Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 L'Auvergne Vue par Papou Poustache

Sources oubliées: St Nectaire

3 Novembre 2014, 06:22am

Publié par Papou Poustache

Sources oubliées: St Nectaire

Les sources de St Nectaire

Sources de Saint-Nectaire

La commune de St Nectaire possède une quarantaine de sources toutes différentes et utilisées, pour certaines, selon leur composition, pour leurs vertus thérapeutiques. Elles sont connues depuis l’antiquité et leur usage au cours des siècles a été déterminant dans le développement de St Nectaire. Les eaux proviennent du même gisement mais arrivent par des circuits différents avec des températures de sortie entre 18° et 62°. Ces eaux se sont infiltrées entre 2,9 et 6,1 kms de profondeur avant de remonter par des failles affectant le socle granitique au niveau de Saint-Nectaire.

Un premier groupe est constitué de sources oligométalliques (froides), eau de diurèse par excellence, essentiellement pure. Un deuxième groupe est constitué de sources polymétalliques (chaudes) à pouvoir catalytique important. Ce sont des eaux faiblement minéralisées, actives sur le métabolisme des hydrates de carbone et des triglycérides. Cinq étaient utilisées par l’établissement thermal en crénothérapie. Quatre étaient utilisées pour les cures de boisson : la St Cézaire et Bouette à la buvette des Grands Thermes, les sources du Parc et du Cornadore à la buvette du Cornadore. Mais on connait les propriétés de plusieurs autres : La source Lixivia qui coule sous le rocher devant l’office de tourisme est une eau très pure et diurétique ; La source Morange, digestive, coule le long de la rivière (Couze Chambon) en amont de l'ancien hôtel Cornadore ; Le Gros Bouillon se trouve sous l’hôtel Mercure et était réputée pour soigner les maladies de peau.

Certaines sources sont utilisées dans l’industrie des pétrifications, vous découvrirez leurs propriétés aux Fontaines Pétrifiantes et aux Grottes du Cornadore. Une source minérale salée a donné lieu à la naissance d’un marais salé. Il s'agit d'une véritable curiosité naturelle abritant une faune et une flore typique, analogue à celles des bords de mer, patrimoine d’intérêt européen, qui fait actuellement l’objet de toute l’attention des scientifiques (voir fiche Marais Salé).

En fin d'article vous saurez tout sur la source rouge mais auparavent vous aurez pu voir des photos d'aujourd'hui et d'autres d'autrefois et de nombreux textes de publication du début du siècle dernier

Sources oubliées: St Nectaire
Sources oubliées: St Nectaire
Sources oubliées: St Nectaire
Sources oubliées: St Nectaire
Sources oubliées: St Nectaire
Sources oubliées: St Nectaire
Sources oubliées: St Nectaire
Sources oubliées: St Nectaire
Sources oubliées: St Nectaire
Sources oubliées: St Nectaire
Sources oubliées: St Nectaire
Sources oubliées: St Nectaire
Sources oubliées: St Nectaire
Sources oubliées: St Nectaire
Sources oubliées: St Nectaire
Sources oubliées: St Nectaire


Le texte ci dessous et pris dans

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k58492134/f63.texte

 

Saint-Nectaire.

A quarante kilomètres de Clermont et à deux heures
de station de Coudes, sur le chemin de fer du Centre,
est un village de mille habitants, que l'on nomme Saint-
Nectairë. Bâti sur un plateau élevé, il domine un vallon
d'Un aspect sauvage, au fond duquel jaillissent de tous
côtés dés sources bouillonnantes que l'oeil peut suivre
dans leur cours aux dépôts ocrèux qu'elles laissent sur
leur passage. Oh en compte plus de quarante, toutes
différentes par leur température et presque uniformes
par leur minéralisation. De ces sources, huit seulement
sont utilisées au point vue médical; les trente-deux
autres sont généralement destinées aux pétrifications, qui
forment eh toute saison l'industrie artistique et lucrative
de la localité.

Si le vallon de Saint-Nectaire, bordé par des monta-
gnes nues et arides sur la droite, couvertes de pins d'un
vert sombre sur la gauche, ressemble peu aux riants
coteaux qui entourent nos principales sources minérales



d'Auvergne, le touriste et le baigneur n'ont qu'à franchir
les murailles sévères dont la nature a entouré ses ri-
chesses hydro-minérales, pour rencontrer de tous côtés
des sites pittoresques et de riants paysages.

Saint-Nectaire est composé de deux parties : la partie
haute et la partie basse. Au?Sommet du plateau,; que do-
mine un ancien château, est le village. Il abrite ses mai-
sons derrière les hautes murailles de son antique église
byzantine consacrée à saint Nectaire, ce contemporain
de saint Austremoine, qui partagea avec lui la gloire
d'avoir convertira la, foi chrétienne les,-;.descendants des
'Arvernes. Au-dessous se, trouve l'établissement .du mont
Cornador, qui, avec le groupe de maisons, qui l'entoure,
prend le nom, de Saint-Neetaire-le-Haut, pqur le distin-
guer de .Saint-Neetaire-le-Bas, composé, non-Tseulement
des; établissements connus sous, le nom de Bains romains,
de Bains Boette, mais encore, de quantité de petites mair
sons -semées dans la plaine. Leurs, toits couverts de
briques rouges tranchent agréablement sur le vert tendre
de la prairie qui tapisse le vallon. Chacun de ces toits
rustiques abrite une source -, dont les eaux sortent du. sol
en bouillonnant etj;dégagent (avec, bruit l'exçèSi d'acide
carbonique qu'elles contiennent. Plus modestes queJèU 1?
rivales dont elles possèdent toutes les vertus, elles se
contentent d'enrichir sur leur passage l'industriel, qui,
méprisant leurs propriétés curatives, veut bien utiliser
leurs sels pétrifiants., ;. , .■..;•, .-■,.-.

L'industrie des pétrifications est, pour'quelques; habi-

tahts de la. localité': un -commerce assez' lucratif. Celles; de
Saint-Nectaire jouissent d'une telle réputation,; que nous
ne'pouvons passer sans dire un mot sur leur mode de fa-
brication. On fait d'abord'parcourir à l'eau minérale des-
tinée à ;cet usage un certain trajet dans des canaux de
bois, afin de> la priver de son fer et d'en diminuer ainsi
la coloration ; puis on la divise mécaniquement etfpluie
eton; la fait tomber d'une certaine hauteur sur desobjets
disposés pour être pétrifiés : ce sont ordinairement; des
nids, dès chardons, des fruits, des statuettes en porce-
laine, etc.; le carbonate de chaux dissous dans un excès
d'acide carbonique, le perd dans sa chute et se déposé en
cristaux très-fins sur les objets; il forme autour d'eux
un revêtement brillant et solide qui eh éternise les
formes. Ces pétrifications grossières présentent à l'oeil
des'milliers de petits cristaux- composant la couche cal-
caire; elles sont moins estimées que celles quiv à dé-
faut de cet éclat obtenui au détriment des formes, re-
produisent les plus légers détails des moules qu'on leur
soumet.

Pour obtenir ces dernières, on place sous; cette pluie
merveilleuse des moules en soufre représentant dés mé-
dailles, des bas-reliefs, etc.; l'on extrait au bout de
quelques jours de véritables objets d'art, d'un poli, d'une
dureté, d'une demi-transparence parfaite, qui, sous la
forme de médaillons, de broches, de bas-reliefs, vont
porter le nom de Saint-Nectaire dans des régions les
vertus médicales de leurs eaux ne sont guère connues :

plus de trente sources espacées dans le vallon sont uti-
lisées à cette fabrication.

Saint-Nectaire possède trois établissements ouverts aux
malades : l'établissement Boette, les Bains romains et
l'établissement du Mont-Cornador. Les Bains romains et
l'établissement Boette possèdent les sources les plus
riches. D'après l'analyse de M. Lefort, elles contiennent
environ par litre d'eau deux grammes de bicarbonate de
soude, deux grammes soixante-dix centigrammes de chlo-
rure de sodium et des proportions notables de carbonate
de magnésie, de chaux et de fer. L'établissement du
Mont-Cornador possède des eaux moins minéralisées.

La température de ces sources varie de dix-huit à
quarante-quatre degrés, et permet ainsi l'usage des eaux
en boisson, en bains et en douches, à des températures
naturelles très-différentes. Les eaux de Saint-Nectaire
sont chloro-bicarbonatées et ferrugineuses; elles sont,
sans contredit, les plus minéralisées de l'Auvergne, ren-
fermant par litre sept grammes cinquante centigrammes
de sels. Malgré la richesse de ces eaux en carbonates alca-
lins, le chlorure de sodium qui y prédomine donne à leur
effet thérapeutique la spécialité d'action médicale qui lui
est propre. :

Il faudrait pas induire de que nous refusions
aux principes alcalins la large part qui leur revient dans
le traitement dès différentes affections qUe l'on guérit à
Saint-Nectaire; nous plaçons au contraire ces sels au
premier rang dans les principes actifs de ces eaux; mais

frôus ic»0yons que la 'présSMee enisi grande quauitifté du
oMortroe de sodium leur donné une action -thérapeutique
bîen; différente de celles des eaux alcalines frahfehes.
Aussi lesrapprochements que font quelques auteurs entré
cette station et celle de Vichy, nous, semblent-îlë appuyés
sur des considérations théoriques plutôt que pratiques,
et la lecture des dernières Observations qu'a fait paraître
l'as ipassé .M: le docteur Basset * inspecteur de Saint-Nec-
taire ; nous a prouvé que les affections dans lesquelles il a
obtenu le plus de succès, ne sont pas celles que l'on
traite habituellement par les eaux de Vichy..

Au point de vue physiologique, les eaux de Saïnt-
•Nectâiré, quand on les prend à doses modérées, excitent
l'appétit et le régularisent, facilitent la digestioh et
diminuent Tes-selles; lès malades sont généralement al-
térés, suent peu et urinent davantage.

Les bains de Sain t-Nectairè sont mal supportés par tes
personnes nerveuses; les personnes lymphatiques, au
contraire, y puisent rapidement des forces. Pris à trente-
cinq ou trente-six degrés, ils activent la circulation, et,
continués quelques jours, ils donnent lieu à des symp-
tômes d'excitation générale de tout l'organisme, qui se
traduit d'abord par de l'insomnie, de l'agitation, de
l'accélération du pouls, et va jusqu'à occasionner souvent
une fièvre continue simple.

Peu de malades peuvent prendre plus de dix-huit à
vingt bains sans éprouver les-symptômes de la saturation
hydro-minérale..

;:Au point de vue thérapeutique.,. nous constatons en
première ligne le succès; des eaux de 'Saiht^Nectairerdàns
le rhumatisme articulaire chronique :et le rhumatisme
musculaire. Les bains et douches à température 1 élevée
ont une action aussi prompte que puissante sur ces affec-
tions, qui sont aussi celles qui (attirent le plus de monde
à; cette station ; mais ces eaux- sont trop excitantes pour
le rhumatisme, nerveux, contre lequel les -sources moins
minéralisées de Royat et de Châteauneuf sont mieux in-
diquées. M. le docteur Rasset vante beaucoup leurs effets
dans le traitement de la scia tique. - : ■;; ;!:.;.-■

Les eaux.de Saint-Nectaire, d'après M. le docteur
Vernière, qui a été pendant vingt ans leur inspecteur,
et M. le docteur Rasset, son successeur, ont, une-action
très-énergique contre la scrofule au début. Aussi yoit-on
tous les ans augmenter le.■■ nombre des malades qui en
sont,atteints. Chaque traitement amène une,modification
heureuse dans leur constitution, et chaque saison les
débarrasse des .différentes manifestations de cette maladie
constitutionnelle.

Précieuses dans les engorgements non inflammatoires
de l'utérus, elles modifient la vitalité de, cet organe et
dissipent, par leur action, tonique et reconstitutive, la
çhloro-anémie qui les accompagne. . ' -

Les eaux de Saint-Nectaire réussissent encore : dans
toutes les affections catarrhales procédant d'un vice rhu-
matismal ou scrofuleux, quel qu'en soit le siège.

Ils en parlaient:

  •  
  • Extrait 1 :
    à la source Rouge, 20 frSAINT-NECTAIRE-LE-BAS, 188Voitures : — V. Saint-Nectaire-le-Haut
    Extrait 2 :
    Trois sources principales alimentent l'établissement : 1° La source du Mont-Cornadore, dont le débit est de 19,200 litres par 24 heures et la température de 4111 existe en outre deux sources : la source du Parc 7 hectol.) et la petite source Rouge (86 hectol.), qui
    Extrait 3 :
    Les sources fournissent un volume d'eau considérable et leur température est très élevéeCette source est employée en bains et douches dans la chlorose, les maladies nerveuses, la dyspepsie, etc

Accéder au doc

  •  
  • Extrait 1 :
    Indépendamment de la source Rouge, il existe cinq buvettes dont la plus importante est la source du Parc
    Extrait 2 :
    Enfin la Source Intermittente, marquant 33° C et très-gazeuse, est spécialement réservée aux injections vaginales, dont on fait un grand usage a Saint NectaireNous dnons de notre cote, d'une manière générale, qu'elles conviennent pour les engorgements de la matrice, les leucorrhées atoniques, l'état lymphatique exagère des adultes, et tout pai ticuhei ement des enfants Leur efficacité est de même depuis longtemps reconnue contre les diverses formes de la sciofule, l'atome des voies intestinales
    Extrait 3 :

    TRANSPORT. :— (Source Perrière et Source Choussy). — Ces eaux se conservent parfaitementSÀINT-NECTAIRE (PUY-DE-DÔME) Sources alcalines chaudes

    •  
    • Extrait 1 :
      La source Rouge et les trois sources Baugé, André et Sainte-Marie, situées sur la rive droite, naissent à quelques mètres l'une de l'autre, de la base granitique du puy d'Eraigne et présentent une grande analogie de composition
      Extrait 2 :
      Sources et Établissements. — Toutes les sources de Saint-Nectaire s'échappent des fissures du granit, qui forme le fond du terrain et les parois inférieures de la vallée
      Extrait 3 :

      qu'on trouve dans la source Papon, ne doit pas faire perdre de vue que cette même source contient 0,60 cent, de bicarbonate de potasse, et que l'ellicacité de ce sel ne peut pas être contestée, dans la série des affections arthritiquesCe dernier chimiste eut l'occasion, de 1875 à 1880, d'analyser de nouveau plusieurs sources du groupe de Saint-Nectaire-leHaut

      •  
      • Extrait 1 :
        Un litre d'eau de la source Rouge a fourni à l'analyse la composition suivante : Acide carbonique libre o',202c en poids o,4ooo Chlorure de sodium. . . , 2,2957 Sulfate de soude 0,1263 Bicarbonate de soude
        Extrait 2 :
        EAU DE LA SOURCE ROUGEPar l'évaporation, un litre d'eau de la source
        Extrait 3 :
        5 source Pauline, dont la température est de + 34Les sources qui nous ont semblé mériter le plus d'attention, soit à cause de leur abondance, soit à cause de leur emploi, sont celles que nous avons fait analyser : Les sources BoetteLa source Rouge

Commenter cet article