Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Auvergne une région magnifique à explorer. Vous y verrez les villages d'Auvergne. Les traditions et cuisine auvergnates. L'histoire et les légendes d'Auvergne, Des photos du siècle dernier. Les blogs et site qui parlent de notre région. Les personnalités auvergnates. La littérature du terroir. Des histoires drôles. Des photos de votre jeunesse . Et enfin une impression de faire partie de ce site tant les situations et évènements vous ressemblent. Bonne visite Vous pourrez également me soumettre des articles concernant votre village ou hameaux . Me parler des histoires locales M'envoyer des photos de familles anciennes en précisant bien le lieu ou la situation Voici mon adresse émail. retrauzon43@gmail.com

Ternant les Eaux

 

 

Ternant les eaux

 

 

 

 
Voici les photos du village de Ternant-les-Eaux et des alentours de 2013
Pour rappel, et pour situer ces images dans leur contexte, Ternant-les-Eaux est situé dans le département du Puy-de-Dôme de la région de Auvergne Rhône Alpes et a une surface de 3.59 km ² pour une population de 45 habitants. La carte de France du village de Ternant-les-Eaux est présente en bas de page.

 

A voir également

 

Ternant les Eaux

 Le village de Ternant-les-Eaux appartient à l'arrondissement d'Issoire et au canton d'Ardes. Le code postal du village de Ternant-les-Eaux est le 63340 et son code Insee est le 63429. Les habitants de Ternant-les-Eaux se nomment les Ternantais et les Ternantaises.

 

 

Le village a changé 3 fois de nom  au cours de l'histoire de la commune :

  • 1793 : Ternan

  • 1801 : Ternant

  • 1919 : Ternant-les-Eaux

 

Ternant les Eaux
Ternant les Eaux
Ternant les Eaux
Ternant les Eaux
Ternant les Eaux
Ternant les Eaux
Ternant les Eaux
Ternant les Eaux
Ternant les Eaux
Ternant les Eaux
Ternant les Eaux
Ternant les Eaux
Ternant les Eaux
Ternant les Eaux
Ternant les Eaux
Ternant les Eaux
 

Eglise Sainte-Marguerite de Ternant les eaux

L'église actuelle possède un chœur voûté d'ogives du 15e siècle, seul élément de datation ancienne. L'édifice de plan en croix latine possède une nef voûtée en berceau continu. Le chœur se prolonge au nord et au sud par des chapelles plus basses, voûtées en berceau. Une sacristie, située à l'est du chœur, présente un plan carré voûté d'arêtes. Un arc diaphragme reposant sur pilastres nus engagés par l'intermédiaire d'impostes, sépare la nef du chœur. Les nervures d'ogives reposent sur des culots ornés de têtes grossières. Un clocher-mur à pignons et baies jumelées s'appuie à l'aplomb de l'arc diaphragme.

Ternant les Eaux
Ternant les Eaux
Ternant les Eaux
Ternant les Eaux
Ternant les Eaux
Ternant les Eaux
Ternant les Eaux
Ternant les Eaux
Ternant les Eaux
Ternant les Eaux
Ternant les Eaux
Ternant les Eaux

Le finage de la commune actuelle de Ternant se compose d’un plateau basaltique et de son versant méridional, dans le bassin supérieur et sur la rive gauche du Couty.

Elle est limitée par les communes de Vodable au nord, de Dauzat-sur-Vodable à l’ouest, de la Chapelle-Marcousse au sud-ouest, de Saint-Hérent au sud-est, de Mareugheol au nord-est.

Les cadres historiques

Aux XIIIe-XIVe siècles, le territoire de Ternant était situé dans les limites de l’ancienne châtellenie des comtes dauphins de Vodable,dans le Lembron, au contact de la nouvelle châtellenie de Dauzat, créée par les mêmes princes, en bordure du Cézalier, sur une terre siège d’une église et d’un prieuré à vocation paroissiale et relevant de Saint-Géraud d’Aurillac.

1.1. La situation paroissiale Le village de Ternant et son finage ont d’abord fait partie de la paroisse de Dauzat.Au XVIe siècle, Ternant était le siège d’une chapelle annexe de l’église paroissiale de Dauzat, d’origine priorale et castrale1. Sur le plan religieux, la chapelle de Ternant est restée une succursale de la paroisse de Dauzat jusqu’à l’érection du village en chef-lieu de commune. Au début du XIIIe siècle, Dauzat était le siège d’un prieuré de l’abbaye Saint-Géraud d’Aurillac, installé sur un terrain que les religieux prétendaient posséder à titre d’alleu.

Un contrat de pariage fut conclu entre le prieur et le comte dauphin, seigneur du château de Vodable.En 1217, le prieur autorisa Dauphin, comte de Clermont, et son fils,à construire un château sur la partie du site la plus apte à être mis en état de défense et à l’emplacement qui lui paraîtrait le plus favorable,ainsi qu’à y fonder une ville franche dotée de bons privilèges, afin d’assurer le développement du village. De son côté, le prieur était libre de construire à sa guise dans le voisinage de l’église, à condition que les nouveaux bâtiments ne soient pas fortifiés. Le comte devait faire hommage à l’abbé d’Aurillac et s’engageait à lui ouvrir le château qu’il devait construire à chaque réquisition.Conformément à l’accord, un château comtal fut bien construit en association avec l’église,sur un même rocher, facile à mettre en défense. Mais la ville neuve prévue ne semble avoir connu qu’un développement limité et avoir été réduit à un petit village qui ne présentait aucun des caractères propres aux agglomérations de ce type.Il n’en reste pas moins qu’un tel contrat suppose,chez les deux seigneurs, la volonté commune de fonder un nouveau peuplement dans le pays coupé situé sur les marges occidentales de la châtellenie de Vodable et dans le prolongement de la paroisse de Dauzat.Autrement dit, le contrat représentait, à l’initiative du comte dauphin (la rédaction donne à penser qu’il fut demandeur) et en association avec le prieur, une première tentative de mise en valeur de ce secteur marginal sous forme d’une ville neuve organisée autour d’un nouveau château comtal et de l’ancienne église priorale, sur un territoire qui relevait de la châtellenie de Vodable, mais que les religieux pouvaient considérer comme un prolongement et une extension de leur paroisse.Si la tentative fut partiellement un échec sur le plan du peuplement, elle fut cependant suffisamment engagée sur le plan ecclésiastique pour que les religieux puissent considérer avoir conservé des droits paroissiaux résiduels dans toute l’étendue du finage de la ville neuve projetée, en particulier sur le village de Ternant qui en prit la suite et resta rattaché à la paroisse de Dauzat.

 

La suite dans

https://www.lesfortsvillageois.fr/userfile/TERNANT-LES-EAUX-2017_2019.pdf

 

Généalogie

VERDIER Ternant-les-Eaux, 63340 (Puy de Dôme, Auvergne, France) 1734 - 1783

VERDIER Ternant-les-Eaux, 63340 (Puy de Dôme, Auvergne, France) 1734 - 1783

FABRE Ternant-les-Eaux (Puy de Dôme, Auvergne, France) 1734 - 1746

GAILLARD Ternant-les-Eaux (Puy de Dôme, Auvergne, France) 1704 - 1751

GAULFIER Ternant-les-Eaux (Puy de Dôme, Auvergne, France) 1734 - 1806

PAGÈS Ternant-les-Eaux (Puy de Dôme, Auvergne, France) 1726 - 1845

PALLADRE Ternant-les-Eaux (Puy de Dôme, Auvergne, France) 1704 - 1805

TOUZET Ternant-les-Eaux (Puy de Dôme, Auvergne, France) 1731 - 1855

MARTIN Ternant-les-Eaux, 63340 (Puy de Dôme, Auvergne, France) 1744 - 1744

VERDIER Ternant-les-Eaux, 63340 (Puy de Dôme, Auvergne, France) 1744 - 1744

Ternant les Eaux
Ternant les Eaux
Ternant les Eaux
Ternant les Eaux
Ternant les Eaux
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article