Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 L'Auvergne Vue par Papou Poustache

Les sources d'Auvergne: Ste Marguerite

11 Octobre 2016, 05:14am

Publié par Papou Poustache

Les Sources d'Auvergne

 

Une eau que vous  avez du boire mais que savez-vous de son histoire? voici ce que j'ai pu recceuillir sur ce site.

 

Tout d'abord lors de ma visite je ne m'attendais pas à retrouver des sources qui jaillissent comme cela mais ce qui m'a le plus surpris c'est le manque de mise en valeur du site.

 

Quand on pense qu'au début du 20èmè siècle elle aurait pu devenir une station thermale honnorable comme en témoignent les extraits de documents d'époque et que l'on voit aujourd'hui ce qu'il en reste..............heureusement cette source est toujours exploitée.

 

Je vous laisse découvrir le site comme  l'ai découvert

 

 

 

 

ste marguerite

 

Source exploitée actuellement par la socièté Sainte Marguerite

 

DSC06162 GF

 

L'ancienne usine

 

DSC06153 GF

 

DSC06117 GF

 

DSC06111 GF

 

Baptisée ainsi car à cette époque l'Allier se séparait en deux et formait une ile comme en témoignent les cartes postales plus loin

 

Le cycle de jaillissement de cette Source est toute les 4 minutes pour un jet qui dure 3 secondes

 

source de l'ile GF

 

DSC06110 GF

 

DSC06166 GF

 

DSC06121 GF

 

Le cycle de cette source est de 20 minutes pour un jet qui dure 3 minutes

 

source brissac GF

DSC06125 GF

DSC06139 GF

DSC06135 GF

 

source de la grotte GF

 

Contrairement aux deux précédentes celles -ci bullent en permanence.

 

 

Source du Tennis

 

DSC06159 GF

 

DSC06157 GF

 

Source du Héron

 

DSC06149 GF

 

Ancienne station thermale

 

 

DSC06160 GF

DSC06151 GF

DSC06150 GF

DSC06146 GF

DSC06145 GF

 

DSC06142 GF 

 

DSC06144 GF

 

 

Quelques cartes postales du temps où la Station thermale fonctionnait

 

 

Image6tttttttttttt

Image6

Image5

 

 

 

 

Image4tttttttttImage3

 

 

 

Image2.jpg

 

 

Voici trois  articles pris sur gallica 

 

 

Les Eaux thermo-minérales d'Auvergne, leurs spécialités médicales, leur état actuel et leur avenir,

par MM. G.-C. Allard et Boucomont,...  

-A. Delahaye (Paris)-

 

1862  

 

 

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k58492134/f75.texte.r=source%20auvergne.langFR.swf

 

 

 

 

 

 

Extrait 3 :

Des hommes dévoués qui s'occupent de l'avenir des eaux de l'Auvergne, Les eaux du Cantal appartiennent à la même classe hydro-minérale que les eaux du Puy-de-DômeSaint-Nectaire et Sainte-Marguerite, minéralisés d'une façon analogue, mais à des doses moindres, doivent attirer les mêmes malades doués d'une organisation plus excitable que pourrait irriter la Rourboule, Par leur haute température, les deux sources que nous venons de nommer, ainsi que celle de ChaudesAiguës, s'appliquent

 

Les eaux de Sainte-Marguerite, qui coulent dans la.
commune de Saint-Maurice, sur la rive droite de l'Allier,
ont été autrefois très-connues sous le nom d'eaux de
Vic-le-Comte. Leur composition chimique, qui les rap-
proche des eaux de Saint-Nectaire, est fort remarquable
en ce que le bicarbonate de soude s'y trouve en quantité
beaucoup plus grande, le chlorure du sodium étant à peu
près dans les mêmes proportions; en outre, leur tempé-
rature est moins élevée que celle des eaux de Saint-Nec-
taire. Ces conditions physiques et chimiques les rendent
propres à être employées avec succès dans les cas de
scrofule ou de rachitisme à 'forme éréthique pour lesquels
des eaux moins stimulantes que celles de Saint-Nectaire
sont nécessaires. Les eaux de Sainte-Marguerite sont en
outre utilisées en boissons et en bains contre les fièvres
intermittentes rebelles, les affections de l'estomac, la
chlorose.

M. le docteur Calamy, qui, pendant plusieurs années
a fait une étude suivie des eaux de Sainte-Marguerite

 

constate, dans un rapport fait, en 1860, à la préfecture
du Puy-de-Dôme, l'efficacité de ces eaux dans les affec-
tions anciennes du tube digestif, du foie, de la néphrite
chronique calculeuse, le catarrhe chronique de la vessie,
et en général contre les ^affections catarrhales. Elles
conviennent dans les cas de douleurs rhumatismales, de-
rhumatisme articulaire et musculaire chronique. Il re-
connaît à ces eaux une vertu purgative assez pro-
noncée.

M. Galamy, dans son rapport, demande comme indis-
pensable pour le traitement des malades qui fréquentent
ces eaux, la création d'un établissement pouvant contenir
vingt à vingt-cinq baignoires. '

L'état présent de cette station â besoin, en effet, d'être,
fortement amélioré. L'établissement actuel, situé dans la
jolie vallée de Saint-Maurice, est des plus primitifs : qua-
tre baignoires doivent suffire au traitement de ses nom-
breux malades ; tout y manque à peu près, commodités et
nécessaire, et, malgré ce dénuement presque complet,
cette station est fréquentée par de nombreux malades,
venus des cantons d'Issoire, de Veyre, de Billom, d,e
Saint-Dier, de l'arrondissement d'Ambert et du déparle-
ment de la Haute-Loire. Les eaux de Sainte-Marguerite
appartiennent à l'État; son concours et son appui
joints aux efforts du pays rendraient à cette station
son ancienne importance en y créant un établisse-
ment convenable pour les besoins des localités environ-
nantes.

 

 

 

GUIDE MEDICAL AUX EAUX MINÉRALES D'AUVERGNE

 

 

Texte pris sur ce lien

 

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5849322f/f91.image.r=source%20auvergne%20marguerite.langFR

 

 

 



 

FELIX PUY-LE-BLANC

Docteur en médecine de la Faculté de Paris
Ancien médecin, consultant aux Eaux de Saint-Nectaire

MÉDECIN CONSULTANT AUX EAUX DE IIOYAT

PARIS

COCCOZ, LIBRAIRE-ÉDITEUR

11, RUE DE L'ANCIENNE-COMÉDIE, 11

1877

 

 

 

GUIDE AUX EAUX D AUVERGNE 

 

Sainte-Marguerite, Saint-Maurice.

Toute petite station sur les bords de l'Allier,
Sainte-Marguerite a joui autrefois d'une grande
réputation dans le traitement de la gravelle et
même de la fièvre, si du moins il faut en croire
Jean Banc, médecin de Moulins du commence-
•ment du xvne siècle. Ce médecin prétend même
avoir vu des vestiges de thermes qui feraient sup-
poser que la station de Sainte-Marguerite a eu



une grande importance lors de l'occupation ro-
maine; il est probable que ces constructions ont
été emportées par l'Allier, car il n'en reste plus
aucune trace aujourd'hui, et nous ne les avons
pas trouvées signalées dans les auteurs qui ont
écrit sur l'Auvergne depuis le commencement du
siècle.

L'établissement du Sainte-Marguerite est situé
sur les bords de l'Allier, trop près même de la
rivière ; il se compose de cinq ou six baignoires
en bois et d'une douche en colonne ; l'eau y est à
34 degrés environ.

 

 

 

ANALYSE DES EAUX DE SAINTE-MARGUERITE

Par M. NIVET, de CLERMONT

 

Bicarbonate de soude 2.9699

Sulfate de soude , 0.2010

Chlorure de sodium 2.0300

Bicarbonate de magnésie 0.3336

de fer 0.0498

de chaux 0.9197

Alumine traces

Silice 0.1600

TOTAL PAR LITRE 6.6640

Les eaux de Sainte-Marguerite sont utilisées
dans le traitement de la goutte et de la gravelle,
ainsi que du rhumatisme ; quelques malades at-
teints de dyspepsie y viennent également, mais

elles ne sont fréquentées que par les malades des
localités environnantes.

Les eaux, qui sourdent du lit même de l'Allier,
paraissent assez abondantes ; mais, comme elles
sont très-mal captées, on ne peut juger ce qu'elles
pourraient donner.

Distractions. Promenades sur les bords de
l'Allier et dans les bois environnants.

Un seul hôtel, appartenant au propriétaire de
l'établissement ; prix, de S à 6 francs par jour.

On se rend à Sainte-Marguerite par Vic-le-
Comte, ligne de Clermont à Nîmes ; de Vic à l'éta-
blissement, dix minutes en voiture.

près les Martres-de-Veyre, station de Vic-le-Comte,
à une heure de Clermont.

 

 

 

 

LES

EAUX MINERALES

D'AUVERGNE

ETUDE COMPARATIVE DES DIFFERENTES STATIONS DE CE GROUPE

LE MONT-DORE LA BOURBOULE ROYAT

GHÀTEL-GUYON SAINT-NECTAIRE CIIATIEAUNEUF

CHAUDES-AIGLES, ETC.

PAR

 
Élève de L'Ecole pratique de Chimie «H Maître Membre titulaire de Société de Thérapeutique et de la Société médicale de l'Elysée

 

 

De MM. Jules LEFORT et TRUCHOT
ET LA CARTE HYPROLOGIQUE DU PUY-DE-DOME

du Docteur PETIT

PARIS

 

PLACE DE L'ÉCOLE-DE-MÉDECINE

 


1878

 

 




Les eaux de Sainte-Marguerite, connues sous les
noms d'eaux de Saint-Maurice ou de Vic-le-Comte,
font partie d'un groupe important d'eaux miné-
rales dont nous avons eu occasion de citer déjà
plusieurs sources.

C'est au bord de l'Allier, au centre d'un pays
riche et fertile, qu'est située cette station. Les co-
teaux qui l'environnent sont couverts de vignes
donnant un petit vin blanc d'une certaine, répu-
tation, et les vallons qui sont à leurs pieds, arrosés
par la rivière, produisent abondamment les légumes
et les fruits les plus beaux.

Deux sources ont successivement alimenté les
quelques baignoires de cet établissement : celle
des anciens bains, située sur le cours même de
l'Allier et qui a été peu à peu envahie par cette   ri-
vière, et celle des nouveaux bains, qui a remplacé
la première. L'une et l'autre viennent d'être taries
par la mise à jour d'une troisième fontaine beau-
coup plus abondante.

C'est à 4 mètres de la rivière qu'un heureux

coup de sonde a fait jaillir une source si merveil-
leuse qu'on lui a donné ce titre. Un dégagement
tumultueux d'acide carbonique donne à sa sortie
une forme intermittente, et relève son jet toutes les
trois ou quatre minutes; mais en dehors de ces
oscillations, communes à toutes les sources gazeu-
ses, a lieu, deux fois par jour, une véritable irrup-
tion hydrothermale : c'est alors à 7 mètres de hau-
teur que s'élance ce jet bouillonnant qui inonde
tout ce qui l'entoure.

L'impétuosité de cette sortie donne une idée de
ces geysers d'Islande, qui, à certaines heures, lan-
cent à  40 ou 50 mètres de hauteur leurs eaux et
leurs vapeurs brûlantes.

La source Merveilleuse avait lors de son analyse
par M. Truchot une température de 30°, mais de-
puis, elle est devenue dit-on, et plus chaude et plus
abondante. Le débit de cette source n'a pas été
encore calculé, mais son jet, qui est presque de
la grosseur du poignet, fournit dans ses grandes
éruptions une quantité suffisante d'eau minérale
pour alimenter' à eau vive un certain nombre de
baignoires.

L'acide carbonique dont cette eau est saturée ef-
face rapidement la sensation de fraîcheur qu'on
éprouve en entrant dans un bain à 30 ou 31°, et
produit sur la peau cette dérivation si précieuse
dont nous avons parlé au chapitre de Royat.

A côté de cette source thermale qui à elle seule
peut suffire à l'aménagement balnéaire de cette
station, s'en trouvent plusieurs autres fort minéralisées


 

Usées, mais n'ayant que 13 ou 14°. Telles sont
les deux sources de la Chapelle, ainsi appelées
à cause d’une petite église consacrée à sainte Mar-
guerite, près de laquelle elles coulent: la source des
Pigeons, et la fontaine plus récente du puits arté-
sien. Un peu moins riches que celles dont nous
donnons l'analyse, les sources de la Chapelle vien-
nent seules varient légèrement ces minéralisations
qui se ressemblent.

 


Ces eaux appartiennent à la classe des chloro-
carbonatées mixtes, dont nous avons eu trop sou-
vent à décrire les indications thérapeutiques, tant
en parlant de Royat que de Châteauneuf, pour
y revenir. Par l'abondance de leurs sels elles se
rapprochent beaucoup de celles de Saint-Nectaire,
mais leur basse température modifie le champ de
leurs applications: impuissantes en effet pour le trai-
tement du rhumatisme, elles se trouvent admi-
rablement appropriées à celui de l'anémie et de la
chlorose.

Tous les éléments les plus propres à réparer les
désordres fonctionnels qu'entraîne l'hypo globuliese
trouvent réunis dans cette minéralisation : essen-
tiellement plastiques et reconstituantes,stimulantes
des fonctions digestives comme les eaux chloro-
carbonatées mixtes, elles sont assez ferrugineuses .
pour fournir aux hématies l'élément indispensable
à leur formation.

Les eaux de Sainte-Marguerite ont joui jadis
d'une grande vogue, écrivait Jean Banc en 1605,
dans son Elude des eaux minérales de la basse Au-
vergne, et ont eu à une époque fort éloignée un
établissement thermal d'une certaine importance.

Les temps, hélas ! ont bien changés, car celui
d'aujourd'hui est par trop modeste ; nullement en
rapport avec la valeur des eaux qu'il abrite, il ne
peut que gagner à ne pas être décrit.

Nous croyons cependant que toute la richesse
minérale de ces eaux est effacée par l'action puis-
sante de ces bains tempérés d'eau gazeuse. Donnés

à eau vive, ils réaliseraient les effets remarquables
des bains acides de Châtelguyon, et pourraient
rendre à cette station la vogue légitime dont elle a
longtemps joui. Donc, pour être placées au premier
rang des eaux d'Auvergne, les bains de Sainte-
Marguerite n'ont plus besoin que d'être aménagés
dans un établissement nouveau propre à utiliser les
richesses minérales que vient de leur apporter la
source Merveilleuse.

 

 

La flore maritime

 

Le fait que l'eau qui jaillit soit salée modifie la flore environnate

 

 

geyser GF

Commenter cet article

Papou Poustache 29/08/2013 06:05

Bonjour,
La partie pas entretenue n'est pas exploitée par Sainte-Marguerite l'usine nouvelle est propre et aux normes.
Dommage je n'ai pas eu l'occasion de la visiter pour compléter cet article.
Qui sait si l'exploitant lit cet article peut-être m'invitera-t-il..............on peut bien rêver.

giselle43 28/08/2013 20:38

cet article est vraiment très intéressant, mais cela ne donne pas envie de boire cette eau !!! quel dommage que le site soit aussi mal entretenu. merci

kimcat 28/08/2013 15:13

Bonjour
Article très instructif
Bonne soirée
Béa kimcat