Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 L'Auvergne Vue par Papou Poustache

L'homme qui a vaincu la bête

19 Juin 2017, 06:37am

Publié par Papou Poustache

Cela fait 250 ans aujourd'hui et on en parle encore

A la découverte du village natif de Jean Chastel qui terrassa la Bête du Gévaudan le 19 Juin 1767

 

C’est le  village de la Besseyre Saint Mary en Haute Loire

Jean Chastel naquit le 31 mars 1708 au village de Darnes paroisse de La Besseyre-Saint-Mary, France.
Fils d’agriculteur, il épouse le 22 février 1735, Anne Charbonnier. Ils auront neuf enfants.

Jean Chastel exerça la profession de cabaretier dans son village ; il était également considéré comme chasseur professionnel, mais aussi braconnier. Un peu marginal, il fit même un bref séjour à la prison de Saugues.

Le 19 juin 1767, au cours d’une chasse organisée par le marquis d’Apchier, Chastel tua un animal de grande taille ressemblant à un loup, au lieu dit « La Sogne d’Auvers » à proximité de la forêt de la Ténazeyre paroisse de Nozeyrolles (Auvers actuellement). Depuis ce jour-là, la terrible bête du Gévaudan cessa de sévir dans le pays.

Jean Chastel ne fut guère récompensé de son acte.

Il emmena sa bête à Versailles où son odeur incommoda le roi qui la fit enterrer sur-le-champ sans accorder la moindre prime au chasseur. De récentes recherches historiques laisseraient penser que Jean Chastel ne soit jamais "monté" à Paris, mais que ce soit une autre personne qui ait fait le voyage.

Il est mort en 1789

Une stèle à la mémoire de Jean Chastel se trouve dans le village de La Besseyre-Saint-Mary.

La commune ou la bête fut exécutée

L'homme qui a vaincu la bête
L'homme qui a vaincu la bête
L'homme qui a vaincu la bête
L'homme qui a vaincu la bête
L'homme qui a vaincu la bête

Le village natif de Jean Chastel

L'homme qui a vaincu la bête
L'homme qui a vaincu la bête
L'homme qui a vaincu la bête
L'homme qui a vaincu la bête

Commenter cet article

manou 19/06/2017 14:42

Un grand merci pour ces précisions historiques intéressantes car je ne me suis jamais penchée à fond sur ces événements bien que j'ai croisé la bête à Saugues et à Marvejols :)

am phot'saône 23/02/2017 13:45

bonjour
merci pour ce partage. L'histoire est bien connue, et si malgré tout certain doute de l'existence de la bête, c'est toujours bon de rappeler les textes. L'internet permet cela, mettre à disposition des textes qu'à l'autre bout de la France nous ne pourrions pas trouver... ou si difficilement.

A Aujeurres, en Haute-Marne, figure sur la place une sculpture de la Peute Bète. Celle-ci emportait pour les dévorer, disait-on, les lavandières...la plus jeune, la plus belle, bien sûr ;). Dans ce cas, nous sommes bien proche de la légende qui incitait les jeunes filles à se méfier lorsqu'elles allaient laver le linge... Mais allez savoir ! quand les forêts étaient plus denses, les famines plus fréquentes... les loups plus nombreux... La commune a installé, sur le mur de la fontaine couverte, un grand panneau avec toute cette histoire relatée.
Nos historiens franc-comtois relate des histoires de loups (ou autres animaux affamés) qui auraient dévorés des enfants (ou des adultes) perdus dans les neiges de certains hivers trop rigoureux comme en connaissent les régions de montagne. Ainsi Bernard Clavel a raconté les hivers terribles dans sa saga Les Colonnes du Ciel et notamment dans le premier tome "la saison des loups".

Merci pour vos partages, grâce à vous on visite l'Auvergne, et on ne s'en lasse pas !
AM