Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 L'Auvergne Vue par Papou Poustache

La centrale électrique de Sauviat

6 Septembre 2015, 19:03pm

Publié par Papou Poustache

La centrale électrique de Sauviat

Aujourd'hui lors de la randonée à Sauviat j'ai découvert cette centrale hydrauelectrique et j'ai voulu en savoir plus .

Maintenant je vous en fais profiter

La Force motrice d'Auvergne ou la saga de l'arrivée de l'Electricité à Thiers (Puy-de-Dôme)

Le barrage de Sauviat (connu aussi sous le nom de barrage du Miodet) est le 42ième "grand barrage" français dans l'ordre chronologique.

Pour mémoire on appelle grand barrage, tout ouvrage de retenue d'eau de hauteur supérieure à 15 m. Il y en a environ 600 en France.

Le barrage de Sauviat est un barrage poids (gravity dam), en maçonnerie, de conception classique à l'époque (profil triangulaire - 21 m à la base, 5 m à la crête, 27 m de hauteur). Sa longueur est de près de 90 m et le volume de maçonnerie d'environ 20,000 m3. Il retient un volume d'eau de l'ordre de 0.6 million de m3 qui assure une réserve pour l'usine hydroélectrique implantée en aval.

Les textes de cet articles proviennent du lien ci-dessous ou vous saurez tout sur ce barrage et sur l'électrification de la ville de Thiers un document très intéressant et très bien fait à voir absolument.

http://dspt.perso.sfr.fr/Sauviat2V.htm

La centrale électrique de Sauviat
La centrale électrique de Sauviat
La centrale électrique de Sauviat
La centrale électrique de Sauviat
La centrale électrique de Sauviat

Les origines du Projet

L'unité de production de Sauviat a été conçue et construite sous la conduite d'un jeune ingénieur de l'Ecole Centrale, Francisque FAY qui fut l'un des fondateurs et le premier Directeur de la Société des Forces Motrices d'Auvergne (S.F.M.A.).

Le projet, financé par des industriels locaux et des banquiers, se justifiait sans nul doute par un urgent besoin en courant de la ville de Thiers, même si d'autres arguments avaient pu être présentés dans les dossiers. L'industrie coutelière avait besoin d'électricité pour faire tourner les moteurs électriques qui, en cette fin du 19ième siècle, étaient techniquement au point (moteur asynchrone triphasé) et pouvaient remplaçer progressivement les roues à aubes des "rouets" - ateliers artisanaux installés le long de la rivière Durolle qui traverse la ville.

Le projet avait eu quelques difficultés à prendre corps et avait donné lieu, à Thiers et dans les communes voisines, à des réunions et discussions publiques parfois houleuses.

à suivre sur le lien

http://dspt.perso.sfr.fr/Sauviat2V.htm

La centrale électrique de Sauviat
La centrale électrique de Sauviat
La centrale électrique de Sauviat
La centrale électrique de Sauviat
La centrale électrique de Sauviat
La centrale électrique de Sauviat
La centrale électrique de Sauviat
La centrale électrique de Sauviat
La centrale électrique de Sauviat
La centrale électrique de Sauviat

Commenter cet article