Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Auvergne une région magnifique à explorer. Vous y verrez les villages d'Auvergne. Les traditions et cuisine auvergnates. L'histoire et les légendes d'Auvergne, Des photos du siècle dernier. Les blogs et site qui parlent de notre région. Les personnalités auvergnates. La littérature du terroir. Des histoires drôles. Des photos de votre jeunesse . Et enfin une impression de faire partie de ce site tant les situations et évènements vous ressemblent. Bonne visite Vous pourrez également me soumettre des articles concernant votre village ou hameaux . Me parler des histoires locales M'envoyer des photos de familles anciennes en précisant bien le lieu ou la situation Voici mon adresse émail. retrauzon43@gmail.com

Tournemire

Voici le village de Tournemire Au coeur des monts du Cantal, c'est un charmant village verdoyant sur lequel veille le château d'Anjony magnifique bâtisse au corps carré et aux quatre tours rondes. Autour de l'église romane du XIIe S, les maisons des XIV et XVe S, avec leurs murs en pierres de tuf et leurs toits de lauze ou d'ardoise, sont typiques de l'habitat traditionnel cantalien.

On y dénombre 130 habitants environs il fait partie de la région Auvergne Rhône Alpes

 

À mi-chemin entre Aurillac et Mauriac, au cœur des monts du Cantal, dans le Parc naturel des Volcans d’Auvergne, Tournemire domine la vallée de la Doire. Classé parmi les Plus Beaux Villages de France, au même titre que Salers, les deux seuls plus beaux villages de France du département du Cantal, Tournemire est un des villages les plus représentatifs de l’architecture cantalienne. Un village atypique avec une architecture typique préservée par l’action des services de protection des monuments historiques. Tournemire est célèbre pour son château d’Anjony, avec son corps carré et ses quatre tours rondes, il est habité par la même famille depuis l’origine (vers 1430), et a été construit par Louis d’Anjony, le compagnon de Jeanne d’Arc. Tournemire est aussi célèbre pour son église romane du XIIème siècle et surtout pour son petit village médiéval, dont les maisons les plus anciennes possèdent des fondations romanes, des murs en pierres volcaniques, et des toits en lauzes. Chacune des vallées glaciaires qui étoilent le massif du Cantal possède sa clé. Pour la Doire, au sud-est du volcan, ce point stratégique se situe à Tournemire dont le renom est néanmoins éclipsé par celui du vertigineux château d’Anjony. La forteresse a supplanté le château originel des Tournemire au temps de Jeanne d’Arc, le plus remarquable étant qu’en ce village, le fil de l’histoire ne s’est jamais rompu depuis. Robert de Léotoing est en effet le dernier marquis d’Anjony : il demeure au château de ses ancêtres

Tournemire
Tournemire
Tournemire
Tournemire
Tournemire
Tournemire
Tournemire
Tournemire
Tournemire
Tournemire
Tournemire
Tournemire
Tournemire
Tournemire
Tournemire
Tournemire
Tournemire
Tournemire
Tournemire
Tournemire

Monument aux morts

Tournemire
Tournemire
Tournemire

L'église
La partie romane de l'église Sainte-Croix de Tournemire est l'ancienne chapelle castrale, elle date du XIIème siècle ; dédiée à Saint Jean-Baptiste, l'église a dû recevoir son vocable de Sainte-Croix lorsqu'une épine de la couronne du Christ y fut déposée par Rigaud de Tournemire, de retour de la Première croisade. Au Moyen-âge, certains Vendredi saints, l'épine aurait rougi de son sang. Après l'incendie de 1360 lors du siège du château, l'édifice fut restauré et revoûté au début du XVème siècle : sept chapelles et un porche furent ajoutés.

Tournemire
Tournemire
Tournemire
Tournemire
Tournemire
Tournemire

L'histoire de Tournemire est marquée par la rivalité de deux familles: d'une part la famille de Tournemire qui possédait un château de ce nom bâti sur le promontoire dominant la vallée de la Doire, d'autre part la famille d'Anjony, famille de riches marchands pelletiers d'Aurillac qui avaient accédé à la noblesse par d'importants offices royaux, et qui a fait construire au XVème siècle le château d'Anjony au cœur même du fief de la famille de Tournemire. La branche aînée des Tournemire demeure dans un logis noble, au milieu de l'ancien château qui tombait progressivement en ruine ; leur chapelle castrale devient l'église paroissiale dont ils conservent les droits honorifiques. De nombreuses générations des deux familles se sont tantôt battues, tantôt alliées, jusqu'à ce que les revers de fortune des Tournemire les contraignent à quitter les lieux. En 1623, c'est par un duel, trois contre trois, sur la place du village que les protagonistes vidèrent une fois pour toutes leurs querelles.

Autant le château en impose, autant le village est modeste, adossé au versant, face au sud, dans le prolongement du château et de l’église. On a tout dit du château d’Anjony, de sa hauteur démesurée, de ses raffinements cachés, témoins les polychromies de la chapelle ou les fresques de la salle des Preux, ainsi que du panorama infini qui se révèle depuis son chemin de ronde aux tourelles charpentées à l’ancienne. L’église est moins réputée ; pourtant, cet édifice roman vaut pour ses amples proportions, son portail majestueux, ses riches peintures sur bois, ainsi que pour ce clin d’œil de l’histoire que représente l’épine du Christ ramenée des croisades par un des seigneurs de Tournemire.

 

Texte pris dans:

http://www.auvergne-centrefrance.com/geotouring/villages/cantal/tournemire/tournemire.html

Tournemire
Tournemire
Tournemire
Tournemire
Tournemire
Tournemire
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article