Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
 L'Auvergne Vue par Papou Poustache

Auvers

26 Février 2017, 07:05am

Publié par Papou Poustache

Auvers est un petit village du centre de la France. Le village est situé dans le département de la Haute-Loire en région Auvergne Rhône Alpes. Le village d'Auvers appartient à l'arrondissement de Brioude et au canton de Pinols. Le code postal du village d'Auvers est le 43300 et son code Insee est le 43015.

 

 

Auvers

Voici les photos du village d'Auvers et des alentours.
 La carte de France du village d'Auvers est présente en bas de page. On peut y voir le monument aux morts avec les noms .

Le village s'appelait Nozeyrolles en 1861

Auvers
Auvers
Auvers
Auvers
Auvers
Auvers
Auvers
Auvers
Auvers
Auvers
Auvers
Auvers
Auvers
Auvers
Auvers
Auvers
Auvers
Auvers
Auvers
Auvers
Auvers
Auvers

Généalogie

 

SAVY Auvers (Haute Loire, Auvergne, France) 1914 - 1953

COSTE Auvers, Chanteloube, 43015 (Haute Loire, Auvergne, France) 1678 - 1719

COSTE Auvers, Nozeyrolles, 43015 (Haute Loire, Auvergne, France) 1678 - 1782

HUGON Auvers, l'Air, 43015 (Haute Loire, Auvergne, France) 1713 - 1721

LEBRE Auvers, Chanteloube, 43015 (Haute Loire, Auvergne, France) 1683 - 1734

LEBRE Auvers, Nozeyrolles, 43015 (Haute Loire, Auvergne, France) 1675 - 1781

OLLIER Auvers, Nozeyrolles, 43015 (Haute Loire, Auvergne, France) 1673 - 1736

SOLIER Auvers, 43015 (Haute Loire, Auvergne, France) 1674 - 1701

SOLIER Auvers, Chanteloube, 43015 (Haute Loire, Auvergne, France) 1679 - 1756

SOLIER Auvers, l'Air, 43015 (Haute Loire, Auvergne, France) 1689 - 1718

Voir les commentaires

Recueil de quelques blagues Auvergnates

26 Février 2017, 07:00am

Publié par Papou Poustache

Voici quelques histoires pour vous distraire un peu.

Cet article est mis régulièrement à jour des nouvelles blagues se rajoutent

Il est fort le gars

 

L’Emile  se présente chez un menuisier aux environs de Fayet Ronaye pour se faire embaucher. Pour se faire mousser, il prétend qu'il est capable de reconnaître n'importe quel bois les yeux bandés, et même de deviner ce à quoi le bois a pu servir.

Le patron est sceptique mais est d'accord pour l'engager si il passe le test. On lui bande les yeux et on lui présente un morceau de bois. Le type renifle et dit :

- Ça c'est du chêne massif, il a servi à faire une table vernie.

Le patron est sur le cul... Il recommence avec quelque chose de plus compliqué. Il présente un paquet de sciure. Encore une fois, le type renifle et dit :

- Ça c'est un mélange... c'est de la sciure. Il y a du frêne, qui provient d'une poutre de maison située dans le village de Saint Vert, et un autre bois... du pin... qui a servi à faire un poteau électrique entre Sarpoil et le Vernet.

Tout est exact, le patron n'en revient pas, mais comme il ne veut pas perdre la face, il demande à sa secrétaire de lui passer sa culotte, et la fourre sous le nez du type.

- Hmm... Vous avez gagné, je n'arrive pas à deviner de quel type de bois il s'agit. Mais ce dont je suis sûr, c'est qu'il s'agit de la porte des chiottes au fond du jardin de la maison de la Marie.

Marcel  va à Clermont avec son père et  traverse un quartier un peu  hot de la ville en voiture.

- Dis papa, qu'est-ce qu'elles font les dames sur le trottoir ?
Embarrassé, le père s'en tire par une pirouette :
- Elles vendent du bonheur.
Une fois à la maison, Marcel  se dit qu'il en achèterait bien un peu de bonheur. Il casse sa tirelire, prend son billet de 20 euros et sort de la maison pour aller voir les dames. Une fois rendu dans la bonne rue, il se dirige vers la première dame, lui tend le billet et lui demande un peu de bonheur.
La professionnelle est un peu décontenancée. Elle évite depuis longtemps toute infraction à la loi, mais d'autre part, elle ne peut cracher sur 20 euros en ces temps de crise. Elle ramène le petit Marcel  chez elle et lui prépare trois tartines avec une bonne couche de Nutella.
Enfin, Marcel  rentre chez lui, où ses parents inquiets lui demandent où il était passé. Il regarde son père et lui dit qu'il était parti acheter un peu de bonheur auprès des dames qu'il lui avait montrées de la voiture.
Horrifié, le père lui demande ce qui s'est passé et Marcel  répond :
- Pas de problème avec les deux premières, mais pour la troisième je n'en pouvais plus, alors je l'ai seulement léchée...

L’histoire se passe dans la banlieue du Puy en Velay la semaine dernière.

C'est un gars au lit qui écoute Radio FM43 avec sa femme un matin et ils entendent :
- Nous annonçons 10 cm de neige aujourd'hui alors svp mettre vos voitures du côté pair de la rue pour le déneigement !

La femme se dépêche et va placer l'auto du côté pair.
Le lendemain, ils écoutent encore la radio et ça dit :
- Nous annonçons 15 cm de neige aujourd'hui alors svp mettre vos voitures du côté impair de la rue pour le déneigement !

La femme se dépêche et va placer l'auto du côté impair.
Le lendemain, ils écoutent encore la radio et ça dit :
- Nous annonçons 30 cm de neige aujourd'hui alors svp mettre vos voitures
...............

Et une panne d'électricité interrompt la communication.

La femme perplexe regarde son mari et lui dit :
- Qu'est-ce que je vais faire, il n'a pas dit de quel côté mettre l'auto ?
L'homme la regarde et dit :
- Pourquoi tu la laisses pas dans le garage !

 

 

Un inspecteur de l’académie de Clermont Ferrand se rend à l’école du village de Saint Germain Lembron  et dans une classe.

Il interroge un élève :
- Qui a cassé le vase de Soissons ?
L'élève pâlit, hésite, puis bredouille en un sanglot :
- C'est pas moi ...
- Comment ? Vous ne savez pas qui ...
- Monsieur, puisqu'il vous dit que ce n'est pas lui, dit le professeur.
- Comment ? Comment ? Vous aussi, vous ne savez pas qui ...
- Ma foi non, répond le professeur, évasif.
L'inspecteur fait alors un rapport au directeur de l'établissement.
- Voyez l'état de l'enseignement, les élèves et les enseignants ne savent pas qui a cassé le vase de Soissons !
Le directeur, ennuyé, se demande :
- Mais qui donc a cassé ce vase ?
Il adresse une requête au recteur d'académie de Clermont .
Ce dernier, recevant la requête, l'examine entre deux dossiers urgents et s'exclame :
- Mais quelle histoire pour un vase ! Qu'on le remplace !

Recueil  de quelques  blagues Auvergnates

Pourtant c’est difficile de faire plus qu’un Auvergnat

 

Un Bougnat  garçon de café a été sacré champion du monde des presseurs de
citrons. Un jour où il en a pressé un jusqu'à la dernière goutte, un client lui
dit :
- Je vous parie 500 euros que je fais mieux que vous.
- Pari tenu !
L'homme saisit l'écorce du citron entre le pouce et l'index et, sous les
applaudissements de l'assistance, il en tire encore un demi-verre de jus.
- Ça alors, fait le Cantalou , éberlué, vous êtes sans doute un confrère ?
- Moi, pas du tout : je suis percepteur !

Recueil  de quelques  blagues Auvergnates

Histoire se déroule dans le petit village de Saint Vert  en Haute Loire , Monsieur le curé fait son petit tour à vélo dans le village, lorsqu'il croise Robert, un vagabond un peu jardinier, un peu braconnier, et très bricoleur, qui ne met jamais les pieds à l'église.
- Robert, je t'attends demain au confessionnal ! Ca fait bien 20 ans que je ne t'ai pas vu dans la Maison de Dieu, tu dois en avoir des choses à raconter !
Robert, pas enthousiaste du tout à cette idée accepte malgré tout l'invitation. Le lendemain dans le confessionnal, Monsieur le Curé commence l'interrogatoire :
- Alors Robert, raconte-moi un peu tes péchés. Tu as bien dû en faire des bêtises depuis ta Communion Solennelle...
- Ben, heu... oui. J'ai volé un peu de bois à Laval . Répond Robert honteux.
- Un peu de bois, ça veut dire combien ?
- Ben, juste assez pour construire un chenil à mon chien.
- Hmmm... Ca va encore dans ce cas.
    Robert continue :
- Il me restait un peu de bois, alors je me suis construit une remise pour mes outils...
- Ah ! C'est un peu plus sérieux alors.
- Monsieur le curé.. il me restait encore un peu de bois après la remise, alors j'en ai profité pour construire un garage...
    Là, le curé marque une pause, puis il dit :
- Ca c'est quand même beaucoup plus grave. Pour ça, j'ai bien peur que tu doives
me faire une neuvaine
.
- Monsieur le curé, je ne sais pas trop ce que c'est qu'une neuvaine, mais si vous me donnez les plans, moi, il me reste encore beaucoup de  bois  !
...

Recueil  de quelques  blagues Auvergnates

La petite Marie  d’un petit village aux environs de Clermont Ferrand , partie depuis plusieurs années gagner sa vie dans la capitale, revient un été passer quelques jours de vacances dans la famille.

Etant très pieuse, elle se rend à l’église et demande à monsieur le curé l’occasion de se confesser. Dans le confessionnal, monsieur le curé invite la jeune fille non pas à énumérer ses péchés, mais plutôt à raconter ce qu’elle est devenue depuis qu’elle a quitté le village :
- Eh bien, je suis une gymnaste professionnelle maintenant et j’officie dans un club tout près de Paris, et bientôt je pense que je serai sélectionnée pour les championnats d’Europe.
- Dis donc dis donc ! Si on m’avait dit que la toute petite pitchoune qui n’arrêtait pas de faire des bêtises pendant les heures de catéchisme deviendrait une championne de gymnastique, je ne l’aurais pas cru ! Tu sais ce qui me ferait plaisir ? Ce serait que tu me fasses une démonstration de ce que tu sais faire ici, dans l’église... C’est possible ?
- Oh oui, bien sûr monsieur le curé ! Répond la fille.

Là dessus, ils sortent tous les deux du confessionnal et la fille se dirige dans l’allée centrale de l’église où elle se lance dans une série de saltos avant, saltos arrières, roues et sauts carpés.

Deux vieilles qui attendaient leur tour sont aussi les témoins de ce superbe enchaînement. Avec des yeux ronds comme des billes, la première dit à l’autre :
- Je ne sais pas ce qu’elle avait fait comme bêtises, mais monsieur le curé n’y a pas été de main morte avec les pénitences...

Recueil  de quelques  blagues Auvergnates

Nous connaissions le cochon d’Auzon en voici un autre plus surprenant

Dans une ferme aux environs de Saint Just , un pauvre paysan crève la faim avec toute sa famille, mais il possède un trésor ! Et ce trésor, c'est son cochon. D'après lui, ce cochon est " le cochon le plus intelligent du monde "...
Un beau jour, un journaliste du quotidien local  La Ruche vient à apprendre qu'un cochon plus intelligent que la moyenne vit dans une ferme du voisinage. Le journaliste prend sa voiture et va se rendre compte lui-même sur place. Lorsqu'il arrive dans la ferme, il voit les bâtiments en ruine, et se demande comment, à notre époque, On peut encore vivre comme ça... Puis le paysan sort de la baraque. Alors le journaliste lui demande :
- Bonjour ! Je suis journaliste de presse et j'ai appris que vous possédiez un cochon extraordinaire.
Le pauvre paysan lui répond :
- C'est vrai. Puis il siffle un coup entre ses dents, et un cochon qui n'a plus que trois pattes sort de l'étable.
- C'est lui, dit le paysan. Le journaliste voit le cochon et demande :
- Et qu'est-ce qui vous fait dire qu'il est le cochon le plus intelligent du monde ? Le paysan répond :
- L'hiver dernier, j'étais dehors en train de réparer des clôtures et ma femme était au marché à Brioude  pour vendre du fromage. Notre petit bébé était à l'étage, dans la maison, en train de dormir dans son berceau... Lorsqu'un incendie a enflammé la maison (ma femme avait oublié son fer à repasser sur le linge). A ce moment-là, le cochon a couru dans la maison, monté l'escalier, attrapé le bébé en prenant son bras dans sa mâchoire, sans lui faire mal, puis il est redescendu et a déposé le bébé sur le sol, à l'abri des flammes. Ensuite, il est parti me chercher dans le pré et j'ai pu éteindre l'incendie avant qu'il n'y ait trop de dégâts.
- Wow, dit le journaliste, c'est incroyable.
- Et ce n'est pas tout ! Un jour que je travaillais la terre dans le champ d'à côté, la herse était pleine de terre et d'herbe. Alors j'ai mis le tracteur au point mort, je suis descendu et j'ai commencé à nettoyer sous la herse. Mais la vitesse du tracteur s'est enclenchée toute seule et je me suis trouve renversé par la herse et entraîné par l'attelage. J'ai cru que j'étais un homme mort... Mais le cochon avait dû sentir qu'il se passait quelque chose : il est allé chercher une corde, a rattrapé le tracteur et la herse, m'a laissé un bout de corde, et a tiré de toutes ses forces à l'autre bout. C'est grâce à lui si je suis encore là aujourd'hui.
- C'est vraiment extraordinaire, lui répond le journaliste. Mais, dites-moi, comment se fait-il qu'il n'ait plus que trois pattes ?
- Ben, quand on a un cochon aussi bon et intelligent, on ne peut pas le manger tout d'un coup...

Recueil  de quelques  blagues Auvergnates

 

L’histoire se déroule  courant le mois de Novembre dans la brume non loin du village de Saint Vidal en Haute Loire

Un homme en montgolfière s'est égaré au bout d’une heure de vol. Il perd de l'altitude et aperçoit une femme au sol dans sa ferme. Il descend et lui crie :
- " Excusez-moi, pourriez-vous m'aider ? J'ai promis à un ami de le rejoindre d'ici une heure et je ne sais pas où je me trouve ".
La femme au sol répond :
- " Vous êtes dans un ballon à environ 10 mètres au-dessus du sol. Vous vous trouvez entre 40 et 41 degrés de latitude Nord et entre 59 et 60 degrés de longitude Ouest".
- " Vous devez être ingénieur ", dit l'homme.
- " C'est vrai ", répond la femme, " comment le savez-vous ? "
- " Eh bien ", dit l'homme, " tout ce que vous m'avez dit est techniquement correct, mais je n'ai aucune idée de ce que je dois faire de vos informations, et le fait est que je ne sais toujours pas où je suis. En toute franchise, vous ne m'avez pas beaucoup aidé. Vous avez tout au plus retardé mon voyage ".
- " Et vous vous devez être directeur ", répond la femme.
- " C'est vrai " répond l'homme, " mais comment le savez-vous? "
- " Eh bien " , dit la femme, " vous ne savez ni où vous êtes, ni où vous allez. C'est une grande masse d'air qui vous a placé dans votre position actuelle. Vous avez fait une promesse sans avoir aucune idée de comment vous alliez pouvoir la tenir, et vous attendez que des gens situés en dessous de vous résolvent vos problèmes. Le fait est que vous êtes exactement dans la même situation qu'avant notre rencontre sauf que maintenant, c'est de ma faute ".

Recueil  de quelques  blagues Auvergnates

A la foire à Costaros  un vieux paysan,  essaie de vendre sa vache 100 Euros. La vache est une vielle bête avec la peau sur les os, qu'il vend parce qu'il ne parvient plus à la nourrir.
Evidemment, aucun client ne se manifeste. Un homme observe puis s'approche...
- Tu n'as rien compris à la vente, laisse-moi faire. Si je te la vends, on fait 50% pour moi et 50% pour toi.
Résigné, le paysan accepte.

L'homme commence la vente :
- Voici la toute dernière race de bovin, enfin mise à votre disposition.
La foule commence à s'avancer, se masser.
- Eh oui, mesdames et messieurs, cette vache est le dernier cri de la génétique africaine.
Pour cette curiosité, les enchères commencent à monter : 100 Euros, 200, 300, 500 Euros.
- Et plus fort, elle a été inséminée artificiellement et elle fera bientôt deux veaux.
Et les enchères continuent de montent 550, 600, 1000 Euros.
L'homme continue :
- Avec les veaux, une vache et un taureau, plus de problème de descendance. Et les enchères s'enflamment : 1 500 Euros, 2 000 Euros !
Alors à ce moment là, le paysan va voir l'homme et lui dit :
- Je ne vends plus ma vache!
- Et pourquoi, regarde tout l'argent qu'on va gagner...
- Oui, mais elle vaut si cher que je préfère la garder !

Recueil  de quelques  blagues Auvergnates

Cela se passe dans un petit village de la Haute Loire non loin du Puy mais pour des raisons de discrétion et pour ne pas incommoder  les gens de ce village nous tairons le nom de celui-ci.

Un dimanche, le vieux prêtre de  cette  commune rurale qui exerçait depuis une bonne quarantaine d'années, concluait son sermon hebdomadaire en tapant du poing sur l'autel.
Il lance à ses fidèles: "J'ai entendu l'expression "péché d'adultère" au moins un millier de fois (il faut dire que dans ce village les habitants ont le sang chaud)  depuis que j'officie dans cette église. Je vous le dis tout net, si j'entends encore une seule fois ces mots, je prends ma retraite."

Tout le monde l'aimait bien dans le village et on s'accorda donc à ne plus jamais employer les mots interdits. Les habitants décidèrent à la place d'employer l'expression "j'ai chuté". Cette initiative calma le vieux prêtre qui vécut l'esprit tranquille pendant encore plusieurs années.

Après sa disparition, un jeune curé vint le remplacer dans la paroisse et il nota tout de suite la quantité alarmante "d'accidents" liés aux lois de la gravitation dont étaient victimes les habitants du village.
Il prit donc la décision d'aller trouver le Maire de la commune. Il lui dit: "Monsieur le Maire, il vous faut intervenir d'urgence sur l'état des trottoirs du village. C'est bien simple, il semble que tout le monde perde l'équilibre dans ce bourg …"
Le premier citoyen, comprenant que personne dans la commune ne l'avait informé du véritable sens de l'expression "j'ai chuté" éclata de rire.
Il se tordait  sur son bureau lorsque le jeune curé le rappela à l'ordre: "Qu'est ce qui vous fait donc rire à ce point ? A votre place, je ne me réjouirais pas. Tenez, pour citer un exemple qui vous concerne, votre femme a chuté trois fois la semaine dernière..."

Recueil  de quelques  blagues Auvergnates

Un journaliste de FR3 Auvergne  pour son reportage sur les élevages dans le Cantal , interviewe un berger un peu rustre:
- Quel est le meilleur souvenir de votre carrière de Berger  ?
Le paysan, après avoir réfléchi quelques instants :
- Cré, j'souviens qu'une fois une de mes chèvres s'est perdue dans la montagne. Avé tout le village, on l'a cherchée pendant 4 jours. Et quand on a retrouvée la bougresse, pour fêter ça, on l'a tous en..lée !
Le journaliste :
- Euh, oui... mais je ne peux pas passer ça à l'antenne... et quel est votre deuxième meilleur souvenir ?
Le paysan se gratte la tête en réfléchissant et soudain :
- Ah, ayé, j'me souviens. Une fois, la femme du Léan s'est perdue dans la montagne, tout le village s'est mis à sa recherche, et on l'a retrouvée qu'au bout de 2 jours. On était tellement content que pour fêter ça, on l'a tous en..lée.
Le journaliste, un peu embarrassé :
- Décidémment... non, je ne peux passer çà... Il faut que je trouve autre chose...
Il réfléchit pendant quelques secondes :
- Et sinon, quel est votre plus mauvais souvenir ?
- Ben, une fois, je me suis perdu...

Recueil  de quelques  blagues Auvergnates

C’est l’hiver Germain quitte les rues enneigées du Mont Dore   pour passer quelques jours de vacances sous le soleil de Sardaigne. Sa femme en voyage d'affaires a prévu de le rejoindre le lendemain de son arrivée.
Quand il arrive à l'hôtel, il décide d'envoyer un email à son épouse.
Comme il ne trouve pas le bout de papier sur lequel il avait noté l'adresse email de sa femme, il essaie de s'en souvenir de mémoire.
Malheureusement, il fait une erreur dans l'adresse et le message est envoyé à l'adresse d'une femme veuve depuis la veille. Quand celle-ci consulte ses emails, elle lit ce qu'il y a à l'écran, pousse un cri d'horreur et meurt d'une crise cardiaque.
Ses enfants entendant le cri se précipitent et lisent le message suivant sur l'écran:
"Ma chérie, je suis enfin arrivé à destination. Ce fut un long voyage. Bien que je ne sois arrivé qu'il y a peu de temps, j'adore déjà l'endroit. J'ai parlé avec les gens d'ici et ils sont en train de tout préparer pour ton arrivée demain. Je suis sûr que tu vas aimer autant que moi! ...
Bisous de ton cher mari, à bientôt."
P. S. Ici, il fait une chaleur infernale.

Recueil  de quelques  blagues Auvergnates

 

L’histoire se déroule à Clermont

C'est un automobiliste qui crève en ville rue des Gravouses et de nuit. Il s'arrête le long d'un long mur et répare. Il met les 4 écrous dans l'enjoliveur pour ne pas les égarer mais en marchant il renverse le tout et ne les retrouve plus. Il s'inquiète et dit à haute voix.
- Que faire... Que faire ?
Sur le mur un gars en pyjama est assis et lui dit :
- Prenez donc un écrou aux trois autres roues vous remontez la quatrième avec les trois et vous pouvez rouler jusqu'au prochain garage en allant pas trop vite. Le gars s'exécute et remercie son sauveur en lui demandant si la propriété lui appartient :
- Non, répond-il, ici, c'est Sainte Marie
- Alors vous faites partie du personnel médical ?
- Non je suis interné.
- Alors vous êtes un fou ?
- Fou oui, mais pas con...

Recueil  de quelques  blagues Auvergnates

Marcel se promène à Issoire quand il aperçoit son vieux copain Gérard , qu'il n'a pas revu depuis des années. Il se précipite vers lui et l'apostrophe.

- Salut Gérard, ça fait une paie ! Qu'est-ce que tu deviens ? 
- Salut Marcel. Ben entre autres, je suis marié depuis deux ans. 
- Sacré Gérard! Et qu'est-ce que tu fait comme boulot ? 
- Je bossais dans une boite d'informatique à Clermont , mais je me suis fait virer la semaine dernière. 
- Aie, sale coup. Et ça va, tu tiens le choc. 
- Ouais, je dors comme un bébé. 
- Ah, bon... tant mieux ! Faut que j'y aille, là, mais on se revoit bientôt, hein. 
- Sans doute.

Deux mois après, Marcel recroise Gérard dans un café à Brassac et lui offre un verre.

- Alors, toujours sans job. 
- Ouais, toujours. 
- Au moins, ça te laisse du temps à passer avec ta femme. 
- Elle m'a plaqué avant-hier. 
- Ouille, vraiment désolé, vieux. 
- Pas de quoi. 
- Tu sais, si je peux faire quoi que ce soit pour toi. 
- Non, je t'assure, Marcel, je dors toujours comme un bébé. 
- Si tu le dis...

Les deux amis se quittent et, un mois plus tard, Marcel invite Gérard à manger chez lui. Au cours du repas, 
Marcel s'enquiert de la situation de Gérard.


- Toujours sans travail ? 
- Tu sais ce que c'est, même les jeunes ne trouvent plus de boulot, aujourd'hui. 
- Et tu as des nouvelles de ta femme. 
- Elle vient de demander le divorce pour pouvoir se remarier avec mon ex-patron. 
- Ah ! (Marcel, très gêné, essaie de changer de sujet) Et tes parents vont bien. 
- Ils sont morts dans un accident d'avion il y a cinq jours. 
- C’n’est pas vrai ! Toutes mes condoléances, mon vieux. Si je peux t'aider à supporter... 
- Pas la peine, je te dis que je dors comme un bébé. 
- Mais enfin ! Je ne te comprends pas. Il ne t'est arrivé que des trucs affreux en moins de quatre mois et tout ce que tu trouves à dire c'est "Je dors comme un bébé". Mais comment tu fais ? 
- C'est simple : je dors une heure, je pleure une heure, je dors une heure...

Elle était un peu longue l'èspère que vous ne l'avez pas lu pendant les heures de travail je ne voudrais pas avoir d'ennui avec votre employeur.

Recueil  de quelques  blagues Auvergnates

Mamie vient d'arriver à la maison de retraite de Murat (Cantal) et tout le monde est aux petits soins. 
Les infirmières la baignent, lui servent un délicieux repas et l'assoient sur un fauteuil face à la fenêtre donnant sur un magnifique jardin. 
Tout semble parfait mais après un moment elle commence à se pencher 
lentement sur la droite ! 
Immédiatement deux infirmières se précipitent et la remettent bien droit sur le fauteuil. 
Tout semble retourner à la normale, quand elle recommence à se pencher lentement sur la gauche ! 
Les infirmières accourent et une fois de plus essaient de la remettre d'aplomb. 
Plus tard la famille arrive pour voir comment va mamie. 
- tout se passe bien ici, ils sont gentils avec toi ? 
- c'est pas mal du tout, à part qu'ils ne me laissent pas péter !

Recueil  de quelques  blagues Auvergnates

Dans le petit hameau lieu dit « La levrette » non loin de Hérisson dans l’Allier l’Adrien qui n’arrive pas à dormir se promène et passe sous la fenêtre d’une maison et entend cette conversation 
- Allez... S'il te plaît chéri, dit la femme ?
- Non. Laisse-moi tranquille, dit le mari.
- Allez, ça ne te prendra pas trop de temps.
- Après je ne saurai pas me rendormir. 
- Mais sans ça, je ne pourrai pas dormir. 
- Je voudrais bien savoir pourquoi tu penses à des trucs pareils au beau milieu de la nuit?! 
- Parce que je suis brûlante! 
- Toi, tu es chaude au pire moment, vraiment.
- Si tu m'aimais, je ne devrais pas avoir à insister comme maintenant pour que tu le fasses 
- Si tu m'aimais MOI, tu aurais plus de considération pour moi.
- Alors tu ne m'aimes plus. 
- Mais si je t'aime, mais laisse tomber ça pour cette nuit, OK.
- (sanglots)
- (Aaarrghh-soupirs) D'accord, je vais le faire, tu as gagné. 
- Qu'est-ce qui se passe chéri? Tu as besoin d'éclairage?
- Je ne trouve pas... 
- Ben vas-y à tâtons, tu vas quand même bien y arriver.
- Ça y est, voila. J'y suis. Alors, heureuse?
- Ahhhh, enfin, OUI, comme ça fait du bien! 
- Bon, la prochaine fois que tu voudras dormir la fenêtre ouverte, t'iras l'ouvrir toi-même!

Recueil  de quelques  blagues Auvergnates

L’histoire  se déroule dans la ville de Brioude

C'est un petit garçon qui rentre de l'école en pleurant.
- Qu'as-tu, lui demande sa jolie blonde de maman
- J'ai eu un zéro en géographie.
- Pourquoi ?
- Je ne savais pas où est le Portugal.
- Tu ne sais pas ?! Quel idiot, passe-moi la carte de France.

Et la mère cherche, cherche ...
- Bon dieu, elle n'est pas assez précise, passe-moi la carte de l’Auvergne .

Et la mère cherche, cherche ...
- Elle est nulle cette carte, passe-moi la carte de la Haute Loire !

Et la mère cherche, cherche...
- Bon sang, ça ne peut pas être si loin le Portugal, la femme de ménage est portugaise, elle vient travailler tous les jours à vélo !!!

Recueil  de quelques  blagues Auvergnates

Un petit garçon paysan aux environs de bourg Lastic  et son père descendent à Clermont  visitent un centre commercial.
Ils sont abasourdis par presque tout ce qu'ils voient, et plus particulièrement par deux murs brillants de couleur argent qui peuvent s'ouvrir en deux et se refermer.

Le petit garçon demande :
- C'est quoi, Père?

Le père n'ayant jamais vu d'ascenseur auparavant, répond :
- Fils, je n'ai jamais rien vu de tel dans ma vie. Je ne sais pas ce que c'est.

Alors que le petit garçon et son père regardent avec admiration, une vieille femme dans un fauteuil roulant avance jusqu'aux murs et appuie sur un bouton.

Les murs s'ouvrent et la dame roule dans la petite salle. Les murs se ferment et le petit garçon et son père regardent les
chiffres défiler séquentiellement sur un cadran au-dessus des portes. Ils continuent de regarder jusqu'à ce que les chiffres se mettent à défiler dans l'ordre inverse. Les murs s'ouvrent à nouveau et une très belle jeune femme de 24 ans sort.

Alors, le père murmure à son fils: "Va vite chercher ta mère ! ".

Recueil  de quelques  blagues Auvergnates

Sur la route entre Champagnac et Auzon  l’Emile  occupe toute la largeur de la route avec son tracteur. Derrière, ça énerve un jeune type qui le suit dans une superbe voiture de sport et qui, l'occasion se présentant, met les gaz et double le tracteur en trombe en hurlant au paysan, en montrant son capot :
- Il y a 200 chevaux là-dessous.

Il va si vite qu'il loupe un virage un peu serré et tombe dans un étang. Quelques minutes plus tard, l’Emile  arrive à sa hauteur :
- Alors, on fait boire ses bêtes ?

Recueil  de quelques  blagues Auvergnates

Un représentant en aspirateurs débarque chez une vielle dame qui habite une maison isolée au bout du village de Leyvaux dans le Cantal.

 Sans lui laisser placer un mot, il lui dit :
- Madame, je vais vous faire une démonstration de la merveille des merveilles, le nouvel aspirateur «CYCLONE», l'aspirateur qui aspire tout en quelques secondes ! Où est votre poubelle ? Dans votre cuisine ? Je m'en doutais ! Permettez-moi de la prendre !
Il prend la poubelle et la vide sur la moquette au milieu du salon.
- Ne vous inquiétez pas ! Car à présent, avec l'aspirateur «CYCLONE» je vais faire disparaître totalement toutes ces ordures ! Je m'engage personnellement à manger devant vous tout ce qui resterait sur le sol !
- Attendez monsieur ! L'interrompt la vielle dame. Je vais vous chercher du sel et du poivre, voyez-vous, je n'ai pas l'électricité...

Recueil  de quelques  blagues Auvergnates

Cela se passe dans la petite école de Cézens dans le Cantal

En classe  Baptiste  lève le doigt, le prof qui croyait qu'il allait lui donner une réponse lui donne la parole.
- Monsieur, la braguette de votre pantalon est ouverte!

Le professeur très gêné la referme et décide d'interpeller l'élève à la sortie.
- Écoute mon  Baptiste, la prochaine fois que tu verras ma braguette ouverte ne me le dis pas devant toute la classe.
- Alors je ferai comment?

Après une petite réflexion le professeur lui répond:
- Au lieu de me dire la braguette est ouverte dis moi que l'administration est ouverte, ok?
- D'accord M'sieur

Le lendemain Baptiste  lève le doigt alors que le professeur n'avait pas posé de question. Le prof a compris de quoi il s'agissait...
- Qu'est ce qui se passe mon fils, l'administration est ouverte?
- Non M'sieur, le proviseur est dehors!

Recueil  de quelques  blagues Auvergnates

Dans une petite ferme aux environs de Sugères dans le Puy de Dôme  un soir au dîner, la petite dernière demande à son père :
- Papa, pourquoi t'es toujours tout rouge ?
- Ben tu vois ma fille, c'est l'été, et en mobylette, tu prends des coups de soleil et ça te donne la peau toute rouge.

La fillette opine du chef mais ne paraît pas totalement convaincue.
- Mais papa, en hiver aussi t'es tout rouge...
- Oui ma fille mais en hiver il fait froid. Sur la mobylette, le froid et la vitesse ça te fait la peau toute rouge.

Alors la mère, excédée, saisit la bouteille de rouge  et la tend à sa fille :
- Tiens, passe la mobylette à ton père !

Recueil  de quelques  blagues Auvergnates

Pour une fois les femmes vont aimer

C’est le Raymond qui  rentre de chez Michelin  pour trouver le chaos qui règne à la maison.
Ses enfants, encore en pyjama, jouent dans la boue du jardin.
Sur le gazon, tout autour de la maison, il y a des cartons de repas congelés et des boîtes de jus par terre.
Quand il entre dans la maison, c'est encore pire :
La vaisselle sale est éparpillée dans toute la cuisine, le repas du chien est renversé sur le sol, la vitre est brisée et traîne par terre sur une grande surface et il y a du sable par terre, sur la table de la cuisine et les meubles.
Dans la salle de séjour, il trouve des jouets, des vêtements et une lampe renversée.
A ce moment, l'homme a très peur qu'un malheur ait touché sa femme.
Il se précipite au second étage et là, stupéfait, il trouve la Marie  encore en pyjama assise dans le lit en train de lire un livre.
Elle se retourne en souriant et lui demande :
- Comment était ta journée ?
- Que ! S’est-t-il passé ici aujourd'hui?
Souriante...
- Tu sais, chaque jour en rentrant, tu me demandes ce que j'ai fait durant la journée et quand je réponds que je me suis occupée de la maison et des enfants... Tu me dis :
- C'est tout ?
-Eh bien, aujourd'hui, je n'ai rien fait!

Recueil  de quelques  blagues Auvergnates

C'est un garçon bon Cantalous  qui monte dans un train.
Dans le compartiment se trouvent deux hommes cravatés tapant sur leur ordinateur.
Le garçon s'installe près de ces deux hommes et commence à manger un sandwich.
Au bout de quelques dizaines de minutes, le jeune homme d’Aurillac  demande à l'un des deux :
- Puis-je savoir où vous allez ?
- Et bien moi, je vais à PARISS, répond, d'un air moqueur, l'homme cravaté,
Le jeune Auvergnat  a mal compris et répète PARISSSS ?
- Et le cravaté rétorque : OUI, PARIS avec deux S !!!
Le jeune homme se demande pourquoi Paris avec deux S mais n'en rajoute pas et continue à déguster son sandwich.
Plus tard, il s'adresse à l'autre homme cravaté et lui demande :
- Et vous, où allez-vous ?
- Et bien moi, répond le deuxième homme cravaté, également d'un air moqueur, je vais au Bourgett avec deux T!!!
Le petit gars du Cantal  ne répond pas et s'interroge sur ces deux hommes.
Tout à coup l'un des deux hommes cravatés se tournent vers notre Cantalous  et lui demande :
- Et toi, où vas-tu ?
- Et bien moi, je vais à Mâcon avec deux CONS.

Recueil  de quelques  blagues Auvergnates

Quand on peut pas on peut pas

Jules du village d’Apchat , 75 ans, va voir son médecin à Ardes  pour une analyse de sperme. Son médecin lui donne un petit flacon et lui dit de revenir le lendemain pour l'analyse. Le lendemain, l'homme lui remet le flacon vide et propre. Le médecin lui demande pourquoi.
- Eh! Bien voila, docteur. J'ai essayé avec la main droite, sans succès. Avec la main gauche, rien non plus. Alors, j'ai demandé à ma femme de m'aider. Elle a essayé avec la main droite puis la gauche. Toujours rien. Ensuite, elle a essayé avec la bouche, avec ses dents, sans les dents. Toujours sans succès. Alors, on a demandé à la jeune   de l’ADMR qui a essayé avec la main droite, la gauche, avec sa bouche, ses dents...
Le médecin, choqué, l'interrompt :
- Vous avez même demandé l'aide de la jeune employée  ?...
- Eh! Oui, docteur. Vous voyez, on a tout essayé et on n'a toujours pas pu ouvrir ce putain de flacon

Recueil  de quelques  blagues Auvergnates

ça se passe au village Pebrac non loin de Langeac

 

Jules rentre le soir chez lui, et sa femme Germaine lui saute au cou en lui disant:

- Chéri, j'ai une grande nouvelle ! Je suis en retard d'un mois... Je crois que nous allons avoir un bébé ! J'ai fait le test chez le médecin aujourd'hui, mais tant qu'on aura pas de certitude, on n'en parle a personne.

 

Le jour suivant, un contrôleur EDF sonne chez elle car ils n'ont pas payé leur dernière facture d'électricité.

Vous êtes bien Madame Durand ? Madame, vous avez un mois de retard !

- Comment le savez-vous ? Balbutia Germaine.

- Mais Madame, c'est inscrit sur nos registres.

- Qu'est-ce que vous dites ? C'est inscrit sur vos registres ?

- Absolument.

 

Le soir, elle raconte cela a son mari qui est fou de rage, il ne comprend pas et se précipite des le lendemain au Puy aux bureaux de l'EDF.

Il cherche pensant que EDF c'est l'Ecole Des Femmes probablement puis il finit par trouver le bâtiment avec les 3 lettres écrites en bleus sur la façade et il entre au bureau

- Qu'est-ce que c'est que cette histoire ? hurle-t-il. Vous inscrivez dans vos registres que ma femme a un mois de retard ? De quoi vous mêlez-vous ?

- Ecoutez, dit le contrôleur, calmez-vous. Ce n'est pas bien grave. Vous n'avez qu'a l'acquitter et on n'en parle plus...

- La quitter ? Il n'en est pas question ! Je ne la quitterai jamais, ni maintenant ni plus tard !

- Dans ce cas, je vous préviens, si vous refusez de l'acquitter, on va vous la couper !

- Et Comment elle va faire

- Elle prendra une bougie

 

Recueil  de quelques  blagues Auvergnates

La mule de La Chapelle

 

C'est jour de deuil dans la ferme du village de La Chapelle sur Allagnon non loin de Neussargues dans le Cantal : la mule du fermier vient de tuer la belle-mère du dit fermier en lui balançant une bonne ruade au moment où elle passait.
Tous les fermiers des environs font le déplacement jusqu'à l'église. Le curé voyant la foule au dehors s'adresse à quelqu'un de la famille de la défunte:
"Elle devait être très appréciée! Quand on voit le nombre de fermiers qui a quitté les champs pour assister aux funérailles..."
Et le gars de la famille répond: "Ils ne sont pas ici pour les funérailles... Ils sont tous venus pour acheter la mule."

Recueil  de quelques  blagues Auvergnates

 

Et c'est pas faux

 

C’est au sommet de l’élevage au Zenith à Cournon d’Auvergne

Une Clermontoise  se trouve vers le stand des vaches laitières. Elle rencontre Firmin, un ancien fermier venu du Cantal qui a voulu avant de prendre sa retraite faire au moins une fois le  salon pour voir comment c’était,  avec qui elle discute :
- Il paraît que vous savez pourquoi les vaches attrapent cette terrible maladie.
- Oi ma petite dame ! Vous n'êtes pas sans savoir que l'on présente une fois dans l'année le taureau aux vaches... Eh ben imagine un peu qu'on vous tripote les pis deux fois par jour et qu'on vous honore qu'une fois par an... Vous deviendriez pas folle, vous ?

Pas facile le Paysan Auvergnat

En arrivant le matin a la ferme , un employé agricole lance à son collègue :
– J’ai été patient, j’ai attendu, maintenant ça suffit ! J’ai rendez-vous à dix heures chez le patron, et là je vais lui dire : ou vous m’augmentez sérieusement, ou je m’en vais !
– Tu vas vraiment le lui dire comme ça ?
– Et comment !

 

Et à dix heures moins deux, il se lève. Dix minutes plus tard, il est de retour.

– Alors ? demande son collègue, tu as obtenu ce que tu voulais ?
– Ce n’est pas aussi simple que ça. Quand il y a deux points de vue opposés, il faut savoir négocier. Alors nous avons discuté, et finalement on a coupé la poire en deux : lui ne m’augmente pas, et moi je reste.

La sagesse Cantalienne

 

Jules quitte Allanche pour aller  à Paris rendre visite à son fils qui après de brillantes études est chercheur au CNRS.

– Alors mon gamin, quoi que tu fais ?
– Eh bien, papa, je suis responsable d’un laboratoire, et avec mon équipe nous travaillons sur la mise au point d’un solvant universel. Si tu préfère, un solvant capable de dissoudre n’importe quelle matière.
– Oh là là ! Ce que c’est d’avoir fait des études ! C’est beau d’être savant !

Il réfléchit un instant et ajoute :
– Mais dis-moi, mon gars, votre solvant qui dissout tout, dans quel genre de bidon vous comptez le mettre ?

Dans un village vers le Mont Mouchet , le père et le fils bêchent lorsque soudain l'outil du gamin frappe quelque chose de dur. Il ramasse l'étrange objet et dit :

- " r'garde donc l'pére s'que j'viens d'trouver ! "

- "Oh putain...une grenade de la dernière guerre et...Ho putain où est la goupille ?"

Le père arrache la grenade des mains du fils, la balance loin...sur les chiottes au fond du jardin et BAOUMMMM...

A ce moment, la grand-mère sort du nuage de fumée en titubant et dit :

- "Cré vin diou...heureus'ment qu'j'la pas lâché dans la cuisine celui la ! "

Futé le petit gars du Mezeinc

C'est un technocrate européen qui a décidé que dorénavant, tous les oeufs de poule devraient être datés du jour de ponte.

Naturellement, on fait procéder à des inspections surprises...

Dans une petite fermette du fin fond de la Haute loire, un inspecteur de la D.G.C.C.R.F. ramène sa fraise.

- Bonjour madame. Je suis inspecteur de la répression des fraudes. Je suis venu constater si vous procédiez bien au marquage du jour de ponte sur tous les oeufs que vous vendez.

- Ah ben ça oui mon gars. Bien sûr qu'y sont datés mes oeufs. Tiens, regarde...

Alors l'inspecteur regarde les oeufs, et constate que sur chaque oeuf est inscrit "Aujourd'hui... Aujourd'hui... Aujourd'hui..." 

Un autobus part d’Aurillac et emmène des politiciens à un congrès. L'autobus quitte la route et s'écrase contre un arbre dans le pré d'un vieil agriculteur.
Le vieil agriculteur, après avoir vu ce qui s'est passé, se rend sur les lieux de l'accident. Il creuse alors un trou et enterre les politiciens.
Quelques jours après, la gendarmerie locale passe sur la route, voit l'autobus écrasé, et demande à l’agriculteur.

-Alors Marcel ou sont les occupants?

Marcel de répondre

-Vin diou je les ai enterrés
 Le gendarme demande alors au vieil agriculteur, "Etaient ils TOUS morts?"
Et Marcel  répond :

"Ben, certains parmi eux disaient qu'ils n'étaient pas morts, mais vous savez comment mentent les politiciens."

Recueil  de quelques  blagues Auvergnates

Nous sommes à Langeac au Super U 
Marc fait la queue à la caisse au supermarché quand il remarque qu'une petite blonde canon lui fait un petit signe de la main et lui sourit.

Il s'adresse à elle gentiment : 
> - Excusez- moi, on se connaît ? 
Elle répond en souriant : 
> - Je peux me tromper, mais je pense que vous êtes le père d'un de mes enfants !

Les souvenirs du type le renvoient vers la seule et unique fois ou il est descendu de sa ferme des environs de Saugues et où il a été infidèle et il demande :
- Miladiou , tu ne serais pas la petite cochonne que j'ai sautée sur la table devant tous mes potes lors d'une beuverie, pendant que ta copine me fouettait avec un céleri mouillé et me poussait un concombre dans le trou de balle ?

- Euh non ., répond-elle en rougissant jusqu'aux oreilles, je suis la nouvelle institutrice de votre fils !!!
Comme quoi qu'il n'y a pas qu'en ville qui s'en passent des bonnes et il faut bien tourner 2 fois sa langue dans sa bouche avant de parler.

 

Coincidence (même en Auvergne il y en a)

Un éleveur auvergnat de poulet entre dans le bar de son village... Il s'assied à côté d'une femme (une parisienne) et commande un verre de champagne.

La femme dit:
- Comme c'est bizarre ? Je viens de commander un verre de champagne aussi !
- Quelle coïncidence, dit le fermier, c'est un jour spécial pour moi... je le célèbre.
- C'est un jour spécial pour moi aussi, je le célèbre aussi ! dit la femme.
- Quelle coïncidence ! dit le fermier.

Comme ils trinquent l'homme demande:
- Que célébrez-vous donc ?
- Mon mari et moi avons essayé d'avoir un enfant depuis des années, et aujourd'hui mon gynécologue m'a annoncé que j'étais enceinte !
- Quelle coïncidence, dit l'homme, je suis un éleveur de poulets et pendant des années toutes mes poules ont été infertiles, mais aujourd'hui, elles se sont toutes mises à pondre des oeufs fécondés.
- C'est génial ! dit la femme, Comment avez vous fait pour que vos poulets deviennent fertiles ?
- J'ai utilisé un autre coq, répond-il.

La femme sourit et dit:
- Quelle coïncidence...

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Auvergnat prévoyant

Deux copains "AUVERGNATS" discutent dans l'escalier :
"J'en ai marre, ça fait la deuxième fois qu'on me vide ma cuve à mazout pourtant la bouche de remplissage est bien cachée sous une vasque de fleurs ! "
"Moi j'ai résolu le problème, j'ai acheté un gros bouchon rouge avec MAZOUT marqué dessus en blanc"
"T'es fou ? ils n'ont même plus à chercher ? ! ! !"
"Ben ouais, mais le tuyau n'est pas relié à ma cuve à mazout ...
Il est raccordé à ma fosse septique : ça fait trois fois que les roms me la vide GRATOS en six mois ! ! !

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Quelques fois les auvergnats n’ont pas le dernier mot

Un Parisien, voulant se marier avec la fille d'un Auvergnat, va à La Bourboule pour demander sa main au père.
Celui-ci, après le repas, lui explique :
- Ici, en Auvergne, nous devons suivre le chemin des traditions avant d'accorder la main d'une fille. Prends cette pomme et reviens demain.
Surpris, le jeune homme part avec la pomme.
Le lendemain, il revient et le père lui demande :
- Qu'as-tu fait de la pomme ?
- J'avais faim ce matin, alors je l'ai mangée.
- Ce n'est pas bien ce que tu as fait ! Nous, les Auvergnats, nous aurions fait de la liqueur avec la peau. Nous aurions coupé la pomme en deux, une moitié pour les pauvres et, l'autre moitié, nous l'aurions partagée en famille, puis nous aurions vendu la moitié des pépins et planté l'autre moitié. Tu vois comment nous sommes, nous les Auvergnats.
Enfin, je vais te donner une seconde chance, prends ce saucisson et reviens demain.

Vexé, le Parisien part avec le saucisson et revient le lendemain.
- Très Bien, qu'as-tu fait du saucisson ?
- Avec la corde, j'ai fait des lacets pour mes chaussures; puis j'ai coupé le saucisson en deux, j'en ai donné la moitié aux pauvres et l'autre moitié je l'ai partagée en rondelles pour ma famille.
- Très bien, très bien dit le père. Et qu'as-tu fait de la peau ?
- Avec la peau, je me suis fait un préservatif, j'ai sauté votre fille et je vous apporte la crème pour vous faire un cappuccino !

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Le prix d’une saillie

Un fermier Auvergnat, dans son C15, s’en va chez un de ses voisins et frappe à la porte.

Un garçon d’environ 9 ans ouvre la porte.
- Est-ce que ton père est là ?
- Non Monsieur il est parti à saint Flour.
- Est-ce que ta mère est là ?
- Non Monsieur elle est avec mon père à la ville.
- Et ton frère lui, est-il ici ?
- Non Monsieur, il est allé au bois du Fayard avec le tracteur.

Le fermier reste planté là pendant quelques minutes maugréant entre ses dents.
- Si c’est pour emprunter quelque chose Monsieur, je sais où sont les outils ou je peux transmettre un message si ça peut vous aider.
- Bon , dit le fermier, j’aurais vraiment voulu parler à ton père à propos du fait que ton grand frère a mis ma fille Suzie enceinte.

Le garçon réfléchit un moment et dit :
- Alors là, pour sûr qu’il va falloir parler de ça avec mon père. Je sais qu’il prend 40 euros pour le taureau et 20 euros pour le bouc, mais pour mon frère, je ne sais pas le prix.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

A la pêche

La saison de pêche n’est pas encore ouverte et un « enragé du bassin de Brassac du nom de Corbeau vert» est en train de taquiner la truite malgré tout. Soudain, un promeneur s’approche.

Le marcheur engage la conversation : « Alors, ça mord ? »

- Si ça mord ? répond le pécheur en rigolant. Ici, c’est un coin INCROYABLE! On dirait que les truites viennent ici exprès pour se faire attraper. Hier, ici même, j’en ai pris dix en moins d’une heure !!!

- Vraiment ? Tiens, j’ai une question pour vous, demande le promeneur, est-ce que vous savez qui je suis ?

- Euh, non. Avoue le pêcheur.

- Eh bien, je suis le nouveau garde-pêche !

- Oh ! fait le pêcheur en ravalant sa salive. Hem, et moi, est-ce que vous savez qui je suis ?

- Non.

- Je suis le plus gros menteur de la région…

***********************************************************************************************************************

Un Auvergnat bien de chez nous

C'était il y a quelques années en Auvergne dans la région de Clermont-Ferrand plus précisément Puy Guillaume.
Le petit Michel achète un âne à un vieux fermier pour 1000 Francs..

Le fermier doit livrer l'âne le lendemain mais justement, le lendemain...

Désolé Monsieur Michel , mais j'ai une mauvaise nouvelle: l'âne est mort.

Bien alors, rendez-moi mon argent.

Je ne peux pas faire ça.

Je l'ai déjà tout dépensé...
OK alors, vous n'avez qu'à m'apporter l'âne…Qu'est-ce que vous allez faire avec ?
Je vais le faire gagner par un tirage au sort à une tombola.

Vous ne pouvez pas faire tirer un âne mort !

Certainement que je peux. Je ne dirai à personne qu'il est mort.
Dans sa situation, le fermier se dit qu'il ne peut pas vraiment refuser.il amène donc l'âne à Monsieur Michel ..

Un mois plus tard, il revient la Voir : Qu'est devenu mon âne mort ?
Je l'ai fait tirer au sort. J'ai vendu 700 billets à 2 frs: ça m'a fait une recette de 1.400 frs
Et personne ne s'est plaint ?
Seulement le gars qui a gagné.Ça fait que je lui ai rendu ses 2 Francs.
Le petit Michel entre temps est devenu Ministre des finances.
A méditer...................

*****************************************************************************************************

Les Auvergnats ne sont pas radins mais malins.

Deux auvergnats prennent le train pour Marseille. Dans le train ils rencontrent deux juifs et ils papotent. Quand ils aperçoivent le contrôleur les auvergnats sortent leurs billets, les juifs se moquent d'eux:
- Vous avez pris deux billets, vous trouvez pas ça un peu cher?

Nous on en prend qu'un.
- Et comment allez-vous faire?
- Bah c'est pas dur regardez.
Et tandis que les auvergnats attendent les contrôleurs pour leurs présenter les billets, les juifs se dirigent vers les toilettes.
Quand le contrôleur frappe à la porte des toilettes les juifs lui font passer le billet, le contrôleur le composte et repart.
Plus tard ils s’aperçoivent que tous les quatre reprennent le même train pour le retour.

Le jour arrive et ils se rencontrent à nouveau.
Les deux juifs: Alors cette fois-ci vous avez pris qu'un seul billet.
- Non, non cette fois-ci nous n'en avons pris aucun.
- Ah bon et comment allez-vous faire?
- Bah vous verrez.
Le voyage se poursuit et le contrôleur arrive.
Les deux juifs partent dans les toilettes, peu après les deux auvergnats suivent, ils frappent à la porte des toilettes des juifs qui leurs tendent le billet et vont s'enfermer dans d'autres toilettes...

***********************************************************************************************************************

Mais il arrive que quelques fois les auvergnates se trompent.

Une jeune femme de 30 ans de la région d'Aurillac se confie à son amie en lui disant:

- Tu te rends compte à mon age je suis encore vierge, après avoir attendu aussi longtemps je voudrais pas me tromper pour ma première fois.
- Écoute c'est pas si difficile, tu regardes leurs pieds et s'ils ont de grands pieds la plupart du temps ils ont aussi un grand sexe.

Sur ces belles paroles les deux amies se séparent. Quelques temps plus tard la jeune femme prends le train pour Mauriac et elle voit le contrôleur regarde ses pieds et voyant qu'ils sont énormes elle se précipite vers les toilettes.
Le contrôleur la suit et lui demande de présenter son billet. La jeune femme s'enferme avec lui dans les toilettes et lui dit: Prenez-moi, je suis entièrement à vous.

L'occasion faisant le larron le contrôleur un Clermontois commence à essayer déboutonner son col de chemise et n'y arrive pas.
Énervé, il s'exclame: C'est ça la SNCF ils vous donnent des chemises deux fois trop petites et des chaussures trois fois trop grandes...

***********************************************************************************************************************

Un enfant auvergnat comme tant d'autres mais attention dès foi papa n’apprécie pas .

Un enfant rentre dans la cuisine, en pleurant. Sa mère lui demande :
- Mais, qu'est-ce que tu as ?
- C'est papa, il s'est donné un coup de marteau sur un doigt.
- il n'y a pas de quoi pleurer, au contraire tu aurais dû rire.
- C'est ce que j'ai fait.

***********************************************************************************************************

Cela ce passe dans le petit village de Brassac

 

Robert est sur le point de fermer sa boucherie lorsqu'un chien entre,un porte-monnaie dans sa gueule.
-Bonjour le chien! Quel bon vent t'amène? Tu veux de la viande?
-Wouf!
-Que veux tu exactement? Un steak?
-Wouf!
Quel chien adorable tu fais! Tu es tellement intelligent!
Robert prépare le steak.Il prend le porte-monnaie,se paye et rend le porte-monnaie au chien avec la viande dans un petit sac.Le chien prend le sac et s'en va.
Fasciné par l'intelligence du chien,Robert ferme rapidement sa boucherie et s'empresse de le suivre pour voir a qui il appartient.Le chien entre dans un immeuble.Il monte jusqu'au troisième étage.Puis il saute pour sonner a une porte.Un homme ouvre,en colère:
-Je n'y crois pas Médor!Tu es vraiment idiot!
-Mais enfin monsieur, s’interpose Robert,ne le grondez pas ainsi!
C’est le chien le plus intelligent que je connaisse! Il est incroyable!
-Lui intelligent? Vous plaisantez, j’espère! Ça fait déjà trois fois qu'il oublie ses clés cette semaine.

 

---------------------------------------

Dans une pharmacie de la région d’Aurillac un jeune apprenti commence à travailler dans la boutique d'un pharmacien. Il apprend par cœur le nom de tous les médicaments. Et il s'étonne de voir un tiroir sur lequel est noté "illisible".
- Cherche pas, lui dit le pharmacien. Ça, c'est ce qu'on donne aux clients quand on n'arrive pas à lire l'ordonnance !

------------------------------

Dans le petit village de Brion
Un prêtre sonne chez les parents du petit Antoine, qui ouvre la porte.
Le prêtre dit :
- Je t'apporte clarté et lumière...
Antoine appelle sa mère :
- Maman, c'est EDF !

--------------

 

Lors d'une vente de charité, un riche Auvergnat fait un gros chèque mais ne le signe pas.

- Vous oubliez la signature, Monsieur !
- Non, c'est un don anonyme !

---------------------

Un Auvergnat va passer un mois chez un ami à Paris et, pendant tout ce temps, il vit entièrement à ses crochets. Quand son séjour se termine, l'ami le raccompagne à la gare et ils vont boire un dernier verre ensemble au buffet. Lorsque le parisien fait mine de payer, l'auvergnat dans un sursaut d’orgueil arrête son geste, sort une pièce et lui dit :

- Ah non, jamais de la vie ! Depuis un mois c'est vous qui payez sous prétexte que je suis votre invité. Maintenant c'est fini, le dernier verre, c'est sacré : on va le tirer à pile ou face !

 

 

C'est un fils de paysan qui bavarde avec son père :

- Papa, plus tard, j'ai envie d'être acteur.

- Ah ben, t'as de la chance mon gars pasque dans not' métier, des tracteurs, t'en auras ! 

Recueil  de quelques  blagues Auvergnates

 

A ces parisiens

Au cours d'une promenade en montagne,aux environs de Prat de Bouc dans le Cantal  un Parisien se perd dans le brouillard.
Après avoir longuement erré, il aperçoit une cabane et frappe à la porte :
- Y-a quelqu'un ?
- Ouaip ! Qui est là ?
- Je suis un promeneur égaré. Pourriez-vous me dire comment on fait pour redescendre dans la vallée ?
- Aucune idée ! Je suis un petit garçon, et je ne peux pas vous ouvrir.
- Alors demande donc a ton père...
- Je ne peux pas il est sorti quand maman est rentrée.
- Et ben demande à ta mère alors.
- Maman est sortie quand grand-père est rentré...
- P'tain de merde ! Bon demande à ton grand-père de venir alors...
- C'n'est pas possible ! Il est sorti quand mon grand frère est rentré...
- Bon alors appelle ton grand frère.
- Ben il est sorti quand je suis rentré...
- Cré nom de Dieu.......Mais bon sang de bon sang, vous n'êtes jamais en famille chez vous ?
- Ben... si, à la maison.... mais ici c'est les Chiottes !!!!

Un paysan ayant deux vaches qui fournissent deux fois plus de lait que ses collègues ayant une dizaine de ruminants dans leurs étables, fait quelques jalousies !

Au bout d'un mois, ils se concertent et décident d'aller voir Arthur (puisque tel est son nom) pour lui demander quel produit donne t-il à ses vaches pour produire autant de lait.

Dénégation, colère (le béret en arrière) : mais aucun produit ... « mille d...ou! »

Après quelques insistances, Arthur donne tous de même son secret :

En arrivant dans l'étable pour les traire il pose toujours la même question, tous les matins, à ses vaches : "ALORS CE MATIN, VOUS ME DONNEZ DU LAIT OU UN STEAK ? " 

Recueil  de quelques  blagues Auvergnates

 

Dans un village entre Pinols et le Mont Mouchet, le père et le fils bêchent lorsque soudain l'outil du gamin frappe quelque chose de dur. Il ramasse l'étrange objet et dit :

- " r'garde donc l'pére s'que j'viens d'trouver !

" - "Oh putain...une grenade de la dernière guerre et...Ho putain où est la goupille ?"

Le père arrache la grenade des mains du fils, la balance loin...sur les chiottes au fond du jardin et BAOUMMMM... A ce moment, la grand-mère sort du nuage de fumée en titubant et dit :

- "Cré vin diou...heureus'ment qu'j'la pas lâché dans la cuisine celui la ! "

Recueil  de quelques  blagues Auvergnates

Voir les commentaires

La Besseyre St Mary

23 Février 2017, 06:53am

Publié par Papou Poustache

La Besseyre-Saint-Mary est une commune française située dans le département de la Haute-Loire, région Auvergne-Rhône-Alpes. Et a une surface de 21.57 km ² pour une population de 138 habitants. La carte de France du village de La Besseyre-Saint-Mary est présente en bas de page. On peut y voir La Besseyre-Saint-Mary vue du ciel.

 

 

La Besseyre St Mary

 

Le village de La Besseyre-Saint-Mary appartient à l'arrondissement de Brioude et au canton de Pinols. Le code postal du village de La Besseyre-Saint-Mary est le 43170 et son code Insee est le 43029

Au cours de la période révolutionnaire de la Convention nationale (1792-1795), la commune a porté le nom de La Besseyre-Nivôse.

Une verrerie était présente au château de Chamblard au XVIIIe siècle. Trois anciens moulins à eau sont présents sur la Desges : le moulin Sicard, le moulin d'Ally et le moulin de la Boriette...

La Besseyre St Mary
La Besseyre St Mary
La Besseyre St Mary
La Besseyre St Mary
La Besseyre St Mary
La Besseyre St Mary
La Besseyre St Mary

Eglise

La Besseyre St Mary
La Besseyre St Mary
La Besseyre St Mary
La Besseyre St Mary

Monument aux Morts

La Besseyre St Mary
La Besseyre St Mary
La Besseyre St Mary
La Besseyre St Mary
La Besseyre St Mary

Croix et Fontaines

La Besseyre St Mary
La Besseyre St Mary
La Besseyre St Mary
La Besseyre St Mary
La Besseyre St Mary
La Besseyre St Mary
La Besseyre St Mary

Généalogie

http://www.lagenealogie.com/histoire-ville-village-commune/besseyre-saint-mary-43029.html

 

PAULET La Besseyre-Saint-Mary, 43170 (Haute Loire, Auvergne, France) 1762 - 1790

CHARRADE La Besseyre-Saint-Mary,43170 (Haute Loire, Auvergne, France) 1738 - 1840

CHASTEL La Besseyre-Saint-Mary,43170 (Haute Loire, Auvergne, France) 1738 - 1857

COMTE La Besseyre-Saint-Mary,43170 (Haute Loire, Auvergne, France) 1741 - 1764

COURET La Besseyre-Saint-Mary,43170 (Haute Loire, Auvergne, France) 1740 - 1872

CROUZET La Besseyre-Saint-Mary,43170 (Haute Loire, Auvergne, France) 1734 - 1974

DUFAU La Besseyre-Saint-Mary,43170 (Haute Loire, Auvergne, France) 1740 - 1817

FONTANIER La Besseyre-Saint-Mary,43170 (Haute Loire, Auvergne, France) 1817 - 1886

MOLHERAT La Besseyre-Saint-Mary,43170 (Haute Loire, Auvergne, France) 1770 - 1781

MONTEL La Besseyre-Saint-Mary,43170 (Haute Loire, Auvergne, France) 1758 - 1817

Voir les commentaires

La Margeride

22 Février 2017, 06:13am

Publié par Papou Poustache

La Margeride est une région montagneuse de France, située dans le Massif central aux limites des départements du Cantal, de la Haute-Loire et de la Lozère.

Le viaduc du Garabit relie les monts du Cantal au mont de la Margeride

 

 

La Margeride

 

 

À l’origine, le nom de « Margeride » s’appliquait uniquement à une seigneurie dont le château fut ruiné au 15e siècle et une forêt culminant à 1380 mètres d’altitude. L’endroit est situé près de Védrines-Saint-Loup, sur la route allant de Langeac à Saint-Flour. Une importante propriété de 800 ha abritant une fabrique de verre au 18e siècle reprit ce nom. Celui-ci deviendra peu à peu le nom générique pour l’ensemble des montagnes environnantes. Ce sera l'Office national des forêts qui officialisera le nom au 19 siècle et l’attribuera à la partie lozérienne du massif. Les géographes étendront le nom à l’ensemble du plateau granitique au 20e siècle.

La Margeride
La Margeride
La Margeride
La Margeride
La Margeride
La Margeride
La Margeride
La Margeride
La Margeride
La Margeride
La Margeride
La Margeride

 

 

 

La Margeride a été le théâtre des méfaits de la fameuse bête du Gévaudan à la fin du 18e siècle.

 

Le mont Mouchet (1 465 m) est un haut lieu de la Résistance française pendant la Seconde Guerre mondiale. De très violents combats ont eu lieu à cet endroit entre les maquis du Massif central et l'armée allemande. Un monument commémore cet évènement au sommet.
 

La Margeride
La Margeride
La Margeride
La Margeride
La Margeride
La Margeride
La Margeride
La Margeride
La Margeride
La Margeride
La Margeride

Voir les commentaires

L'Auvergne à la campagne c'était ça

21 Février 2017, 20:42pm

Publié par Papou Poustache

Je vous parle d'un temps que les moins de 50 ans ne doivent pas connaitre.

La nostalgie n'est forcement pas une bonne chose car je pense que la vie à la campagne était plus rude mais quelques fois je me demande s'ils ne vivaient pas mieux.

Et pourtant toutes les photos qui sont dans cet article je les ai vécues.

 

 

Dans mon village à Charbonnier il y avait le Régis qui travaillait comme sont représentés sur les photos toutefois lui avait un cheval de trait et non des bœufs.

Mais aux environs d' Anzat le Luguet, lors de mes vacances d'été à faire les foins, en 1965 j'avais douze ans, nous avons fané un champ avec les bœufs car le tracteur s'enlisait.

 

La première année je suis allé au village de Saroil je dormais dans la cuisine dans un lit qui était comme un placard dans les murs le coin était fermé par un rideau.

Ils ne parlaient  quand patois je n'ai pas mis longtemps à les comprendre mes racines latines (Sardes) mon bien aidé il faut dire que mes parents eux aussi ne parlaient qu'en patois mais de là bas.

Nous faisions les foins en famille je me rappelle lors du fauchage le grand -père avec la faux faisait le tour des rochers pendant que le tracteur fauchait le reste.

Nous tournions le foin au râteau en bois avec les dents en frêne et puis quand le foin était sec nous faisions des andins pour que la botteleuse puisse  le ramasser  facilement.

Nous avons également moissonné à la main moi je faisais les pignons en prenant soin de toujours mettre le grain au milieu, car faire les gerbes à la faux c'était tout un art les hommes fauchaient et les femmes liaient  en prélevant dans la gerbe une liasse de paille qui allait servir de lien..

J'ai souvenir un jour ou nous fauchions le pré au bord du Bave avoir pêché à la main (c'était la première fois) le patron avait mis dans son chapeau une dizaine de truites c'était un rite chaque fois qu'il fauchait ce champ il prélevait quelques truites une fois par an.

Puis l'année d'après je suis allé au village de Sagne là je plongeais encore plus dans l'Auvergne profonde j'étais dans une famille composée du patron il s'appelait Jules  de sa soeur et de sa mère c'étaient les seuls habitants du  hameau.

Le village le plus proche avec une dizaine d'habitants s'appelait Lastauves.

Et la commune c'était Anzat le Luguet

Pas de salle de bain je crois que je ne devais pas me laver souvent j'ai du mal à me souvenir

La ferme au fond d'une cour on passait devant deux bacs taillés dans des troncs  avec une fontaine qui nous fournissait une eau fraiche que je buvais.

Je me souviens de la soupe dans le bol au pain trempé à laquelle on y rajoutait de la crème le soir on ne mangeait que cela.

Quand j'étais couché j'entendais la famille prier à voix haute.

Le boulanger qui venait de Blesles ne passait qu'une fois par semaine et les grosses tourtes de pains étaient stockées dans la cave.

Quand je partais garder les vaches ma patronne me préparait la musette avec une bouteille d'eau du pain et du chocolat (il attendait pas quatre heures ) et une pomme.

Il y avait une cinquantaine de vache elles avaient toute un nom (Marcade,Barade,Noiraude ect;;) et le chien les connaissait toutes si on lui disait "passa daré la nigre "il ne se trompait pas il allait bien vers la nigre(c'était une vache qui avait été croisée Salers et Hollandaise elle était toute noire.

Le chien Chouquette je crois qu'il s'appelait c'était mon seul ami pendant les deux mois.

Pendant la garde je ramassais les framboises et les Airelles que j'apportais à la maison les patronnes me les transformaient en gâteaux.

Il y avait aussi des coulemelles et des noisettes beaucoup de noisettes que je mangeais toutes fraiches.

Pour les lapins je coupais des branches de frêne je donnais de" la feuille au lapin" comme ils disaient.

Quand je suis retourné dans  mon village natal j'étais triste plus de chien plus de vache certaines étaient très affectueuses c'est bête à dire mais c'est comme ça.

Ces années passées à garder les vaches comme on disait mes parents ne me les ont pas imposées c'était notre choix pour pouvoir se payer notre mobylette dès qu'on aurait eu quatorze ans et je n'étais pas le seul dans le village à faire ce choix mon frère était allé à Jassy vers Saint Alyre,d'autres allaient à Ardes,Boutaresse,Auzolles  et certains  restaient dans les fermes du bas (Moriat,Auzon,Beaulieu,Augnat,Charbonnier)

Je complèterai au fur et à mesure que les souvenirs remonteront à la surface.

Comme quoi ce ne sont pas des photos d'un autre siècle quoique si nous sommes au 21ème siècle autant pour moi.

Quand au village j'en ai connu beaucoup comme ceux représentés.

J’arrête vous allez croire que j'ai fait la guerre de 14...................................

En fin d'article vos commentaires

L'Auvergne à la campagne c'était ça
L'Auvergne à la campagne c'était ça
L'Auvergne à la campagne c'était ça
L'Auvergne à la campagne c'était ça

Les paysans, il y a peu de temps encore, représentaient la moitié de la population de notre pays. Leur vie, rythmée par les saisons, les dictons et les cloches des églises, était rude. Beaucoup survivaient, plus qu’ils ne vivaient. Mais ils étaient fiers de cette vie de labeur et le travail bien fait contribuait à leur bonheur.


Nous sommes nombreux à être les descendants de ces paysans. L’odeur des foins coupés, le lait qui mousse dans le seau, les boeufs ou les chevaux fumants dans les labours, la moisson à la faux, les fêtes du battage, des vendanges ou de la « saint-cochon », les marchés où la paysanne vendait son beurre de baratte, les foires aux bestiaux, les veillées au coin de l’âtre, autant de souvenirs encore présents dans les mémoires, mais pour combien de temps ?

L'Auvergne à la campagne c'était ça
L'Auvergne à la campagne c'était ça
L'Auvergne à la campagne c'était ça
L'Auvergne à la campagne c'était ça
L'Auvergne à la campagne c'était ça
L'Auvergne à la campagne c'était ça
L'Auvergne à la campagne c'était ça
L'Auvergne à la campagne c'était ça
L'Auvergne à la campagne c'était ça
L'Auvergne à la campagne c'était ça
L'Auvergne à la campagne c'était ça
L'Auvergne à la campagne c'était ça
L'Auvergne à la campagne c'était ça
 
 
Quelques commentaires
Gite Les Groseilliers Alors moi j'ai connu les petites bottes de foin !! Que je rangeais sur la remorque et que je déchargeais et empilais dans la grange qui est aujourd'hui notre gîte ! De bons souvenirs même si c'etait difficile !
 
Sylvie Vichery j'espere vivre assez longtemps pour vivre loin de la ville dans votre belle région une partie de ma vie!!!!
 
Emmanuel Gourbeyre de Nouara Heu .... Les moins de 50 , merci , mais j'ai connu , durant mon enfance dans le Livradois ! :))
 
Robert Parent la vie etait plus agreable aujourdui on est plu que quelque fous a courire derriere je ne sait quoi il ne reste plus personne il m arrive de regreter cette epoque
 
Elisabeth Sire Mieux il y a 50 ans ? Vous vous moquez de qui ? La dureté de vie n'avait rien à voir avec aujourd'hui. Pour le bonheur, ou l'idée qu'on s'en fait aujourd'hui, c'est une tout autre question, et qui n'est pas abordée par le débat actuel, ou si mal
 
Michèle Delahaye Je connais l'Auvergne , plus précisemment le Puy-Mary, et Pleaux Cantal merci de nous faire partager ce beau pays .
 
Jean Guette j'ai connu dans la ferme de mes grands parents à bourg lastic
 
Michele Vaurs j'ai connu aux blattes ou j'ai vécu jusqu'à 20ans
 
 
Amélie Josiane Butine que de bons souvenirs
 
Michelle Cubizolles magnifiques photos
 
Emmanuelle Baron Ouf on connaît
 
Jean Yves Ramage photos magnifiques!!!!! mais... j ai moins de 50ans.... etj ai conuu les petites bottes de foin et de paille... la traite a la main en plein ete quandla cchaleur des betes en plus du soleil nous faisait ruisseler de sueur!!! je suis toujours paysan.. et quelquefois il m arriv de regretter cette epoque.......
 
Monique Peseyre ho que si j ai connu et j aimerais bien y revenir a se temps la ont etait super heureux
 
 
Alain Massé Traire une vache à la main est un plaisir que j'aimerais retrouver!
 
Jean-claude Regnart moi auvergnat de souche vicois je vis dans le morvan et je fais encore des petites bottes moyenne densité pour mes chevaux
 
 
Sylvie Poupon Chez nous en Lozère, ce sont des vavhes qui tiraient le char, et nous devions carger le char à la fourche et "catcher" le foin- Après une journée passée au pré, on dormait bien...
 
 
Agnés Pion j'adore . mais beaucoup de nostalgie , j'ai connu tout ça avac pépé Adolphe et c'était le bon temps où nous étions heureux et les paysans vivaient de leur récoltes , du lait et des animaux de la ferme sans jamais se plaindre ; ils ne pensaient pas à ce...Voir plus
 
 
Cecile Corbin Moi aussi j'ai connu tout ça en Savoie que du bonheur. Cueillette du tabac moisson avec le village vaches a garder dans les montagnes avec bâton. Il y avait de la solidarité avec le village lors des moissons. On buvait le lait directeme...Voir plus
 
 
Marie Auffret-Michelangeli Moi aussi j'ai connu cela et le fanage dans les champs inaccessibles pour le tracteur !!!! (sauf la traite déjà mécanique même en Auvergne)
 
 
Olivier Rossi Mes belles années de vacances corréziennes a la ferme de mon grand père et ma grand mère ou j'ai connu la ruralités et son pastoralisme .traire les vaches,les foins ,les moissons, les châtaignes ,les champignons, Que du Bonheur .
 
 
 
 
 

 

 

Marie-Paule Brun J'ai connu ça en Haute Loire. Mais nous c'était les chevaux qui tiraient le char de foin en vrac. On labourait aussi avec le brabant tiré par les chevaux. Idem pour les moissons. J'étais la plus jeune et je menais les chevaux, papa était sur la mach...Voir plus

Gérard Michèle Manet bonheurs de notre jeunesse, mais, WC au fond de jardin , pas de lumière, araignée et papier journal.Bref, merveilleux souvenirs et la paille qui gratte

Marcelle Boyer idem chez moi c etait comme ca la monter de grange

Marcelle Boyer nous c etait sur la commune de vorey

Marie France Plichon Chez nous la cabane au fond du jardin avec papier journal vert:le Hérisson avec plein de bêtises ,j ai gardé mon humour depuis ce temps là ! ! ! Comme quoi!!!!!

Gisèle Goigoux Loddo Pour ceux qui avaient la cabane au fond du jardin le journal mais en plein air l'été c'était l'herbe et l'hiver la neige. On n'avait pas hémorroïdes.

Christine Morteau c'était génial de faire les foins de cette façon dans les années 70 au dessus de La Bourboule au Pregnou c'était le super bon temps sa manque grave

Marcelle Auniac Pas d'eau dans les maisons,corvée d'eau à la fontaine,l'été ok mais l'hiver....autre chose.....

Marcelle Auniac J,ai connu ça à Arquejols en haute Loire dans les années 1953 des bons souvenirs

Elisabeth Gimel Je passais mes vacances en Auvergne, chez ma grande tante... Que de merveilleux souvenirs...j'ai connu ces chars à boeufs...du moins, chez nous, c' était des vaches..

Gerard Michel Petit j'ai connu cela et j'ai participe aux fenaisons 
avec des chars de foin en vrac et plus tard en bottes

Pour les chevaux. Et la batteuse ... cette photo 
Reveille plein de beaux et chauds souvenirs .
Pas de nostalgie c'est bon voila tout.

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 > >>