Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Auvergne une région magnifique à explorer. Vous y verrez les villages d'Auvergne. Les traditions et cuisine auvergnates. L'histoire et les légendes d'Auvergne, Des photos du siècle dernier. Les blogs et site qui parlent de notre région. Les personnalités auvergnates. La littérature du terroir. Des histoires drôles. Des photos de votre jeunesse . Et enfin une impression de faire partie de ce site tant les situations et évènements vous ressemblent. Bonne visite Vous pourrez également me soumettre des articles concernant votre village ou hameaux . Me parler des histoires locales M'envoyer des photos de familles anciennes en précisant bien le lieu ou la situation Voici mon adresse émail. retrauzon43@gmail.com

L'Auvergne le berceau de la papeterie en France

 

Moulin Richard de Bas à Ambert

Voici l'histoire de la papeterie dans le Bassin D'Ambert

 

Dans un site dont certains bâtiments remontent au XVIème siècle, découvrez le dernier témoin de ce que fut le berceau de la papeterie française. Une restauration exemplaire justifia le classement "Monument Historique" pour ses éléments majeurs. Le moulin Richard de Bas est encore en activité. La feuille de papier y naît sous vos yeux, comme au premier temps de cette industrie.

Lien pour accéder au site

http://www.richarddebas.fr/

Le papier (du latin papyrus) est une matière fabriquée à partir de fibres cellulosiques végétales et animales. Il se présente sous forme de feuilles minces et est considéré comme un matériau de base dans les domaines de l’écriture, du dessin, de l’impression, de l’emballage et de la peinture. Il est également utilisé dans la fabrication de composants divers, comme les filtres.

L’histoire du papier remonte à l’Antiquité. Le papier porteur d’un message le plus ancien connu à ce jour date de l’an 8 av. J.-C. et a été trouvé en Chine. Le processus de fabrication du papier n’a pas changé depuis cette époque. Il se fait en deux étapes : la désintégration de la matière première dans l’eau afin d’obtenir des fibres individuelles suspendues et, la formation de feuilles feutrées lorsque cette suspension est disséminée sur une surface poreuse et adaptée, à travers laquelle l’eau peut s’égoutter.

Un article complet sur Wikipédia.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Papier

 
Le moulin

Le moulin

 
Article de La Montagne du 16-08-2012
 
Le moulin Richard de Bas retrace la vie et
l’engagement de Marius Péraudeau, créateur du musée

 

La machine de Nicolas Robert simplifie les opérations de la fabrication du papier. Le brevet a étédéposé en 1799.

Depuis 1943 maintenant, le moulin Richard de Bas accueille les visiteurs. Ils sont près de 3 millions à avoir franchi le porche du musée en 69 ans.

C'est pour célébrer ce glorieux anniversaire, que le moulin a mis en place, depuis le début du mois d'août, une exposition retraçant la vie de l'homme qui est à l'initiative de l'ouverture du lieu au public, Marius Péraudeau. C'est aussi l'occasion d'évoquer l'histoire et l'évolution de la fabrication du papier. « L'exposition se divise en deux parties bien distinctes, mais reliées entre elles, », explique Sylvain Péraudeau, petit-fils du fondateur, gérant et copropriétaire du moulin.

La première partie retrace la vie du fondateur du musée. Marius Péraudeau (1906-1992) a racheté le bâtiment en 1941 au journal Le Moniteur de Clermont-Ferrand. Déjà lié à cette industrie, il était représentant en papeterie, il ne se lance pas dans l'inconnu. Il relance la fabrication manuelle du papier feuille à feuille en 1942.

Dès le départ il a voulu faire du moulin un lieu ouvert au public. En 1943 le musée ouvre donc ses portes aux visiteurs. La même année, Marius Péraudeau crée les éditions Elzivir qui sont les précurseurs des éditions actuelles Que sais-je.

Sous son impulsion le lieu connaît des phases de modification successives, dont la plus grosse date de 1971. Sylvain Péraudeau précise même qu'il est « en perpétuelles améliorations ». Cette année encore, et pour la cinquième fois depuis son installation, la roue va être restaurée.

Marius Péraudeau a eu une vie riche en rencontres. Henri Pourrat lui dédicacera un exemplaire de Dans l'herbe des trois vallées, pour l'encourager dans son entreprise, en 1940. L'auteur dira que sans cette dernière, « Richard de Bas ne serait peut-être que des pierres écroulées parmi les orties et les ronces ».

Le papier issu du moulin a servi à éditer de nombreux ouvrages. Celui utilisé pour l'impression de la Constitution de la V e République en 1958 est l'un de ceux-là.

La deuxième partie de l'exposition est axée sur la fabrication du papier et sur son évolution. « Elle n'est pas tout à fait complète, elle va être enrichie d'ici à quelques semaines. Elle aborde les 70 ans de Richard de Bas et les 700 ans de papeterie ». Elle sert aussi à replacer le moulin dans son contexte historique. « Les premiers moulins à papier datent des XIV e et XV e siècles », explique Sylvain Péraudeau. L'essor de la papeterie sur le territoire et surtout sa période faste remontent au XVIII e siècle, avec plus de 100 moulins. Puis elle a connu des hauts et des bas, notamment à cause de facteurs économiques et sociaux et la concurrence d'autres régions hexagonales. Au XIX e, ils se sont arrêtés.

Évolution des
techniques de fabrication Le déclin des moulins locaux est aussi à mettre en relation avec les modifications de la fabrication. L'exposition permet d'avoir un aperçu des techniques qui se sont progressivement mises en place. Les piles à maillets ont été remplacées par des piles hollandaises, plus rapides pour la fabrication. Les techniques manuelles du couchage ou du pressage du papier se sont mécanisées notamment avec la machine de Nicolas Robert. La matière première a changé. La cellulose du bois a été de plus en plus utilisée. « La région d'Ambert n'a pas pris le virage de toutes ces nouvelles techniques », précise Sylvain Péraudeau. Le moulin Richard de Bas reste néanmoins un superbe témoignage de toute cette tradition papetière.

Roue d'entainement des marteaux

Roue d'entainement des marteaux

Marteau pour pétrir le chiffon afin d'en faire de la pate
Marteau pour pétrir le chiffon afin d'en faire de la pate

Marteau pour pétrir le chiffon afin d'en faire de la pate

Dépose de la pate sur les cadre et démoulage de la feuille

Dépose de la pate sur les cadre et démoulage de la feuille

Presse pour les lots de feuilles
Presse pour les lots de feuilles

Presse pour les lots de feuilles

Séchoir

Séchoir

Musée
Musée

Musée

L’histoire du papier doit beaucoup aux papetiers italiens de Fabriano, une petite ville des Marches, où ce matériau a commencé à être fabriqué au XIIe siècle avec du lin et du chanvre. En s’intéressant aux nouveaux équipements et aux techniques de production, ces papetiers ont en effet apporté d’importantes innovations :

  • Ils ont mécanisé le broyage des chiffons à l’aide de piles à maillets, réduisant par là même les délais de fabrication de la pâte,
  • Introduit l’encollage des feuilles à la gélatine animale, un additif repoussant les insectes,
  • Créé plusieurs types et formats de papier,
  • Inventé le filigrane des feuilles.

L’introduction du filigrane a permis de faire apparaître sur le papier des motifs réalisés à l’aide de fils métalliques visibles par transparence, utiles à l’insertion de marques de fabrique, de signatures, de blasons et de symboles divers et variés.

À partir du XIVe siècle, la fabrication du papier a commencé à se répandre dans d’autres pays d’Europe avant de connaître un véritable essor à la fin du XVe siècle, avec l’invention de l’imprimerie à caractères mobiles. La découverte de l’Amérique et la colonisation européenne qui s’en est suivie ont permis de poursuivre la production du papier dans le Nouveau MondeEn 1797, Louis Nicolas Robert conçoit la première machine continue capable de produire une feuille de 60 cm de long. Quand les chiffons utilisés pour la fabrication du papier ont commencé à manquer, on a alors cherché à les remplacer par d’autres matériaux, comme la pâte obtenue à partir de bois. La mise au point de nouvelles techniques de traitement des fibres végétales provenant des arbres a également permis de baisser drastiquement le prix du papier et, en l’espace de quelques années, ce matériau est devenu un produit de grande consommation. Rien qu’en Angleterre, la production du papier est passée de 96 000 tonnes en 1861 à 648 000 tonnes en 1900.Une fois de plus, l’histoire du papier est intimement liée à celle de l’Homme ; avec la diffusion du papier à moindre coût, livres et quotidiens deviennent des objets à la portée de tous, favorisant ainsi l’alphabétisation des classes moyennes. Il faudra attendre la fin du siècle pour que ce matériau soit utilisé dans d’autres domaines, par exemple dans la fabrication de papier hygiénique, d’emballages, puis de jouets et d’éléments de décoration.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

mickey 07/08/2017 17:57

visite réalisée de multiples fois et toujours on découvre et on ne se lasse jamais des commentaires

Domiane 11/11/2015 19:53

J'aime cet endroit ; j'y allais quand j'étais enfant. Merci pour votre article qui fait connaître de trésor peu connu

Pierre 04/05/2015 10:41

La France possédait des vrais trésors industriels. Malheureusement, beaucoup de ces entreprises souvent familiales ont fermé. Certaines rachetés par des grands groupes ont survécu. J'ai pris beaucoup de plaisir à parcourir votre blog. De passage, je m'y arrêterai.

bondurri 08/02/2015 16:22

visitée 2 fois aec clubs prète a y retournée bonne soirée merci !!