Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
 L'Auvergne Vue par Papou Poustache

La Gouère

7 Octobre 2017, 15:05pm

Publié par Papou Poustache

Encore une fois on va me reprocher que ce n’est pas une recette Auvergnate jusqu’à ce que l’on me prouve le contraire une partie du Bourbonnais a été intégrée à cette région.

Lors de la création des régions, en 1972, le département de l'Allier est regroupé avec le Puy-de-Dôme, le Cantal et la Haute-Loire, dans la région Auvergne. On peut le regretter si l'on considère que le Bourbonnais a plus de points communs avec les départements plus au nord (Nièvre, Cher...) qui appartiennent à son espace culturel, plutôt qu'avec ceux du sud, qui appartiennent à la zone des langues d'oc. Mais voilà c’est comme çà donc je suis obligé d’aborder ce département de L’Allier  dans mes articles afin que ceux-ci soient les plus complets que possible.

La gouère

Tourte de pâte brisée qui contient différents fruits tels que : pommes, poires, cerises, myrtilles, additionnés de sucre, le tout doré au four.

 

La gouère est une spécialité bourbonnaise, plus précisément du coté de Commentry  Cette tarte se compose essentiellement de pommes de terre écrasées. Le nom patois de "gouère" vient d'ailleurs de cette écrasée. A cela s'ajoute du fromage frais, qui s'achète traditionnellement au marché.

La gouère est finalement une tarte très simple à réaliser. Elle est aussi délicieuse.
Accompagnée d'une bonne salade, elle offre un repas bien agréable.

 

La Gouère Aux pruneaux.

 

Pour 8 Personnes

  • 500 Grammes de Fromage blanc
  • 500 Grammes de pommes de terre
  • 4 Œufs
  • Pâte brisée maison
  • Une vingtaine de Pruneaux gonflés dans l’eau
  • Deux cuillerées de vieux marc de pays
  • 25Grammes de beurre de Campagne

 

La Pâte Brisée

Dans un saladier mélanger ,250 grammes de farine, 100ml d’huile et 100ml d’eau tiède. Malaxer c’est prêt.

 

La garniture

Eplucher les pommes de terres et les cuire à l’eau.

Les écraser ensuite comme une purée, puis les mélanger au fromage blanc et aux œufs battus.

 

La préparation

Préparer un plat creux allant au four. Beurrer grassement le fond du plat puis étaler la pâte.

Ecarter par-dessus la garniture et enfoncer vos pruneaux arroser de marc et cuire à four chaud pendant 45 min.

 

Bon appétit

 

Recette provenant d’un livre ancien Almanach du Bourbonnais

La Gouère
La Gouère

Voir les commentaires

Les villages du Puy de Dome: Ternant les Eaux

4 Octobre 2017, 17:21pm

Publié par Papou Poustache

 

 

Ternant les eaux

 

 

 

 

Voici les photos du village de Ternant-les-Eaux et des alentours de 2013
Pour rappel, et pour situer ces images dans leur contexte, Ternant-les-Eaux est situé dans le département du Puy-de-Dôme de la région de Auvergne Rhône Alpeset a une surface de 3.59 km ² pour une population de 45 habitants. La carte de France du village de Ternant-les-Eaux est présente en bas de page.

 

A voir également

http://www.cpauvergne.com/2013/12/les-sources-oubli%C3%A9es-ternant-les-eaux.html

 

Les villages du Puy de Dome: Ternant les Eaux

Ternant-les-Eaux est un petit village du centre de la France. Le village de Ternant-les-Eaux appartient à l'arrondissement d'Issoire et au canton d'Ardes. Le code postal du village de Ternant-les-Eaux est le 63340 et son code Insee est le 63429. Les habitants de Ternant-les-Eaux se nomment les Ternantais et les Ternantaises.

 

 

Le village a changé 3 fois de nom  au cours de l'histoire de la commune :

  • 1793 : Ternan

  • 1801 : Ternant

  • 1919 : Ternant-les-Eaux

 

Les villages du Puy de Dome: Ternant les Eaux
Les villages du Puy de Dome: Ternant les Eaux
Les villages du Puy de Dome: Ternant les Eaux
Les villages du Puy de Dome: Ternant les Eaux
Les villages du Puy de Dome: Ternant les Eaux
Les villages du Puy de Dome: Ternant les Eaux
Les villages du Puy de Dome: Ternant les Eaux
Les villages du Puy de Dome: Ternant les Eaux
Les villages du Puy de Dome: Ternant les Eaux
Les villages du Puy de Dome: Ternant les Eaux
Les villages du Puy de Dome: Ternant les Eaux
Les villages du Puy de Dome: Ternant les Eaux
Les villages du Puy de Dome: Ternant les Eaux
Les villages du Puy de Dome: Ternant les Eaux
Les villages du Puy de Dome: Ternant les Eaux
Les villages du Puy de Dome: Ternant les Eaux

 

Eglise Sainte-Marguerite de Ternant les eaux

L'église actuelle possède un choeur voûté d'ogives du 15e siècle, seul élément de datation ancienne. L'édifice de plan en croix latine possède une nef voûtée en berceau continu. Le choeur se prolonge au nord et au sud par des chapelles plus basses, voûtées en berceau. Une sacristie, située à l'est du choeur, présente un plan carré voûté d'arêtes. Un arc diaphragme reposant sur pilastres nus engagés par l'intermédiaire d'impostes, sépare la nef du choeur. Les nervures d'ogives reposent sur des culots ornés de têtes grossières. Un clocher-mur à pignons et baies jumelées s'appuie à l'aplomb de l'arc diaphragme.

Les villages du Puy de Dome: Ternant les Eaux
Les villages du Puy de Dome: Ternant les Eaux
Les villages du Puy de Dome: Ternant les Eaux
Les villages du Puy de Dome: Ternant les Eaux
Les villages du Puy de Dome: Ternant les Eaux
Les villages du Puy de Dome: Ternant les Eaux
Les villages du Puy de Dome: Ternant les Eaux
Les villages du Puy de Dome: Ternant les Eaux
Les villages du Puy de Dome: Ternant les Eaux
Les villages du Puy de Dome: Ternant les Eaux
Les villages du Puy de Dome: Ternant les Eaux
Les villages du Puy de Dome: Ternant les Eaux

Généalogie

VERDIER Ternant-les-Eaux, 63340 (Puy de Dôme, Auvergne, France) 1734 - 1783

VERDIER Ternant-les-Eaux, 63340 (Puy de Dôme, Auvergne, France) 1734 - 1783

FABRE Ternant-les-Eaux (Puy de Dôme, Auvergne, France) 1734 - 1746

GAILLARD Ternant-les-Eaux (Puy de Dôme, Auvergne, France) 1704 - 1751

GAULFIER Ternant-les-Eaux (Puy de Dôme, Auvergne, France) 1734 - 1806

PAGÈS Ternant-les-Eaux (Puy de Dôme, Auvergne, France) 1726 - 1845

PALLADRE Ternant-les-Eaux (Puy de Dôme, Auvergne, France) 1704 - 1805

TOUZET Ternant-les-Eaux (Puy de Dôme, Auvergne, France) 1731 - 1855

MARTIN Ternant-les-Eaux, 63340 (Puy de Dôme, Auvergne, France) 1744 - 1744

VERDIER Ternant-les-Eaux, 63340 (Puy de Dôme, Auvergne, France) 1744 - 1744

Les villages du Puy de Dome: Ternant les Eaux
Les villages du Puy de Dome: Ternant les Eaux
Les villages du Puy de Dome: Ternant les Eaux
Les villages du Puy de Dome: Ternant les Eaux
Les villages du Puy de Dome: Ternant les Eaux

Voir les commentaires

Les années 50-60: La vie dans les citées de la Mine

4 Octobre 2017, 17:07pm

Publié par Papou Poustache

 

 

 

 

 

 

Ce deuxième épisode des années cinquante ,soixante va parler de la vie des villageois et de ce que j'ai vécu dans un petit village minier qui s'appelle Charbonnier mais beaucoup de gens du bassin vont se reconnaitre car c'était aussi leur vie .

Cette partie se passe toujours avant 1960

Pour ceux qui n'avaient pas vu la première partie

http://www.cpauvergne.com/2016/12/mes-annees-50.html

Sur la photo ci-dessous on apperçoit l'arrière de la maison ou j'habitais de 1955 à 1962.

J'ai pris cette photo tout d'abord parceque c'est la seule que j'ai trouvé et aussi parceque dessus il y a toutes les explications sur cette cité.

 

 

Les années 50-60: La vie dans les citées de la Mine

Sur cette autre photo on se trouve à l'entrée des cités toutes les maisons sont identiques sauf vers le fond de la citée ou il y a 2 groupes de maisons plus hautes.

Cette entrée se situe sur la route qui venait de Brassac direction Moriat ou St Germain.

Les années 50-60: La vie dans les citées de la Mine

La Mine

Le village vivait  au rytme de la mine enfin surtout de la sirène.

Du village on avait une vue sur la mine de Bayard qui à l'époque employait plus de mille mineurs.

La sirène sonnait à 5h ,11h,14h,19h chaque jour.

Mais quand par malheur celle-ci sonnait à d'autres heures c'est tous les gens du quartier qui sortent dans la rue car là ils savent qu'il est arrivé quelque chose de grave.

J'ai  le souvenir d'un accident qui est survenu je pense en 58 ou 59 ou il y avait eu 4 morts  3 à Charbonnier dont un dans le quartier et 1à Brassac.

L'enterrement eut lieu avec une foule immense derrière des corbillards tirés par des chevaux.

 

Sur la première photo on voit le village charbonnier de la mine de Bayard

 

Les années 50-60: La vie dans les citées de la Mine
Les années 50-60: La vie dans les citées de la Mine
Les années 50-60: La vie dans les citées de la Mine
Les années 50-60: La vie dans les citées de la Mine

Autour de la mine

 

Comme je l'ai dit le village en parti vivait pour la mine et la mine était présente partout.

Les logements appartenaient à la mine et de ce fait l'entretien aussi c'est ainsi que chaque année la pompe à merde passait dans le village pour vider les WC externes.

Pour nous c'était un évènement car comme déja évoqué dans le premier article il n'y avait pas de voitures et voir un camion pompe de cette taille nous impressionait.

Les années 50-60: La vie dans les citées de la Mine

Les mineurs avaient droits à du charbon, de la vase et du bois tout cela était livré par Simon bien connu dans le village.

Quand Simon venait couper le bois c'était encore pour nous une nouvelle attraction.

Les années 50-60: La vie dans les citées de la Mine

Les soins

Dans les citées plus anciennes situées en bout de celle ci de l'autre coté de la route se trouvait le dispensaire.

C'est la que les médecins de la mine recevaient les malades ,dans ce batiment il y avaient les bonnes soeurs qui nous soignaient et nous faisaient les piqures et enfin ce batiment hébergait la salle du cathéchisme.

A cette époque là en principe on acouchait à la maison cela n'a pas été mon cas c'est à Issoire au fer que cela c'est passé..

Ci dessous le dispensaire vu d'avion.

Les années 50-60: La vie dans les citées de la Mine

A cette époque ceux qui pouvait allez au cinéma pouvait voir Alibaba et les 40 Voleurs sortie en 1954 mais diffusé à Charbonnier dans le Cinéma du Bas non loin de la fabrique de pate de fruit (d'aujourd'hui)vers 1959 mon père m'y avait emmené.

 

  1. Sortait également en 1953
    Le salaire de la peur
    Le Salaire de la peur est un film franco-italien réalisé par Henri-Georges Clouzot, adapté du roman du même nom de Georges Arnaud et sorti en salles en 1953.
  2.  
  3. Première sortie : 22 avril 1953 (France)
  4. Date de sortie en DVD : 2 février 1999 (France)

Il y avait bien sur en 1959 la vache et le prisonnier avec Fernandel que j'ai vu bien plus tard à la télé mais ça c'est une autre histoire.

en 1955 sortait également le film Nuit et brouillard d'Alain Resnais

Voir les commentaires

Le foot dans le Bassin:CCAB

3 Octobre 2017, 17:54pm

Publié par Papou Poustache

 

 

 

 

La Combelle

Qui ne se rappelle pas des match au stade basse Combelle avec les grands derby régionaux mais aussi avec les match contre de grande équipe tel que St Etienne.

Le stade était bondé chaque dimanche dans les années 50 et 60.

Vous verrez des photos de cette époque elles ont été empruntées dans le site officiel dont le lien et ci-dessous en cliquant vous en verrez bien d'autres.

http://ccab.footeo.com/galeries-photo/equipe-1.html

Les photos sont  de 1944 à 1975.

Lien pour voir les photos des vedettes du stade.

http://ccab.footeo.com/galeries-photo/anciennes-gloires.html

Le foot dans le Bassin:CCAB
Le foot dans le Bassin:CCAB
Le foot dans le Bassin:CCAB
Le foot dans le Bassin:CCAB
Le foot dans le Bassin:CCAB
Le foot dans le Bassin:CCAB
Le foot dans le Bassin:CCAB
Le foot dans le Bassin:CCAB
Le foot dans le Bassin:CCAB
Le foot dans le Bassin:CCAB
Le foot dans le Bassin:CCAB
Le foot dans le Bassin:CCAB
Le foot dans le Bassin:CCAB
Le foot dans le Bassin:CCAB
Le foot dans le Bassin:CCAB
Le foot dans le Bassin:CCAB
Le foot dans le Bassin:CCAB
Le foot dans le Bassin:CCAB
Le foot dans le Bassin:CCAB
Le foot dans le Bassin:CCAB
Le foot dans le Bassin:CCAB
Le foot dans le Bassin:CCAB
Le foot dans le Bassin:CCAB
Le foot dans le Bassin:CCAB
Le foot dans le Bassin:CCAB

 

Histoire & Palmarès

HISTORIQUE

Fondée peu après l'avant dernière guerre vers les années 1922-24, l'A.S. LA COMBELLE a connu des débuts difficiles,opérant longtemps en 2e division du Puy de Dôme . Elle s'est affiliée officiellement à la Fédération Française de Football le 30 octobre 1933

Le stade de Basse Combelle fut aménagé sur l'ancien pacage des chevaux de la mine. La clôture et les anciennes tribunes en bois avaient été réalisés par les ouvriers de la mine, grâce aux planches fournies par les marchands de bois. ( extrait du livre prêtre ouvrier de Paul Anglade ).En 1935-36 les difficultés pécuniaires d'une part,la limitation du nombre de joueurs étrangers d'autre part à piétiner en seconde division.C'est l'époque héroique où chacun se cotise pour payer les frais de déplacement où l'on quête à la mi-temps(avec une casquette),autour du terrain non clôturé,où l'on organise un bal à la hâte pour pouvoir acheter un ballon neuf. En 1937/1938 le premier titre LE CHAMPIONNAT DEPARTEMENTAL PROMOTION U.F.OL.E.P .

 

La fusion avec l'U.S. CHARBONNIER le 26 juin 1939 sera à l'origine du C.C.A. (COMBELLE CHARBONNIER ASSOCIATION) et se concrétisera par une accession en Honneur,et la constitution d'une très bonne équipe dont l'annonce fait trembler les grands clubs d'alors.(On y retrouve les noms de Buffe,Laugier,lesfrèresCernik,Hugon,Kusmierczyk,Mazzi,Girard,Cruz,Bouyon,Filipek,Koczur,Arroyo,James,Pommier,Parra,Bouillaguet,Damiens,Puntgarnik,Linarés,Félix,Trenna,Del Blanco,Malfreyt,ect...).Hélas on aura pas le plaisir de voir à l'oeuvre la nouvelle formation Combelloise car la guerre éclate cet élan sera interrompu hélas ,bien des joueurs sont mobilisés.On se défend encore quelque peu en 39/40 et 40/41 mais en 41/42 on retombe à zéro. Plus d'équipiers premiers;presque plus de dirigeants;aucun moyen de déplacement et ...plus rien en caisse .LE CCA est bien prés de sombrer .Et c'est alors que le miracle se produit.Un responsable ne veut pas renoncer il n'hésite pas à(saborder)volontairement les équipes seniores ,et à concentrer ses efforts sur une douzaine de gamins pleins de qualités et de bonne volonté.Un nouveau bureau complet se reforme quelques mois plus tard;l'enthousiasme revient et c'est le début d'une ascension extraordinaire. Grâce à eux,et à Valentin MONTAGNE l'instituteur, le CCA va remonter la pente .Ils ont pour noms Renko,Ferry,Domingo René,Grava,Antonio Emile,Larrauri,Kusmierzyk,Pavan Palmyre etc .C'est la COUPE DES MINES ; Le Championnat Juniors du Puy de Dôme 1942/1943,sans aucune défaite,et finale du championnat d'Auvergne.Une belle saison 1943/1944 .Le public du bassin minier et tous les environs est conquis par la qualité du football pratiqué par nos mineurs.Le nom de notre club est prononcé dans tous les milieux sportifs.... bien au delà du cadre régional.La saison 1944/1945 sera satisfaisante,le jeune JEAN RENKO est le premier à partir,il rejoint le STADE CLERMONTOIS qui évolue en 2eme division nationale.


 

En1945c'est l' arrivée de l'ancien professionnel de ST-ETIENNE JEAN BOURDIER. Il est embauché en tant que moniteur à l' école d' apprentissage des mines et pour devenir entraîneur joueur auprès des équipes de football de LA COMBELLE.

 La saison 1945/46 le club devient CHAMPION de FRANCE U.F.O.L.E.P. La même année le CCA est finaliste du championnat Honneur Auvergne et s'incline contre les Aiglons Montluçonnais.L'annèe suivante après avoir éliminer le club voisin le CSA BRASSAC en demi- finale . Il dispute sa deuxième finale du CHAMPIONNATde FRANCE U.F.O.L.E.P. mais perd contre PONTIVY à NEVERS.

Grâce à la formation d'un groupe de jeunes performants, le Club retrouvera un enthousiasme exemplaire. La saison 1948/49 le CCA termine deuxième du championnat à un point de RIOM es MONTAGNE,mais le contact entre Jean BOURDIER et Jean SNELLA permettra aux jeunes comme RENE DOMINGO et KOCZUR FERRY de tenter leur chance à ST-ETIENNE.

La saison 1949/50 le CCA termine deuxième du championnat et c'est au tour de EMILE ANTONIO de partir à SETE. Enfin 1950/51 LA COMBELLE devient pour la première fois de son histoire CHAMPION d'AUVERGNE HONNEUR et accède à la division supérieure ,l'équipe junior sera elle aussi CHAMPION d'AUVERGNE.1951/52 le club de LA COMBELLE deviendra la plus petite agglomération française à disputer le CHAMPIONNAT DE FRANCE AMATEUR.Trés peu aidé par les HOUILLERES et pas du tout par la MUNICIPALITE le club redescend en division inférieure,les juniors sont CHAMPIONS d'AUVERGNE. PIERRE VALENTEK part tenter sa chance à SETE.

 La saison 1952/53 le CCA termine à la sixième place.Jean BOURDIER continue à former des jeunes talent et c'est au tour de MICHEL et de RICHARD TYLINSKI  de tenter leur chance à ST-ETIENNE. Si les relations entre LA COMBELLE et ST ETIENNE sont aussi étroites c 'est parce que ce sont deux régions minières qui se ressemblent et les joueurs de football qui sortent du lot dans cette vallée d' Auvergne ont toutes les chances de réussir dans le Forez de part leur mentalité qui se rapproche forcément de celle des Stéphanois ,les juniors sont encore CHAMPIONS d'AUVERGNE .   Pour  CONSTANSIO REBELLO ce sera SETE.La saison 1953/54 deuxième place à un point de ST-YORRE. Et  le  23 mai 1954  EMILE ANTONIO devenait le premier combellois à remporter la COUPE de FRANCE avec NICE en battant MARSEILLE 2-1 .1954/55 premier ex equo  battu au goal average par BRASSAC ,les cadets sont CHAMPIONS d'AUVERGNE. La saison 1955/56 le CCA est pour la deuxiémefois  CHAMPION d' AUVERGNE  HONNEUR et accède au CHAMPIONNAT de FRANCE AMATEUR. Encore un départ pour ST-ETIENNE celui de MARYAN PASZKO .L'équipe réserve se classe première en promotion d'honneur,sans perdre un match18 victoires et 4nuls.Les juniors se sont encore illustrés en COUPE GAMBARDELLA éliminés en 16e de finale par MONACO au bénéfice de l'âge.Ils avaient pour nom : Artusi,Lavarini,Gladel,Rocha,Paszko,Lascovitch,Thivrier,Inacio,Zoks ,Pradon,Inez,Faugeras,Favret,Buffe,sans oublier leur entraîneur MARCEL CRUZ.

Avec JACKY  DOMINGO entraîneur la saison 1956/57.Cette même année son frère RENE avec MICHEL et RICHARD TYLINSKI deviennent CHAMPIONS de FRANCE avec ST-ETIENNE tandis que CONSTANSIO REBELLO est CHAMPION de FRANCE D2 avec ALES.L'équipe une termine neuvième en championnat et se fait sortir de la Coupe de France au sixième tour par LA GRAND COMBE.En Coupe Gambardella les juniors succombèrent 0- 1 à CRANSAC . Les cadets perdent le championnat d'Auvergne au profit de Thiers qui l'emportèrent au bénéfice des corners. 1957/58  le CCA se classe neuvième ,les juniors sont champions du Puy de Dôme et en finale d'Auvergne succombant seulement aux corners devant MOULINS .Les minimes firent l'admiration de tous les spectateurs;s'ils ne furent pas champions c'est seulement à cause de la malchance du match de MONTJOIE. La saison 1958/59 le  CCA se classe septième ,et  KOCZUR FERRY est CHAMPION de FRANCE avec NICE,les juniors sont champions du Puy de Dôme,et les minimes sont champions d'AUVERGNE . JOSEPH AUCOURT devient  entraîneur  du CCA et 1959/60 sera plus compliquée ,avec sept réserves professionnelles(ST-ETIENNE, NIMES, LYON MARSEILLE,MONACO,NICE,GRENOBLE)dans la poule le CCA ne put éviter la relégation.Ils eurent le mérite d' aller gagner à FURIANI contre BASTIA .En COUPE de FRANCE défaite contre TOULOUSE  2-0 en 32emes de finale le 24/01/1960 à Clermont-Ferrand devant 7000 spectateurs. RENE DOMINGO et RICHARD TYLINSKI perdent  leur première FINALE de COUPE de FRANCE 4-2 a p contre MONACO.L'équipe cadets est championne d'AUVERGNE ,les juniors et les minimes sont champions du Puy de Dôme.

La saison 1960/61 et 1961/62 LA COMBELLE termine seconde,RENE DOMINGO et RICHARD TYLINSKI gagnent la COUPE de FRANCE 1-0 contre NANCY .Cette année ALFRED TYLINSKI rejoint ses frères à ST-ETIENNE ou il gagnera la COUPE GAMBARDELLA l'année suivante.En 1962/63 le CCA devient CHAMPION d' AUVERGNE HONNEUR et accède en C. F.A. Malheuresement l'année suivante c'est la relégation.RENE DOMINGO et RICHARD TYLINSKI sont pour la deuxième fois CHAMPIONS de FRANCE .1964/65 c' est le retour d' EMILE ANTONIO entraineur joueur, premier ex equo mais battu au goal average par COURNON.1965/66 troisième 1966/67 premier ex aequo battu au goal average par MONTJOIE.1967/68 premier ex aequo battu au goal average par MOULINS.

La saison 1968/69 voit le CCA obtenir son quatrième titre de CHAMPION d' AUVERGNE HONNEUR et retrouve une place en CHAMPIONNAT de FRANCE AMATEUR . La saison 1969/70 avec beaucoup de difficultés le CCA termine à la treizième place .1970/71 termine dixième et bat ST-ETIENNE 2-1 à BASSE COMBELLE. La saison 1971/72 la descente aux enfers en terminant onzième , quatre équipe avec le même nombre de points. Tirage au sort trois équipes restent et trois descendent le CCA est sorti quatrième et perd sa place sur un coup de dé.1972/73 sixième 1973/74 une bien pale douzième place .La saison 1974/75 un fiasco total dernier et descente en DHR ,L'année suivante descente en PH .

Le 30 Mai 1976, EMILE ANTONIO fête son jubilé au stade de BASSE- COMBELLE avec tout ses amis .Les RENKO, REBELLO, DOMINGO, FERRY, TYLINSKI, VALENTEK, UJLAKI, COSSOU, ALBERTO, GRIGOLO LOISEAU TOURROU, RICHARD tous ex pros avaient répondu présent . Face à une sélection de jeunes régionaux de moins de 22 ans composée de  ADDEO J-Pierre et Yves, HOMOVIC, MARTIN ( BRASSAC ), GOMEZ, GELINARD ( ISSOIRE ) les deux frères, LOISEAU ( ST-FLOUR ), MARIANY, DENNE, BERTHON, GUERAUD ( CCA ), BARD, VIANNENC ( VERGONGHEON ).Le public était venu nombreux pour voir ses anciennes idoles il ne fut pas déçu . Les amis de MILLO s' imposèrent sur le score de 3-2 avec des buts de VALENTEK, UJLAKI et GRIGOLO pour les anciens pros. MARIANY ( 2 ) pour les jeunes .En accueillant ses anciens compagnons de gloire à BASSE COMBELLE EMILE ANTONIO apporta à ce petit stade de ses débuts et à ce public une belle récompense et une preuve de sympathie.

Heureusement accession en DHR la saison 1976/77. Le CCA reste trois saisons en DHR puis redescend en PH.Trois saisons puis c'est de nouveau la DHR sous la direction de CHRISTIAN  GUERAUD le nouvel entraîneur du CCA. La saison 1984/1985 fut de loin la meilleure en terminant à un point de la réserve de COURNON pas d' HONNEUR AUVERGNE .AU CCA TOUT LE MONDE EST FIER DE PORTER CE MAILLOT NOIR ET BLANC. JOUEURS, DIRIGEANTS, SUPPORTERS .

La régression des activités économiques du bassin minier a entraîné un recul du C C.A. devenu COMBELLE C.A.B. depuis sa fusion avec LE BREUIL /COUZE en 1988. Celui-ci évolue cette saison en P.H.R.

Témoignage

 

Jeannot Labonne dit Zizou  témoigne dans

http://fcvezezoux.footeo.com/actualite/2008/07/07/interview-collector-de-zizou-a-l-occasion-des-30-ans-du-fcv.html

1956 – 1961 : je jouais en scolaire à Thiers benjamin 2 ( jouant en minimes) on est Champion départemental en 1957 face à Geodefroy Bouillon sur le terrain de Billom 2 à 1 . Je crois que c’est mon seul titre officiel de joueur !!! Je jouais avec Georges Goutorbe du R.C. Vichy qui a joué un peu plus tard à Valenciennes en D1 et Christian Donnet S.A Thiers sélectionné cadet d’Auvergne et qui a remporté la coupe nationale au Parc des Princes, l’ancien !!!. Mon père tolérait que je joue en scolaire mais pas en civil car il jugeait que les études étaient prioritaires . Il n’était pas sportif…Après son décès ma mère beaucoup plus intéressée par le sport me laisse signer à La Combelle…Club Mythique du Bassin pour les plus jeunes…….

1961 – 1963 : Je jouais en Junior à La Combelle avec des « mecs Extraordinaires » dont je garde à vie un très bon souvenir. On jouait contre l’A.S.M, Thiers, St Georges … La première année on est éliminé en Gambardella par Toulouse F.C. chez eux. Je n’ai pas pu y aller car à l’E.N.P de Thiers il n’y a pas de permission exceptionnelle…L’année suivante on perd 2 à 0 à Vichy on est un peu vexé et je me souviens d’une belle bagarre à la sortie du terrain Mario Dal Gobbo étant parmi les meilleurs…

1963 – 1966 : Je joue en sénior à La Combelle , c’est difficile il n’ y a que 11 joueurs dans l’équipe (pas de remplaçant) … En CFA en 1963/64 je fais 2 matchs officiels et en 1964/66 en Honneur jouant toujours la première place et faisant parti des 15 joueurs potentiels…. 
Pendant ces belles années on se distingue en remportant beaucoup de tournois de sixte sous le nom de « BOTAFOGO » on a la particularité de jouer avec des membres de 3 clubs La Combelle, Brassac, et Vergongheon….C’est pas mal !!! Jojo Besse que l’on voit souvent au « Bâteau » fait parti de l’équipe…

 

Voir les commentaires

Auvergne: Usines de vètements Conchon Quinette

3 Octobre 2017, 07:44am

Publié par Papou Poustache

Voici une usine qui avait marqué le bassin avant Ducellier mais aussi d'autres villes d'Auvergne(Thiers et Clermont Ferrand)

Photos de Conchon Quinette Ste Florine offerte par Patrick

Auvergne: Usines de vètements Conchon Quinette
Auvergne: Usines de vètements Conchon Quinette

Sortie d'usine a Brassac

 

 

 

Sortie d'usine Conchon Quinette à Ste Florine

 

 

Usine Conchon Quinette à Brassac les Mines(63)

 

 

 

Auvergne: Usines de vètements Conchon Quinette
Auvergne: Usines de vètements Conchon Quinette
Auvergne: Usines de vètements Conchon Quinette
Auvergne: Usines de vètements Conchon Quinette
Auvergne: Usines de vètements Conchon Quinette
Auvergne: Usines de vètements Conchon Quinette
Auvergne: Usines de vètements Conchon Quinette
Auvergne: Usines de vètements Conchon Quinette
Auvergne: Usines de vètements Conchon Quinette
Auvergne: Usines de vètements Conchon Quinette
Auvergne: Usines de vètements Conchon Quinette
 
 
 
  • Conchon Quinette

Une entreprise qui avant Ducellier employait de la main d'oeuvre féminines dans plusieurs villes d'Auvergne dont Ste Florine,Brassac et La Combelle.

Le siège étant à Clermont -Ferrand.

L'article ci dessous a été réalisé grace aux extraits d'articles récupérés sur le net sur lequel vous trouverez les liens pour lire l'intégralité.

Les photos proviennent de collections privés et d'images du net

 

Clermont-Ferrand - Enseignes d'antan : l'épopée des Conchon-Quinette

 

Comment une modeste affaire de confection à domicile est devenue la plus importante usine de vêtements du Centre de la France.

Pierre Gabriel Gonzalez pgg@wanadoo.fr

Tout d'abord, penchons-nous sur les origines généalogiques de cette famille. Nous la situons vers 1650 à Volvic où un dénommé Benoît Conchon, maître voiturier, lègue l'entreprise de messagerie à ses deux fils qui en poursuivent l'exploitation. Pendant les deux siècles suivants, la famille Conchon au sens large compte aussi à Riom des notaires royaux, des médecins, des juges et des avocats. C'est un prénommé Jean, descendant de la branche installée à Volvic, qui franchit le pas au début du XIXe siècle et vient s'installer à Clermont comme maître boulanger au 27 de la rue de l'Écu (avenue des États-Unis, aujourd'hui). Le cadet de ses fils, Jean-Philibert, d'abord apprenti-serrurier rue des Chaussetiers, épouse Eugénie Quinette, originaire de Normandie, dont les parents exploitent un commerce de vêtements et notamment de limousines, sortes de grandes capes protectrices chères à nos bergers. En 1844, nous retrouvons le jeune couple qui s'identifie pour la première fois sous le nom de Conchon-Quinette à la tête d'un commerce de vêtements et de rouennerie (toile de coton tissée à Rouen) qui se situait rue Blatin, à l'emplacement de l'actuelle Caisse d'assurances maladie. A cette époque, les maisons de commerce ne disposaient pas d'ateliers de fabrication. Les commandes étaient exécutées entièrement à la main par des couturières à domicile. D'invention récente, les machines à coudre coûtaient encore une petite fortune et restaient donc hors de portée des budgets modestes.

Pendant la guerre de 1870, les affaires prenaient une tournure nouvelle avec l'ouverture d'un véritable atelier à la suite à une demande importante d'uniformes destinées à équiper les gardes mobiles. Rappelons en quelques mots comment est né ce corps d'armée dans le cadre de la conscription par tirage au sort. Les jeunes gens qui avaient tiré les « bons » numéros étaient incorporés dans l'armée active pour sept ans de service (!). Les autres jeunes gens, bien que reconnus aptes à servir, allaient rejoindre la Garde mobile. Les « Mobiles » ou « Moblots » comme on les appelait parfois, étaient équipés par l'administration civile de chaque préfecture. Pour leurs uniformes, leur ville fournissait le drap et chacun devait passer commande de la coupe chez son tailleur. Ce nouveau marché marqua les débuts de l'expansion de l'entreprise Conchon-Quinette. Nous la retrouverons dimanche prochain avec le personnage haut en couleur que fut Hippolyte Conchon-Quinette.

Lien du texte ci-dessus

Un projet d’aménagement urbain méconnu (Clermont-Ferrand, 1944)

 En 1944, l’esprit est à la reconstruction. Si le bâti de Clermont-Ferrand n’a pas été trop affecté par la guerre (des bombardements ont visé les usines Michelin de Montferrand), la municipalité hérite à cette date de la fortune d’Hippolyte Conchon-Quinette, un de ses riches administrés, à la condition expresse de reconstruire l’hôtel de ville à l’emplacement le plus adéquat.
L’hôtel de ville avait été construit entre 1828 et 1847 sur les plans de Louis-Charles-François Ledru, architecte de la ville. À l’époque le programme de l’édifice était triple : la partie sur la rue était bien dévolue à l’hôtel de ville et à l’arrière se trouvaient le tribunal puis la maison d’arrêt. Le site était celui notamment du château des comtes puis de la Cour des aides (un des lieux où était rendue la justice sous l’Ancien Régime). Concernant l’édifice lui-même, dans un rapport de 1944 émanant de la municipalité et précédant l’acceptation du legs Conchon-Quinette, on peut lire : « nous ne pouvons pas dire que le legs de M. Conchon aille au-devant de nos désirs ». Pourtant en 1925 un projet de surélévation indique déjà un défaut de place, état des lieux confirmé par un projet de l’architecte de la ville de 1933 qui prévoit une reconstruction complète de l’hôtel de ville (fig. 1).
Fig. 1 : Projet de construction d’un hôtel de ville, 17 mai 1933, par Marcel Depailler, architecte de la ville.
Archives municipales de Clermont-Ferrand, 1 M 1-61, 6bis.
Périn, Jean-Michel, 2011 © Région Auvergne - Inventaire général, ADAGP.
Un projet d’aménagement urbain méconnu (Clermont-Ferrand, 1944)
Bénédicte Renaud
b.renaud@cr-auvergne.fr
© Région Auvergne - Inventaire général
Décembre 2011
Lien du texte

 

 

Auvergne: Usines de vètements Conchon Quinette
Auvergne: Usines de vètements Conchon Quinette
Auvergne: Usines de vètements Conchon Quinette
Auvergne: Usines de vètements Conchon Quinette

QUELQUES DOCUMENTS

Auvergne: Usines de vètements Conchon Quinette
Auvergne: Usines de vètements Conchon Quinette
Auvergne: Usines de vètements Conchon Quinette
Auvergne: Usines de vètements Conchon Quinette
Auvergne: Usines de vètements Conchon Quinette
Auvergne: Usines de vètements Conchon Quinette
Auvergne: Usines de vètements Conchon Quinette
Auvergne: Usines de vètements Conchon Quinette
Auvergne: Usines de vètements Conchon Quinette
Auvergne: Usines de vètements Conchon Quinette
Auvergne: Usines de vètements Conchon Quinette
Auvergne: Usines de vètements Conchon Quinette
Auvergne: Usines de vètements Conchon Quinette
Auvergne: Usines de vètements Conchon Quinette
Auvergne: Usines de vètements Conchon Quinette

Voir les commentaires