Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Auvergne une région magnifique à explorer. Vous y verrez les villages d'Auvergne. Les traditions et cuisine auvergnates. L'histoire et les légendes d'Auvergne, Des photos du siècle dernier. Les blogs et site qui parlent de notre région. Les personnalités auvergnates. La littérature du terroir. Des histoires drôles. Des photos de votre jeunesse . Et enfin une impression de faire partie de ce site tant les situations et évènements vous ressemblent. Bonne visite Vous pourrez également me soumettre des articles concernant votre village ou hameaux . Me parler des histoires locales M'envoyer des photos de familles anciennes en précisant bien le lieu ou la situation Voici mon adresse émail. retrauzon43@gmail.com

Les lacs de La Godivelle

Les deux lacs de La Godivelle

La commune de La Godivelle est située dans le Cézallier au Sud-ouest du département du Puy-de-Dôme, à la limite avec le Cantal. Perché à 1205 mètres d’altitude, le bourg de la commune est cerné par deux lacs : le lac d’En-Haut et le lac d’En-Bas.

C’est à la fois la commune la plus haute du département et la moins peuplée.

Le paysage actuel a commencé à prendre forme il y a plus de 10 000 ans, lorsque les derniers glaciers se sont mis à fondre sous un climat de plus en plus tempéré. Cette débâcle a créée de nombreux lacs, dont certains ont été progressivement colonisés par une végétation tourbeuse. Ainsi, la Coualle basse est un ancien lac entièrement comblé et le Lac d’En Bas, d’une cinquantaine d’hectares auparavant, n’occupe plus aujourd’hui que 10 hectares : vers le sud, la végétation a colonisée intégralement ce lac, jusqu’à former une tourbière bombée qui tend maintenant à se boiser. Si le Lac d’en Bas est récent (environ 10 000 ans) et d’origine glaciaire, le Lac d’en Haut, tout proche, est bien différent : c’est un lac de cratère vieux de 113 000 ans. Il couvre une surface de 15 hectares. De forme circulaire (diamètre de 300 m), il est niché au creux d’un maar basaltique.

 

Les lacs de La Godivelle
Lac de tourbière situé sur le plateau du Cézallier, à la limite du village de la Godivelle.
 

Le lac d’En-Bas est un lac d’origine glaciaire situé un peu plus bas que le précédent, à une altitude de 1 200m. Il forme, avec le lac de Saint-Alyre, une tourbière : Du 1er janvier au 15 août et du 15 octobre au 31 décembre, on peut pêcher le brochet, la perche, le gardon, la tanche, et quelques carpes ou grosses truites…

Au cœur du massif du Cézallier, la Réserve naturelle des Sagnes de La Godivelle abrite deux tourbières, véritable joyaux de biodiversité, situées en bordure du «Lac d’en Bas» et en aval du village de La Godivelle, à «la Coualle Basse». On peut y observer des plantes carnivores: la droséra et la grassette. Dans les trous comblés d’eau (gouilles) vit l’Argyronète, une araignée aquatique qui a la particularité d’emprisonner de l’air dans une toile en cloche qu’elle tisse sous la surface. C’est aussi une des très rares espèces françaises d’araignée pouvant mordre l’homme avec ses chélicères (crochets à venin) si elle est agressée (la morsure n’est pas dangereuse). D’autres espèces d’Arthropodes vivant dans cette zone présentent un intérêt scientifique. Le site est aussi un lieu de passage de nombreux oiseaux migrateurs.

Les lacs de La Godivelle
Les lacs de La Godivelle
Les lacs de La Godivelle
Les lacs de La Godivelle
Les lacs de La Godivelle
Les lacs de La Godivelle
Les lacs de La Godivelle
Les lacs de La Godivelle
Les lacs de La Godivelle
Les lacs de La Godivelle
Les lacs de La Godivelle
Les lacs de La Godivelle
Le lac d’En-Haut est un lac de cratère (44 mètres de profondeur) d’origine volcanique
situé à 1 239 mètres d’altitude.

 

- Le lac d'En-Haut est un lac de cratère d'origine volcanique .

(Il a été formé à la suite d’une explosion volcanique "maar") situé à 1 239m. d'altitude avec une profondeur d'environ 44m.

Il alimente le village en eau. De forme circulaire, il est un des lacs qui présente une pauvreté en nutriments, mais qui révèle en contrepartie une forte présence d'oxygène et une clarté de l'eau.

Il est uniquement alimenté par les neiges et les pluies

Les lacs de La Godivelle
Les lacs de La Godivelle
Les lacs de La Godivelle
Les lacs de La Godivelle
Les lacs de La Godivelle
Les lacs de La Godivelle
Les lacs de La Godivelle
Les lacs de La Godivelle
Les lacs de La Godivelle
Les lacs de La Godivelle
Les lacs de La Godivelle
Les lacs de La Godivelle
Les lacs de La Godivelle
Les lacs de La Godivelle
Les lacs de La Godivelle
Les lacs de La Godivelle
Les lacs de La Godivelle
Photos d'autrefois
Les lacs de La Godivelle
Les lacs de La Godivelle
Les lacs de La Godivelle
Les lacs de La Godivelle
Les lacs de La Godivelle
Les lacs de La Godivelle
Les lacs de La Godivelle
Les lacs de La Godivelle
Les lacs de La Godivelle
Ils en parlaient

LA GODIVELLE ; altitude, 1.175 m. environ; lieu du prélèvement à 1 km. de là Godivelle, en contrebas de la route d'Ardés ; date, 9 avril ,16 h. ;

D'après ces mesures, les lacs de cratère s'opposent par leur réaction aux lacs de barrage. L'eau des premiers est acide, celle des seconds est neutre ou faiblement alcaline.

Le lac de Montcineyre, bien que produit par le barrage d'une vallée, offre un subslralum géologique analogue à celui d'un lac de cratère. Ses eaux recouvrent en grande partie la base d'un cône volcanique quaternaire et par suite s.'étendent au-dessus d'un terrain de même nature sur lequel aucun dépôt alluvionnaire important ne s'est encore formé. En particulier la région du lac où la mesure a été faite présente un fond composé de roches de nature exclusivement volcanique, or, ses eaux sont acides, contrairement aux eaux des lacs de barrage à substratum de nature différente.

L'opposition là plus nette entre ces deux sortes de lacs est fournie par la comparaison entre les deux lacs de la Godivelle situés à une altitude peu différente, éloignés l'un de l'autre de 3oo m. environ; les prélèvements ayant été faits à un quart d'heure d'intervalle on ne saurait invoquer les variations de la pression atmosphérique pour expliquer les différences de résultats. Même constatation peut être faite pour les lacs de Monlcyneyre et de Bourdouze.

Il paraît donc évident que le substratum de ces lacs ait une influence sur la composition chimique de leurs eaux dont les différences de réaction seraient peut-être un des facteurs de la répartition de leur faune et de leur flore beaucoup plus pauvre dans les lacs de cratère que dans les lacs de barrage.

Je ne sais encore si un rapport existe entre le pH d'une eau et sa teneur en oxygène dissous. Ce sont des observations plus étendues qui pourront le faire connaître, de même que les variations annuelles de ces deux facteurs sous l'influence du développement de la faune, de la flore, et particulièrement du plancton pour lequel des analyses quantitatives et qualitatives demandent à être faites, complétant les travaux de RICHARD , BRUYANT et EUSEBIO.

En ce qui concerne les tourbières, elles montrent, comparativement aux mesures faites en été, une plus grande richesse en oxygène dissous et un degré d'acidité moins élevé. Ces variations me paraissent devoir être attribuées au ralentissement dans les fermentations et oxydations dont elles sont le siège, ralentissement dû à rabaissement de la température pendant là Saison hibernale et vérnale.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost1
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article