Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Auvergne une région magnifique à explorer.Vous y verrez les villages d'Auvergne,Les traditions et cuisine auvergnates,l'histoire et les légendes d'Auvergne,des photos du siècle dernier,les blogs et site qui parlent de notre région,les personnalités auvergnates,la littérature du terroir,des histoires drôles,des photos de votre jeunesse et enfin une impression de faire partie de ce site tant les situations et évènements vous ressemblent.Bonne visite

Le dernier vigneron du village

 

Aujourd'hui à Auzon dans les cotes du hameau de Rizolles avaient lieu les vendanges du dernier vigneron du village l'occasion pour moi de participer à cet évènement qui ma rappelle toute ma jeunesse du temps ou  les villages auvergnats possédaient de nombreux viticulteurs amateurs.

Merci Thierry Pradon pour cet instant de plaisir

Petit bond dans le passé

Auzon n'était pas dédié à la culture de la vigne, toutefois les coteaux qui dominent le village qui sont aujourd'hui recouverts de buisson, chênes et garrigue de genêts étaient exploités par les habitants qui travaillaient à la mine ou aux usines et possédaient également des bêtes.( Volailles, cochons, lapins chèvres, moutons  et même des vaches).

Ce sont des ouvriers paysans qui travaillaient la terre et bien sur la vigne.

Comme le reste de l'Auvergne, le village d'Auzon ou l'habitat est groupé voir serré ou on circule dans un dédale de petites ruelles ou les maisons sont hautes posées sur des caves de plusieurs étages .

Cette situation étrangère à la viticulture est due à des circonstances historiques qui ont poussé la population lors du premier âge féodal, à se regrouper prés d'un lieu de défense pour leur sécurité en ce qui concerne Auzon c'était une ville fortifiée avec la présence d'un château.

Ainsi à Auzon l'habitat représentait une contrainte pour l'activité agricole et viticole en particulier.

A partir du moyen âge  ,dans les régions viticoles auvergnates la construction en hauteur se généralise afin d'utiliser au mieux l'espace restreint du village.

Ainsi les locaux d'habitations et de vinifications se superposent au lieu d'être juxtaposés .

Le cuvage se situe alors au Rez-de-chaussée. Cette pièce est essentielle à la vinification et  élaboration du vin(fermentation) c'est là également que se trouve le pressoir. La ou les caves sont généralement placées sous le cuvage.

A Auzon des caves de plusieurs étages taillées à même le rocher surtout dans "la Rue Longue " exposées au nord qui permettaient  une meilleure conservation du vin. Aujourd'hui beaucoup sont fermées car trop dangereuses ,d'autres servent à la culture de champignons.

Dans le village beaucoup de maisons ont une cave mais ils existent également des caves seules en contrebas de la route principale.

Le dernier vigneron du village
Le dernier vigneron du village
Le dernier vigneron du village
Le dernier vigneron du village

La viticulture en Auvergne remonte à l'époque gallo-romaine. On trouvait encore au XI e siècle des vignes jusqu'à 1.000 mètres d'altitude, qui disparaîtront plus tard suite au refroidissement du climat.

Jusque vers 1850, la production se contente de débouchés locaux. Seules de faibles quantités partent à Paris, par bateau (les sapinières, fabriquées à Jumeaux).

Cette circulation fluviale incite alors les viticulteurs à s'installer sur les berges de l'Allier. Ils sont nombreux et développent une culture de masse au détriment de la qualité.

Vers la fin du XIXème siècle, le Puy-de-Dôme était devenu l’un des principaux producteurs français de vin, profitant des dégâts du phylloxéra dans le midi de la France, de 1868 à 1880. Mais le phylloxéra qui avait épargné l’Auvergne du fait de l’isolement de son vignoble l’atteignit en 1893-1895 et le détruisit , alors que les viticulteurs du midi avaient replanté.

Le vignoble auvergnat perd alors de sa réputation, mais continue malgré tout à se développer jusqu'en 1895. Le Puy-de-Dôme est alors le troisième département viticole français avec 44.000 hectares, date fatidique de l'épidémie de phylloxéra.

Il faudra ensuite bien des années pour reconstituer le vignoble et refaire une réputation aux vins d'Auvergne.

La culture de la vigne dans le val d’Allier jusqu'à Langeac puise ses origines dans les premiers siècles de notre ère. Elle a marqué les paysages, les mentalités et l’économie. Si elle faillit disparaître au début du 20e siècle, elle connaît aujourd’hui un vrai renouveau.

Les vignobles  d' Auvergne  sont  implantés sur les coteaux de la plaine de la Limagne, sur les pentes des monts d'Auvergne et sur les côteaux qui surplombent la rive gauche de l'Allier :

  • Le vignoble de Saint-Pourçain est établi sur les côteaux qui surplombent la rive gauche de l'Allier et les rives de la Sioule et de la Boulbe. Saint-Pourçain-sur-Sioule est le centre viticole de l'appellation  qui comprend 19 communes de Moulins à Chantelle.
  • Le vignoble des Côtes d' Auvergne s'étend sur 53 communes de Riom au nord à Issoire au sud, de part et d'autre de l'Allier, sur des coteaux de la plaine de la Limagne et sur les pentes des monts d' Auvergne, à une altitude variant entre 370 m et 480 m.
  • Le vignoble des Côtes du Forez sur la rive gauche de la Loire est planté sur les monts du Forez, à une altitude entre 400m et 600m, sur 17 communes entre Montbrison et Boën.
  • Le vignoble de la Côte Roannaise, à l'ouest de la ville de Roanne,  s'étend sur les premiers contreforts des Monts de la Madeleine.
Le dernier vigneron du village
Le dernier vigneron du village
Le dernier vigneron du village
Le dernier vigneron du village
Le dernier vigneron du village
Le dernier vigneron du village
Le dernier vigneron du village
Le dernier vigneron du village
Le dernier vigneron du village
Le dernier vigneron du village
Le dernier vigneron du village
Le dernier vigneron du village
Le dernier vigneron du village
Le dernier vigneron du village
Le dernier vigneron du village
Le dernier vigneron du village
Le dernier vigneron du village
Le dernier vigneron du village
Le dernier vigneron du village
Le dernier vigneron du village
Le dernier vigneron du village
Le dernier vigneron du village
Le dernier vigneron du village
Le dernier vigneron du village
Le dernier vigneron du village
Le dernier vigneron du village
Le dernier vigneron du village
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Magali 13/09/2020 21:14

Ce devait être une belle journée.
Cette vigne est bien entretenue, le vigneron peut en être fier. De l’herbe au pied des souches, une conduite « libre » et non formatée comme du buis pour un jardin à la française, voilà une vigne qui vit.
J’ignorais l’histoire du vignoble auvergnat, mais je constate que les côtes d’Auvergne commencent à se frayer un chemin chez les cavistes.

Votre précédent article était consacré au viaduc des Fades. Il y a une trentaine d’années existait un rassemblement annuel au viaduc d'héritiers pourrait-on dire de Vialatte. J’en ai oublié le nom. Cela se fait-il toujours ?
Merci