éléments minéraux, ne semblèrent pas intéresser les médecins locaux. Les qualités géologiques des terrains attirèrent en revanche des prospections minières, déjà courantes dans la région.

En 1902, un forage pétrolier mit au jour un gisement d'eau au Breuil-sur- Couze. Il fut baptisé « source Marie- Christine », mais demeura inexploité. En 1905, la prospection se poursuivit quelques kilomètres plus loin, au lieu- dit « La Bataille », territoire de l'Ormeau, commune du Broc2. De nouveau, la sonde découvrit un filon de « houille

Compagnie de l'Hydroxydase.

Marque n° 102 145 pour désigner des eaux

minérales. Tribunal de commerce

de la Seine, 17 août 1926.

Archives de l'Institut national

de la propriété industrielle.

* 9 chemin du Chancelier-Séguier, 78620 L' Étang-la- Ville

** UFR de Biologie secteur « Sciences Médias Société », Université Paris 7-Denis Diderot, 2 place

Jussieu, 75251 cedex 05

REVUE D'HISTOIRE DE LA PHARMACIE, LV, N° 354, 2e TRIM. 2007, 233-247.

Les sources d'Auvergne:Source Hydroxydase au Breuil sur Couze
Les sources d'Auvergne:Source Hydroxydase au Breuil sur Couze
Les sources d'Auvergne:Source Hydroxydase au Breuil sur Couze
Les sources d'Auvergne:Source Hydroxydase au Breuil sur Couze
Les sources d'Auvergne:Source Hydroxydase au Breuil sur Couze

le 2 décembre 1910 par L. Tixier.

blanche ». Cette fois, Louis Tixier, un pharmacien de Saint-Germain-Lembron (bourg le plus proche), en réalisa l'analyse et décida de s'intéresser à cette source.

C'est l'achat du terrain, la difficile direction des travaux de captage et la mise à l'écart finale du pharmacien à l'origine de la société Hydroxydase, que nous exposons dans cet article. Cet exemple assez bien documenté témoigne du rôle pionnier joué par la profession dans la mise en valeur du patrimoine hydrominéral français, mais aussi des difficultés techniques rencontrées par des pharmaciens d'officine plutôt mal préparés à ce genre d'entreprise.

Pour mémoire, rappelons que F Hydroxy drase reste aujourd'hui, avec l'eau de Miers-Alvignac, l'une des deux seules eaux minérales naturelles vendues en officine. Le siège de l'exploitation demeure au Breuil-sur-Couze. Pour la préparation de cet article, nous avons pu consulter durant l'été 2004 les archives de la

société, gracieusement mises à notre disposition par le pharmacien responsable, Yves Dupuich. Qu'il en soit ici vivement remercié.

Un pharmacien à l'origine de l'Hydroxydrase

Martin Louis Tixier était pharmacien de première classe à Saint-Germain- Lembron en 1905. Né le 5 mai 1870 à Brioude (Haute-Loire), il obtint son doctorat en 1906, en soutenant à Toulouse une thèse intitulée Étude analytique, géologique et physico-chimique de l'eau minérale de Le Breuil-sur-Couze3. Au cours de la Première Guerre mondiale, il s'illustrera et sera récompensé d'une Croix de guerre, puis nommé chevalier de la Légion d'honneur par décret du 24 mars 1923 en reconnaissance de ses états de service : « Pharmacien qui s'est fait remarquer par son zèle, son dévouement et sa bravoure. 34 annuités [de service]. »4

Une lettre manuscrite relate la façon dont il se rendit acquéreur de la source : « La source du Broc a été trouvée au cours d'un forage exécuté en vue de chercher de la houille. Il a été fait, je crois, par M. Mignon et un de ses amis, tous deux administrateurs de Commentry-Fourchambault5. Ils avaient pris une promesse de vente sur le terrain. Après avoir cherché vainement un gisement houiller, ils ont laissé la source couler sur le sol et conservé la promesse de vente concernant le terrain sur lequel avait eu lieu le forage. La promesse de vente n'ayant pas été consentie par le propriétaire effectif, ou plutôt, celui-ci ayant, je crois, donné auparavant le terrain à son fils, il s'est trouvé que la-dite promesse de vente était sans valeur. M. L. Tixier ayant eu connaissance de ce fait acheta ferme le terrain à F insu des bénéficiaires de la promesse de vente et ceux-ci se trouvèrent de ce fait dépossédés, ce dont ils eurent avec raison mauvais gré à M. Tixier. [...]6 » Le pharmacien appela la source « grande source Ludovic » et décida d'en améliorer le captage.

En 1905, l'eau coulait, mais il ne s'agissait encore que d'un sondage. Il fallut donc améliorer et consolider le forage. Louis Tixier souhaitait superviser lui- même les opérations sur place, mais il était pharmacien, pas ingénieur des Mines. Pour mener à bien les différentes étapes, il chercha une entreprise de forage susceptible de le conseiller. Il lui fallut une demi-douzaine d'années pour finalement arrêter son choix sur la société de sondage P. Planchin et Cie, 18 boulevard Alsace-Lorraine à Nancy (et 36 rue Strasbourg à Vichy). Les travaux commencèrent en 1912.

La même année, le 3 septembre, Tixier déposa auprès de l'Office national de la propriété industrielle un brevet d'invention intitulé « Procédé et dispositifs pour le remplissage à l'abri de l'air, des bouteilles et ampoules d'eau minérale »7 ; il imagina à cette occasion un dispositif de remplissage au moyen « d'une tireuse boucheuse Couronne ou autre machine analogue, dont la soupape de dégagement a été immobilisée et la rondelle de caoutchouc percée d'une entaille laissant fuir le gaz qui s'opposerait au remplissage [...]». L'objectif était d'embouteiller cette eau prometteuse, sans en altérer les principes minéraux.

Entre-temps, la Compagnie de l'Hydroxydase, dite aussi Société anonyme des eaux minérales naturelles du Breuil et du Broc, dont le siège social était alors à Paris, 67 rue Caumartin, avait vu le jour avec l'arrivée de plusieurs actionnaires. Elle avait racheté la première source du Breuil (source Marie-Christine), ce qui explique l'intitulé de la société.

À partir du moment où les travaux d'aménagement de la source Ludovic débutèrent, une certaine méfiance s'instaura entre Louis Tixier, qui restait en Auvergne et que « le Conseil de la Compagnie avait chargé spécialement de suivre les travaux de captage », et M. Prudent, administrateur délégué de la Compagnie de l'Hydroxydase, résidant 26 rue de Clichy, à Paris. Entre les deux hommes, un certain Force, homme de main de la société, jouait les intermédiaires. Sur place, il assistait Louis Tixier dans ses travaux de forage et, par ailleurs, rendait compte à M. Prudent, par courrier, de l'évolution des opérations.

Pour toute exploitation d'eau minérale, les principales difficultés à surmonter étaient (et restent) : 1) d'obtenir un forage qui plonge dans une nappe d'eau suffisamment importante ; 2) de faire couler (artificiellement par un système de pompe ou naturellement par un système artésien) une eau limpide au débit constant ; et 3) d'arriver à augmenter suffisamment le débit pour assurer la rentabilité de la production. Tixier devait superviser tout cela, avec l'aide des conseils éloignés de M. Planchin.

Vous pourrez lire le livre en entier sur ce lien

http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/pharm_0035-2349_2007_num_94_354_6336#

Ils en parlent à l'époque

Manuel de thérapeutique dentaire spéciale et de matière médicale appliquée à l'art dentaire, suivi d'un formulaire à l'usage des praticiens, par Ch.-L. Quincerot,... -Vigot frères (Paris)-1914 Informations détaillées
Livre en mode image et en mode texte, recherche plein texte disponible

  • Hydroxydase AGENT NATUREL DE DÉSINTOXICATION L'hydroxydase est une eau minérale naturelle récemment découverte dans le Puy-de-Dôme riche d'ailleurs en sources de cette espèce, sa valeur thérapeutique et sa composition chimique ont été mises en vue par le Dr Tixier pharmacien

    Extrait 1 :

    Extrait 2 :

    41 Hydroxydase 135 Hypochlorite de chaux 95 I Inolène 1.36 Iode 137 Iode et aconit 144 Iodoforme 145 Iodùre de potassium 146 Iodure de sodium 147 L Lacto-phosphate de chaux 148 Laudanum de Rousseau 148 Laudanum de Sydcnham 149

L'Union pharmaceutique : journal de la Pharmacie centrale de France : organe des intérêts scientifiques, pratiques et moraux de la profession -Pharmacie centrale de France (Paris)-1906 Informations détaillées
Périodique

  • L, Y. — ■■ \" , ..,. . — REVUE DES THÈSES Étude analytique et physico-chimique de Peau minérale de Le Breuil-sur-Couze (Puy-de-Dôme), par L. TIXIEII, docteur en pharmacie 63 Tixier : Etude analytique et physico-chimique de l'eau minérale de Le Breuil-sur-Couze Tixier a divisé son étude sur l'eau minérale de Le Breuil, en six parties : La première partie, Considérations géologiques, explique l'origine profonde de cette eau minérale en s'appuyant sur l'étude de terrains qu'elle traverse

    Extrait 1 :

    Extrait 2 :

    Extrait 3 :

Commenter cet article

Claude LECOMTE 06/05/2016 10:59

article très intéressant et bien documenté, merci beaucoup Papou Poustache