Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Auvergne une région magnifique à explorer. Vous y verrez les villages d'Auvergne. Les traditions et cuisine auvergnates. L'histoire et les légendes d'Auvergne, Des photos du siècle dernier. Les blogs et site qui parlent de notre région. Les personnalités auvergnates. La littérature du terroir. Des histoires drôles. Des photos de votre jeunesse . Et enfin une impression de faire partie de ce site tant les situations et évènements vous ressemblent. Bonne visite Vous pourrez également me soumettre des articles concernant votre village ou hameaux . Me parler des histoires locales M'envoyer des photos de familles anciennes en précisant bien le lieu ou la situation Voici mon adresse émail. retrauzon43@gmail.com

Il était une fois la vigne à Mirefleurs

 

On peu lire dans les écrits de Sidoine Apollinaire  que les vignobles prospéraient dans cette région du Massif central, dès le Ve siècle.

Ils se développèrent tout au long du Moyen Âge, et la superficie plantée en vigne atteignit 21 000 hectares à la fin du XVIIIe siècle, puis 34 000 hectares après la Révolution française.

Le Puy-de-Dôme cultivait 27 ou 28 000 ha de vignes (pour une production de 600 à 800 000 hl par an) durant le XIXe siècle, lorsque le phylloxéra impacta sérieusement les vignobles du Midi qui produisait la consommation nationale pour une bonne part. Les départements situés plus au nord bénéficièrent alors d'un surcroît de demande. C'est pourquoi, dans le Puy-de-Dôme, le vignoble s'accrut notablement après 1880 jusqu'à dépasser les 40 000 ha en 1892.

Depuis longtemps à Mirefleurs on produit du vin d’excellente qualité et en 1889 on dénombre sur la commune Cent quatre-vingt-seize propriétaires et vignerons (Voir la pétition ci-dessous).

Malgré les supplications auprès de Saint Verny patron des vignerons qui trône dans l'église  le Philoxera arrive en Auvergne et Mirefleurs n'est pas épargné.

On va tenter d'introduire des plants américains résistants mieux à la maladie mais le mal est fait très peu de viticulteur vont s'en remettre.

 

Mirefleurs est une commune française ayant l'autorisation de produire les vins d'appellations suivantes :    
-  le Puy-de-Dôme
-  le Côtes d'Auvergne.

 

Titre : Journal officiel de la République française.
Travail de la vigne

 

Cent quatre-vingt-seize propriétaires et vignerons de la commune de Mirefleurs (Puy-de-Dôme) s'adressent au Sénat, par voie de pétition, pour demander des mesures répressives contre la vente des vins artificiels offerts aux acheteurs comme des vins naturels.

 

Les pétitionnaires s'appuient sur la crise que subit depuis longtemps l'agriculture et particulièrement la vente des vins naturels d'Auvergne. Un grand nombre d'industriels ne possédant aucune propriété vendent comme vins d'Auvergne, et à des prix inférieurs, des produits qui n'en ont que le nom. Cette concurrence déloyale met les vignerons de l'Auvergne dans 1 impossibilité d'écouler leurs produits.

 

En conséquence, ils demandent : Qu'il ne soit permis de vendre comme vins naturels que les vins véritables provenant de raisins frais ; Que le vendeur soit tenu de vendre sa marchandise sous sa véritable dénomination;

 

Que les raisins secs qui entrent en France payent un droit assez élevé pour que leur prix de revient ne soit pas préjudiciable aux intérêts des vignerons ; Que tout commerçant vendant des vins autres que les vins naturels sans en avoir fait la déclaration soit puni sévèrement ; Enfin, que la loi du 22 juillet 1884, relative à la modération de taxe sur les sucres destinés au sucrage des vendanges soit rapportée.

 

Une proposition de loi, due à l'initiative de notre honorable collègue, M. Griffe, en ce moment à l'ordre du jour de la Chambre des députés, après avoir été adoptée par le Sénat, donne en partie satisfaction aux

 

vœux émis par les pétitionnaires.

 

La 5e commission des pétitions propose de renvoyer à M. le ministre du commerce la pétition des propriétaires et vignerons du Puy-de-Dôme. — Renvoi au ministre du commerce, de l'industrie et des colonies.)

 

SIXIÈME COMMISSION (Nommée le 18 juin 1889.)

Photo de Vendanges
 
Texte du site de la mairie

 

A Mirefleurs même, elles couvraient la moitié des surfaces cultivables, prenant naissance en bordure d'Allier, pour se terminer sur les pentes du Puy Saint Romain c'est à dire vers 700 mètres d'altitude de hauteur maximum de plantation.

 

Vers 1880 la foudre va s'abattre sur toute la contrée . Le phylloxera qui ravage le vignoble français s'attaque à Mirefleurs. Le mal est nouveau, les remèdes inconnus, et en l'espace de 25 ans il réduira à quelques hectares la surface des terres plantées en vignes, entraînant la désespérance et la pauvreté.

 

En 1889, en1900 le dégrèvement général des impôts est sollicité. Le 12 août de la même année, le conseil déclare le vignoble pratiquement détruit et le Maire déclare « les propriétaires sont plus que dans la gêne, ils sont malheureux ».

 

Entre 1870, période de prospérité et 1905-1910, et du fait des départs des journaliers agricoles contraints de chercher ailleurs du travail (ils deviendront, pour beaucoup, ouvriers de la Manufacture Michelin), la population va s'effondrer, passant de 1225 à 860.

 

Vendangeurs
La Vigne américaine : sa culture, son avenir en Europe1891

Le Rouge de Mirefleurs, récemment baptisé Noir lleurien, et qui ressemble au Plant Durif, a souffert dans la plaine. Il ne faut donc le planter que sur les coteaux et surtout en terrains blancs, où le.Gamai se chlorose

Pressoir
 
Une propriété viticole au XVIème siècle:

La Grange de Gergovie

Les bâtiments importants, qui la font qualifier au milieu du XVIe siècle de « fort grande maison » , occupent le centre de ce que nous pouvons dès maintenant appeler la réserve :

La maison d'habitation comprend au moins cinq pièces qui s'ouvrent sur l'extérieur par sept fenêtres (une grande salle abbatiale, deux chambres, une garde-robe et une chapelle). La partie de la grange réservée à l'exploitation se compose de deux bassecours, une grange, une étable, une fenière, un cuvage avec pressoir et sept cuves, enfin un four.

Ces bâtiments sont entourés des terres de culture. Au sud, la « grande vigne », création du XIVe siècle, d'une superficie estimée au XVIe siècle à cent œuvres , close de murs de pierre sèche pour la protéger du bétail , fournit aux religieux un des revenus auxquels ils tiennent le plus ; dans tous les contrats, dont elle est l'objet, des clauses spéciales précisent les façons qu'elle doit recevoir ; son vin est réputé et passe pour un des meilleurs d'Auvergne .

A cette vigne s'ajoutent d'autres parcelles soit contiguës, soit peu éloignées, en particulier : Deux champs à la Condamine dont un de dix sétérées ; une ou plusieurs parcelles, dont au moins une partie est en chaume et sert de pacage, et qui se trouveraient entre les bâtiments, la vigne et le chemin de La Roche  ; un champ au terroir de Mandouleix d'une superficie de dix sétérées  ; un jardin .

Il était une fois la vigne à Mirefleurs
Il était une fois la vigne à Mirefleurs
Il était une fois la vigne à Mirefleurs
Il était une fois la vigne à Mirefleurs
Il était une fois la vigne à Mirefleurs
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article