Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
 L'Auvergne Vue par Papou Poustache

Articles avec #histoire d'auvergne

Auvergne

28 Juin 2017, 06:00am

Publié par Papou Poustache

Les montagnes en Auvergne et en Rhône-Alpes, Massif Central, Alpes et Jura, ont gardé à travers les siècles ce rôle de protection pour les hommes : ainsi des protestants après la révocation de l’Édit de Nantes en 1685 dans le Vivarais et le Dauphiné ou des résistants pendant la Seconde Guerre mondiale dans le Vercors et au plateau des Glières en Rhône-Alpes, dans la Margeride et au Mont Mouchet en Auvergne, par exemple. Aujourd’hui leurs sites et milieux naturels sont reconnus, protégés et valorisés dans les parcs et réserves naturelles. Les deux régions sont, avec des atouts différents, tant paysagers que patrimoniaux, très attractives pour le tourisme.

 

 

Auvergne

De l’Antiquité, on retient que l’Auvergne était riche et puissante, protégée des incursions par son relief montagneux : plusieurs décennies de politiques publiques d’aménagement du territoire n’ont pas effacé ce qui est désigné aujourd’hui comme enclavement. Les chemins des pèlerins de Saint Jacques de Compostelle la contournent exceptée une étape au Puy-en-Velay. Rhône-Alpes, a contrario, était déjà sillonnée de voies romaines allant jusqu’à Cologne ou Aoste en contournant le lac Léman, et l’importance du port de Vienne égalait celle d’Ostie, au sud de Rome.

Auvergne

Les montagnes en Auvergne et en Rhône-Alpes, Massif Central, Alpes et Jura, ont gardé à travers les siècles ce rôle de protection pour les hommes : ainsi des protestants après la révocation de l’Édit de Nantes en 1685 dans le Vivarais et le Dauphiné ou des résistants pendant la Seconde Guerre mondiale dans le Vercors et au plateau des Glières en Rhône-Alpes, dans la Margeride et au Mont Mouchet en Auvergne, par exemple. Aujourd’hui leurs sites et milieux naturels sont reconnus, protégés et valorisés dans les parcs et réserves naturelles. Les deux régions sont, avec des atouts différents, tant paysagers que patrimoniaux, très attractives pour le tourisme.

Auvergne

Alors que l’Auvergne est solidement plantée au cœur de l’hexagone, Rhône-Alpes est située aux franges orientales, qui ont évolué jusqu’au rattachement en 1860 de ce qui est devenu la Savoie et la Haute-Savoie. Une frontière qui fut donc agitée, les alliances matrimoniales des XVIIème et XVIIIème siècles n’ayant pas assagi les ducs de Savoie ! Ces traces des péripéties de l’histoire et de ses conflits se lisent dans la géographie institutionnelle, telle l’enclave des papes dans la Drôme. Elles imprègnent également les langues entre oc, oïl et franco-provençal, les cultures : les bateliers du Rhône désignent sa rive gauche par « l’Empire » et la rive droite par « le Royaume », le Dauphiné ne s’étant rattaché à la France qu’au XVème siècle.

 

L'histoire de l'Auvergne est celle de l'une des plus anciennes unités régionales de France, mais aussi une de celles dont les frontières ont le moins varié. Étendue sur les montagnes du Massif central, elle est le territoire du peuple celte des Arvernes, qui impose en Gaule son hégémonie politique et dont le chef prend à deux époques la tête de la résistance militaire à la conquête romaine.

Prospère à l'époque gallo-romaine, christianisée par saint Austremoine et ses disciples, elle devient ensuite un des derniers bastions de la romanité face aux Wisigoths.

L'Auvergne traverse des âges sombres au début du Moyen Âge, avant de connaître un nouvel essor, à partir du Xe siècle, marqué par un grand élan spirituel, intellectuel et artistique, sous l'impulsion de ses évêques et de ses abbayes, dans une relative indépendance qui durera jusqu'au XIIIe siècle. Arbitrairement annexée et intégrée au domaine royal, et subissant progressivement la centralisation du royaume de France puis de la République, elle perd lentement son autonomie pour se voir reléguée au rang de province rurale, isolée par son relief, son mode de vie traditionnel, et un particularisme solidement ancré.

Histoire

 

Vercingétorix et la Guerre des Gaules

Vercingétorix naît en Auvergne vers -80 (date estimée). Il est le fils de Celtill, vergobret du peuple arverne qui a tenté de restaurer la monarchie arverne à son profit, abolie depuis la chute de Bituitos. Mis à mort par les magistrats et aristocrates, dont probablement son frère Gobannitio, désireux de ne pas provoquer Rome, Celtill est brûlé dans une cage de bois, selon la tradition gauloise.

Pour beaucoup d'historiens, le mot « Vercingétorix », qui signifie approximativement en langue gauloise « très grand roi des guerriers », serait à interpréter comme un titre plutôt qu'un nom.

En -58, débute la Guerre des Gaules. Jules César, prenant pour prétexte la menace que font peser les Germains sur ses alliés Éduens, commence l'invasion de la Gaule. Il soumet successivement les Belges, les Nerviens d'Ambiorix, les Bellovaques, les peuples de l'Armorique. Rome considère alors la Gaule comme conquise. À partir de -56, la résistance à la domination et à l'oppression romaine s'intensifie partout en Gaule, et un point de non-retour est franchi par les Carnutes, qui massacrent les commerçants romains lors de l'hiver -54/-53. Vercingétorix survient alors sur le devant de la scène politique, comme le meneur du parti anti-romain. Il revendique alors, comme l'avait fait son père, la royauté arverne pour lui. Il se heurte lui aussi aux autres aristocrates, et notamment à son oncle Gobannitio. Prenant la fuite, il s'appuie sur le peuple des campagnes pour s'imposer et prendre le titre de roi. Ce changement politique obtenu, il prend la tête de la coalition militaire gauloise contre César.

Il mène partout en Gaule la tactique de la terre brûlée, pour couper les vivres à l'ennemi. Lorsque César, à la tête de six légions, vient le défier en Auvergne sur son oppidum fortifié, en -52, lors du siège de Gergovie, il remporte la victoire et repousse l'armée romaine. Contraint à se replier à Alésia, après avoir perdu une partie de sa cavalerie, il y est à nouveau assiégé par César. Voyant que le blocus établi ne peut être brisé, malgré l'arrivée tardive de renforts gaulois, et que ses compagnons vont mourir de faim, Vercingétorix se constitue prisonnier auprès de César, contre la vie sauve pour ses hommes.

Auvergne
Auvergne
Auvergne
Auvergne
Auvergne

Voir les commentaires

L'homme qui a vaincu la bête

19 Juin 2017, 06:37am

Publié par Papou Poustache

Cela fait 250 ans aujourd'hui et on en parle encore

A la découverte du village natif de Jean Chastel qui terrassa la Bête du Gévaudan le 19 Juin 1767

 

C’est le  village de la Besseyre Saint Mary en Haute Loire

Jean Chastel naquit le 31 mars 1708 au village de Darnes paroisse de La Besseyre-Saint-Mary, France.
Fils d’agriculteur, il épouse le 22 février 1735, Anne Charbonnier. Ils auront neuf enfants.

Jean Chastel exerça la profession de cabaretier dans son village ; il était également considéré comme chasseur professionnel, mais aussi braconnier. Un peu marginal, il fit même un bref séjour à la prison de Saugues.

Le 19 juin 1767, au cours d’une chasse organisée par le marquis d’Apchier, Chastel tua un animal de grande taille ressemblant à un loup, au lieu dit « La Sogne d’Auvers » à proximité de la forêt de la Ténazeyre paroisse de Nozeyrolles (Auvers actuellement). Depuis ce jour-là, la terrible bête du Gévaudan cessa de sévir dans le pays.

Jean Chastel ne fut guère récompensé de son acte.

Il emmena sa bête à Versailles où son odeur incommoda le roi qui la fit enterrer sur-le-champ sans accorder la moindre prime au chasseur. De récentes recherches historiques laisseraient penser que Jean Chastel ne soit jamais "monté" à Paris, mais que ce soit une autre personne qui ait fait le voyage.

Il est mort en 1789

Une stèle à la mémoire de Jean Chastel se trouve dans le village de La Besseyre-Saint-Mary.

La commune ou la bête fut exécutée

L'homme qui a vaincu la bête
L'homme qui a vaincu la bête
L'homme qui a vaincu la bête
L'homme qui a vaincu la bête
L'homme qui a vaincu la bête

Le village natif de Jean Chastel

L'homme qui a vaincu la bête
L'homme qui a vaincu la bête
L'homme qui a vaincu la bête
L'homme qui a vaincu la bête

Voir les commentaires

La saint Médard

8 Juin 2017, 06:04am

Publié par Papou Poustache

Quand il pleut à la Saint-Médard, il pleut quarante jours plus tard. A moins que Barnabé, ne lui coupe l’herbe sous le pied» est un dicton fêté ce Jeudi 8 juin, qui prend son origine en Aquitaine,Auvergne Franche-Comté et Limousin.

La Saint-Barnabé est le 11 juin, soit trois jours plus tard. S'il a plu le 8 juin, vous pouvez donc vous attendre à de la pluie aux alentours du 12 juillet, sauf s'il a fait un temps magnifique le 11 juin...

 

Le temps sera à la moisson,
Comme à Saint-Médard nous l'avons.

Voir les commentaires

Histoire d'une route: La Nationale 102

6 Mai 2017, 07:36am

Publié par Papou Poustache

L'ancienne Nationale 102

 

 

 

Tout le monde se souvient du périple d'environ deux heures pour se rendre de Lempdes au Puy sur cette route sinueuse.

on traversait tous les villages ci-dessous

 

 

Lempdes,Arvant,les combes,largelier,Brioude,Vieille-Brioude,La Chomette,Le Marcet,Oussouls,St Georges d'Aurac,Vissac-Auterac,Lachaud-Curmilhac,Fix St Geneyst,Vazeille Limandre,Coubladour,Lestrade,Borne,Bleu,Le Puy, puis pour se rendre à Peyrebeille Costaros,Landos,Pradelle et Peyrebeille.

 

 

A voir également

 

 

Raymond Caremier

Je vous propose de découvrir l'itinéraire de Lempdes au Puy en 1824 ... rien ne manque même pas les relais de poste ...

 


Lien :http://gw5.geneanet.org/symi43?lang=fr;pz=louis;nz=du+crozet;ocz=0;m=NOTES;f=ROUTES

 

 

 

 

Un peu d'histoire

  • A sa numérotation en tant que route nationale 102, en 1824, elle est décrite comme étant la route de Viviers à Clermont par Le Puy. Elle s'embranche à la sortie de Viviers sur la route n°86, de Lyon à Beaucaire, et va joindre à Lempde la route n°9, de Paris à Perpignan. La partie depuis Pradelles jusqu'au Puy appartient à la route n°88, de Lyon à Toulouse. Elle succède alors à la route numérotée Route impériale 122.

La route est plusieurs fois rectifiée. On retiendra notamment le décret présidentiel du 16/08/1883 qui détourne la RN102 du plateau ardéchois au profit de la Vallée de l'Espezonnette, en reprenant au passage une section de la RN106. L'ancien tracé qui passait près de l'Auberge de Peyrebeille était quant à lui déclassé à l'achèvement de la rectification, en 1899.

  • Depuis les années 1970, la plateforme routière a été élargie, des créneaux de dépassement ont fait leur apparition et certains pans de falaises ont été sécurisés. L'aménagement est conséquent entre Saint-Georges-d'Aurac, Fix-Saint-Geneys et Borne : la route actuelle reprend majoritairement le tracé défini défini par les États du Languedoc et abandonné pour un itinéraire étroit, sinueux mais moins pentu suite à l'ordonnance royale du 12 novembre 1841.

La vague de départementalisation de 1973 a affecté la RN102 qui a été amputée de sa section entre Landos et la Ribeyre au profit de la RN88. L'ancienne RN102A a été également reconvertie en RN102 qui a du coup abandonné son ancien tracé entre la Ribeyre et Lanarce, déclassé en D108 (clin d'œil de l'histoire, la RN102 retrouve à cet endroit son tracé originel antérieur à la rectification de 1883).

 

Présentation

  • La route nationale 102, ou RN102, est une transversale routière qui relie l'Auvergne à la Vallée du Rhône, entre Lempdes-sur-Allagnon (A75) et Montélimar (RN7).
  • Depuis sa création, cette route est composée de 2 sections encadrant la RN88 : la première entre Lempdes et Le Puy-en-Velay, la seconde entre La Sauvetat et Montélimar (à l'exception du contournement Nord-Est du Teil où la D86 prend brièvement le relai, créant une rupture du réseau routier national).
  • Bien que reliant 2 importants bassins versants, celui de l'Allier à celui du Rhône, la RN102 est fondamentalement une route de moyenne montagne avec ses cols (Fix-Saint-Geneys, 1.116 m et la Chavade, 1.266 m) et ses vallées (Ardèche). Le point le plus élevé de la route atteint les 1.325 m entre La Fayette et l'Auberge de Peyrebeille. En hiver, la chaussée est fréquemment fermée lors d'épisodes neigeux dans les Monts du Devès et d'Ardèche.
  • La route en elle-même est plutôt bien entretenue et roulante dans sa partie altiligérienne alors que du côté ardéchois les efforts de modernisation s'avèrent insuffisants jusqu'à présent compte-tenu du relief. La route connaît ainsi un important trafic de Poids Lourds sur l'axe "Centre-Auvergne-Rhône-Provence" qui ont du mal à se croiser dans la Côte de Mayres.
  • Il semble que la RN102 se superpose le long de son tracé historique (y compris la section commune avec la RN88) avec différentes voies romaines dont la Voie Bollène, la Voie Régordane, la Via Domitius et les voies des Helviens (Alba-la-Romaine). Une borne milliaire romaine est visible à Pont-de-Labeaume devant l'église et deux Ponts Romains se dressent toujours à Pont-de-Labeaume et Neyrac-les-Bains. A Alba-la-Romaine, la ville antique a été mise à jour récemment et valorisée (théâtre, forum). Le pont romain de Viviers sur l'Escoutay a été restauré.

En Haute-Loire, Brioude est une illustre cité auvergnate où fut enterré l'empereur romain Avitus et le Puy-en-Velay un des quatre points de départ française des Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle. En Ardèche, l'Auberge de Peyrebeille, dite Auberge Rouge, fut une étape redoutée dans le temps lorsque les aubergistes assassinaient leurs clients égarés à cause de la burle.

Je vous propose de refaire le trajet des années 60 de Lempdes à Perbeilles en images

Lempdes

Histoire d'une route: La Nationale 102

Arvant

Histoire d'une route: La Nationale 102

Brioude

Histoire d'une route: La Nationale 102
Histoire d'une route: La Nationale 102

Vieille Brioude

Histoire d'une route: La Nationale 102
Histoire d'une route: La Nationale 102

La Chomette

Histoire d'une route: La Nationale 102
Histoire d'une route: La Nationale 102
Histoire d'une route: La Nationale 102

Le Marcet

Histoire d'une route: La Nationale 102

Saint Georges d'Aurac

Histoire d'une route: La Nationale 102
Histoire d'une route: La Nationale 102
Histoire d'une route: La Nationale 102

Vissac Auteyrac

Histoire d'une route: La Nationale 102

Lachaud Curmilhac

Histoire d'une route: La Nationale 102

Fix st Geneyst

Histoire d'une route: La Nationale 102
Histoire d'une route: La Nationale 102
Histoire d'une route: La Nationale 102

Vazeilles Limandre

Histoire d'une route: La Nationale 102
Histoire d'une route: La Nationale 102
Histoire d'une route: La Nationale 102

Coubladour

Histoire d'une route: La Nationale 102
Histoire d'une route: La Nationale 102

Borne

Histoire d'une route: La Nationale 102
Histoire d'une route: La Nationale 102

Le Puy

Histoire d'une route: La Nationale 102

La Sauvetat

Histoire d'une route: La Nationale 102

Costaros

Histoire d'une route: La Nationale 102
Histoire d'une route: La Nationale 102

Landos

Histoire d'une route: La Nationale 102
Histoire d'une route: La Nationale 102

Peyrebeilles

Histoire d'une route: La Nationale 102
Histoire d'une route: La Nationale 102
Histoire d'une route: La Nationale 102

Voir les commentaires

Découverte mystérieuse sur le chemin de ronde à Auzon.

1 Avril 2017, 04:00am

Publié par Papou Poustache

Exclusif

 

Hier  lors des travaux de préparation du chantier participatif des murs en pierres sèches un employé communal a mis  au jour derrière un rocher que nous n’avions pas encore nettoyé la voûte d’un tunnel qui nous semble t il pourrait conduire au château, des objets médiévaux et autres y ont été découverts.

 

Le chantier a été balisé et interdit au public dans l’attente du délégué des affaires culturelles qui a pris connaissance du dossier hier dans l’après midi.

 

 C’est la plus grosse découverte à Auzon après le coffret en os de baleine qui est exposé au British Muséum de  Londres pour une partie et au musée national du Bargello Florence pour l’autre partie et  on espère que cette fois les objets qui éventuellement pourraient  être  récupérés  resteront à Auzon afin d’y être présentés.

 

Vous verrez en images quelques objets qui ont été découverts  mais nous ne sommes plus autorisés à faire d’autres fouilles sans la présence des archéologues spécialisés dans ce genre de découverte ils viennent dans la journée nous en saurons plus.

 

A suivre ………………………………………………

 

 

Quelques photos de l'entrée du souterrain

Découverte mystérieuse sur le chemin de ronde à Auzon.
Découverte mystérieuse sur le chemin de ronde à Auzon.
Découverte mystérieuse sur le chemin de ronde à Auzon.
Découverte mystérieuse sur le chemin de ronde à Auzon.

Quelques objets trouvés juste à l'entrée

Découverte mystérieuse sur le chemin de ronde à Auzon.
Découverte mystérieuse sur le chemin de ronde à Auzon.
Découverte mystérieuse sur le chemin de ronde à Auzon.
Découverte mystérieuse sur le chemin de ronde à Auzon.

A propos du

 village d'Auzon

 

C'est un village médiéval situé au nord du département de la Haute-Loire à la frontière du Puy de Dôme il est situé à 10 Km au nord de Brioude et à 20 Km au Sud Est d'Issoire.

Le village est dans une démarche de classement de plus beau village de France .Plusieurs fois primé en seconde place pour son fleurissement.

Plusieurs monuments peuvent être visités tout d'abord la collégiale des visites guidées ont lieu l'après midi.

La porte du Brugelet,La halle,le chemin de ronde,les ruelles,l'écomusée,le musée Vespa, pour les horaires d'ouverture   se renseigner à l'agence postale-Office du tourisme  sur la place de la Barreyre.

Le 1er week-end  de Juillet le village organise une fête médiévale où de nombreuses personnes déambulent dans le vieux bourg en costumes d'époque, des spectacles y sont organisés, le samedi vous pourrez déguster un repas médiéval à la salle polyvalente(sur réservation) et un apéritif est servi au château.

Samedi 8 Avril à l'issue de la journée participative pierre sèche une visite guidée du patrimoine bâti aura lieu à 17 heures.

Découverte mystérieuse sur le chemin de ronde à Auzon.
Découverte mystérieuse sur le chemin de ronde à Auzon.

L'avis du Petit Futé sur LE VILLAGE MÉDIÉVAL D'AUZON

https://www.petitfute.com/v3799-auzon-43390/c1173-visites-points-d-interet/c976-archeologie-artisanat-science-et-technique/c979-histoire-locale-culture/1599632-le-village-medieval-d-auzon.html

 

Juché sur un promontoire rocheux, le village d'Auzon, dont le nom remonte à la période pré-celtique, conserve une épitaphe gallo-romaine gravée sur le mur de l'église. Depuis plusieurs siècles, cette cité a le privilège de posséder une précieuse cassette en os de baleine fabriquée en Northumbrie vers l'an 700, mondialement connue sous la dénomination de " coffret d'Auzon ". Des murs d'enceinte de la ville du XIIe siècle, il ne reste plus que la porte du Brugelet, édifice classé, et une tour qui protégeait l'église et le château. Auzon possède 4 monuments classés dont le plus connu est la collégiale Saint-Laurent, véritable joyau qui vient d'être entièrement restauré. Vous flânerez dans le village en empruntant les sentiers " découverte " fléchés, dont le point de départ se trouve sous la halle du XIXe siècle. L'un d'eux vous conduira au chemin de ronde où vous pourrez voir les vestiges de terrasses en cours de réhabilitation. Des arbres fruitiers y ont été plantés et les murs en pierre sèche sont en cours de restauration. C'est l'endroit idéal pour faire une petite pause et admirer le point de vue sur la partie basse du village ou sur les voûtes du château.


 

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>