Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Auvergne une région magnifique à explorer. Vous y verrez les villages d'Auvergne. Les traditions et cuisine auvergnates. L'histoire et les légendes d'Auvergne, Des photos du siècle dernier. Les blogs et site qui parlent de notre région. Les personnalités auvergnates. La littérature du terroir. Des histoires drôles. Des photos de votre jeunesse . Et enfin une impression de faire partie de ce site tant les situations et évènements vous ressemblent. Bonne visite Vous pourrez également me soumettre des articles concernant votre village ou hameaux . Me parler des histoires locales M'envoyer des photos de familles anciennes en précisant bien le lieu ou la situation Voici mon adresse émail. retrauzon43@gmail.com

Le béal à Lempdes

Dans cet article nous allons parler du Béal qui un temps a été menacé d'assèchement par les autorités mais grâce à une poignée de personnes déterminées ce patrimoine va être préservé.

Sans rentrer dans les détails je vais essayer de vous faire comprendre à quoi servait ce bief appelé Béal,combien de moulins alimentait-il,à quoi servaient les moulins et plein d'autres questions que vous vous posiez.

Cet article a été réalisé avec la collaboration des riverains.

Généralité sur les moulins et biefs

C’est entre le 10e et le 13e siècle que le nombre de moulins à eau connaît une formidable extension en France liée à l’augmentation de la population et de la production, aux défrichements et au glissement de la culture des blés vêtus (épeautre) vers les blés non vêtus (seigle, froment) qui se prêtent mieux à la mouture.

 L'utilisation de l'énergie hydraulique permet une productivité sans comparaison avec le travail manuel d’un serf ou domestique (environ 40 fois plus).

 Il est vraisemblable qu’à Lempdes, les premiers moulins ont été aménagés relativement tôt sans doute vers le 15e siècle, le village ayant été développé au 16e siècle, le prieuré et ses paysans ayant donc besoin de faire moudre leurs grains.

Pour cela au 15éme siècle on pense que le béal a été creusé afin d'alimenter les moulins de lempdes jusqu'à Bayard dernier moulin sur ce bief avant que celui ci se rejette à nouveau dans la rivière Allagnon.

Les seigneurs de Lempdes ont largement tiré profit de la rivière très poissonneuse à l'époque : le 5 juin 1698, par exemple, Antoine Henri de Montaigut autorise Jean Barrier, meunier à qui sont baillés trois moulins dont un à chanvre, à faire un montant pour prendre les poissons en précisant que les saumons reviendront au seigneur.(Wikipédia).

L’eau n’appartient à personne en particulier, «res communis» ou chose commune, «de droit naturel», elle appartient à tous.En vertu de ce principe très ancien (le Code de Justinien, au 6è siècle de notre ère, l’énonçait déjà), l’eau courante, celle des cours d’eau, ne peut faire l’objet que d’un droit d’usage et en aucun cas d’un droit de propriété.

Notion de «droit d’eau»

L’utilisation de l’eau a toujours été l’objet de rivalités. Au temps où les moulins utilisaient l’eau comme source d’énergie (énergie gratuite, renouvelable et non polluante), cette eau était leur outil de travail et les conflits entre meuniers étaient chose courante voire quotidienne.

Dès 1791, les privilèges féodaux n’étant pas encore abolis par la Révolution, un avis au public stipule que «chaque particulier peut ériger sur son terrain un moulin», sous réserve d’en obtenir l’autorisation administrative sous forme d’un «règlement d’eau».

Ce règlement d’eau, destiné à préserver la conservation des cours d’eau et le respect du fonctionnement des turbines.

Voir lien: https://www.moulinsdefrance.org/wp-content/uploads/2018/09/lesmoulinsetleau.pdf

 

La gestion de l'eau

Après la Révolution, des particuliers de plus en plus nombreux érigent de nouveaux moulins et réclament des droits sur l'eau. Le principe retenu étant que l'eau n'appartient à personne mais est d'usage commun. Les lois de 1790 et 1791 donnent pouvoir à l'administration de régler les problèmes. C'est donc le préfet qui accorde l'autorisation réglementant le barrage, fixe l'emplacement, le niveau légal de la retenue, ainsi que la dimension des ouvrages régulateurs. Le niveau légal est la hauteur à laquelle l'usinier doit maintenir les eaux en temps ordinaire et les ramener autant que possible, en temps de crue. Cette surélévation ne doit ni gêner le moulin supérieur, ni endommager les rives en amont. Le meunier a toujours tendance à maintenir les eaux le plus haut possible, ce qui provoque de nombreuses protestations des riverains. Au XIXème siècle l'installation d'un déversoir en maçonnerie est obligatoire. L'excédent d'eau peut ainsi s'échapper, même en l'absence du meunier. Chaque moulin a son repère : pierre en relief, barre de fer, règle graduée en fonte.

Le Béal

Celui ci Débute à l'ancien pont de Lempdes dont il reste une voute qui enjambe le bief et un pillière de l'autre coté de l'allagnon.

Il traverse les communes de Lempdes,Sainte Florine,Moriat,Charbonnier,Brassac les Mines(à Bayard) Auzat sur Allier à Lacombelle et Beaulieu.

Sur le béal ainsi creusé on compte plus de 10 moulins installés sur 5 communes Lempdes, moriat Charbonnier,Sainte Florine et Brassac-Les mines.

Charbonnier/Moriat  possédaient  un moulin"Dit le Moulin Brulé" mais celui ci n'était pas alimenté par le béal mais par un bras de l'Allagnon.

On dénombre aussi un grand lavoir dans le village de Lempdes  mais aussi des petits postes de lavage le long du bief.

Des jardins longent le béal séparés par un chemin ceux-ci sont clôturés par un haut mur qui protège du nord dans lesquels on a laissé une porte pour accéder à l'eau.

 

Inventaire des moulins sur le béal

1 huilerie place du bosquet

2 moulin d’en haut (production d’électricité les dernières années).

3 moulin d’en bas (farine et huile)

4 moulin de la Ribeyre  (production d’électricité les dernières années).

5 moulin de Bos-sacrat (concassage , farine , forge les derniers années)

6 moulin des Graveyrat (moulin Brionnet) forge et farine par la suite.

7 moulin de Pressat , Vignal (farine).

8 moulin Sabatier

9 moulin le Dardelin (Production d'électricité et puis pompage de l'eau potable pour la ville de Sainte Florine)

10 Moulin de Charbonnier complètement détruit

11 et 12 les deux moulins sous Bayard.également détruit

Inventaire réalisé avec la collaboration de Michel Tardy  propriétaire du Moulin de Bos-Sacrat et membre actif du collectif de sauvegarde du Béal.

 

Quelques moulins encore existants sur le béal

Le béal à Lempdes
Le béal à Lempdes
Le béal à Lempdes
Le béal à Lempdes
Le béal à Lempdes
Le béal à Lempdes
Le béal à Lempdes
Le béal à Lempdes
Le béal à Lempdes

Un moulin,un élément du patrimoine industriel !

 

 

Bien plus qu’un bâtiment au bord de l’eau, un moulin est une installation conçue pour utiliser la force hydraulique d’un cours d’eau.Il est intégré dans un ensemble constitué de différents éléments (dénommés accessoires) formant un tout :

1. Barrage (« chaussée ») : ouvrage maçonné submersible en travers du cours d’eau, avec une partie supérieure appelée déversoir.Il permet l’amenée de l’eau de la rivière vers le moulin.

2. Bief (canal d’amenée) : canal artificiel permettant l’amenée de l’eau au moulin.

3.Vanne de décharge : située sur le bief ou la chaussée, elle permet de gérer le niveau de l’eau à l’amont de l’ouvrage.

4. Vanne ouvrière : située avant la roue, elle permet la mise en marche ou l’arrêt de celle-ci.

5. Moulin : installation bâtie comportant une roue ou une turbine qui emploie la force hydraulique. 6. Cours d’eau naturel.

7. Ancien fond de vallée (talweg) : où coule naturellement le cours d’eau d’origine.

8. Canal de fuite : canal artificiel situé en aval du moulin permettant le retour de l’eau au cours d’eau naturel.

 

Les Moulins

 

Le droit d’eau

Un moulin se distingue d’un simple bâtiment par l’existence d’un droit pour exploiter la force motrice de l’eau, communément dénommé « droit d’eau ». Sur un cours d’eau non domanial, il existe deux catégories de droit permettant d’utiliser la force hydraulique de l’eau

le droit fondé en titre, quand l’ouvrage est antérieur à la Révolution de 1789.Ce droit est attaché à la prise d’eau et aux ouvrages permettant l’utilisation de la force motrice. Il n’est pas attaché au bâtiment du moulin en tant que tel.Comment prouver son droit ? S’il ne dispose pas d’un acte authentique, le propriétaire peut retrouver une preuve de l’existence du moulin et de son droit d’eau associé en consultant les archives départementales (cartes de Cassini, actes notariés...)

• le droit fondé sur titre, établi après 1790 (loi du 20 août 1790 qui abolit les droits féodaux) selon la circulaire ministérielle du 23 octobre 1851.Ce droit s’adresse aux autres moulins, ou aux moulins fondés en titre lorsque leur consistance légale a subi une modification, entrainant une augmentation de la puissance motrice (évaluée par rapport au titre d’origine).

Le béal véritable réserve poissonnière

Le béal a été longtemps une rivière poissonneuse je me souviens dans les années 70 de grosses prises de truites de pécheurs chevronnés de sainte Florine.

Ce bief ombragé sur toute sa longueur regorgeait de goujons,vairons ,dables et bien sur de truites.

Il y avait également des saumons et truites de mer  qui remontaient par ce bief aujourd'hui cela en étonne beaucoup.

Voici un témoignage d'une personne en 1927.

 

L'association de défense du béal

Les membres de l'Association de défense du béal se sont réunis il y a peu pour organiser une prochaine réunion qui aura lieu le 27 février à 18 heures à l'ancienne mairie.

Laïla Malhomme, la toute nouvelle présidente, a exposé les faits qui, selon elle et avec les informations dont l'association dispose, mèneraient à « la fermeture partielle, voire définitive, du béal ».

Un ancien syndicat æ

Le béal est une ancienne construction de sept kilomètres qui part d'un barrage sur l'Allagnon et parcourt à côté de la rivière un cheminement jusqu'à Charbonnier-les-Mines. Sur ce canal, de nombreux moulins ont été construits, entre douze et quatorze, au fil des années.

L'ouvrage, selon les sources de l'association, aurait été construit au IX e siècle. Autrefois, un syndicat des usagers du béal avait été constitué. Hélas les années passant, les traces et les membres de ce syndicat ont disparu. Les membres de la nouvelle association de défense s'emploient à retrouver quelques éléments pouvant remonter à ce syndicat.

Ils expliquent : « Une nouvelle loi sur l'eau propose de maintenir un niveau d'eau constant sur l'Allagnon. Pour ce faire, l'éventualité de ne plus alimenter pendant certains jours le béal en fermant la vanne a été envisagée. Notre crainte est que le béal soit asséché et donc fermé ».

Par ailleurs, « quatre propriétaires ont reçu un courrier de la Direction départementale des territoires (DDT), qui réclamerait aux propriétaires des moulins installés sur le béal de justifier leur droit d'eau ».

L'association propose une pétition pour attirer l'attention de la population sur ce problème. « Nous allons contacter les sociétés de pêche et nous voulons mobiliser les habitants sur l'éventuel assèchement du béal et sa fermeture. Nous recherchons aussi tous documents ou personnes ayant connu le syndicat des amis du béal autrefois pour avoir des documents ». Et la présidente rajoute : « Le béal et ses moulins font partie du patrimoine local, nous devons les conserver. C'est pourquoi nous voulons mobiliser les habitants des trois communes ».

Texte pris sur le lien ci-dessous

Pour connaitre le patrimoine

Quelques photos et documents

Le béal à Lempdes
Le béal à Lempdes
Le béal à Lempdes
Le béal à Lempdes
Le béal à Lempdes
Le béal à Lempdes
Le béal à Lempdes
Le béal à Lempdes
Le béal à Lempdes
Le béal à Lempdes
Le béal à Lempdes
Le béal à Lempdes
Le béal à Lempdes
Le béal à Lempdes
Le béal à Lempdes
Le béal à Lempdes
Le béal à Lempdes
Le béal à Lempdes
Le béal à Lempdes
Le béal à Lempdes
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost1
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Villeboeuf Renée 03/06/2021 07:13

une note encore bien documentée, intéressante avec toutes les photos, incroyable comme la rivière était poissonneuse; aucun doute
il faut conserver ce patrimoine. bonne journée.