Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Auvergne une région magnifique à explorer. Vous y verrez les villages d'Auvergne. Les traditions et cuisine auvergnates. L'histoire et les légendes d'Auvergne, Des photos du siècle dernier. Les blogs et site qui parlent de notre région. Les personnalités auvergnates. La littérature du terroir. Des histoires drôles. Des photos de votre jeunesse . Et enfin une impression de faire partie de ce site tant les situations et évènements vous ressemblent. Bonne visite Vous pourrez également me soumettre des articles concernant votre village ou hameaux . Me parler des histoires locales M'envoyer des photos de familles anciennes en précisant bien le lieu ou la situation Voici mon adresse émail. retrauzon43@gmail.com

L'école de notre enfance

Voici un article sur l’école que nous avons connu vous y verrez également un article sur l’école de nos parents et grands parents.

En fin d'article il y aura vos réactions que vous avez mis sur Facebook

Cette époque, j'allais à l'école primaire et j'avais 30 heures de cours et oui !

C'était dans les années 60

 Les horaires étaient

(8h30 – 12h00 et 13h30 – 16h30) sauf le jeudi et le dimanche, bien sûr. Sinon c'était tous les jours et même le samedi !

- En 1964 ou 65 nous avions congé le samedi après-midi à 15h30.

Quelques années plus tard ... nous n'avions plus cours du tout le samedi après-midi.

La cloche sonne…. L’Instituteur  invite fortement les enfants à garder le silence et à se mettre en rang deux par deux à la place de leur classe respective.

L'école était juste à côté de la mairie

 

Les locaux consistaient en une ou plusieurs classes selon l’importance de la charge de l’ensemble des élèves, toutes sections confondues – allant de la plus petite classe jusqu’au certificat d’études.

En ce qui me concerne dans mon village il y avait une classe pour une  ou deux sections

Intérieurement, toujours le même schéma : l’estrade sur laquelle se trouvait le bureau de l’enseignant, avec, derrière, le tableau noir, les craies et la brosse de feutre.

Au mur, étaient affichés les tables de multiplication et de division, la carte de France avec les départements (que l’on connaissait par cœur, les régions et l’atlas mondial, l’anatomie du corps humain, et quelquefois. Parfois, dans un coin, on pouvait voir un herbier ou encore un squelette reconstitué.

 

Tout ce que l’on jugeait nécessaire à une bonne instruction……

Les récréations il y en avait une à 10 heures 15 le matin et une autre à 15h15 l’après midi

Les garçons et les filles étaient dans la même cour toutefois il y avait une moitié chacun et c’était les instituteurs qui faisaient la séparation par une ligne fictive qu’ils créaient en faisant un va et vient entre les toilettes (qui étaient divisées en deux filles coté cour des filles et garçons de l’autre coté) .

Il y avait qu’un préau coté fille quand il pleuvait ,c’était le seul moment ou garçons et filles étaient réunis.

 

Les jeux étaient simples.

- Osselets

- Billes

- Ballon prisonnier

- Petit but

- Etc

L'école de notre enfance
L'école de notre enfance
L'école de notre enfance
L'école de notre enfance
L'école de notre enfance
L'école de notre enfance
L'école de notre enfance
L'école de notre enfance
L'école de notre enfance
L'école de notre enfance

École de notre enfance.

Dans cet article vous retrouverez ce que nous avons connu quand nous allions à l'école dans les années 50-60 je me suis appuyé sur des images d'un musée .
Mais ce sera surtout ce que nos parents et grands parents ont connus.

Vous trouverez par lien en fin d'articles d'autres publications qui se rapprochent plus ce que nous avons connues.

 

 

Musée -école -1900

Par ces quelques photos je retrace l'école que j'ai connu dans mon enfance (en partie).

 

 

Des liens qui vous mènerons vers des articles spécifiques

 

3-GF

Museé -de L'Ecole -1900

 

En cliquant sur le lien ci dessus vous accéderez au musée

Ouvert en 1992 par l'Association "Mémoire du Livradois", le Musée de l'Ecole 1900 fait revivre à ces visiteurs l'école d'antan.

Installé dans l'ancienne école de Saint-Martin-Des-Olmes qui a fermé ses portes en 1989, tout à commencer par la visite d'une seule pièce pour aujourd'hui en compter sept.
Au fil des années, la collection a été enrichie et le Musée de l'Ecole 1900 est devenu incontournable.

Menacé de fermeture, l'association "Les Amis de l'Authentique école de Saint-Martin-des-OlmesEcole 1900" rachète la collection afin de préserver ce patrimoine.

Cette association "loi 1901" compte de nombreux adhérents dont des membres de "La Route des Métiers" et a pour but de perpétuer le souvenir de l'Ecole d'autrefois afin de le faire découvrir aux nouvelles générations ou de rappeler cette époque aux plus anciennes.

De nombreux projets ont été créé notamment un partenariat avec ANCV ou la journée "Certificat d'études", et d'autres encore sont à venir.
L'enrichissement de la collection reste également une préoccupation afin que chacune de vos visites soit différentes...

 

 

1-GF

 

 

 

 

Numeriser0005

 

Rentrée -des classes -1900

 

Il faut savoir qu'a cette époque aller en classe était une joie car là on était au chaud et on ne travaillait pas a la ferme.

Autant dire que les élèves préféraient étudier que  rester à la maison.

L'élève dans son cartable (en bois pour les pauvres ,en carton bouilli recouvert de cuir pour les plus aisés)avait en plus des fournitures une bûche pour le poêle.

A cette époque l'instituteur était respecté autant dire quand on le croisait dans la rue les élèves le saluaient (au même titre que le médecin,le maire et le curé).

En campagne l'école était loin des fermes il fallait parfois une heure pour s'y rendre et l'hiver c'était dans la neige en arrivant on posait sa gamelle dans le réfectoire et on quittais les galoches ou sabots et on mettais les chaussettes a sécher vers le poêle.

 

 

 

131476511514

 

 

DSC07297-GF

 

 

 

5-GF

 

 La morale

 

La base de notre société puisque les gens ne sont plus éduqués il serait peut-être temps de revenir aux fondamentaux sans être un rétrograde je respecte les choix de notre société mais toutefois les valeurs comme le respect,l’honnête,la loyauté  et  l'honneur ne doivent plus être des mots dans un dictionnaire mais une réalité.

 

Dommage que nos hommes politiques ne montrent pas l'exemple

 

 

 La-morale

 

 

morale4

 

 

 

Les-livres-de-cours-de-la-rentree-1900

 

 

6-GF

 

 

 

 

 

 

 

 

A voir également
L'école de notre enfance
L'école de notre enfance
L'école de notre enfance
L'école de notre enfance
L'école de notre enfance
L'école de notre enfance

Vos réactions

Colette Ferran

J'adore la dernière phrase du texte sur nos politiques. Pour moi les horaires en primaire: 8h30-11h30 & 13h30-16h30 SORBIERS dans la LOIRE "42" 1960 1ère année maternelle -CP

Colette Ferran

Ecole privée de filles. En rang 2 part 2 sans parler, vérification des mains à l'entrée de la classe après avoir poser les habits et mis les chaussons. Debout derrière la chaise et au claquement des mains quand l'institutrice était assise on faisait de même dans un silence!!!!! Et là, la leçon de moral commençait comme tous les jours...👍👌

Jean Bonjean

Nous école le lundi ,mardi , mercredi , jeudi repos et reprise vendredi et samedi , les grandes vacances commençaient le 14 juillet après la fête des écoles avec défilés en blanc dans les rues de la ville , l'après midi gym au stade et le soir les vacances jusqu'à début septembre , a cette époques les profs n'étaient pas des fainéants comme ceux de maintenant et on était en moyenne 40 par classe et ça filait droit sinon collé le jeudi ou le dimanche toute la journée !!!

Pierre Marcel

Jean Bonjean " les profs n'étaient pas des fainéants "

Un peu fort de café...

Le travail a changé dans les usines, dans les bureaux, dans l'automobile...

Pourquoi faudrait-il que l'école ne change pas ?

Le reste c'est de la passion... quelle que soit la carrière embrassée.

Jean Bonjean

Pierre Marcel Si maintenant les profs sont des fainéants, la seule chose qui les intéresse, les vacances et rien d'autre

Pierre Marcel

Dans ma carrière, j'ai surtout croisé des collègues qui aimaient leur travail, respectaient leurs élèves.

Certes quelques électrons libres n'avaient pas leur place dans l’Éducation nationale... mais si peu.

Nathalie Mathe

J étais fille d un directeur d école d un minuscule village près du Morvan (Nièvre) de cette époque. Beaucoup de souvenirs nostalgiques de ces écoles et de ces modes d éducation !

 

Pierre Marcel

Nathalie Mathe Nostalgie ?

Ou tout simplement un moment de tendresse et de retour sur notre enfance ?

Nathalie Mathe

Pierre Marcel un savant mélange d’un peu tout.. le

Souvenir des CLasses uniques, de l odeur des pupitres et des plumiers, du bruit des chaises quand tous les élèves se levaient à l arrivée d’un adulte, la vue des vivariums dans lesquels nous observions les taupes, les serpents, les grenouilles, les insectes..

tout cela aux couleurs sépia d un vieux pagnol..

Pierre Marcel

Oui, en effet, ce sont des souvenirs liés à l'enfance.

J'y suis aussi très attaché.

J'ai acheté des objets d'école et assemblé une collection qui m'a permis de constituer une classe pour animer le musée de ma commune.

J'y ai accueilli des groupes (touristes), des classes aussi.

Je tenais le rôle de l'instituteur d'autrefois.

(je dis : "je tenais" car j'ai cessé à présent).

Beaucoup de jeux à partir d’une grande corde à sauter En effet pas de classe le jeudi mais des activités : Activités sportives menées par des profs de gym; patronages laïques ( grâce à l’engagement d’instit )ou religieux ; Eclaireurs de Fr ou scouts ....

Notre enfance est jonchée de souvenirs agréables, d'autres moins. Souvent nous gardons les meilleurs et embellissons cette époque car c'était une époque "d'insouciance", mais la vie de nos parents n'était pas forcément plus facile, plus enviable que la nôtre aujourd'hui.

 

Haut du formulaire

Noel Oisraux

et on fessait les punitions le samedi apres midi et par moment le dimanche suivant le nombre d heure de colle qu on devait faire

 

Lapluscute Martin

Faisait ou fessait 🙂

 

Haut du formulaire

Colette Paravy

Mon dieu que j'aimerai retourner dans ces années là, on avaient pas grand chose mais qu'est qu'on étaient heureux

Marie-line Jabaudon

Colette Paravy on avait pas de soucis

Colette Paravy

Marie-line Jabaudon ont avait surtout la belle vie

Claudine Raynal

Je suis entrée en CP, la même année, en classe unique (tous les cours et jusqu'à 42 élèves dans la classe). Nous rentrions déjeuner chez nous à pied, bien sûr et l'hiver nous apportions notre repas et nous mangions près du poêle. En CM1 et CM2, nous restions à l'étude pour préparer l'entrée en 6ème ou le certificat d'étude jusqu'à 18 h. Un soir c'était dictée questions, le lendemain résolution de problèmes. Les plus grands aidaient les petits et les relations étaient bonnes.

·  Christine Itier

Idem en 62,nous n étions pas avec les garçons,l école n était que filles,rue Saint Paul a l époque! Elle n existe plus,pareil pour le collège impasse guéménée,filles exclusivement,les garçons étaient à part! On les retrouvait place des Vosges!!!mais oui,la morale ne nous a fait que du bien,les horaires,on bronchait pas,on respectait maîtres et professeurs,on en est pas morts,bien au contraire.trop de laisser aller je trouve depuis notre époque.mais c est mon humble avis!😉

 

·  Jean Pierre Cresson

,n'en déplaise à certains, mais à cette époque, on passait le crtif à 14 ans avec molns de 5 fautes sur une page dictee et 15 sur 20 en calcul, oh pardon, on dit maintenant en maths ! 😂😊A d'accord 👍, on ne connaissait pas le solfège ? Mais aujourd'hui, je fais moins de fautes que les collégiens que j'ai dans mon 🚍. Amitiés. Jipe

Suzette Besse

C'était pareil pour moi dans les années cinquante. On commençait toujours par la morale. Nous étions plusieurs niveaux par classe et 40 à 45 enfants par classe! Il n'y avait jamais aucun troubles nous étions habitués à ne parler que quand on nous interrogeait. Donc pas de bruits! L'institutrice distribuait des exercices aux différents groupes et faisait la leçon à un niveau. C'était à chacun son tour et on travaillait!!!

 

Paulette Maury

Dans les années 60, dans mon école pas encore de brosse à tableau, mais des chiffons que l'on secouait le soir....bonjour le nuage de poussière de craies !! sans parler, le soir, de préparer l'allumage du poêle le lendemain matin on coupait des buchettes avec une petite hache !!! mais les horaires...oui...ca bossait !!!!

Jenny Bonnard

Les institutrices vouvoyaient les enfants… il en était de même pour les écolières… c’était Madame ou Mademoiselle untel … du respect, rien que du respect… entre les enseignantes et les élèves.

Il y avait des résultats, un très bon niveau… étonnant non !!!!!!

Aujourd’hui, la FRANCE est à la ramasse, quel déclin en si peu de temps !!!!! Quelle tristesse !!!

·  Marie-line Jabaudon

Nous dans les années 70 c'était 8h30 11h30,13h30 16h30sauf le jeudi et le dimanche et samedi après midi où on était libre

·  Barbara Rougeron

pour nous aussi a thiers c etait comme ca la morale en arrivant et apres les cours commencaient moi je suis nee en 1948 et e cette epoque on apprenait pleins de choses aujourdhui ils apprennent plus rien

 

Sylviane Vessayre

Je suis entrée en primaire en 1967 et j’ai connu les semaines à 5 jours pleins. Les pupitres en bois que l’on cirait et les pantoufles que l’on enfilait avant de rentrer dans la classe. J’ai appris à écrire au porte-plume et à l’encre violette. Que d’excellents souvenirs !!

 

Jeanine Barbat

C est aussi ce que j ai vécu dans les années 47.J ai commencé d écrire avec l ardoise et le crayon

Quel bruit infernal.Ca grinçait.

·  Déesse Gaïa

Merci Oui de belles choses à l'école à l'époque maintenant je plein les enfants masque ,vaccin ect ,fini l insouciance !!

·  Mireille Mercier

Entendu ce matin à la radio : 1/3 de temps scolaire en moins depuis les années 60

·  Michele Enault

Et surtout nous allions à l l'ecole a pied ,( quelquefois 1 km) pas de voiture pour nous vehiculer

Lapluscute Martin

C'était une époque différente, avec du mieux et du moins bien. Plus de respect, plus de travail en temps et en dureté, moins de salaire, pas de frigo, pas de machine à laver, pas de téléphone, pas de grandes surfaces, une médecine moins performante, moins de stress ...

Oui de très belles choses mais pas sûr que beaucoup voudraient retourner 60 ans en arrière en conservant leur âge !

·  Marie Murat

Tout a fait. Ma période de 53 à 61 avc cep en poche !! Et on ne voyait pas de sales gosses traîner les rues la nuit et détruirent le bien d'autrui.

Une toute autre moralité!

 

Barbara Rougeron

et pourtant mes freres et moi on etaient des enfabts turbulents c erait pas de tout repos pour les parents mais on faisais de mal a personnes

·  JeanMclaude Drexler

·  Andree Darnay

Monsieur Patou vous avez bien résumé ce qui était une journée à l école.que j ai été de 1942 à 1953 merci

·  Sabine Deleau

Très beau texte. Merci 🙂

·  Yves Joalhe

Aujourd’hui tu commence par enlevé les heures de grève et les heures de formation il reste pas grand chose et avec ça ils arrive à faire des bacheliers vas comprendre quelque chose 🤣

·  Monique Fushia

Je suis entrée à l école juste à 6 ans et les filles avaient leur classe et les garçons la leur , la journée commençait par une phrase de MORALE écrite au tableau à recopier sur nos cahiers et nous développions celle ci 30 mns , qui a été remplacé par l instruction civique ,

Il y avait du silence , on travaillait, on écoutait , on rigolait , on faisait des frises colorées sur nos pages de récitations , et nous nous levions lorsque la directrice venait dans la classe,

Congé le jeudi

Le bonheur

 

Barbara Rougeron

oui c vraie meme si on traînait les rues on ne détruisait pas le bien d autrui on rigolait on s amusaient sans faire de mal c etait la bonne epoque

 

 

·  Cigaline Deschênes

Tout à fait ça. J'ajouterai le verre de lait à la récréation 😊

 

Aline Atelier

Moi,en primaire une école pour les filles,une autre pour les garçons.et oui,un peu de morale pour commencer la journee

·  Dany Rolly

Je préfère mon époque que là leurs ♥️❤️

·  Florence Delprat

Et les anciennes générations ont créées les nouvelles :')

 

·  Nicole Coudert

C'est tout à fait ça et c était bien

· 

Laurent Gagnepain

Moi je me rappelle qu a la cantine on avait encore du vin coupé avec de l eau dans les pichet lol

 

Laure Herlem

C'est ça....il faut replacer l'instruction civique..les dictées..le calcul mental !!!

Une bonne base déjà !

·  Marie-Geneviève Llamas

et nous étions heureux! mais le savions-nous?

 

 

·  Tomas Rodriguez

Vraiment une époque révolue , hélas

·  Jacky Viallard

Et oui moi aussi le samedi et les jeudis dorés

·  Marc Armand

Ce qui m'a étonne, c' est les casquettes sur la tête pendant les cours!

·  Art Ben

C'est ma date de naissance ! 🤣

Mireille Ledru

Je connais une école d antan à Monastier et aimerait y emmener vos kids !!!! As you like !

·  Barbara Rougeron

coucou jean

oui c etait comle ca repos le jeudi ecoke le samedi et on reprenait l ecole apres avoir gauler les noix ca je m en rappelle

 

Annie Lafond

Et avec de bonnes matières mon école était a la sauvetat

·  Jean-Pierre Nicolas

Une époque où l’on écoutait le Curé, l’instituteur et le Maire !

 

Renee Fregeac

Pas la même chose maintenant .

 

·  Marie Murat

Sans oublier qu'on apprenait mm à coudre!!!! Il y avait 1h consacrée à ça tout le vendredis aprem...à la main bien sûr, pas à la machine...

·  Léah Delrieux

eh oui, école le samedi et on ne s'en porte pas plus mal !

·  Michèle Ros-Sanchez

Vous oubliez de préciser le nombre d'élèves par classe... En 1955 j'ai un classement nous étions. 42. Et tout fonctionnait parfaitement, au certif, à 14 ans en dictée un zéro soit 5 fautes était éliminatoire..

·  Elsa Guidobaldi

·  Gribouille Chabaud

Bonjour Papou Poustache,

chez nous (Lot) les garçons ne gardaient pas la casquette sur la tête en classe.

La classe était plus large mais il y avait 3 niveaux et nous avions encore des bureaux avec encrier et il fallait soulever le pupitre pour ranger ses affaires.

nous cirions nos bureaux à chaque veille de vacances et les filles et garçons étaient mélangés,

C'est arrivé au lycée de la 6ème à la terminale que nous avons été séparés les garçons au lycée Gambetta et les filles au lycée Clément Marot et je ne sais plus si c'était en 4ème ou en 3ème qu'on voyait arriver les élèves des CEG.

Merci pour tout ce que vous nous faîte revivre, bonne journée.

Auvergne

Gribouille Chabaud La photo a été prise lors d'une fête rétro au village ou c'est vrai on ne gardait pas la casquette c'était inconvenant

Irene Bezanger
Tout a bien changé mais pas toujours en bien
 
 
Dominique Béatrice Tomio
Les maîtres étaient sévères, mais y avait du bon.
Rien que la morale, le civisme et la politesse, ça fait toute la différence.
 

 

Jean-Claude Garnier
A quelle occasion ces scènes de classe ont elles été reconstituées ?
Les gamins ont l'air bien trop "contemporains" pour une photo de 1957 🤡
 

 
Therese Bayle
Jean-Claude Garnier pour notre fête rétro qui ce fait a la mi avril
 
Pauline Lafon
Une phrase de morale écrite sur le tableau quand nous rentrions nous connectait pour la journée !
 

 

Marie Pezon
Les photos couleur ne datent pas des années 60, à cette époque là on portait tous des blouses à l'école! J'ai aussi connu l'école "lundi, mardi, mercredi, vendredi, samedi", puis les mercredi sont devenus les jours de repos... J'ai passé le bac en 1978…
Afficher la suite
 

 
Jean Piludu
Marie Pezon Les photos ont été prises à l'occasion de la fête Rétro du village.
 

 

Evelyne Dessaigne Pauzerat
Hélas cette belle époque n est plus qu’un souvenir !!! Toutes les belles choses ont disparues!!!
 

 
 

 

Chantal Bonnefont
J ai connu cette scolarité...pas de car scolaire non plus ..
 

 

Monique Cornillon
j'ai connu tout çà
 

 

Jacqueline Morel
C'est bien vrai,mon mari se rappelle qu'il n'a pas pu aller au mariage de son oncle en 1964 car il était à l'école le samedi ap jusqu"à 16h.À cette époque personne ne parlait de partir en week-end.

Pierre Marcel

Aïe, Aïe...

J'ai lu les commentaires... Ouf !

Il apparaît que tout un chacun souhaiterait que l'école d'aujourd'hui soit la même que celle de son enfance.

OK. Mais alors si tout était si bien avant, chacun accepterait-il de :

- remettre des sabots pour aller faire ses courses ?

- de faire la vaisselle dans une bassine et bien entendu d'aller chercher son eau avec un seau à la fontaine ou au puits ?

- d'aller au petit coin au fond du jardin, ou sur le palier ?

- de faire sa toilette dans la cuisine avec de l'eau froide dans une bassine ?

- de ne pas avoir de congés payés ?

Cessons de rêver notre enfance. Elle a été ce qu'elle a été, heureuse ou pas.

Les enseignants qui frappaient les enfants, décollaient des oreilles ne manquaient pas... Faut-il le regretter ?

Le respect c'est avant tout regarder l'autre comme son égal.

 
Jeannine Chalvignac
1957, j'avais 9 ans, donc je confirme que c'était tout fait ça et surtout qu'on était très heureux, la morale de la journée était très importante et résonnait dans nos têtes à tel point que nous l'appliquions sans réserve. Je crois qu'alors il y avait , entre autre ,moins de harcèlement à l'école, on nous apprenait la solidarité, la modestie, le respect, et on se sentait tous au même niveau...Bon , autres temps, autres moeurs, pas de nostalgie , juste une constatation....

 

Simone Françoise Polge
on était tres heureux ! ne généralisez pas trop .les profs manquaient de psycologie,pour peu que vous soyez timide vous étiez tres vite jugé .moi je suis née en 31. hier quoi !J' essaie de retrouver mes collègues de classe mais en vain ....
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
J’apprécie votre article qui rappelle à peu près ce que j’ai vécu à la même époque, mais dans une grande ville.
L'école accueillait nombre d’enfants qui habitaient à 2 km, les cours de l’après-midi étaient de ce fait décalés d’une 1/2 heure. Par temps de pluie nous vidions nos bottes de l’eau accumulée et les mettions au pied du poêle. En 1960 il n’y avait guère de différences entre une ville de 72 000 habitants et un village qui n’en avait que 400.

Une chose m'étonne toutefois. Dans les villages, les garçons avaient le droit de conserver leur casquette en classe ? J’en suis même choquée.
Répondre
R
Très bel article
Merci
Bonne journée dominicale
Répondre
B
cela me rappelle mon enfance et nous avons pas de pièces dans l'écomusée merci papou bises a vous 2 !!
Répondre