Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Auvergne une région magnifique à explorer. Vous y verrez les villages d'Auvergne. Les traditions et cuisine auvergnates. L'histoire et les légendes d'Auvergne, Des photos du siècle dernier. Les blogs et site qui parlent de notre région. Les personnalités auvergnates. La littérature du terroir. Des histoires drôles. Des photos de votre jeunesse . Et enfin une impression de faire partie de ce site tant les situations et évènements vous ressemblent. Bonne visite Vous pourrez également me soumettre des articles concernant votre village ou hameaux . Me parler des histoires locales M'envoyer des photos de familles anciennes en précisant bien le lieu ou la situation Voici mon adresse émail. retrauzon43@gmail.com

Il y a 77 ans l'Auvergne débutait sa libération le 18 Aout 1944

Auvergne outragée mais libérée.

 

Cette libération débute par la ville du Puy le soir du 18 Aout 1944 quand la traction du groupe"La Fayette " entre dans le Puy et dure 3 semaines pour se terminer par la libération de Moulins le 6 Septembre 1944.

 

Libération du Puy en Velay

 

Lucien Volle commandant de l’Armée secrète « La Fayette » entre dans la ville par le sud le 18 août 1944, prélude à de gros combats de rues.

Les allemands ne se rendront que le lendemain à 16 Heures,après que leur reddition a été négocié e à la préfecture.

Nota :

A la caserne Romeuf le groupe de résistants de Saugues fut reçu dans l’indifférence propos de Robert Sabatier alias « Olivier » dans la résistance.

 

Libération de la Haute Loire

19 août 1944. Le Puy-en-Velay est libéré. Dès le 11 août, les Allemands avaient évacué Brioude face aux attaques des FTP du camp Wodli, mené par Théo Vial-Massat. Une semaine plus tard, ils quittent la préfecture de Haute-Loire et prennent la route de la vallée de la Loire.

20 août 1944. Le Comité départemental de libération, né dans la clandestinité en novembre 1943, se réunit au Puy.

22 août 1944. Encerclés par les FFI à Estivareilles (Loire), les soldats allemands capitulent. La Haute-Loire est entièrement libérée avant l’arrivée des hommes de la future première armée.

Il y a 77 ans l'Auvergne débutait sa libération le 18 Aout 1944

La libération de Clermont-Ferrand et de sa région

 

A La Tour d’Auvergne, les responsables FFI réfléchissent à la manière de procéder afin de libérer la capitale régionale totalement encerclée. Ils en envisagent la mise en place des nouvelles autorités dont le commissaire de la République et le préfet et souhaitent empêcher les vengeances personnelles.

Des contacts sont établis avec les Milices patriotiques de la ville placées sous la direction du lieutenant-colonel Tabouis (Barrère) afin que la prise du pouvoir se déroule dans le calme. Certains groupes FFI font des incursions dans la ville. Les Milices patriotiques apposent de nombreuses affiches destinées à informer les Clermontois, leur demandant de rester calmes, de suivre les directives données.

En effet, le jour de la libération, le nouveau pouvoir ne supporte aucun excès quelle qu’en soit la forme. Des mesures sont mises en place par le commandant d’armes de Clermont le lieutenant-colonel Tabouis. Elles figurent sur les affiches diffusées dans la ville dont: la fermeture des cafés, les restaurants seront autorisés à servir les repas de 11 heures à 14 heures et de 19 heures à 21 heures. Tous les magasins seront fermés sauf ceux d’alimentation. Les ouvriers devront suivre les consignes de leurs organismes syndicaux respectifs. Aucune exécution ne devra être faite. Un tribunal sera constitué à cet effet afin de juger les traîtres ayant travaillé au profit de l’ennemi. Le 25 août 1944, le couvre-feu est institué de 23 heures à 5 heures du matin. Les laissez-passer doivent être demandés au commissariat central. Le feu sera ouvert sur toute personne trouvée dans la rue entre ces heures et ne s’arrêtant pas aux sommations.

Le lieutenant-colonel Tabouis obtient du préfet Brun la libération de 98 détenus politiques sur les 103 que comptent encore les prisons de l’agglomération. Les Allemands préparent méthodiquement leur départ avec des destructions progressives.

La libération de la capitale de l’Auvergne

Dès le 25 août 1944, les troupes allemandes se concentrent à la Fontaine du Berger, à Royat et à Aubière. Avant de quitter la capitale auvergnate, les occupants vont se livrer à certaines destructions notamment sur le terrain d’aviation d’Aulnat.

Le 25 août vers 19 heures 30, des soldats allemands font sauter la poudrière de Crouël. Deux jours plus tard, le 27 août, vers 8 heures 45, la place des Bughes est détruite ainsi qu’une partie des installations du poste de relais.

Toujours le 27 août 1944, de nombreuses explosions provoquées par les occupants détruisent la majeure partie des ateliers de l’arsenal des Gravanches. A 11 heures 30, les troupes d’occupation quittent Clermont-Ferrand en direction de Riom...

 

Vous en saurez plus en cliquant sur le lien de la provenance du texte.

 

http://www.onac-vg.fr/files/uploads/les-resistants_onac-0912.pdf

Il y a 77 ans l'Auvergne débutait sa libération le 18 Aout 1944
Il y a 77 ans l'Auvergne débutait sa libération le 18 Aout 1944
Il y a 77 ans l'Auvergne débutait sa libération le 18 Aout 1944
Il y a 77 ans l'Auvergne débutait sa libération le 18 Aout 1944
Il y a 77 ans l'Auvergne débutait sa libération le 18 Aout 1944
Il y a 77 ans l'Auvergne débutait sa libération le 18 Aout 1944
Il y a 77 ans l'Auvergne débutait sa libération le 18 Aout 1944
Il y a 77 ans l'Auvergne débutait sa libération le 18 Aout 1944
Il y a 77 ans l'Auvergne débutait sa libération le 18 Aout 1944

La libération de la ville de Thiers

 

Les FFI locaux apprennent dans la nuit du 23 au 24 août que la garnison allemande se prépare au départ. En effet, les 400 hommes du 18ebataillon de grenadiers SS de la Panzer Division "Horst Wessel" sont encore dans la ville attendant un ordre de départ de Vichy.

Le 25 août au matin, des combats ont éclaté entre résistants et soldats allemands au Moutier. Le pilote d’un véhicule léger allemand passant à proximité des Français est abattu sur le champ.

Le 103ebataillon FTP met en place une colonne rapide à partir des trois compagnies aux ordres du capitaine Bonnet soit 32 hommes du maquis du Grand Cognet et 90 résistants des groupes sédentaires de la ville également FTPF auxquels se sont ajoutés quelques patriotes FFI-MUR au sein du CFL (Corps Franc de Libération). L’heure est à l’insurrection Un groupe de combattants tente de rejoindre le centre ville où se trouvent les forces ennemies. Il passe par le quartier de la Vidalie afin d’éviter des tirs venant de l’école Saint-Joseph où sont installés une quarantaine de SS. Les camions allemands prêts à partir sont stationnés rue des Grammonts, rue Nationale et rue Pasteur. Lesr ésistants s’ils veulent libérer la ville doivent neutraliser les centres névralgiques de l’occupant dont la mairie et l’école Saint-Joseph utilisée comme dépôt de munitions.

 

Assez rapidement, les officiers allemands demandent une trêve afin d’évacuer leurs nombreux blessés vers Vichy. Le président de la commission spéciale de Thiers, le lieutenant-colonel Brasset nommé en remplacement d’Antonin Chastel, sert d’intermédiaire entre les SS et les commandants Pigeon (FTPF) et Victoire (FFI-MUR) ainsi qu’avec le Capitaine Bonnet. Les Allemands demandent quatre heures pour se retirer. Les résistants refusent, acceptant seulement de cesser les combats en ville, afin de protéger les civils. Un drame survient ensuite, 3 hommes, Claude Goutequillet, Charles Hainchelin et Antoine Calmard tombent sous les balles allemandes. Puis c’est au tour d’André Ossedat de trouver la mort alors qu’il sort d’un bâtiment occupé par l’armée allemande en brandissant un drapeau blanc et que le président de la commission spéciale venait de faire sonner la sirène du cessez-le-feu. Les soldats allemands retranchés à l’école Saint-Joseph se sont rendus entre temps. Les combats pour la libération de la ville font une dernière victime le 26 août 1944 alors que l’évacuation commence : Pierre Bernardi, âgé de 18 ans.

Le 26 août au soir, Thiers est définitivement libérée.

 

Les photos jointes proviennent de

http://maquisardsdefrance.jeun.fr/t8483-liberation-de-thiers-63

Il y a 77 ans l'Auvergne débutait sa libération le 18 Aout 1944
Il y a 77 ans l'Auvergne débutait sa libération le 18 Aout 1944

Libération de St Flour

 

La ville a été libérée le 24 Aout 1944 auparavant il eut de nombreux combat au mont Mouchet et sur la vallée de la Truyère qui suivirent de représailles par les allemands.

Il y a 77 ans l'Auvergne débutait sa libération le 18 Aout 1944

Libération de Vichy

Les allemands quittent Vichy le 26 Août 1944

Il y a 77 ans l'Auvergne débutait sa libération le 18 Aout 1944
Il y a 77 ans l'Auvergne débutait sa libération le 18 Aout 1944

Enfin la ville de Moulins est libérée le 6 Septembre 1944.

 
Photos de maquisars d'Issoire

Photos de maquisars d'Issoire

L'Auvergne est enfin libre..................

 

mais pour combien de temps

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

JEAN LOUIS MAURICE 09/04/2020 09:09

Bonjour, Savez vous comment me procurer le journal " La gazette " de thiers qui explique la libération de Thiers le 26/08/44. Merci d 'avance Cordialement

Maurs la Jolie 26/08/2015 20:35

Superbe article Papou, félicitations, un anniversaire qu'il ne faut jamais oublié, merci à tous ses hommes et femmes qui se sont battu pour défendre notre pays...

DIDIER 26/08/2015 23:12

Avis partagé, superbe article merci pour la Mémoire