Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Auvergne une région magnifique à explorer.Vous allez voir les villages d'Auvergne au travers du dernier siècle et aujourd'hui.Complètés par vos dons de photos(merci d'avance).De ce fait cela en fait un site unique car beaucoup de photos inédites. Vous aurez également des articles spécifiques fruits de recherche sur les anciennes industries,sources,gare,monde rural,légendes,faits divers anciens,personnalités,notre enfance,les spécialités auvergnates,pour les généalogistes beaucoup de photos d'écoles et les monuments des villages avec les noms ainsi que autres blogs ou sites enfin tout ce qui fait notre belle région . A vous de juger en me laissant un petit com. Petite astuce pour regarder les photos sans défiler dans le blog cliquer sur une photo de l'article puis à l'aide des flèches sur le coté de celle-ci vous pourrez visionner toutes les photos de l'article.

03 Feb

Recueil de quelques blagues Auvergnates

Publié par Papou Poustache  - Catégories :  #legende et conte d'Auvergne, #insolite, #Ils parlent de l'Auvergne, #Blagues Auvergnates, #Histoire Locale, #Anecdotes

Un curé qui se promène dans la nature est pris dans les tourbières non loin de La Godivelle.
Alors qu'il s'enfonce jusqu'aux chevilles un camion de pompiers  d' Espinchal passe par là.
- Vous n'avez pas besoin d'aide ?
Non, je crois en Dieu, il me viendra en aide !
Alors que le curé s'enfonce jusqu'à la ceinture, le camion repasse et les pompiers lui reposent la question ?
- Vous n'avez pas besoin d'aide ?
Non, je crois en Dieu, il me viendra en aide !
Lorsque le curé n'a plus que la tête hors de la tourbière , les pompiers passent une troisième fois ?
- Vous n'avez toujours pas besoin d'aide ?
Non, j'ai la foi en Dieu, il me viendra en aide !
Alors, le curé s'enfonce complètement et lorsqu'il arrive au paradis il dit à Dieu ;
" J'ai eu la Foi, j'ai cru en Toi et tu n'as rien fait ! "
Dieu lui répond ; "Comment ça je n'ai rien fait, je t'ai envoyé 3 fois les pompiers !!!"

 

Sur la route des vacances, un couple de personnes âgées s’arrête à une station de services à Massiac
Le pompiste arrive et demande:
– Bonjour. Je vous fais le plein?
– Oui allez-y, répond le vieux monsieur
La vieille dame demande alors:
– Qu’est-ce qu’y dit?
– Y DEMANDAIT SI ON VOULAIT FAIRE LE PLEIN, répond le vieux en criant.
Le pompiste demande:
– Alors, vous allez où comme ça?
– On va passer les vacances à Vic sur Cère, dans la villa de notre fils, répond le vieux.
La vieille dame demande alors:
– Qu’est-ce qu’y dit?
– Y DEMANDAIT OU ON ALLAIT. JE LUI AI DIT QU’ON ALLAIT À VIC SUR CERE Dans Le Cantal
Le pompiste:
– Vous avez de la chance. Vous allez avoir du beau temps pour les 15 jours qui viennent
La vieille:
– Qu’est-ce qu’y dit?
– Y DIT QU’Y FERA BEAU LA-BAS
Le pompiste:
– Et où habitez vous quand vous n’êtes pas en vacances?
– On habite Vichy dans L'allier, répond le vieux
– Ah ouais?! Je connais bien  là bas  à Vichy J’ai connu une fille  un jour. Elle ne pouvait pas s’arrêter de parler, et en plus elle était nulle au lit. Vraiment, c’était pas une affaire!
La vieille:
– Qu’est-ce qu’y dit?
– Y DIT QU’Y TE CONNAIS BIEN!

 

Ne jamais se surestimer

L'histoire se déroule dans une petite ferme sur la commune  Blanzac aux environs du Puy en Velay

Mamy, proche de la mort, est dans son lit, Papy est a ses cotés… Mamy lui demande :
– Vas dans le grenier, au fond a gauche, tu trouveras une boite…
Papy monte au grenier, et y découvre, sous la paille, une petite boite dans laquelle il y a 3 œufs, et 5000€.
Il va auprès de mamie sur son lit de mort, et lui demande :
– C’est quoi ces 3 œufs ?
Mamy lui répond :
– Chaque fois que je n’avais pas d’orgasme avec toi, pendant ces 50 ans d’amour, je mettais un œuf dans cette boite…
Papy, très fier de n’y trouver que 3 œufs en 50 ans d’amour, demande alors :
– Et ces 5000€ ?
Mamy lui répond :
– Chaque fois que j’en avais une douzaine, j’allais les vendre au marché place du Plot.

Petite blague reçu aujourd'hui

Le WIFI dans le Cantal !!!

C'est un homme qui se rend dans un restaurant cantalien, à Pierrefort, pour déjeuner.

Arrivé sur les lieux, son smartphone capte la connexion Wi-Fi du restaurant.

Quand la serveuse vient prendre sa commande, il lui demande :

- S'il vous plaît, mademoiselle, pourrais-je avoir le mot de passe du Wi-Fi ?

- Mangez d'abord, monsieur.

Le monsieur s'empresse alors de commander un repas copieux.

Après avoir fini de manger, il redemande à la serveuse:

- Ça y est, j'ai fini de manger, pourrais-je avoir ce mot de passe maintenant ?

- Mangez d'abord.

Le monsieur, se sentant un peu gêné, commande un second plat.

Après s'être gavé avec, il s'en va directement demander le mot de passe au gérant, un nommé Albert Mazières

pour ceux qui connaissent :

- Excusez-moi monsieur Mazières, mais vos serveuses me font du chantage.

Elles veulent que je commande d'abord à manger avant de pouvoir obtenir d'elles le mot de passe de Wi-Fi.

Pouvez-vous me le donner, s'il vous plaît ?

 

- C'est "mangezdabord", sans majuscule, sans espace et sans apostrophe

 

 

 

Dans les rues  du Puy en Velay Un prêtre marchait dans la rue en direction de la cathédrale  et vit un petit garçon en short sous un porche d'une maison bourgeoise qui essaye d'appuyer sur la sonnette .
Le garçon était vraiment petit et la sonnette était vraiment trop haute pour lui.
Après avoir remarqué les efforts de ce petit garçon, l'homme en soutane  s'approche de lui, passe son bras au dessus de son épaule et appuie franchement sur la sonnette.
Se baissant alors vers le petit garçon, le prêtre attend des remerciements.

 Il lui sourit et lui demande : - "Et maintenant, mon petit garçon, que fait-on ?

" Le garçon répondit :
-" Maintenant ! On court ! ! ! ! !"

 

 

Les gens qui travaillent demandent souvent à ceux qui sont à la retraite ce qu'ils font de leur journée.
Hé bien par exemple, l'autre jour avec ma femme nous sommes allé à Jaude à Clermont-Ferrand et nous sommes entrés dans un grand magasin.
Nous n'y sommes d'ailleurs restés que 5 minutes pas assez de sous pour acheter mais ça c'est pas nouveau on le voit tous les jours en ce moment : un flic était en train de remplir une amende de stationnement autour d'une voiture.
Nous nous sommes approchés avec notre air le plus affable et lui avons suggéré :
« - Allez, vous ferez bien un petit geste envers des retraités ?
Il nous a ignoré superbement en continuant à remplir son PV.
Je l'ai alors traité de "gros porc" !
Il m'a regardé en biais et a commencé à remplir un autre PV pour "pneus lisses".
A son tour, ma femme l'a traité de "roi des trous du cul".
Imperturbable, il a fini le deuxième PV, l'a mis sous l'essuie-glace et en a entamé un troisième.
Plus on l'insultait, plus il remplissait de PV...
Personnellement on s'en fichait, on était venu en bus.
Depuis notre retraite, nous essayons chaque jour de nous amuser un peu en faisant en sorte que cela reste dans notre budget .
C'est important pour rester en bonne forme à notre âge.

 

Ps:J'ai un profond respect pour les forces de l'ordre et la gendarmerie et j’espère qu'ils ne m'en voudront pas trop.

L'histoire se déroule dans un petit village d'Auvergne (et pour cause qu'en on connait son auteur)mais elle pourrait se dérouler n'importe ou en France

 

J'suis pas un imbécile moi, j'suis douanier.

J'aime pas les étrangers, ils viennent manger l'pain des français... ouais !
C'est curieux : comme profession, j'suis douanier, et puis j'aime pas les étrangers... Hein ?
Quand j'vois un étranger qui arrive, puis qui mange du pain, j'dis : "ça c'est Mon pain !"
Puisque j'suis français, et puis il mange du pain français, donc c'est MON pain à moi.

J'aime pas les étrangers parce que moi je suis français, et je suis fièr d'être français.
Mon nom à moi, c'est Koularkientensky du côté de ma mère... et Piazzano-Venditti du côté d'un copain à mon père.
C'est pour vous dire si j'suis français !
J'aime pas les étrangers, ils viennent manger l'pain des français...
Dans le village où on habite, on a un étranger, alors, quand on le voit passer, on dit : "Tiens, ça, là, ça - c'est l'étranger".
On l'montre du doigt, comme un objet... On n'a pas de respect.
Quand on a du respect pour un être humain, on ne dit pas "ça", là, non. On dirait : "Ce monsieur"...

C'est un étranger, il vient manger l'pain des français...

Quand sa femme passe, la tête basse, avec ses p'tis enfants qui baissent la tête; on dit :
"Ça, ça là, c'est des étrangers : ils viennent bouffer l'pain des français."

L'autre dimanche, dans mon village, j'avais été - c'était à la sortie de la messe de dix heures - j'avais été communier au café d'en face.
Y a l'étranger qui a voulu me parler. Moi, j'avais aute chose à faire, pensez, parler avec un étranger !
J'avais mon tiercé à préparer... Je suis douanier. Je suis pas un imbécile.
Enfin, du haut de ma grandeur, étant fonctionnaire, j'ai daigné l'écouter, cet imbécile (il est étranger, forcément)...

Il m'a dit, euh :
« Ne pensez vous pas qu'à notre époque (1972), c'est un peu ridicule de traiter certaines personnes d'étrangères, nous sommes tous égaux.
Voilà ce que j'avais sur le cœur, je voulais vous dire ça, Monsieur le Douanier, vous qui êtes fonctionnaire et très important, vous qui avez le bouclier de la loi... Nous sommes tous égaux. On peut vous le prouver : quand un chirurgien opère un cœur humain, que ce soit au Cap, à Genève, à Washington, à Moscou, à Pékin, il s'y prend de la même manière : nous sommes tous égaux. »

Pauvre andouille va ! Venir me déranger pour dire des inepties pareilles !!!
Il a poursuivi... Ils sont tellement bêtes ces étrangers, ils viennent manger l'pain des français.

Y m'a dit... euh ... :
« Est-ce que vous connaissez une race où une mère aime d'avantage ou moins bien son enfant qu'une autre race ? »
Là, j'ai rien compris à ce qu'il a voulu dire... J'en ai conclu, qu'il était bête...
En effet, lorsque quelqu'un s'exprime et que l'on comprend pas ce qu'il dit, c'est qu'il est bête !
Et moi je peux pas être bête, .... je suis douanier ... : "Vas-t-en, étranger !"
Il m'a répondu: « J'en ai ras-le-bol, moi. Votre pain, et votre France. Je m'en vais. »
Il a pris sa femme, sa valise, ses enfants, ils sont montés sur un bateau, ils ont été loin au delà des mers, lououain...
Et, depuis ce jour là, dans notre village, eh ben on mange plus de pain, dit !

Il était boulanger !!!

(c) Fernand Raynaud

L'histoire se passe il y a quelques années.

 Une vieille dame, habitant a Clermont Ferrand au huitième  étage de la muraille de Chine, demande à deux jeunes en bas de l'escalier de l'aider à monter ses courses, car l'ascenseur est en panne.
Ils lui répondent:
- Débrouille toi tout seul, la vieille.
- Allez soyez gentils, je vous donnerai du shit.
- Oh tu déconnes, t'as du shit ?
- Promis, je vous en donne si vous m'aidez.
Huit  étages plus tard:
- Ouf ! que c'est haut, bon fait voir ton shit la vieille, t'as intérêt à pas t'être foutu de nous.
- Mais pas du tout.

Ouvrant son frigo, elle leur demande:
- Qu'est-ce que vous préférez, Shit orange
ou Shit citron ? 

Comme quoi le respect est valable pour tout le monde

 

Alors qu'il mange tranquillement à la cantine, un professeur d'université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand voit un élève s'installer devant lui.

Il lui dit alors, en ricanant:

- Les oiseaux et les cochons ne mangent pas ensemble.

Le Mathieu petit campagnard sans prétention du hameau de  Boutaresse dans le Puy de Dôme répond, avant de s'en aller:

- Oh ! Excusez-moi, je prends donc mon vol.

Honteux de s'être fait avoir, il décide lors de séance de cours  de lui donner un contrôle avec des questions très difficiles. Mais Mathieu  réussi.

Il lui pose alors une question:

- Vous avez 2 sacs: un remplit d'argent et l'autre d'intelligence. Que choisissez vous ?

Mathieu  répond:

- L'argent.

Le prof dit:

- Moi j'aurais choisi l'intelligence.

Mathieu  répond:

- Normal, on choisit toujours ce qui nous manque.

Le prof prend alors la copie, écrit "gros connard" et lui rend. 

2 minutes plus tard Mathieu revient:

- Hep, monsieur. Vous avez signé mais vous n'avez pas mis de note !

 

Sur la ligne Clermont –Aurillac.

 Le François qui montait en gare des Martres de Veyre  est tranquillement bien installé  dans un train pour admirer sa belle région Auvergnate.

Soudain, un autre vient vers lui et lui dit:

- Désolé monsieur, mais  vous êtes assis à ma place.

Il répond:

- Mais monsieur, j'étais là avant vous.

Le François  insiste:

- Oui, mais c'est ma place.

L'autre explique donc:

- Vous savez il y a plein d'autres places dans le train.

Mais le François  insiste encore et toujours:

- Peut-être, mais n'empêche que c'est ma place.

François  assis commence à être agacé par son comportement et lui demande donc:

- Mais vous avez une preuve que c'est votre place ?

Et l'autre répond:

- Bien sûr, je suis le conducteur.

Un fermier de Prunet dans le Cantal   va chez l’un de ses voisins et frappe à sa porte. Un gamin lui ouvre :
– Est-ce que ton père est là ?
– Non Monsieur, nous sommes la saint Géraud  et il est parti à la foire d’Aurillac
– Est-ce que ta mère est là ?
– Non Monsieur elle est avec mon père à Aurillac
– Et ton frère, lui, est-il ici ?
– Non monsieur, il est allé dans les champs avec le tracteur.

Le fermier reste planté là pendant quelques minutes maugréant entre ses dents.

Le gamin lui dit alors :
– Si c’est pour emprunter quelque chose, monsieur, je sais où sont les outils, je peux aussi transmettre un message si ça peut vous aider .
– Bon, dit le fermier, j’aurais vraiment voulu parler à ton père à propos du fait que ton grand frère a mis ma fille Suzie enceinte.

Le garçon réfléchit un moment et dit :
– Il va effectivement falloir que vous voyez ça avec mon père. Je sais qu’il prend 500 € pour le taureau et 150 € pour le bouc…
Mais pour mon frère, je ne connais pas le tarif !.

Aujourd'hui jour d'ouverture de chasse voici deux petites histoires


C'est le Léon un vieil homme de 80 ans qui réside non loin de Cerilly qui va voir son docteur pour un bilan annuel.

Ce dernier lui demande comment vont les choses.
"Je suis en pleine forme !" , répond le vieillard. "Je sors avec une jeune fille de 18 ans et je l'ai mise enceinte ! Qu'est-ce que vous pensez de ça, docteur ?"
"Laissez-moi vous raconter une histoire. C'est une histoire vraie. J'ai un ami qui est un passionné de chasse, il n'a jamais manqué une saison.

Un jour, alors qu'il s'en allait chasser et qu'il était distrait, il se trompa et au lieu de prendre son fusil, il prit son parapluie.

Alors qu'il se trouvait dans la forêt de Tronçais, il aperçu un sanglier qui fonçait sur lui. Il saisit son parapluie, l'épaula et appuya sur la poignée. Savez-vous ce qu'il se passa ?"
"Non" répondit le vieillard interloqué.
"Et bien le sanglier tomba raide mort à ses pieds !"
"C'est impossible !" s'insurgea le vieillard. "Quelqu'un a tiré à sa place..."
"C'est exactement où je voulais en venir..

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

L' père Victor est allé à Issoire voir l'Docteur

- Voilà docteur, chuis ben embêté, dit-il , à moûn âge y en a beaucoup qui vous demand'raient du Viagra. Moi j'en ai point b'soin, j'ai la zigounette encore ben vaillante, seulement voilà, à chaque fois qu'elle s'met au garde à vous, chuis dans les champs assez loin de la maison aux environs de Neschers , l'temps de r'tourner à la ferme voilà quelle r'garde à nouveau mes bottes.

Le médecin hoche la tête d'un air grave.

- Vous n'auriez pas des fois un truc pour z'y maintenir la tête haute jusqu'à la ferme ? lui demande Victor.

-J'ai bien une idée, dit le toubib, lorsque vous irez aux champs, emportez votre fusil et dites à votre femme que lorsqu'elle entendra tirer en l'air qu'elle coure vous rejoindre.

- Tirer en l'air pour tirer un coup ? En v'la une idée qu'elle est pas mauvaise !

Quelque temps plus tard v'là t'y pas que l'Victor débarque dans le cabinet du docteur.

- J'viens vous voir, rapport au fusil !

- Pourquoi ça ne marche pas ?

- Oh ! ça eu marché, fait l'Victor, mais ça n'marche plus. Pendant tout l'été j'tirais en l'air... la Sylvette rappliquait en courant et hop ! j'la bouriaudais dans les broussailles !

- Oui, et alors, demande le médecin, où est le problème ?

- Ben... d'puis l'ouverture d'la chasse, j'la vois pus !

 

C'est un jeune couple Clermontois très puritain qui se promène en campagne.

Dans le petit hameau  de Pouchenirgues dans le Puy de Dôme un âne est dans un pré à l’entrée du village avec son sexe entièrement dehors.


Marie demande à son futur conjoint :
- Mais chéri, qu'est-ce que c'est ce truc qui sort de l'âne ?
Son ami un peu confu lui répond :
- Tu vois mon amour, c ... c ... c'est le sexe de l'âne.
Tout à coup la femme tombe dans les pommes et son amoureux, après de longues minutes, la réanime et lui demande : 
- Qu'est-ce qui t'arrive ?
Et elle lui répond : 
- Mais chéri, si un âne en a une comme ça, je n'ose même pas imaginer la tienne, toi qui est ingénieur !

Petite histoire  pour vous dire qu’En ville il peut arriver que les gens se côtoient de plus près qu’on le pense contrairement à ce qu’on dit « qu’en ville tout le monde s’ignore »

 

Dans un quartier de Clermont (que ne nous citerons pas) Raymond  va consulter son médecin:
- Je suis très ennuyé, docteur, mon fils a couché avec une fille qui lui a
refilé une sale maladie...
- Qu'il vienne me voir.
- C'est que, poursuit le malheureux, il l'a refilé à la bonne.
- Oh oh!
- Et la bonne me l'a transmise.
- Ah, la, la! Bon! Voyons ça!
- Mais c'est pas tout, docteur! Avoue encore Raymond, forcément, moi, au courant
de rien, j'ai du la refiler à Denise ma femme...
- N... de D...! Hurle alors le médecin, alors, à cause de ce petit con, nous
voila tous contaminés!

Ayant fait ses études à Clermont Ferrand , le fils d'un paysan des environs de Courgoul supplie depuis un certain temps son père de remplacer la cabane en planches qui sert de W.C. au fond du jardin, près de la Couze, par des toilettes modernes à l'intérieur de la ferme.

Mais le vieux ne veut rien entendre.
Alors un soir, le jeune homme décide d'en finir, Il profite que la Couze est forte va jusqu'à la cabane, et d'un grand coup de pied il la balance dans la rivière.
Le lendemain matin, le père entre dans la chambre de son fils
- Dis-moi, mon gars, ça serait-y pas toi qu'aurais foutu les chiottes dans la rivière ?
- Non, papa...
- Attention, faute avouée, faute à moitié pardonnée. Souviens-toi, quand le fils à Mathieu a coupé la grosse branche du pommier, il l'a avoué et le Mathieu a pardonné. Alors je répète ma question : ça serait-y pas toi qu'aurais foutu les chiottes dans la rivière ?
- Oui, papa, c'est moi...
Alors le vieux l'empoigne, le sort du lit, et entreprend de lui flanquer une volée mémorable.
Et tandis que les coups pleuvent, le malheureux garçon supplie
- Arrête, papa, arrête ! Tu m'avais dit, faute avouée faute pardonnée ! Tu avais même pris l'exemple du fils de Mathieu qui avait scié la branche du pommier
-C'est pas du tout pareil ! crie le père en continuant de frapper. Parce que quand le fils à Mathieu a scié la grosse branche du pommier, le Mathieu il était pas dans le pommier!

Recueil  de quelques  blagues Auvergnates

Un homme perdu dans la nuit aux environs de Noyant dans l’Allier trouve la trace d'une maison où il est accueilli par un vieux chinois :

- Je suis perdu, pouvez vous m'héberger pour la nuit?

- Bien-sûr! À une condition. Si vous toucher à un seul cheveux de ma fille je vous infligerai les 3 pires supplices chinois connus.

- Ok! Répond l'homme pensant que de toute façon la fille devait être bien vieille.

En fait, au dîner il se rend compte que la fille et superbe et qu'en plus elle n'arrête pas de lui faire de l'œil. Mais se souvenant de l'avertissement du vieillard il préfère s'abstenir de quoi que ce soit.

Cependant au milieu de la nuit, il n'en peut plus. Il sort de sa chambre et rejoins la fille pour une nuit de folie. Puis il retourne se coucher en faisant attention de ne pas faire de bruit.

Le lendemain il se réveille sentant une pression sur sa poitrine. Ouvrant les yeux il voit un énorme bloc de pierre posée sur son torse avec une note :

- "Premier supplice chinois. Grosse pierre posée sur poitrine."

Le gars un peu déçu ce dit que si c'est ce que le vieux a pu trouver de mieux, ce n'est pas vraiment terrible. Il prend le bloc marche vers la fenêtre et le balance par dessus bord.

À ce moment là il aperçoit une autre note disant:

-" Deuxième supplice chinois. Grosse pierre relié à testicule gauche."

Pris de panique il voit le fil liant son testicule gauche à la pierre qui commence à se tendre. Décidant que quelques os cassés valent mieux que la castration il saute par la fenêtre. C'est en tombant qu'il voit une pancarte sur le sol avec écrite :

-" Troisième supplice chinois. Testicule droit lié au pied du lit."

Le petit Thomas à l’école Sainte Dominique en Haute Loire (le nom du village ne sera pas cité par respect au directeur) demande à sa maîtresse s'il peut lui parler après le cours. Elle accepte.
-Alors, que veux-tu me dire Thomas ?
-Je pense être bien trop intelligent pour rester dans cette classe, je m'embête. Je voudrais directement passer au lycée. Sur ce, le directeur informé, demande à Thomas s'il veut bien passer des tests. Le gamin accepte sans hésiter.
Alors le directeur, pour clore l'entretien rapidement, commence le test.
- Voyons voir Thomas: 36x49 ?
- 1764 !
- Et 363x363 ?
- 131 769, Mr le directeur...
- Capitale du Liechtenstein ?
- Vaduz !
Le test continue pendant une demi-heure. Thomas ne fait aucune erreur.
A la fin du test le directeur est satisfait, mais la prof demande à son tour, si elle peut lui poser des questions.
Le gamin et le directeur acceptent, la prof commence:
- Bon, Thomas... la vache, elle en a 4 et moi j'en ai 2, qu'est-ce que c'est ?
- Les jambes, madame !
- Correct.
- Où est-ce que les femmes ont les poils les plus frisés ?
Le directeur est de plus en plus gêné...
- En Afrique, madame !
- Qu'est-ce qu'on trouve dans tes pantalons et pas dans les miens ?
Le directeur ouvre des yeux surpris...
- Des poches, madame !
- Qu'est-ce qui est mou, mais qui devient dur avec les mains d'une femme ?
Le directeur est de plus en plus étonné, mais avant qu'il ait eu le temps de parler, le gamin répond:
- Le vernis à ongles, madame !
- Qu'est-ce que les hommes et les femmes ont au milieu des jambes ?
- Les genoux, madame !
- Bien. Et qu'est-ce qu'une femme mariée a de plus large qu'une femme célibataire ?
Le directeur n'en croit pas ses oreilles...
- Le lit, madame !
-Parfait, quelle est la partie de mon corps, qui est souvent la plus humide ?
- Votre lange, madame !
- Quel mot commençant par la lettre "c", désigne quelque chose qui peut être humide ou sec et que les hommes aiment regarder ?
- Le ciel, madame !


Le directeur soufflant, transpirant comme un sauvage, décide d'arrêter le test et s'exclame:
-Ce n'est pas au lycée que je vais t'envoyer, mais directement à l'université ! Même moi, j'aurais tout raté à ce test !

 

Et vous auriez su répondre au questionnaire………………….oui……heu .non je ne crois pas vous auriez eu des arrières pensées comme quoi quand on vieillit on devient malicieux

 

Un auvergnat un peu rustre  vient d'être engagé dans une grosse entreprise multinationale Clermontoise
Dès son premier jour, il prend son téléphone, appelle la cafétéria de l'entreprise sur le réseau interne et hurle :
- Apportez-moi un café ! Et en vitesse !
De l'autre côté, une voix répond :
- Je pense que vous avez composé un mauvais numéro interne. Savez-vous à qui vous parlez, espèce de crétin ?
- ...Heu... Non... répond le jeune engagé.
- Je suis le Directeur Général de la société, imbécile !
Le gars lui répond alors en criant deux fois plus fort :
- Et vous, vous savez à qui vous parlez espèce de gros bâtard ?
- ... Heu... Non... répond le directeur, quelque peu interloqué.
- Parfait ! Répond le type.
Et il raccroche son téléphone...

Nous sommes à Langeac au Super U 
Marc fait la queue à la caisse au supermarché quand il remarque qu'une petite blonde canon lui fait un petit signe de la main et lui sourit.

Il s'adresse à elle gentiment : 
> - Excusez- moi, on se connaît ? 
Elle répond en souriant : 
> - Je peux me tromper, mais je pense que vous êtes le père d'un de mes enfants !

Les souvenirs du type le renvoient vers la seule et unique fois ou il est descendu de sa ferme des environs de Saugues et où il a été infidèle et il demande :
- Miladiou , tu ne serais pas la petite cochonne que j'ai sautée sur la table devant tous mes potes lors d'une beuverie, pendant que ta copine me fouettait avec un céleri mouillé et me poussait un concombre dans le trou de balle ?

- Euh non ., répond-elle en rougissant jusqu'aux oreilles, je suis la nouvelle institutrice de votre fils !!!
Comme quoi qu'il n'y a pas qu'en ville qui s'en passent des bonnes et il faut bien tourner 2 fois sa langue dans sa bouche avant de parler.

 

 

Au salon de thé dans Clermont Deux amies discutent :
- Alors, ta soirée d'hier, bien ?
- Non c'était un désastre. Mon mari est arrivé à, la maison, a avalé en quatre minutes le dîner que j'avais passé l'après-midi à préparer, a fait l'amour en trois minutes, s'est retourné sur le côté et est tombé endormi en deux minutes. Et toi ?
- Oh c'était incroyable ! En arrivant à la maison, mon mari m'attendait, il m'a invitée pour un dîner très romantique. Après le dîner nous avons marché pendant une heure. Rentrés chez nous, il a allumé toutes les bougies dans la maison et nos préliminaires ont duré une heure ! Après, nous avons fait l'amour pendant une heure ! Et après, on a discuté pendant une autre heure. C'était merveilleux !

Au même moment, au café des sports à Aubiére les deux maris discutent :
- Alors, ta soirée de hier, bien ?
- Ouais génial ! Quand je suis arrivé, la bouffe était prête. J'ai mangé, on a baisé et je me suis endormi. Et toi ?
- L'enfer ! J'étais rentré tôt pour fixer l'étagère de la cuisine, en démarrant la perceuse, le courant a sauté, impossible à remettre. Quand elle est rentrée, la seule solution pour ne pas me faire engueuler, c'était de l'emmener au resto. Le dîner a coûté tellement cher que je n'avais plus assez d'argent pour payer le taxi du retour. Il a fallu marcher une heure pour rentrer ! Arrivés à la maison, forcément, toujours pas d'électricité, j'ai dû allumer des putains de bougies pour qu'on y voit quelque chose dans la baraque. Cette histoire m'a foutu tellement en rogne que ça m'a pris une heure pour bander et après ça m'a pris une autre heure pour jouir. Finalement, encore énervé ça m'a pris une heure pour réussir à m'endormir et pendant ce temps là, l'autre n'a pas arrêté de parler...

 

L'histoire se déroule au Puy en Velay, un petit garçon est  très admiratif de son grand frère.

Il ne peut s'empêcher de l'espionner. Un soir, il voit donc son frère se diriger vers
sa voiture. Il se dépêche d'aller se cacher sous la banquette arrière. Le frérot
va chercher sa petite amie et part en rase campagne aux environs de Chadron

. Au bout d'un moment,  celui-ci s'arrête et demande à la fille :
 -Tu veux ou tu veux pas ?
Elle : Je ne veux pas !
-Bon puisque c'est comme ça, tu descends et tu rentres à pied.
Et elle rentre à pied.
Le mercredi après-midi suivant, le petit garçon, très inspiré, prend son vélo et
va voir sa petite copine. Ils vont, tous les 2 sur le vélo sur la voie verte, .Et bout d'un moment, a quelques kilomètres de Solignac le petit garçon demande :
- Tu veux ou tu veux pas ?
Elle : Ben, je veux bien
- Bon puisque c'est comme ça, prends le vélo  je rentre à pied !

 

La scène se déroule sur le parking à côté de la gare de d’Aurillac

Un gars sort du bar en titubant. Un véritable désastre !! 

Il lui faut 5 bonnes minutes pour retrouver sa voiture, 5 autres pour trouver la clé, non sans être tombé 2 ou 3 fois par terre.
  Au bout du parking, des Gendarmes regardent la scène, mé-du-sés..... 

Il faut encore un bon moment pour que le gars réussisse à faire démarrer le moteur, qui s'éteint tout de suite après. 
  Pendant ce temps, ses amis sortent du bar, cognent à sa vitre et lui souhaitent bonne nuit.  

Ça ne va pas bien pour lui, mais il chante quand même, affalé à sa portière, la fenêtre ouverte !...

Finalement, au bout d'une bonne demi-heure, il réussit à relancer le moteur, et il commence à rouler.
  Immédiatement, les Gendarmes allument leur gyrophare, le bloquent avec leur fourgon, et le mettent immédiatement en état d'arrestation.

 
Ils lui demandent alors de souffler dans le ballon, et là, surprise : ZE-RO ! Rien de rien... Pas une goutte d'alcool !RIEN !!! 
 Alors ils sortent leur tout nouveau test de détection de stupéfiant, et la re-surprise RIEN ... mais alors RIEN DU TOUT !!!

"Mais, pourquoi ça vous semblait si difficile de trouver vos clés, de monter dans la voiture et de démarrer alors ?" 

Lui demande les préposés de la Maréchaussée ? ?

 « Ah! ça ?... Et bien , c'est que ... ce soir..., c'était à mon tour de faire semblant, le temps que tous les autres puissent rentrer chez eux tranquillement !!!»

Trop forts ces Cantalous

 

Drôles de vaches
Un citadin  part en vacances dans le Cézalier au petit village du Luguet

Un jour, sur le plateau il voit un troupeau de vaches, mais il est surpris qu’elles n’aient pas de cornes. Complètement fasciné par cette anomalie, il finit par aller voir le fermier d’à côté et lui demande :
- Dites mon brave, pourquoi ces vaches n’ont pas de cornes ?

Le fermier le regarde longuement, puis après une grande réflexion il lui répond :
- Ben en fait, y’a trois raisons qui font que les vaches è z’ont pas d’cornes.
- Ah bon !
- Oui ! La première, c’est qu’è naissent sans cornes… mais là, c’est pô l’cas.

La deuxième, c’est qu’è s’battent et qu’è s’les cassent… mais là, c’est pô l’cas.

Enfin, des fois, y’en à qui choppent une maladie le véto y dit que c’est la décalcification et les cornes, è tombent… mais là, c’est pô l’cas.
- Mais alors, pourquoi donc ces vaches n’ont pas de cornes, mon brave ?
- Ben en fait, si ces vaches è z’ont pô d’corne, c’est surtout pac’que c’est des chevaux……

 

Dans un village entre Pinols et le Mont Mouchet, le père et le fils bêchent lorsque soudain l'outil du gamin frappe quelque chose de dur. Il ramasse l'étrange objet et dit :

- " r'garde donc l'pére s'que j'viens d'trouver !

" - "Oh putain...une grenade de la dernière guerre et...Ho putain où est la goupille ?"

Le père arrache la grenade des mains du fils, la balance loin...sur les chiottes au fond du jardin et BAOUMMMM... A ce moment, la grand-mère sort du nuage de fumée en titubant et dit :

- "Cré vin diou...heureus'ment qu'j'la pas lâché dans la cuisine celui la ! "

 

Aux environs de Noyant dans l’Allier

L’Emile  est convoqué au centre des impôts de Moulins pour un contrôle fiscal. 

Raymonde Sa femme lui conseille de porter des vêtements et des chaussures usées. Laisse-leur penser que tu es pauvre !!! 

Il appelle ensuite son avocat et lui demande si c'est une bonne idée :

-Ne vous laissez pas intimider ! Portez votre plus beau costume.

C'est vous le patron !!! 

Notre homme est bien embarrassé avec tous ces conseils, il ne sait toujours pas comment s'habiller.... 

En désespoir de cause, il va voir un vieux sage asiatique pas  loin de son village   très réputé....

   
> Il lui expose son cas, les 2 avis contradictoires et lui demande  le sien !!! Le sage lui répond :

- Une future mariée demande à sa mère ce qu'elle doit porter pour sa nuit de noces. Celle ci lui répond de mettre une longue chemise de nuit de flanelle fermant jusqu'au cou, et de grosses chaussettes de laine....

La jeune femme pose la même question à sa meilleure amie qui lui répond :

- de mettre sa nuisette la plus sexy, transparente qui arrive aux hanches avec un décolleté jusqu'au nombril..... 

L'Emile  interrompt le sage et lui demande : 

- Mais, quel est le rapport avec les impôts ????

Le sage hoche la tête et lui dit :

- Quels que soient les vêtements qu'elle portera, elle se fera baiser....

 

Et pour vous  : ce sera la même chose !!!      

 

L’histoire se passe à Clermont non loin du stade

Une vieille dame marche sur le trottoir traînant deux sacs poubelle. Tout à coup, un des sacs se déchire et laisse sortir des billets de 5 euros…

Remarquant cela, un policier l’arrête et lui dit : – Madame, il y a des billets de 5 euros qui sortent de votre sac.

– Oh vraiment ? Je dois faire demi-tour et voir si je peux retrouver les autres que j’ai perdus. Merci de me l’avoir signalé, dit la vieille dame.

– Un instant, madame pas si vite. D’où vient cet argent ?

– Ma cour arrière est près d’un stade de football et durant les parties, quelques fans viennent pisser à travers la clôture de mon jardin de fleurs. Alors ce que je fais, je me tiens près de la clôture avec une paire de sécateurs et à chaque fois qu’un gars sort son pénis pour pisser, je lui dis que «c’est 5 euros ou je la coupe».”

Le policier ajoute en riant :

– C’est bien normal !

Mais avant de continuer son chemin il lui demande :

– Et dans l’autre sac qu’est ce qu’il y a ?

– Vous savez, tout le monde ne paie pas !

Il faut parfois avoir de l’astuce pour faire travailler un fainéant

Au croisement de Ganillon aux environs de Saugues , en plein hiver, un gars dérape sur une 
plaque de verglas avec sa voiture et tombe dans le fossé. 
Heureusement pour lui, le père Mathieu passe par là avec son percheron Basile et 
la carriole. 
Gentiment, le père Mathieu propose à l'automobiliste de le sortir de ce 
traquenard. Il attache la voiture au moyen d'une corde à la carriole et commence 
à crier: 
- Hue Bébert, Hue! 
Mais Basile le percheron ne bouge pas. 
Alors le père Mathieu crie: 
- Hue Mado, Hue! 
Mais Basile ne bouge toujours pas. 
Le père Mathieu relance: 
- Hue Nestor, Hue! 
Aucune réaction de Basile. 
Enfin Mathieu dit: 
- Hue Basile, Hue! 
Et enfin, tout tranquillement, Basile le percheron tire la voiture hors du 
fossé. 
L'automobiliste content s'enquiert auprès du père Mathieu: 
- Dites-moi un peu, comment cela se fait-il que vous ayez appelé votre cheval 
trois fois de suite avec un mauvais nom? 
- Ah, ça, c'est parce que Basile est non seulement aveugle, mais il est aussi 
fainéant comme pas possible: Si il se pensait être le seul à tirer, il aurait 
même pas essayé!


L’histoire se déroule à Clermont Ferrand c'est une dame qui achète une armoire en kit chez un marchand de mobilier Suédois nouvellement installé très connu. Comme son mari se moque souvent de ses qualités de bricoleuse, elle décide de la monter toute seule.

Elle revient chez elle, déballe le tout, lit la notice multilingue et commence. ..
Malgré les difficultés, elle se débrouille assez bien, et le résultat est honorable.
A ce moment, un tram passe dans la rue, et provoque quelques vibrations qui suffisent à faire s'écrouler le bel édifice.

Elle recommence avec davantage d'application mais quand le tram passe à nouveau, tout s'écroule ! Même résultat après une troisième tentative.

Elle appelle un voisin qui arrive pour lui donner un coup de main. En deux temps trois mouvements, l'armoire est montée. Mais le tram  passe et une fois de plus, l'armoire s'écroule. La fierté du voisin en prend un coup ; il décide d'entrer dans l'armoire pour voir quelle pièce cède quand le tram  arrive.

A ce moment, le mari rentre :
- "Tiens tu as acheté une nouvelle armoire ?"
Il ouvre la porte, tombe sur le voisin qui lui explique :
- "Vous ne me croirez pas si je vous dis que j'attend le tram.." !!

Toujours plus fort mais l’auvergnat plus malin

Cela se passait dans la ville de Volvic il y a quelques années peut être restent ils encore quelques vestiges

Un tailleur de pierres d’un village avoisinant (Tournoël) vient d'acheter une boutique dans la rue principale de la ville.

 Avant de faire son enseigne il décide de voir les enseignes des quatre autres tailleurs de la rue. Il remonte la rue.

Sur la première enseigne tenu par un Clermontois qu'il voit il y a écrit : "Le meilleur tailleur de Volvic"

 Il continue son chemin.

Sur la deuxième enseigne tenus par un Lyonnais  il y a écrit : "Le meilleur tailleur de la région Auvergne ",

Sur la troisième  tenu par un Parisien : "Le meilleur tailleur de France ",

Sur la quatrième le seul étranger du village un américain : "Le meilleur tailleur du monde".

Perplexe il rentre à sa boutique.

Enfin, il sort accrocher son enseigne.

Dessus il a écrit : "le meilleur tailleur de la rue".

La blague du Dimanche

 

Comme quoi  on ne sait pas toujours ce qui ce passe dans sa commune

 

Un dimanche, le vieux prêtre d'une commune rurale que la décence m’interdit de citer qui exerçait depuis une bonne quarantaine d'années, concluait son sermon hebdomadaire en tapant du poing sur l'autel.
Il lance à ses fidèles: "J'ai entendu l'expression "péché d'adultère" au moins un millier de fois depuis que j'officie dans cette église. Je vous le dis tout net, si j'entends encore une seule fois ces mots, je prends ma retraite."

Tout le monde l'aimait bien dans le village et on s'accorda donc à ne plus jamais employer les mots interdits. Les habitants décidèrent à la place d'employer l'expression "j'ai chuté". Cette initiative calma le vieux prêtre qui vécut l'esprit tranquille pendant encore plusieurs années.

Après sa disparition, un jeune curé vint le remplacer dans la paroisse et il nota tout de suite la quantité alarmante "d'accidents" liés aux lois de la gravitation dont étaient victimes les habitants du village.
Il prit donc la décision d'aller trouver le Maire de la commune. Il lui dit: "Monsieur le Maire, il vous faut intervenir d'urgence sur l'état des trottoirs du village. C'est bien simple, il semble que tout le monde perde l'équilibre dans cette ville…"
Le premier citoyen, comprenant que personne dans la commune ne l'avait informé du véritable sens de l'expression "j'ai chuté" éclata de rire.
Il se tordait sur son bureau lorsque le jeune curé le rappela à l'ordre: "Qu'est ce qui vous fait donc rire à ce point ? A votre place, je ne me réjouirais pas. Tenez, pour citer un exemple qui vous concerne, votre femme a chuté trois fois la semaine dernière..."

 

 

 

Dans un petit village du Cantal un  médecin qui suivait une vieille dame de quatre-vingts ans prend sa retraite.
Son nouveau médecin fraîchement venu d’Aurillac  lui demande de lui apporter la liste de ses prescriptions à sa prochaine visite.
Alors que le jeune médecin parcourt la liste de ses médicaments,il écarquille les yeux en voyant qu'elle avait une prescription pour la pilule contraceptive.
- Madame Dubois, est-ce que vous vous rendez compte que c'est LA PILULE ? "
- " Bien sûr, répondit-elle, ça m'aide à dormir."
- Madame Dubois, je vous assure qu'il n'y a RIEN là-dedans pour faire dormir, ce sont des pilules contraceptives. Vous n'en avez plus besoin.
- Oui, mon cher, je sais tout cela. Mais, chaque matin j'en écrase une et je la mélange au jus d'orange de ma petite fille de seize ans. Et croyez-moi, ça m'aide à dormir tranquille.

 

Dans  une  petite école d’un quartier de Clermont-Ferrand

La maîtresse d'école demande à Gaston :
- Il y a trois oiseaux sur une branche et je prends mon fusil et j'en tire un, combien en reste-t-il ?

Gaston dit :
- il n'y en a plus, les autres sont partis, ils ont eu peur

La maîtresse dit :
- Non, non Gaston tu vois 3 oiseaux moins un fait qu'il reste deux oiseaux sur la branche. Mais j'aime bien ta façon de penser.

Quelques jours plus tard, cette fois-ci c'est Gaston qui demande à sa maîtresse d'école :
- Il y a trois femmes qui marchent sur le trottoir Boulevard Pasteur , chacune ayant un cornet de crème glacée à la main, une lèche son cornet, l'autre suce son cornet et la dernière croque son cornet. Laquelle est mariée ?

La maîtresse dit :
- ce doit être celle qui suce

Gaston dit :
- Non, non c'est celle qui a une bague au doigt. Mais j'aime bien votre façon de penser.

 

 

 

L’histoire se déroule en Haute Loire aux environs de Jussac  Un couple de personnes âgées avait fêté son 60ème anniversaire de mariage. Ils s'étaient connus amis d’enfance et venaient se promener main dans la main dans le village  de leur jeunesse; ils voulaient revoir leur ancienne école.

La  grille n'était pas fermée, ils sont entrés et ont retrouvé le vieux pupitre qu'ils avaient partagé, sur lequel Louis avait gravé : « J »je  t'aime, Claire».  

 En revenant à la maison, sur le bord de route entre Beauzac et Retournac un sac tomba d’un fourgon blindé presque à leurs pieds. Claire le ramassa et l’emporta à la maison. .

Là , elle l'ouvrit et compta ....cinquante mille Euros !

Louis déclara : « Nous devons le rendre».

Claire dit, « Qui trouve garde» Elle remit l'argent dans le sac et le cacha dans le grenier.

Le lendemain, deux policiers de la brigade du Puy vinrent enquêter dans le quartier. Ils frappèrent à leur porte.

« Pardon, auriez-vous trouvé un sac qui est tombé d'un fourgon blindé hier ?»

Claire dit : « Non».

Louis : « Elle ment. Elle l’a caché dans le grenier».

Claire : "Ne le croyez pas, il est sénile ».

Les agents se sont tournés vers Louis et lui ont demandé :

« Voulez-vous nous raconter l'histoire depuis le début »

Louis : « Bien ! Claire et moi revenions de l’école, hier............. »

Le premier agent se tourna vers son collègue et lui dit : « Viens on s'en va ....! »

 

Cette histoire aurait pu faire la une de l'Eveil en 2016

 

 

C'est dans le petit village d’Auzon en Haute Loire trois joueurs de pétanque qui cherchent un quatrième suite à l’absence de leur pote qui bosse le dimanche. Il y a Babar, Coco et Jean Claude. Coco, justement, connaît un gars qui serait un bon bouliste.
Ce gars s'appelle Jean et il accepte de venir jouer avec les 3 autres en disant:
- OK pour venir jouer avec vous dimanche prochain à 9 heures, mais j'aurai peut-être 10 minutes de retard, alors attendez-moi!
Le dimanche arrive et Jean  est bien là à 9h00 tapantes. Finalement, Jean les bat tous en
jouant exclusivement de la main gauche. En les quittant, Jean leur dit:
- À dimanche prochain. Mais je serai peut-être 10 minutes en retard, alors attendez-moi!
Et le dimanche suivant, Jean est bien à l'heure, et il les bat encore, en jouant cette fois-ci exclusivement de la main droite. ... Et tous les dimanches, Jean arrive à l'heure, et il leur met la pâtée quelque soit la main qu'il utilise pour jouer. Alors, au bout de deux mois, Coco n'y tient plus et demande à Jean:
- Dis donc Jean: Tu nous dis tous les dimanches que tu seras peut-être 10 minutes en retard, mais tu es toujours là à l'heure.
En plus de ça, tu nous bats à chaque fois, quelque soit la main avec laquelle tu joues...
Tu ne crois pas que tu nous dois quelques explications?
Alors Jean répond:
- Oui oui, tu as raison. En fait, c'est parce que je suis superstitieux. Quand je me lève le dimanche matin, je regarde de quel côté ma femme est couchée. Si elle est couchée sur son côté gauche, je joue de la main gauche. Si elle est couchée sur son côté droit, je joue de la main droite. Et du coup Coco lui demande:
- Et si elle dort sur le dos?
- Et ben dans ce cas là, j'arrive 10 minutes en retard !

 

Deux ouvriers sur le chantier de l’église abbatiale St Austremoine  d’Issoire prennent leur pause de midi, un qui suite à ce chantier patrimonial est devenu  avide de culture  fait à l’autre qui ne pense qu’à manger:
-- Tu connais Victor Hugo ?
-- Non
-- T'as tort, tu devrais suivre les cours du soir !
Le lendemain, toujours le même : - Tu connais Albert Einstein ?
- Non -
T'as tort, tu devrais suivre les cours du soir !
Le surlendemain, ça recommence :
-- Tu connais Blaise Pascal ?
-- Non

-- Tu connais Vercingétorix ?
-- Non
-- T'as tort, tu devrais suivre les cours du soir !
Alors l'autre tout énervé fait :
-- Et toi, tu connais Georges Duchemin ?
- Non ???
- T'as tort, c'est celui qui baise ta femme pendant que tu suis les cours du soir !

Un Lyonnais part en vacances à la campagne en Haute Loire au mont Mezeinc

Un jour, il voit un troupeau de vaches, mais il est surpris qu’elles n’aient pas de cornes. Complètement fasciné par cette anomalie, il finit par aller voir le fermier d’à côté et lui demande :
– Dites mon brave, pourquoi ces vaches n’ont pas de cornes ?

Le fermier le regarde longuement, puis après une grande réflexion il lui répond :
– Ben en fait, y’a trois raisons qui font que les vaches è z’ont pas d’cornes.
– Ah bon !
– Oui ! La première, c’est qu’è naissent sans cornes… mais là, c’est pô l’cas. La deuxième, c’est qu’è s’battent et qu’è s’les cassent… mais là, c’est pô l’cas. Enfin, des fois, y’en à qui choppent une maladie le véto y dit que c’est la décalcification et les cornes, è tombent… mais là, c’est pô l’cas.
– Mais alors, pourquoi donc ces vaches n’ont pas de cornes, mon brave ?
– Ben en fait, si ces vaches è z’ont pô d’corne, c’est surtout pac’que c’est des chevaux……

Un cultivateur Auvergnat demeurait au Hameau de Nebouzac non loin de la commune de Pleaux juste à côté de la frontière avec le Limousin et son voisin était du Hameau de La Brousse en Corrèze. Les deux gars s'étaient toujours bien entendus, jusqu'à ce qu'un évènement fâcheux vienne troubler cette harmonie.

L’Auvergnat  avait une poule qui pondait tous les matins et il allait ramasser l'oeuf frais pour son déjeuner. Un beau matin, le Cantalou aperçoit sa poule sur le terrain du corrézien. Elle pond son oeuf et le corrézien le ramasse. L’Auvergnat  sort de sa maison en vitesse et demande au limougeauds de lui rendre l'oeuf. Celui-ci refuse car, dit-il, l'oeuf a été pondu sur sa propriété et lui appartient donc.

Les deux hommes argumentent pendant un bon moment jusqu'à ce que l’Auvergnat  propose une solution. "

Ecoute... Nous, dans le Cantal, quand on a un litige qu'on ne peut pas régler et qu'on n'a pas de juge pour trancher, on utilise la méthode des couilles dures. "

" C'est quoi ça ?!? " demande le corrézien. "

- " C'est bien simple. Je te donne un coup de pied dans les couilles et je calcule combien de temps ça te prend pour te relever. Ensuite, tu me donnes un coup de pied dans les couilles et tu calcules combien de temps ça me prend pour me relever. Celui qui s'est relevé le plus vite a gagné. ".

Le limougeauds  accepte. L’Auvergnat s'en va mettre ses bottes de chantier de construction, se prend un élan en courant et donne un gigantesque coup de pied dans les couilles du corrézien. Le pauvre gars tombe par terre et hurle de douleur. Il lui faut plus de trente minutes pour se relever. Lorsqu'il a finalement réussi à se relever,

Il dit : " A mon tour maintenant. ".

L’Auvergnat  répond : " Non, c'est bon. Tu peux l'garder ton oeuf ! ".Tu as gagné t’ es plus fort que moi.

 

Chez un marchand de voiture à Clermont , Jacky venu de St Jean des Ollières  petit village de  campagne contemple un véhicule exposé.
– Elle est belle, hein? fait le vendeur. Une première main ! Une occase exceptionnelle, mon bon monsieur, comme neuve ! Et elle tape le 160…
– Ça veut dire quoi, taper le 160 ?
– Eh bien, par exemple, vous dînez chez vous tranquillement. Ensuite, avec votre femme, vous montez dans la bagnole, et à onze heures du soir, vous êtes à Paris. C’est pas beau ça ?
– Oh ! Cré nom ! je vas l’acheter. Je reviendrai demain avec l’argent…

Le lendemain, pas de gars de la campagne. Ni le surlendemain, ni les jours suivants. Et voilà que trois semaines plus tard, le vendeur de voiture le rencontre dans la rue.
– Et Alors, qu’est-ce qui se passe ? Vous deviez passer prendre la bagnole le lendemain, c’était convenu !
– Be oui… Mais finalement, j’ai changé d’avis. Parce que, comme m’a dit la Marie : « Qu’est-ce qu’on irait foutre à onze heures du soir dans une ville où on connaît personne ?

Aux environs du Mont Dore Un berger et ses moutons traversent une route rurale. Surgit une Jeep Cherokee flambant neuve, conduite par un jeune homme en chemise Hugo Boss, pantalon YSL, baskets Nike, etc.Venu jouer au casino de La Bourboule.

La Jeep s'arrête, le chauffeur se penche par la fenêtre.
- Hé! Si je devine le nombre de moutons que vous avez, est-ce que vous m'en donnez un?
- OK
Le jeune homme gare sa voiture, branche le notebook et le GSM, entre dans un site de la NASA, scrute le terrain à l'aide du GPS, établit une base de données, 60 tableaux Excel pleins d'algorithmes et d'exponentielles, plus un rapport de 150 pages imprimé sur sa mini imprimante HIGH-TECH.
- Tu as ici 1586 moutons.
- Exact! Tu peux avoir ton mouton.
Le jeune homme prend le mouton et le met dans le coffre de la Jeep. Le berger s'approche et lui demande...
- Si je devine ta profession, est-ce que tu me rends mon mouton ?
- OK - Tu es consultant.
- Wow. Comment as-tu deviné ?
- Très facile. Tu es venu sans qu'on t'appelle; tu prends un mouton pour me dire ce que je sais déjà et tu ne comprends rien à ce que je fais puisque tu as pris mon chien!

Dans une pharmacie de la région d’Aurillac un jeune apprenti commence à travailler dans la boutique d'un pharmacien. Il apprend par cœur le nom de tous les médicaments. Et il s'étonne de voir un tiroir sur lequel est noté "illisible". 
- Cherche pas, lui dit le pharmacien. Ça, c'est ce qu'on donne aux clients quand on n'arrive pas à lire l'ordonnance !

 

Au cours d'une promenade en montagne au environs de Prat de Bouc, un Parisien se perd dans le brouillard.
Après avoir longuement erré, il aperçoit une cabane et frappe à la porte :
- Y-a quelqu'un ?
- Ouaip ! Qui est là ?
- Je suis un promeneur égaré. Pourriez-vous me dire comment on fait pour redescendre dans la vallée ?
- Aucune idée ! Je suis un petit garçon, et je ne peux pas vous ouvrir.
- Alors demande donc a ton père...
- Je ne peux pas il est sorti quand maman est rentrée.
- Et ben demande à ta mère alors.
- Maman est sortie quand grand-père est rentré...
- P'tain de merde ! Bon demande à ton grand-père de venir alors...
- C'n'est pas possible ! Il est sorti quand mon grand frère est rentré...
- Bon alors appelle ton grand frère.
- Ben il est sorti quand je suis rentré...
- Cré nom de Dieu.......Mais bon sang de bon sang, vous n'êtes jamais en famille chez vous ?
- Ben... si, à la maison.... mais ici c'est les Chiottes !!!!

C’est l’histoire d’une petite mamie qui, à la campagne cantalienne, est sur son lit gravement malade.

Le médecin de Murat  vient la voir et l’ausculte.

Le Papi attend dans le séjour. Le médecin sort après de très longues minutes et lui dit :
- Votre femme est dans un état comateux !

Le Papi qui n’a pas bien compris, rentre dans la chambre de sa promise. La mamie lui demande :
- qu’ek ksé ty qui la dit l’docteu à mon sujet ?
- Oh ché pas trop… il a dit k’tes dans un état comme ma queue…, répond le Papi !
- Non di dju, non di dju ?!? S’exclame la mamie…, bin j’suis pas prêt’ d’me levé alors !!!

 

C'est une dame, très très BCBG, qui habite Royat et se rend (en Porsche Cayenne) chez son médecin, avenue Gergovie.
Elle rentre dans le cabinet du médecin et s'écrie toute affolée :
- Docteur, c'est affreux, j'ai été piquée par une guêpe !
- Allons, Madame, calmez-vous, répond le médecin, ce n'est sans doute pas bien grave.
- Mais enfin docteur, vous ne vous rendez pas compte, c'est extrêmement... comment dire... c'est horriblement gênant, voyez-vous...
Si vous me disiez d'abord où vous avez été piquée au juste ?
- Ah ça non, n'y comptez pas, c'est hors de question !
- Mais enfin, je suis médecin, je...
- Non, non et non ! C'est bien trop embarrassant... Vous soignez la plupart de mes amies, et si l'une d'elles apprenait une chose pareille, je serais la risée de tous dans les dîners mondains. C'est bien simple, je n'oserais même plus sortir de chez moi.
- Mais enfin Madame, commence à s'énerver le toubib, je suis tenu par le secret professionnel, et comment voulez-vous que je vous soigne si j'ignore où cette guêpe vous a piquée ?
- Docteur, vous me jurez que vous n'en parlerez à personne ?
- Vous avez ma parole, madame.
Alors la dame s'approche de son médecin et, après avoir jeté un rapide coup d'oeil à droite et à gauche pour s'assurer qu'ils sont bien seuls dans la pièce, elle lui murmure tout bas à l'oreille :
- Chez Leader Price !

 

Voici Quelques recommandations  que nous avons récupéré sur un terrain d’entraînement au hasard dans Clermont

 

- Putain les mecs, si j'ai des demis, c'est pas pour que les trois-quarts fassent les choses à moitié !

- Mon pauvre garçon, t'as les mains grandes comme un paquebot, le ballon il est gros comme une olive, et t'arrive pas à choper un gaillole en touche.

- Les gars, attention à celui-là, il réfléchit avec les bras !

- Les gars si on est plaqué, on essaye de rester debout !

- Aujourd'hui les gars, on va se regarder dans les yeux, et on verra bien si on a des couilles !

- Dédé, je compte sur tes coups de pied gastronomiques !

- On était remonté comme des baraques à frites.

- Les gars, le rugby, c'est comme une partouze, tant qu'il y a des trous il faut les prendre !

- Eh les gars, on n'est pas venu jusqu'ici déguisés en feuilles de chou pour se faire brouter le cul par des lapins !

- Un match de rugby, ça ne se gagne pas avec la tête, ça se gagne avec les couilles !

- Isole-toi si tu veux, mais jamais seul.

- Les mecs aujourd'hui, c'est Verdun, y'a personne qui passe !

- Aujourd'hui, les gars, y pas de joueurs de la B, y a pas de joueurs de la première, on est un groupe électrogène.

- Ceux d'en face c'est des idiots. Dans leur vallée ils se reproduisent entre eux depuis des générations, d'ailleurs leur pilier droit il a une oreille au milieu du (...)

- Bon les gars, en face c'est que des cons, alors au premier regroupement, il faut qu'ils discutent avec les taupes.

- Entre les manchots d'en face et vous qui ressemblez à des culs de jattes, y'a plus que Lourdes pour nous sauver !

- Bon, les gars, on est chez nous, alors d'entrée, je veux qu'on joue chez eux.

- Quand tu relances, tu vas pas vers l'exter. Plus tu t'isoles, plus tu es seul. Et à la fin tu es dehors !

- Bon, babar, tu vas me ranger ton bordel et tu vas commencer à plaquer. Parce que tes deux cotons tiges de secondes lignes, ils vont finir par te marcher sur la piche (...)

- Aujourd'hui on va jouer simple : les avants devant, les arrières derrière !

- Sur la première mêlée, Peyo, je veux que ton pilier en face il tute le grillon.

- Putain les gros, j'comprends rien : touche pour nous sur leur 22 m, vous faites une cocotte de 30 mètres et on s'écroule à 5 mètres. C'est quoi ce bordel (...)

- Cet après-midi vous avez carte bleue !

- Le huit de devant, c'est cinq copains !

- On est au pied du mur, maintenant les gars, il faut le construire !

- D'accord on mène, mais il faut garder les pieds sur la tête.

- Les gars, il va falloir s'y mettre. Sortir les mains des poches parce que si vos couilles explosent, y'en a un paquet qui vont devenir manchots (...)

- Y a plus de trois quarts que d'avants dans les regroupements. C'est plus du rugby, c'est le Bolchoï en plein air.

- Les gars un maul c'est comme une partouze. Si on est mal placé on se fait enculer !

- Bon, les gars, on n'oublie pas la règle des trois P : POUSSER, PLAQUER, COURIR !

- Louper un plaquage, c'est comme enculer un collègue, ça se fait pas !
 

Bon voisinage

Le père Mathieu envoie un de ses fils chez le père Antoine, à la ferme voisine du village d’Auzon , pour emprunter une tondeuse. Mais à peine le môme a-t-il ouvert la bouche en arrivant chez le père Antoine que celui-ci éclate :
- Ouais, je sais ce que tu viens chercher ! C'est ma tondeuse. Ben tu pourras y dire à ton vieux que je me la garde pour moi. Parce que moi, quand j'y demande un service, y m'envoie paître. Et pis tu pourras y dire aussi que mes fesses, c’est pas un garage !
- Que... vos fesses... c'est pas un garage ? Répète le gamin, interloqué.
- Parfaitement. Comme ça, y pourra pas gueuler que ma tondeuse, j'ai qu'à me la foutre au cul.

Les femmes n’ont pas toujours le dernier mot

 

Un couple de paysans se rendent à la foire à Costaros et assistent  à la remise des prix d'un concours de taureaux.
Le présentateur annonce :
Troisième prix, le taureau Gédéon, trois ans, trois saillies par jour !
La femme, tapant du coude son mari :
T'entends ? Trois fois par jour !! Tu devrais en prendre de la graine !
Le présentateur continue :
- Deuxième prix, le taureau Gérard, cinq ans, six saillies par jour !
La femme, excitée :
- T'entends ?! T'entends ?!...
Le présentateur, enfin :
- Et le premier prix, le taureau Germain, quatre ans et demi, neuf saillies par jour !
La femme, de plus en plus excitée :
- T'entends ?! T'entends ?! T'entends ?!...
Le mari s'adresse alors au présentateur :
- Les 9 fois par jour, c'est avec la même vache ?
- Euh... Non.
Alors il dit a sa femme :
- T'entends ?!

Un touriste Lyonnais (farceur et ventriloque) se promène à la campagne aux environs d’Yssingeaux  et visite la  ferme du père Baptistou . Il demande au paysan de lui faire visiter. Ensemble, ils vont vers l'étable. Le touriste va vers une vache et se met à lui parler :
- Bonjour madame la vache, avec qui faites vous l'amour ?
- Avec le taureau bien sûr !
Ils passent ensuite devant le poulailler :
- Bonjour madame la poule, avec qui faites vous crac-crac ?
- Avec le coq, bien sûr !
Ils arrivent devant un pré où une chèvre est attachée et, avant même que le touriste ne pose une question, le paysan intervient :
- Ne l'écoutez pas celle-là, elle dit que des conneries !
 

L’histoire se déroule dans une banque au Puy en Velay

Marcel (type un peu cru) entre dans une banque et dit à la guichetière :
- Je voudrais ouvrir un putain de compte dans ta banque de merde !
- Pardon ? Dit la dame choquée.
- T'es bouchée ou quoi ? Je voudrais ouvrir un putain de compte dans cette banque de merde !
- Mais enfin, Monsieur, restez correct...
- Kess t'as? Tu veux mon poing sur la gueule ou quoi !
- Écoutez, Monsieur, je vais appeler le directeur...
- C'est ça, poufiasse, appelle ton connard de directeur...
Le directeur arrive:
- Monsieur, il y a un problème ?
- J'en sais rien, je veux ouvrir un putain de compte dans cette banque de merde parce que j'ai gagné 100 millions au loto...
Et le directeur répond:
- Et cette grosse connasse vous emmerde ?

Il est fort le gars

 

L’Emile  se présente chez un menuisier aux environs de Fayet Ronaye pour se faire embaucher. Pour se faire mousser, il prétend qu'il est capable de reconnaître n'importe quel bois les yeux bandés, et même de deviner ce à quoi le bois a pu servir.

Le patron est sceptique mais est d'accord pour l'engager si il passe le test. On lui bande les yeux et on lui présente un morceau de bois. Le type renifle et dit :

- Ça c'est du chêne massif, il a servi à faire une table vernie.

Le patron est sur le cul... Il recommence avec quelque chose de plus compliqué. Il présente un paquet de sciure. Encore une fois, le type renifle et dit :

- Ça c'est un mélange... c'est de la sciure. Il y a du frêne, qui provient d'une poutre de maison située dans le village de Saint Vert, et un autre bois... du pin... qui a servi à faire un poteau électrique entre Sarpoil et le Vernet.

Tout est exact, le patron n'en revient pas, mais comme il ne veut pas perdre la face, il demande à sa secrétaire de lui passer sa culotte, et la fourre sous le nez du type.

- Hmm... Vous avez gagné, je n'arrive pas à deviner de quel type de bois il s'agit. Mais ce dont je suis sûr, c'est qu'il s'agit de la porte des chiottes au fond du jardin de la maison de la Marie.

Marcel  va à Clermont avec son père et  traverse un quartier un peu  hot de la ville en voiture.

- Dis papa, qu'est-ce qu'elles font les dames sur le trottoir ?
Embarrassé, le père s'en tire par une pirouette :
- Elles vendent du bonheur.
Une fois à la maison, Marcel  se dit qu'il en achèterait bien un peu de bonheur. Il casse sa tirelire, prend son billet de 20 euros et sort de la maison pour aller voir les dames. Une fois rendu dans la bonne rue, il se dirige vers la première dame, lui tend le billet et lui demande un peu de bonheur.
La professionnelle est un peu décontenancée. Elle évite depuis longtemps toute infraction à la loi, mais d'autre part, elle ne peut cracher sur 20 euros en ces temps de crise. Elle ramène le petit Marcel  chez elle et lui prépare trois tartines avec une bonne couche de Nutella.
Enfin, Marcel  rentre chez lui, où ses parents inquiets lui demandent où il était passé. Il regarde son père et lui dit qu'il était parti acheter un peu de bonheur auprès des dames qu'il lui avait montrées de la voiture.
Horrifié, le père lui demande ce qui s'est passé et Marcel  répond :
- Pas de problème avec les deux premières, mais pour la troisième je n'en pouvais plus, alors je l'ai seulement léchée...

L’histoire se passe dans la banlieue du Puy en Velay la semaine dernière.

C'est un gars au lit qui écoute Radio FM43 avec sa femme un matin et ils entendent :
- Nous annonçons 10 cm de neige aujourd'hui alors svp mettre vos voitures du côté pair de la rue pour le déneigement !

La femme se dépêche et va placer l'auto du côté pair.
Le lendemain, ils écoutent encore la radio et ça dit :
- Nous annonçons 15 cm de neige aujourd'hui alors svp mettre vos voitures du côté impair de la rue pour le déneigement !

La femme se dépêche et va placer l'auto du côté impair.
Le lendemain, ils écoutent encore la radio et ça dit :
- Nous annonçons 30 cm de neige aujourd'hui alors svp mettre vos voitures
...............

Et une panne d'électricité interrompt la communication.

La femme perplexe regarde son mari et lui dit :
- Qu'est-ce que je vais faire, il n'a pas dit de quel côté mettre l'auto ?
L'homme la regarde et dit :
- Pourquoi tu la laisses pas dans le garage !

 

 

Un inspecteur de l’académie de Clermont Ferrand se rend à l’école du village de Saint Germain Lembron  et dans une classe.

Il interroge un élève :
- Qui a cassé le vase de Soissons ?
L'élève pâlit, hésite, puis bredouille en un sanglot :
- C'est pas moi ...
- Comment ? Vous ne savez pas qui ...
- Monsieur, puisqu'il vous dit que ce n'est pas lui, dit le professeur.
- Comment ? Comment ? Vous aussi, vous ne savez pas qui ...
- Ma foi non, répond le professeur, évasif.
L'inspecteur fait alors un rapport au directeur de l'établissement.
- Voyez l'état de l'enseignement, les élèves et les enseignants ne savent pas qui a cassé le vase de Soissons !
Le directeur, ennuyé, se demande :
- Mais qui donc a cassé ce vase ?
Il adresse une requête au recteur d'académie de Clermont .
Ce dernier, recevant la requête, l'examine entre deux dossiers urgents et s'exclame :
- Mais quelle histoire pour un vase ! Qu'on le remplace !

Recueil  de quelques  blagues Auvergnates

Pourtant c’est difficile de faire plus qu’un Auvergnat

 

Un Bougnat  garçon de café a été sacré champion du monde des presseurs de
citrons. Un jour où il en a pressé un jusqu'à la dernière goutte, un client lui
dit :
- Je vous parie 500 euros que je fais mieux que vous.
- Pari tenu !
L'homme saisit l'écorce du citron entre le pouce et l'index et, sous les
applaudissements de l'assistance, il en tire encore un demi-verre de jus.
- Ça alors, fait le Cantalou , éberlué, vous êtes sans doute un confrère ?
- Moi, pas du tout : je suis percepteur !

Recueil  de quelques  blagues Auvergnates

Histoire se déroule dans le petit village de Saint Vert  en Haute Loire , Monsieur le curé fait son petit tour à vélo dans le village, lorsqu'il croise Robert, un vagabond un peu jardinier, un peu braconnier, et très bricoleur, qui ne met jamais les pieds à l'église.
- Robert, je t'attends demain au confessionnal ! Ca fait bien 20 ans que je ne t'ai pas vu dans la Maison de Dieu, tu dois en avoir des choses à raconter !
Robert, pas enthousiaste du tout à cette idée accepte malgré tout l'invitation. Le lendemain dans le confessionnal, Monsieur le Curé commence l'interrogatoire :
- Alors Robert, raconte-moi un peu tes péchés. Tu as bien dû en faire des bêtises depuis ta Communion Solennelle...
- Ben, heu... oui. J'ai volé un peu de bois à Laval . Répond Robert honteux.
- Un peu de bois, ça veut dire combien ?
- Ben, juste assez pour construire un chenil à mon chien.
- Hmmm... Ca va encore dans ce cas.
    Robert continue :
- Il me restait un peu de bois, alors je me suis construit une remise pour mes outils...
- Ah ! C'est un peu plus sérieux alors.
- Monsieur le curé.. il me restait encore un peu de bois après la remise, alors j'en ai profité pour construire un garage...
    Là, le curé marque une pause, puis il dit :
- Ca c'est quand même beaucoup plus grave. Pour ça, j'ai bien peur que tu doives
me faire une neuvaine
.
- Monsieur le curé, je ne sais pas trop ce que c'est qu'une neuvaine, mais si vous me donnez les plans, moi, il me reste encore beaucoup de  bois  !
...

Recueil  de quelques  blagues Auvergnates

La petite Marie  d’un petit village aux environs de Clermont Ferrand , partie depuis plusieurs années gagner sa vie dans la capitale, revient un été passer quelques jours de vacances dans la famille.

Etant très pieuse, elle se rend à l’église et demande à monsieur le curé l’occasion de se confesser. Dans le confessionnal, monsieur le curé invite la jeune fille non pas à énumérer ses péchés, mais plutôt à raconter ce qu’elle est devenue depuis qu’elle a quitté le village :
- Eh bien, je suis une gymnaste professionnelle maintenant et j’officie dans un club tout près de Paris, et bientôt je pense que je serai sélectionnée pour les championnats d’Europe.
- Dis donc dis donc ! Si on m’avait dit que la toute petite pitchoune qui n’arrêtait pas de faire des bêtises pendant les heures de catéchisme deviendrait une championne de gymnastique, je ne l’aurais pas cru ! Tu sais ce qui me ferait plaisir ? Ce serait que tu me fasses une démonstration de ce que tu sais faire ici, dans l’église... C’est possible ?
- Oh oui, bien sûr monsieur le curé ! Répond la fille.

Là dessus, ils sortent tous les deux du confessionnal et la fille se dirige dans l’allée centrale de l’église où elle se lance dans une série de saltos avant, saltos arrières, roues et sauts carpés.

Deux vieilles qui attendaient leur tour sont aussi les témoins de ce superbe enchaînement. Avec des yeux ronds comme des billes, la première dit à l’autre :
- Je ne sais pas ce qu’elle avait fait comme bêtises, mais monsieur le curé n’y a pas été de main morte avec les pénitences...

Recueil  de quelques  blagues Auvergnates

Nous connaissions le cochon d’Auzon en voici un autre plus surprenant

Dans une ferme aux environs de Saint Just , un pauvre paysan crève la faim avec toute sa famille, mais il possède un trésor ! Et ce trésor, c'est son cochon. D'après lui, ce cochon est " le cochon le plus intelligent du monde "...
Un beau jour, un journaliste du quotidien local  La Ruche vient à apprendre qu'un cochon plus intelligent que la moyenne vit dans une ferme du voisinage. Le journaliste prend sa voiture et va se rendre compte lui-même sur place. Lorsqu'il arrive dans la ferme, il voit les bâtiments en ruine, et se demande comment, à notre époque, On peut encore vivre comme ça... Puis le paysan sort de la baraque. Alors le journaliste lui demande :
- Bonjour ! Je suis journaliste de presse et j'ai appris que vous possédiez un cochon extraordinaire.
Le pauvre paysan lui répond :
- C'est vrai. Puis il siffle un coup entre ses dents, et un cochon qui n'a plus que trois pattes sort de l'étable.
- C'est lui, dit le paysan. Le journaliste voit le cochon et demande :
- Et qu'est-ce qui vous fait dire qu'il est le cochon le plus intelligent du monde ? Le paysan répond :
- L'hiver dernier, j'étais dehors en train de réparer des clôtures et ma femme était au marché à Brioude  pour vendre du fromage. Notre petit bébé était à l'étage, dans la maison, en train de dormir dans son berceau... Lorsqu'un incendie a enflammé la maison (ma femme avait oublié son fer à repasser sur le linge). A ce moment-là, le cochon a couru dans la maison, monté l'escalier, attrapé le bébé en prenant son bras dans sa mâchoire, sans lui faire mal, puis il est redescendu et a déposé le bébé sur le sol, à l'abri des flammes. Ensuite, il est parti me chercher dans le pré et j'ai pu éteindre l'incendie avant qu'il n'y ait trop de dégâts.
- Wow, dit le journaliste, c'est incroyable.
- Et ce n'est pas tout ! Un jour que je travaillais la terre dans le champ d'à côté, la herse était pleine de terre et d'herbe. Alors j'ai mis le tracteur au point mort, je suis descendu et j'ai commencé à nettoyer sous la herse. Mais la vitesse du tracteur s'est enclenchée toute seule et je me suis trouve renversé par la herse et entraîné par l'attelage. J'ai cru que j'étais un homme mort... Mais le cochon avait dû sentir qu'il se passait quelque chose : il est allé chercher une corde, a rattrapé le tracteur et la herse, m'a laissé un bout de corde, et a tiré de toutes ses forces à l'autre bout. C'est grâce à lui si je suis encore là aujourd'hui.
- C'est vraiment extraordinaire, lui répond le journaliste. Mais, dites-moi, comment se fait-il qu'il n'ait plus que trois pattes ?
- Ben, quand on a un cochon aussi bon et intelligent, on ne peut pas le manger tout d'un coup...

Recueil  de quelques  blagues Auvergnates

 

L’histoire se déroule  courant le mois de Novembre dans la brume non loin du village de Saint Vidal en Haute Loire

Un homme en montgolfière s'est égaré au bout d’une heure de vol. Il perd de l'altitude et aperçoit une femme au sol dans sa ferme. Il descend et lui crie :
- " Excusez-moi, pourriez-vous m'aider ? J'ai promis à un ami de le rejoindre d'ici une heure et je ne sais pas où je me trouve ".
La femme au sol répond :
- " Vous êtes dans un ballon à environ 10 mètres au-dessus du sol. Vous vous trouvez entre 40 et 41 degrés de latitude Nord et entre 59 et 60 degrés de longitude Ouest".
- " Vous devez être ingénieur ", dit l'homme.
- " C'est vrai ", répond la femme, " comment le savez-vous ? "
- " Eh bien ", dit l'homme, " tout ce que vous m'avez dit est techniquement correct, mais je n'ai aucune idée de ce que je dois faire de vos informations, et le fait est que je ne sais toujours pas où je suis. En toute franchise, vous ne m'avez pas beaucoup aidé. Vous avez tout au plus retardé mon voyage ".
- " Et vous vous devez être directeur ", répond la femme.
- " C'est vrai " répond l'homme, " mais comment le savez-vous? "
- " Eh bien " , dit la femme, " vous ne savez ni où vous êtes, ni où vous allez. C'est une grande masse d'air qui vous a placé dans votre position actuelle. Vous avez fait une promesse sans avoir aucune idée de comment vous alliez pouvoir la tenir, et vous attendez que des gens situés en dessous de vous résolvent vos problèmes. Le fait est que vous êtes exactement dans la même situation qu'avant notre rencontre sauf que maintenant, c'est de ma faute ".

Recueil  de quelques  blagues Auvergnates

A la foire à Costaros  un vieux paysan,  essaie de vendre sa vache 100 Euros. La vache est une vielle bête avec la peau sur les os, qu'il vend parce qu'il ne parvient plus à la nourrir.
Evidemment, aucun client ne se manifeste. Un homme observe puis s'approche...
- Tu n'as rien compris à la vente, laisse-moi faire. Si je te la vends, on fait 50% pour moi et 50% pour toi.
Résigné, le paysan accepte.

L'homme commence la vente :
- Voici la toute dernière race de bovin, enfin mise à votre disposition.
La foule commence à s'avancer, se masser.
- Eh oui, mesdames et messieurs, cette vache est le dernier cri de la génétique africaine.
Pour cette curiosité, les enchères commencent à monter : 100 Euros, 200, 300, 500 Euros.
- Et plus fort, elle a été inséminée artificiellement et elle fera bientôt deux veaux.
Et les enchères continuent de montent 550, 600, 1000 Euros.
L'homme continue :
- Avec les veaux, une vache et un taureau, plus de problème de descendance. Et les enchères s'enflamment : 1 500 Euros, 2 000 Euros !
Alors à ce moment là, le paysan va voir l'homme et lui dit :
- Je ne vends plus ma vache!
- Et pourquoi, regarde tout l'argent qu'on va gagner...
- Oui, mais elle vaut si cher que je préfère la garder !

Recueil  de quelques  blagues Auvergnates

Cela se passe dans un petit village de la Haute Loire non loin du Puy mais pour des raisons de discrétion et pour ne pas incommoder  les gens de ce village nous tairons le nom de celui-ci.

Un dimanche, le vieux prêtre de  cette  commune rurale qui exerçait depuis une bonne quarantaine d'années, concluait son sermon hebdomadaire en tapant du poing sur l'autel.
Il lance à ses fidèles: "J'ai entendu l'expression "péché d'adultère" au moins un millier de fois (il faut dire que dans ce village les habitants ont le sang chaud)  depuis que j'officie dans cette église. Je vous le dis tout net, si j'entends encore une seule fois ces mots, je prends ma retraite."

Tout le monde l'aimait bien dans le village et on s'accorda donc à ne plus jamais employer les mots interdits. Les habitants décidèrent à la place d'employer l'expression "j'ai chuté". Cette initiative calma le vieux prêtre qui vécut l'esprit tranquille pendant encore plusieurs années.

Après sa disparition, un jeune curé vint le remplacer dans la paroisse et il nota tout de suite la quantité alarmante "d'accidents" liés aux lois de la gravitation dont étaient victimes les habitants du village.
Il prit donc la décision d'aller trouver le Maire de la commune. Il lui dit: "Monsieur le Maire, il vous faut intervenir d'urgence sur l'état des trottoirs du village. C'est bien simple, il semble que tout le monde perde l'équilibre dans ce bourg …"
Le premier citoyen, comprenant que personne dans la commune ne l'avait informé du véritable sens de l'expression "j'ai chuté" éclata de rire.
Il se tordait  sur son bureau lorsque le jeune curé le rappela à l'ordre: "Qu'est ce qui vous fait donc rire à ce point ? A votre place, je ne me réjouirais pas. Tenez, pour citer un exemple qui vous concerne, votre femme a chuté trois fois la semaine dernière..."

Recueil  de quelques  blagues Auvergnates

Un journaliste de FR3 Auvergne  pour son reportage sur les élevages dans le Cantal , interviewe un berger un peu rustre:
- Quel est le meilleur souvenir de votre carrière de Berger  ?
Le paysan, après avoir réfléchi quelques instants :
- Cré, j'souviens qu'une fois une de mes chèvres s'est perdue dans la montagne. Avé tout le village, on l'a cherchée pendant 4 jours. Et quand on a retrouvée la bougresse, pour fêter ça, on l'a tous en..lée !
Le journaliste :
- Euh, oui... mais je ne peux pas passer ça à l'antenne... et quel est votre deuxième meilleur souvenir ?
Le paysan se gratte la tête en réfléchissant et soudain :
- Ah, ayé, j'me souviens. Une fois, la femme du Léan s'est perdue dans la montagne, tout le village s'est mis à sa recherche, et on l'a retrouvée qu'au bout de 2 jours. On était tellement content que pour fêter ça, on l'a tous en..lée.
Le journaliste, un peu embarrassé :
- Décidémment... non, je ne peux passer çà... Il faut que je trouve autre chose...
Il réfléchit pendant quelques secondes :
- Et sinon, quel est votre plus mauvais souvenir ?
- Ben, une fois, je me suis perdu...

Recueil  de quelques  blagues Auvergnates

C’est l’hiver Germain quitte les rues enneigées du Mont Dore   pour passer quelques jours de vacances sous le soleil de Sardaigne. Sa femme en voyage d'affaires a prévu de le rejoindre le lendemain de son arrivée.
Quand il arrive à l'hôtel, il décide d'envoyer un email à son épouse.
Comme il ne trouve pas le bout de papier sur lequel il avait noté l'adresse email de sa femme, il essaie de s'en souvenir de mémoire.
Malheureusement, il fait une erreur dans l'adresse et le message est envoyé à l'adresse d'une femme veuve depuis la veille. Quand celle-ci consulte ses emails, elle lit ce qu'il y a à l'écran, pousse un cri d'horreur et meurt d'une crise cardiaque.
Ses enfants entendant le cri se précipitent et lisent le message suivant sur l'écran:
"Ma chérie, je suis enfin arrivé à destination. Ce fut un long voyage. Bien que je ne sois arrivé qu'il y a peu de temps, j'adore déjà l'endroit. J'ai parlé avec les gens d'ici et ils sont en train de tout préparer pour ton arrivée demain. Je suis sûr que tu vas aimer autant que moi! ...
Bisous de ton cher mari, à bientôt."
P. S. Ici, il fait une chaleur infernale.

Recueil  de quelques  blagues Auvergnates

 

L’histoire se déroule à Clermont

C'est un automobiliste qui crève en ville rue des Gravouses et de nuit. Il s'arrête le long d'un long mur et répare. Il met les 4 écrous dans l'enjoliveur pour ne pas les égarer mais en marchant il renverse le tout et ne les retrouve plus. Il s'inquiète et dit à haute voix.
- Que faire... Que faire ?
Sur le mur un gars en pyjama est assis et lui dit :
- Prenez donc un écrou aux trois autres roues vous remontez la quatrième avec les trois et vous pouvez rouler jusqu'au prochain garage en allant pas trop vite. Le gars s'exécute et remercie son sauveur en lui demandant si la propriété lui appartient :
- Non, répond-il, ici, c'est Sainte Marie
- Alors vous faites partie du personnel médical ?
- Non je suis interné.
- Alors vous êtes un fou ?
- Fou oui, mais pas con...

Recueil  de quelques  blagues Auvergnates

Marcel se promène à Issoire quand il aperçoit son vieux copain Gérard , qu'il n'a pas revu depuis des années. Il se précipite vers lui et l'apostrophe.

- Salut Gérard, ça fait une paie ! Qu'est-ce que tu deviens ? 
- Salut Marcel. Ben entre autres, je suis marié depuis deux ans. 
- Sacré Gérard! Et qu'est-ce que tu fait comme boulot ? 
- Je bossais dans une boite d'informatique à Clermont , mais je me suis fait virer la semaine dernière. 
- Aie, sale coup. Et ça va, tu tiens le choc. 
- Ouais, je dors comme un bébé. 
- Ah, bon... tant mieux ! Faut que j'y aille, là, mais on se revoit bientôt, hein. 
- Sans doute.

Deux mois après, Marcel recroise Gérard dans un café à Brassac et lui offre un verre.

- Alors, toujours sans job. 
- Ouais, toujours. 
- Au moins, ça te laisse du temps à passer avec ta femme. 
- Elle m'a plaqué avant-hier. 
- Ouille, vraiment désolé, vieux. 
- Pas de quoi. 
- Tu sais, si je peux faire quoi que ce soit pour toi. 
- Non, je t'assure, Marcel, je dors toujours comme un bébé. 
- Si tu le dis...

Les deux amis se quittent et, un mois plus tard, Marcel invite Gérard à manger chez lui. Au cours du repas, 
Marcel s'enquiert de la situation de Gérard.


- Toujours sans travail ? 
- Tu sais ce que c'est, même les jeunes ne trouvent plus de boulot, aujourd'hui. 
- Et tu as des nouvelles de ta femme. 
- Elle vient de demander le divorce pour pouvoir se remarier avec mon ex-patron. 
- Ah ! (Marcel, très gêné, essaie de changer de sujet) Et tes parents vont bien. 
- Ils sont morts dans un accident d'avion il y a cinq jours. 
- C’n’est pas vrai ! Toutes mes condoléances, mon vieux. Si je peux t'aider à supporter... 
- Pas la peine, je te dis que je dors comme un bébé. 
- Mais enfin ! Je ne te comprends pas. Il ne t'est arrivé que des trucs affreux en moins de quatre mois et tout ce que tu trouves à dire c'est "Je dors comme un bébé". Mais comment tu fais ? 
- C'est simple : je dors une heure, je pleure une heure, je dors une heure...

Elle était un peu longue l'èspère que vous ne l'avez pas lu pendant les heures de travail je ne voudrais pas avoir d'ennui avec votre employeur.

Recueil  de quelques  blagues Auvergnates

Mamie vient d'arriver à la maison de retraite de Murat (Cantal) et tout le monde est aux petits soins. 
Les infirmières la baignent, lui servent un délicieux repas et l'assoient sur un fauteuil face à la fenêtre donnant sur un magnifique jardin. 
Tout semble parfait mais après un moment elle commence à se pencher 
lentement sur la droite ! 
Immédiatement deux infirmières se précipitent et la remettent bien droit sur le fauteuil. 
Tout semble retourner à la normale, quand elle recommence à se pencher lentement sur la gauche ! 
Les infirmières accourent et une fois de plus essaient de la remettre d'aplomb. 
Plus tard la famille arrive pour voir comment va mamie. 
- tout se passe bien ici, ils sont gentils avec toi ? 
- c'est pas mal du tout, à part qu'ils ne me laissent pas péter !

Recueil  de quelques  blagues Auvergnates

Dans le petit hameau lieu dit « La levrette » non loin de Hérisson dans l’Allier l’Adrien qui n’arrive pas à dormir se promène et passe sous la fenêtre d’une maison et entend cette conversation 
- Allez... S'il te plaît chéri, dit la femme ?
- Non. Laisse-moi tranquille, dit le mari.
- Allez, ça ne te prendra pas trop de temps.
- Après je ne saurai pas me rendormir. 
- Mais sans ça, je ne pourrai pas dormir. 
- Je voudrais bien savoir pourquoi tu penses à des trucs pareils au beau milieu de la nuit?! 
- Parce que je suis brûlante! 
- Toi, tu es chaude au pire moment, vraiment.
- Si tu m'aimais, je ne devrais pas avoir à insister comme maintenant pour que tu le fasses 
- Si tu m'aimais MOI, tu aurais plus de considération pour moi.
- Alors tu ne m'aimes plus. 
- Mais si je t'aime, mais laisse tomber ça pour cette nuit, OK.
- (sanglots)
- (Aaarrghh-soupirs) D'accord, je vais le faire, tu as gagné. 
- Qu'est-ce qui se passe chéri? Tu as besoin d'éclairage?
- Je ne trouve pas... 
- Ben vas-y à tâtons, tu vas quand même bien y arriver.
- Ça y est, voila. J'y suis. Alors, heureuse?
- Ahhhh, enfin, OUI, comme ça fait du bien! 
- Bon, la prochaine fois que tu voudras dormir la fenêtre ouverte, t'iras l'ouvrir toi-même!

Recueil  de quelques  blagues Auvergnates

 

L’histoire  se déroule dans la ville de Brioude

C'est un petit garçon qui rentre de l'école en pleurant.
- Qu'as-tu, lui demande sa jolie blonde de maman
- J'ai eu un zéro en géographie.
- Pourquoi ?
- Je ne savais pas où est le Portugal.
- Tu ne sais pas ?! Quel idiot, passe-moi la carte de France.

Et la mère cherche, cherche ...
- Bon dieu, elle n'est pas assez précise, passe-moi la carte de l’Auvergne .

Et la mère cherche, cherche ...
- Elle est nulle cette carte, passe-moi la carte de la Haute Loire !

Et la mère cherche, cherche...
- Bon sang, ça ne peut pas être si loin le Portugal, la femme de ménage est portugaise, elle vient travailler tous les jours à vélo !!!

Recueil  de quelques  blagues Auvergnates

Un petit garçon paysan aux environs de bourg Lastic  et son père descendent à Clermont  visitent un centre commercial.
Ils sont abasourdis par presque tout ce qu'ils voient, et plus particulièrement par deux murs brillants de couleur argent qui peuvent s'ouvrir en deux et se refermer.

Le petit garçon demande :
- C'est quoi, Père?

Le père n'ayant jamais vu d'ascenseur auparavant, répond :
- Fils, je n'ai jamais rien vu de tel dans ma vie. Je ne sais pas ce que c'est.

Alors que le petit garçon et son père regardent avec admiration, une vieille femme dans un fauteuil roulant avance jusqu'aux murs et appuie sur un bouton.

Les murs s'ouvrent et la dame roule dans la petite salle. Les murs se ferment et le petit garçon et son père regardent les
chiffres défiler séquentiellement sur un cadran au-dessus des portes. Ils continuent de regarder jusqu'à ce que les chiffres se mettent à défiler dans l'ordre inverse. Les murs s'ouvrent à nouveau et une très belle jeune femme de 24 ans sort.

Alors, le père murmure à son fils: "Va vite chercher ta mère ! ".

Recueil  de quelques  blagues Auvergnates

Sur la route entre Champagnac et Auzon  l’Emile  occupe toute la largeur de la route avec son tracteur. Derrière, ça énerve un jeune type qui le suit dans une superbe voiture de sport et qui, l'occasion se présentant, met les gaz et double le tracteur en trombe en hurlant au paysan, en montrant son capot :
- Il y a 200 chevaux là-dessous.

Il va si vite qu'il loupe un virage un peu serré et tombe dans un étang. Quelques minutes plus tard, l’Emile  arrive à sa hauteur :
- Alors, on fait boire ses bêtes ?

Recueil  de quelques  blagues Auvergnates

Un représentant en aspirateurs débarque chez une vielle dame qui habite une maison isolée au bout du village de Leyvaux dans le Cantal.

 Sans lui laisser placer un mot, il lui dit :
- Madame, je vais vous faire une démonstration de la merveille des merveilles, le nouvel aspirateur «CYCLONE», l'aspirateur qui aspire tout en quelques secondes ! Où est votre poubelle ? Dans votre cuisine ? Je m'en doutais ! Permettez-moi de la prendre !
Il prend la poubelle et la vide sur la moquette au milieu du salon.
- Ne vous inquiétez pas ! Car à présent, avec l'aspirateur «CYCLONE» je vais faire disparaître totalement toutes ces ordures ! Je m'engage personnellement à manger devant vous tout ce qui resterait sur le sol !
- Attendez monsieur ! L'interrompt la vielle dame. Je vais vous chercher du sel et du poivre, voyez-vous, je n'ai pas l'électricité...

Recueil  de quelques  blagues Auvergnates

Cela se passe dans la petite école de Cézens dans le Cantal

En classe  Baptiste  lève le doigt, le prof qui croyait qu'il allait lui donner une réponse lui donne la parole.
- Monsieur, la braguette de votre pantalon est ouverte!

Le professeur très gêné la referme et décide d'interpeller l'élève à la sortie.
- Écoute mon  Baptiste, la prochaine fois que tu verras ma braguette ouverte ne me le dis pas devant toute la classe.
- Alors je ferai comment?

Après une petite réflexion le professeur lui répond:
- Au lieu de me dire la braguette est ouverte dis moi que l'administration est ouverte, ok?
- D'accord M'sieur

Le lendemain Baptiste  lève le doigt alors que le professeur n'avait pas posé de question. Le prof a compris de quoi il s'agissait...
- Qu'est ce qui se passe mon fils, l'administration est ouverte?
- Non M'sieur, le proviseur est dehors!

Recueil  de quelques  blagues Auvergnates

Dans une petite ferme aux environs de Sugères dans le Puy de Dôme  un soir au dîner, la petite dernière demande à son père :
- Papa, pourquoi t'es toujours tout rouge ?
- Ben tu vois ma fille, c'est l'été, et en mobylette, tu prends des coups de soleil et ça te donne la peau toute rouge.

La fillette opine du chef mais ne paraît pas totalement convaincue.
- Mais papa, en hiver aussi t'es tout rouge...
- Oui ma fille mais en hiver il fait froid. Sur la mobylette, le froid et la vitesse ça te fait la peau toute rouge.

Alors la mère, excédée, saisit la bouteille de rouge  et la tend à sa fille :
- Tiens, passe la mobylette à ton père !

Recueil  de quelques  blagues Auvergnates

Pour une fois les femmes vont aimer

C’est le Raymond qui  rentre de chez Michelin  pour trouver le chaos qui règne à la maison.
Ses enfants, encore en pyjama, jouent dans la boue du jardin.
Sur le gazon, tout autour de la maison, il y a des cartons de repas congelés et des boîtes de jus par terre.
Quand il entre dans la maison, c'est encore pire :
La vaisselle sale est éparpillée dans toute la cuisine, le repas du chien est renversé sur le sol, la vitre est brisée et traîne par terre sur une grande surface et il y a du sable par terre, sur la table de la cuisine et les meubles.
Dans la salle de séjour, il trouve des jouets, des vêtements et une lampe renversée.
A ce moment, l'homme a très peur qu'un malheur ait touché sa femme.
Il se précipite au second étage et là, stupéfait, il trouve la Marie  encore en pyjama assise dans le lit en train de lire un livre.
Elle se retourne en souriant et lui demande :
- Comment était ta journée ?
- Que ! S’est-t-il passé ici aujourd'hui?
Souriante...
- Tu sais, chaque jour en rentrant, tu me demandes ce que j'ai fait durant la journée et quand je réponds que je me suis occupée de la maison et des enfants... Tu me dis :
- C'est tout ?
-Eh bien, aujourd'hui, je n'ai rien fait!

Recueil  de quelques  blagues Auvergnates

C'est un garçon bon Cantalous  qui monte dans un train.
Dans le compartiment se trouvent deux hommes cravatés tapant sur leur ordinateur.
Le garçon s'installe près de ces deux hommes et commence à manger un sandwich.
Au bout de quelques dizaines de minutes, le jeune homme d’Aurillac  demande à l'un des deux :
- Puis-je savoir où vous allez ?
- Et bien moi, je vais à PARISS, répond, d'un air moqueur, l'homme cravaté,
Le jeune Auvergnat  a mal compris et répète PARISSSS ?
- Et le cravaté rétorque : OUI, PARIS avec deux S !!!
Le jeune homme se demande pourquoi Paris avec deux S mais n'en rajoute pas et continue à déguster son sandwich.
Plus tard, il s'adresse à l'autre homme cravaté et lui demande :
- Et vous, où allez-vous ?
- Et bien moi, répond le deuxième homme cravaté, également d'un air moqueur, je vais au Bourgett avec deux T!!!
Le petit gars du Cantal  ne répond pas et s'interroge sur ces deux hommes.
Tout à coup l'un des deux hommes cravatés se tournent vers notre Cantalous  et lui demande :
- Et toi, où vas-tu ?
- Et bien moi, je vais à Mâcon avec deux CONS.

Recueil  de quelques  blagues Auvergnates

Quand on peut pas on peut pas

Jules du village d’Apchat , 75 ans, va voir son médecin à Ardes  pour une analyse de sperme. Son médecin lui donne un petit flacon et lui dit de revenir le lendemain pour l'analyse. Le lendemain, l'homme lui remet le flacon vide et propre. Le médecin lui demande pourquoi.
- Eh! Bien voila, docteur. J'ai essayé avec la main droite, sans succès. Avec la main gauche, rien non plus. Alors, j'ai demandé à ma femme de m'aider. Elle a essayé avec la main droite puis la gauche. Toujours rien. Ensuite, elle a essayé avec la bouche, avec ses dents, sans les dents. Toujours sans succès. Alors, on a demandé à la jeune   de l’ADMR qui a essayé avec la main droite, la gauche, avec sa bouche, ses dents...
Le médecin, choqué, l'interrompt :
- Vous avez même demandé l'aide de la jeune employée  ?...
- Eh! Oui, docteur. Vous voyez, on a tout essayé et on n'a toujours pas pu ouvrir ce putain de flacon

Recueil  de quelques  blagues Auvergnates

ça se passe au village Pebrac non loin de Langeac

 

Jules rentre le soir chez lui, et sa femme Germaine lui saute au cou en lui disant:

- Chéri, j'ai une grande nouvelle ! Je suis en retard d'un mois... Je crois que nous allons avoir un bébé ! J'ai fait le test chez le médecin aujourd'hui, mais tant qu'on aura pas de certitude, on n'en parle a personne.

 

Le jour suivant, un contrôleur EDF sonne chez elle car ils n'ont pas payé leur dernière facture d'électricité.

Vous êtes bien Madame Durand ? Madame, vous avez un mois de retard !

- Comment le savez-vous ? Balbutia Germaine.

- Mais Madame, c'est inscrit sur nos registres.

- Qu'est-ce que vous dites ? C'est inscrit sur vos registres ?

- Absolument.

 

Le soir, elle raconte cela a son mari qui est fou de rage, il ne comprend pas et se précipite des le lendemain au Puy aux bureaux de l'EDF.

Il cherche pensant que EDF c'est l'Ecole Des Femmes probablement puis il finit par trouver le bâtiment avec les 3 lettres écrites en bleus sur la façade et il entre au bureau

- Qu'est-ce que c'est que cette histoire ? hurle-t-il. Vous inscrivez dans vos registres que ma femme a un mois de retard ? De quoi vous mêlez-vous ?

- Ecoutez, dit le contrôleur, calmez-vous. Ce n'est pas bien grave. Vous n'avez qu'a l'acquitter et on n'en parle plus...

- La quitter ? Il n'en est pas question ! Je ne la quitterai jamais, ni maintenant ni plus tard !

- Dans ce cas, je vous préviens, si vous refusez de l'acquitter, on va vous la couper !

- Et Comment elle va faire

- Elle prendra une bougie

 

Recueil  de quelques  blagues Auvergnates

La mule de La Chapelle

 

C'est jour de deuil dans la ferme du village de La Chapelle sur Allagnon non loin de Neussargues dans le Cantal : la mule du fermier vient de tuer la belle-mère du dit fermier en lui balançant une bonne ruade au moment où elle passait.
Tous les fermiers des environs font le déplacement jusqu'à l'église. Le curé voyant la foule au dehors s'adresse à quelqu'un de la famille de la défunte:
"Elle devait être très appréciée! Quand on voit le nombre de fermiers qui a quitté les champs pour assister aux funérailles..."
Et le gars de la famille répond: "Ils ne sont pas ici pour les funérailles... Ils sont tous venus pour acheter la mule."

Recueil  de quelques  blagues Auvergnates

 

Et c'est pas faux

 

C’est au sommet de l’élevage au Zenith à Cournon d’Auvergne

Une Clermontoise  se trouve vers le stand des vaches laitières. Elle rencontre Firmin, un ancien fermier venu du Cantal qui a voulu avant de prendre sa retraite faire au moins une fois le  salon pour voir comment c’était,  avec qui elle discute :
- Il paraît que vous savez pourquoi les vaches attrapent cette terrible maladie.
- Oi ma petite dame ! Vous n'êtes pas sans savoir que l'on présente une fois dans l'année le taureau aux vaches... Eh ben imagine un peu qu'on vous tripote les pis deux fois par jour et qu'on vous honore qu'une fois par an... Vous deviendriez pas folle, vous ?

Pas facile le Paysan Auvergnat

En arrivant le matin a la ferme , un employé agricole lance à son collègue :
– J’ai été patient, j’ai attendu, maintenant ça suffit ! J’ai rendez-vous à dix heures chez le patron, et là je vais lui dire : ou vous m’augmentez sérieusement, ou je m’en vais !
– Tu vas vraiment le lui dire comme ça ?
– Et comment !

 

Et à dix heures moins deux, il se lève. Dix minutes plus tard, il est de retour.

– Alors ? demande son collègue, tu as obtenu ce que tu voulais ?
– Ce n’est pas aussi simple que ça. Quand il y a deux points de vue opposés, il faut savoir négocier. Alors nous avons discuté, et finalement on a coupé la poire en deux : lui ne m’augmente pas, et moi je reste.

La sagesse Cantalienne

 

Jules quitte Allanche pour aller  à Paris rendre visite à son fils qui après de brillantes études est chercheur au CNRS.

– Alors mon gamin, quoi que tu fais ?
– Eh bien, papa, je suis responsable d’un laboratoire, et avec mon équipe nous travaillons sur la mise au point d’un solvant universel. Si tu préfère, un solvant capable de dissoudre n’importe quelle matière.
– Oh là là ! Ce que c’est d’avoir fait des études ! C’est beau d’être savant !

Il réfléchit un instant et ajoute :
– Mais dis-moi, mon gars, votre solvant qui dissout tout, dans quel genre de bidon vous comptez le mettre ?

Dans un village vers le Mont Mouchet , le père et le fils bêchent lorsque soudain l'outil du gamin frappe quelque chose de dur. Il ramasse l'étrange objet et dit :

- " r'garde donc l'pére s'que j'viens d'trouver ! "

- "Oh putain...une grenade de la dernière guerre et...Ho putain où est la goupille ?"

Le père arrache la grenade des mains du fils, la balance loin...sur les chiottes au fond du jardin et BAOUMMMM...

A ce moment, la grand-mère sort du nuage de fumée en titubant et dit :

- "Cré vin diou...heureus'ment qu'j'la pas lâché dans la cuisine celui la ! "

Futé le petit gars du Mezeinc

C'est un technocrate européen qui a décidé que dorénavant, tous les oeufs de poule devraient être datés du jour de ponte.

Naturellement, on fait procéder à des inspections surprises...

Dans une petite fermette du fin fond de la Haute loire, un inspecteur de la D.G.C.C.R.F. ramène sa fraise.

- Bonjour madame. Je suis inspecteur de la répression des fraudes. Je suis venu constater si vous procédiez bien au marquage du jour de ponte sur tous les oeufs que vous vendez.

- Ah ben ça oui mon gars. Bien sûr qu'y sont datés mes oeufs. Tiens, regarde...

Alors l'inspecteur regarde les oeufs, et constate que sur chaque oeuf est inscrit "Aujourd'hui... Aujourd'hui... Aujourd'hui..." 

Un autobus part d’Aurillac et emmène des politiciens à un congrès. L'autobus quitte la route et s'écrase contre un arbre dans le pré d'un vieil agriculteur.
Le vieil agriculteur, après avoir vu ce qui s'est passé, se rend sur les lieux de l'accident. Il creuse alors un trou et enterre les politiciens.
Quelques jours après, la gendarmerie locale passe sur la route, voit l'autobus écrasé, et demande à l’agriculteur.

-Alors Marcel ou sont les occupants?

Marcel de répondre

-Vin diou je les ai enterrés
 Le gendarme demande alors au vieil agriculteur, "Etaient ils TOUS morts?"
Et Marcel  répond :

"Ben, certains parmi eux disaient qu'ils n'étaient pas morts, mais vous savez comment mentent les politiciens."

Recueil  de quelques  blagues Auvergnates

Nous sommes à Langeac au Super U 
Marc fait la queue à la caisse au supermarché quand il remarque qu'une petite blonde canon lui fait un petit signe de la main et lui sourit.

Il s'adresse à elle gentiment : 
> - Excusez- moi, on se connaît ? 
Elle répond en souriant : 
> - Je peux me tromper, mais je pense que vous êtes le père d'un de mes enfants !

Les souvenirs du type le renvoient vers la seule et unique fois ou il est descendu de sa ferme des environs de Saugues et où il a été infidèle et il demande :
- Miladiou , tu ne serais pas la petite cochonne que j'ai sautée sur la table devant tous mes potes lors d'une beuverie, pendant que ta copine me fouettait avec un céleri mouillé et me poussait un concombre dans le trou de balle ?

- Euh non ., répond-elle en rougissant jusqu'aux oreilles, je suis la nouvelle institutrice de votre fils !!!
Comme quoi qu'il n'y a pas qu'en ville qui s'en passent des bonnes et il faut bien tourner 2 fois sa langue dans sa bouche avant de parler.

 

Coincidence (même en Auvergne il y en a)

Un éleveur auvergnat de poulet entre dans le bar de son village... Il s'assied à côté d'une femme (une parisienne) et commande un verre de champagne.

La femme dit:
- Comme c'est bizarre ? Je viens de commander un verre de champagne aussi !
- Quelle coïncidence, dit le fermier, c'est un jour spécial pour moi... je le célèbre.
- C'est un jour spécial pour moi aussi, je le célèbre aussi ! dit la femme.
- Quelle coïncidence ! dit le fermier.

Comme ils trinquent l'homme demande:
- Que célébrez-vous donc ?
- Mon mari et moi avons essayé d'avoir un enfant depuis des années, et aujourd'hui mon gynécologue m'a annoncé que j'étais enceinte !
- Quelle coïncidence, dit l'homme, je suis un éleveur de poulets et pendant des années toutes mes poules ont été infertiles, mais aujourd'hui, elles se sont toutes mises à pondre des oeufs fécondés.
- C'est génial ! dit la femme, Comment avez vous fait pour que vos poulets deviennent fertiles ?
- J'ai utilisé un autre coq, répond-il.

La femme sourit et dit:
- Quelle coïncidence...

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Auvergnat prévoyant

Deux copains "AUVERGNATS" discutent dans l'escalier :
"J'en ai marre, ça fait la deuxième fois qu'on me vide ma cuve à mazout pourtant la bouche de remplissage est bien cachée sous une vasque de fleurs ! "
"Moi j'ai résolu le problème, j'ai acheté un gros bouchon rouge avec MAZOUT marqué dessus en blanc"
"T'es fou ? ils n'ont même plus à chercher ? ! ! !"
"Ben ouais, mais le tuyau n'est pas relié à ma cuve à mazout ...
Il est raccordé à ma fosse septique : ça fait trois fois que les roms me la vide GRATOS en six mois ! ! !

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Quelques fois les auvergnats n’ont pas le dernier mot

Un Parisien, voulant se marier avec la fille d'un Auvergnat, va à La Bourboule pour demander sa main au père.
Celui-ci, après le repas, lui explique :
- Ici, en Auvergne, nous devons suivre le chemin des traditions avant d'accorder la main d'une fille. Prends cette pomme et reviens demain.
Surpris, le jeune homme part avec la pomme.
Le lendemain, il revient et le père lui demande :
- Qu'as-tu fait de la pomme ?
- J'avais faim ce matin, alors je l'ai mangée.
- Ce n'est pas bien ce que tu as fait ! Nous, les Auvergnats, nous aurions fait de la liqueur avec la peau. Nous aurions coupé la pomme en deux, une moitié pour les pauvres et, l'autre moitié, nous l'aurions partagée en famille, puis nous aurions vendu la moitié des pépins et planté l'autre moitié. Tu vois comment nous sommes, nous les Auvergnats.
Enfin, je vais te donner une seconde chance, prends ce saucisson et reviens demain.

Vexé, le Parisien part avec le saucisson et revient le lendemain.
- Très Bien, qu'as-tu fait du saucisson ?
- Avec la corde, j'ai fait des lacets pour mes chaussures; puis j'ai coupé le saucisson en deux, j'en ai donné la moitié aux pauvres et l'autre moitié je l'ai partagée en rondelles pour ma famille.
- Très bien, très bien dit le père. Et qu'as-tu fait de la peau ?
- Avec la peau, je me suis fait un préservatif, j'ai sauté votre fille et je vous apporte la crème pour vous faire un cappuccino !

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Le prix d’une saillie

Un fermier Auvergnat, dans son C15, s’en va chez un de ses voisins et frappe à la porte.

Un garçon d’environ 9 ans ouvre la porte.
- Est-ce que ton père est là ?
- Non Monsieur il est parti à saint Flour.
- Est-ce que ta mère est là ?
- Non Monsieur elle est avec mon père à la ville.
- Et ton frère lui, est-il ici ?
- Non Monsieur, il est allé au bois du Fayard avec le tracteur.

Le fermier reste planté là pendant quelques minutes maugréant entre ses dents.
- Si c’est pour emprunter quelque chose Monsieur, je sais où sont les outils ou je peux transmettre un message si ça peut vous aider.
- Bon , dit le fermier, j’aurais vraiment voulu parler à ton père à propos du fait que ton grand frère a mis ma fille Suzie enceinte.

Le garçon réfléchit un moment et dit :
- Alors là, pour sûr qu’il va falloir parler de ça avec mon père. Je sais qu’il prend 40 euros pour le taureau et 20 euros pour le bouc, mais pour mon frère, je ne sais pas le prix.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

A la pêche

La saison de pêche n’est pas encore ouverte et un « enragé du bassin de Brassac du nom de Corbeau vert» est en train de taquiner la truite malgré tout. Soudain, un promeneur s’approche.

Le marcheur engage la conversation : « Alors, ça mord ? »

- Si ça mord ? répond le pécheur en rigolant. Ici, c’est un coin INCROYABLE! On dirait que les truites viennent ici exprès pour se faire attraper. Hier, ici même, j’en ai pris dix en moins d’une heure !!!

- Vraiment ? Tiens, j’ai une question pour vous, demande le promeneur, est-ce que vous savez qui je suis ?

- Euh, non. Avoue le pêcheur.

- Eh bien, je suis le nouveau garde-pêche !

- Oh ! fait le pêcheur en ravalant sa salive. Hem, et moi, est-ce que vous savez qui je suis ?

- Non.

- Je suis le plus gros menteur de la région…

***********************************************************************************************************************

Un Auvergnat bien de chez nous

C'était il y a quelques années en Auvergne dans la région de Clermont-Ferrand plus précisément Puy Guillaume.
Le petit Michel achète un âne à un vieux fermier pour 1000 Francs..

Le fermier doit livrer l'âne le lendemain mais justement, le lendemain...

Désolé Monsieur Michel , mais j'ai une mauvaise nouvelle: l'âne est mort.

Bien alors, rendez-moi mon argent.

Je ne peux pas faire ça.

Je l'ai déjà tout dépensé...
OK alors, vous n'avez qu'à m'apporter l'âne…Qu'est-ce que vous allez faire avec ?
Je vais le faire gagner par un tirage au sort à une tombola.

Vous ne pouvez pas faire tirer un âne mort !

Certainement que je peux. Je ne dirai à personne qu'il est mort.
Dans sa situation, le fermier se dit qu'il ne peut pas vraiment refuser.il amène donc l'âne à Monsieur Michel ..

Un mois plus tard, il revient la Voir : Qu'est devenu mon âne mort ?
Je l'ai fait tirer au sort. J'ai vendu 700 billets à 2 frs: ça m'a fait une recette de 1.400 frs
Et personne ne s'est plaint ?
Seulement le gars qui a gagné.Ça fait que je lui ai rendu ses 2 Francs.
Le petit Michel entre temps est devenu Ministre des finances.
A méditer...................

*****************************************************************************************************

Les Auvergnats ne sont pas radins mais malins.

Deux auvergnats prennent le train pour Marseille. Dans le train ils rencontrent deux juifs et ils papotent. Quand ils aperçoivent le contrôleur les auvergnats sortent leurs billets, les juifs se moquent d'eux:
- Vous avez pris deux billets, vous trouvez pas ça un peu cher?

Nous on en prend qu'un.
- Et comment allez-vous faire?
- Bah c'est pas dur regardez.
Et tandis que les auvergnats attendent les contrôleurs pour leurs présenter les billets, les juifs se dirigent vers les toilettes.
Quand le contrôleur frappe à la porte des toilettes les juifs lui font passer le billet, le contrôleur le composte et repart.
Plus tard ils s’aperçoivent que tous les quatre reprennent le même train pour le retour.

Le jour arrive et ils se rencontrent à nouveau.
Les deux juifs: Alors cette fois-ci vous avez pris qu'un seul billet.
- Non, non cette fois-ci nous n'en avons pris aucun.
- Ah bon et comment allez-vous faire?
- Bah vous verrez.
Le voyage se poursuit et le contrôleur arrive.
Les deux juifs partent dans les toilettes, peu après les deux auvergnats suivent, ils frappent à la porte des toilettes des juifs qui leurs tendent le billet et vont s'enfermer dans d'autres toilettes...

***********************************************************************************************************************

Mais il arrive que quelques fois les auvergnates se trompent.

Une jeune femme de 30 ans de la région d'Aurillac se confie à son amie en lui disant:

- Tu te rends compte à mon age je suis encore vierge, après avoir attendu aussi longtemps je voudrais pas me tromper pour ma première fois.
- Écoute c'est pas si difficile, tu regardes leurs pieds et s'ils ont de grands pieds la plupart du temps ils ont aussi un grand sexe.

Sur ces belles paroles les deux amies se séparent. Quelques temps plus tard la jeune femme prends le train pour Mauriac et elle voit le contrôleur regarde ses pieds et voyant qu'ils sont énormes elle se précipite vers les toilettes.
Le contrôleur la suit et lui demande de présenter son billet. La jeune femme s'enferme avec lui dans les toilettes et lui dit: Prenez-moi, je suis entièrement à vous.

L'occasion faisant le larron le contrôleur un Clermontois commence à essayer déboutonner son col de chemise et n'y arrive pas.
Énervé, il s'exclame: C'est ça la SNCF ils vous donnent des chemises deux fois trop petites et des chaussures trois fois trop grandes...

***********************************************************************************************************************

Un enfant auvergnat comme tant d'autres mais attention dès foi papa n’apprécie pas .

Un enfant rentre dans la cuisine, en pleurant. Sa mère lui demande :
- Mais, qu'est-ce que tu as ?
- C'est papa, il s'est donné un coup de marteau sur un doigt.
- il n'y a pas de quoi pleurer, au contraire tu aurais dû rire.
- C'est ce que j'ai fait.

***********************************************************************************************************

Cela ce passe dans le petit village de Brassac

 

Robert est sur le point de fermer sa boucherie lorsqu'un chien entre,un porte-monnaie dans sa gueule.
-Bonjour le chien! Quel bon vent t'amène? Tu veux de la viande?
-Wouf!
-Que veux tu exactement? Un steak?
-Wouf!
Quel chien adorable tu fais! Tu es tellement intelligent!
Robert prépare le steak.Il prend le porte-monnaie,se paye et rend le porte-monnaie au chien avec la viande dans un petit sac.Le chien prend le sac et s'en va.
Fasciné par l'intelligence du chien,Robert ferme rapidement sa boucherie et s'empresse de le suivre pour voir a qui il appartient.Le chien entre dans un immeuble.Il monte jusqu'au troisième étage.Puis il saute pour sonner a une porte.Un homme ouvre,en colère:
-Je n'y crois pas Médor!Tu es vraiment idiot!
-Mais enfin monsieur, s’interpose Robert,ne le grondez pas ainsi!
C’est le chien le plus intelligent que je connaisse! Il est incroyable!
-Lui intelligent? Vous plaisantez, j’espère! Ça fait déjà trois fois qu'il oublie ses clés cette semaine.

 

---------------------------------------

Dans une pharmacie de la région d’Aurillac un jeune apprenti commence à travailler dans la boutique d'un pharmacien. Il apprend par cœur le nom de tous les médicaments. Et il s'étonne de voir un tiroir sur lequel est noté "illisible".
- Cherche pas, lui dit le pharmacien. Ça, c'est ce qu'on donne aux clients quand on n'arrive pas à lire l'ordonnance !

------------------------------

Dans le petit village de Brion
Un prêtre sonne chez les parents du petit Antoine, qui ouvre la porte.
Le prêtre dit :
- Je t'apporte clarté et lumière...
Antoine appelle sa mère :
- Maman, c'est EDF !

--------------

 

Lors d'une vente de charité, un riche Auvergnat fait un gros chèque mais ne le signe pas.

- Vous oubliez la signature, Monsieur !
- Non, c'est un don anonyme !

---------------------

Un Auvergnat va passer un mois chez un ami à Paris et, pendant tout ce temps, il vit entièrement à ses crochets. Quand son séjour se termine, l'ami le raccompagne à la gare et ils vont boire un dernier verre ensemble au buffet. Lorsque le parisien fait mine de payer, l'auvergnat dans un sursaut d’orgueil arrête son geste, sort une pièce et lui dit :

- Ah non, jamais de la vie ! Depuis un mois c'est vous qui payez sous prétexte que je suis votre invité. Maintenant c'est fini, le dernier verre, c'est sacré : on va le tirer à pile ou face !

 

 

C'est un fils de paysan qui bavarde avec son père :

- Papa, plus tard, j'ai envie d'être acteur.

- Ah ben, t'as de la chance mon gars pasque dans not' métier, des tracteurs, t'en auras ! 

Recueil  de quelques  blagues Auvergnates

 

A ces parisiens

Au cours d'une promenade en montagne,aux environs de Prat de Bouc dans le Cantal  un Parisien se perd dans le brouillard.
Après avoir longuement erré, il aperçoit une cabane et frappe à la porte :
- Y-a quelqu'un ?
- Ouaip ! Qui est là ?
- Je suis un promeneur égaré. Pourriez-vous me dire comment on fait pour redescendre dans la vallée ?
- Aucune idée ! Je suis un petit garçon, et je ne peux pas vous ouvrir.
- Alors demande donc a ton père...
- Je ne peux pas il est sorti quand maman est rentrée.
- Et ben demande à ta mère alors.
- Maman est sortie quand grand-père est rentré...
- P'tain de merde ! Bon demande à ton grand-père de venir alors...
- C'n'est pas possible ! Il est sorti quand mon grand frère est rentré...
- Bon alors appelle ton grand frère.
- Ben il est sorti quand je suis rentré...
- Cré nom de Dieu.......Mais bon sang de bon sang, vous n'êtes jamais en famille chez vous ?
- Ben... si, à la maison.... mais ici c'est les Chiottes !!!!

Un paysan ayant deux vaches qui fournissent deux fois plus de lait que ses collègues ayant une dizaine de ruminants dans leurs étables, fait quelques jalousies !

Au bout d'un mois, ils se concertent et décident d'aller voir Arthur (puisque tel est son nom) pour lui demander quel produit donne t-il à ses vaches pour produire autant de lait.

Dénégation, colère (le béret en arrière) : mais aucun produit ... « mille d...ou! »

Après quelques insistances, Arthur donne tous de même son secret :

En arrivant dans l'étable pour les traire il pose toujours la même question, tous les matins, à ses vaches : "ALORS CE MATIN, VOUS ME DONNEZ DU LAIT OU UN STEAK ? " 

Recueil  de quelques  blagues Auvergnates

 

Dans un village entre Pinols et le Mont Mouchet, le père et le fils bêchent lorsque soudain l'outil du gamin frappe quelque chose de dur. Il ramasse l'étrange objet et dit :

- " r'garde donc l'pére s'que j'viens d'trouver !

" - "Oh putain...une grenade de la dernière guerre et...Ho putain où est la goupille ?"

Le père arrache la grenade des mains du fils, la balance loin...sur les chiottes au fond du jardin et BAOUMMMM... A ce moment, la grand-mère sort du nuage de fumée en titubant et dit :

- "Cré vin diou...heureus'ment qu'j'la pas lâché dans la cuisine celui la ! "

Recueil  de quelques  blagues Auvergnates
Commenter cet article

patrick patrick 28/07/2020 00:21

J'ai un témoignage à partager sur le temple de manuka qui m'aide à retrouver ma femme qui m'a quitté depuis plus de 11 mois maintenant, le prêtre Manuka qui m'aide à la récupérer depuis quelques mois maintenant je la contacte pour rentrer à la maison elle pourrait me dire qu'elle avec quelqu'un d'autre, mais quand j'ai eu que les gens témoignaient sur le temple de manuka qui a utilisé son pouvoir pour aider les gens à restaurer l'amour dans leur mariage, je l'ai contacté pour qu'il m'aide avec mon mariage. il a fait ses prières spirituelles pour m'aider à récupérer ma femme. maintenant je suis heureux de ma vie, je pourrais récupérer ma femme qui m'a quitté. Je tiens à remercier Manuka de m'avoir aidé à restaurer mon mariage. en ce moment, au moment où j'écris, ma femme est de retour comme il l'a mentionné. Que Dieu vous bénisse, prêtre Manuka.
Je ne peux pas le remercier assez pour restaurer mon mariage et rassembler notre famille. Je voudrais aussi que vous le rencontriez comme je l'ai fait avec foi sur lovesolutiontemple1@gmail.com

manou 31/10/2016 09:37

Rire un peu ça fait du bien :)

micromick 07/03/2015 10:04

Elle sont désopilantes tes blagues! J'adore!
Passe une bon week-end.
Michel

bondurri 07/11/2014 21:21

petit sourire du soir merci bonne nuit amitié bises a vous 2!!!

Archives

À propos

Auvergne une région magnifique à explorer.Vous allez voir les villages d'Auvergne au travers du dernier siècle et aujourd'hui.Complètés par vos dons de photos(merci d'avance).De ce fait cela en fait un site unique car beaucoup de photos inédites. Vous aurez également des articles spécifiques fruits de recherche sur les anciennes industries,sources,gare,monde rural,légendes,faits divers anciens,personnalités,notre enfance,les spécialités auvergnates,pour les généalogistes beaucoup de photos d'écoles et les monuments des villages avec les noms ainsi que autres blogs ou sites enfin tout ce qui fait notre belle région . A vous de juger en me laissant un petit com. Petite astuce pour regarder les photos sans défiler dans le blog cliquer sur une photo de l'article puis à l'aide des flèches sur le coté de celle-ci vous pourrez visionner toutes les photos de l'article.