Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Auvergne une région magnifique à explorer. Vous y verrez les villages d'Auvergne. Les traditions et cuisine auvergnates. L'histoire et les légendes d'Auvergne, Des photos du siècle dernier. Les blogs et site qui parlent de notre région. Les personnalités auvergnates. La littérature du terroir. Des histoires drôles. Des photos de votre jeunesse . Et enfin une impression de faire partie de ce site tant les situations et évènements vous ressemblent. Bonne visite Vous pourrez également me soumettre des articles concernant votre village ou hameaux . Me parler des histoires locales M'envoyer des photos de familles anciennes en précisant bien le lieu ou la situation Voici mon adresse émail. retrauzon43@gmail.com

Histoires drôles auvergnates :----------Tome 10

 

Nous sommes sur l'A75 au niveau de Montpeyroux un  accident de la circulation vient d’avoir lieu ..

Gaston avec sa Lada Niva Legend à 19 900 € a percuté l‘arrière d’un poids lourd en panne sur la file de droite

Il a juste le temps d’en sortir avant que sa voiture ne soit percutée par l’arrière par une Mercédès V300 AMG à 67 200 €.

Là aussi, son propriétaire se dépêche d’en sortir pour voir sa voiture emboutie à son tour par la BMW Série 7 à 102 750 € qui le suivait..

Après que le conducteur de la BMW soit sorti de son véhicule, les trois hommes se rassemblent pour discuter et faire un constat

Le conducteur de la Mercédès se lamente :

« Ce n’est pas possible, avec cet accident, je viens de perdre trois jours d’économies. »

Le conducteur de la BMW lui répond :

« Et moi alors, ce sont les économies d’une semaine qui viennent de foutre le camp. »

Enfin, Gaston dit, en pleurnichant :

« Putain, cinq ans d’économies à larguer pour le tas de ferraille qui me reste après cet accident. »

C’est là que les deux premiers de regardent, le propriétaire de la BMW s’esclaffant :

« Waouh, cinq ans de crédit ? On n’a pas idée d’acheter une voiture aussi chère… »

 

Un jeune avocat qui sort de  l'EFACS  se lance en créant son propre cabinet dans le centre de Clermont-Ferrand

Il a hâte de recevoir son premier client, et il a très envie de faire forte impression dès le départ. Si bien que lorsqu’il entend frapper à sa porte, il dit « entrez » et tout de suite, il décroche son téléphone pour simuler une conversation animée :

« Oh je suis désolé Monsieur, mais mon emploi du temps est tellement chargé que je ne pourrai pas m’occuper de votre problème avant un mois. Je vous rappellerai à ce moment là. Au revoir ! »

Puis le jeune avocat se tourne vers le visiteur et lui demande :

« Bonjour. Que puis-je faire pour vous ? »

Et le gars répond :

« Je suis de la société Auvergne Télécom et je suis venu pour vous brancher votre téléphone. »

 

Deux ouvriers sur un chantier à  Clermont Ferrand  prennent leur pause de midi, le premier fait :

– Tu connais Victor Hugo ?

– Non

– T’as tort, tu devrais suivre les cours du soir !

Le lendemain, toujours le même :

– Tu connais Albert Einstein ?

– Non

– T’as tort, tu devrais suivre les cours du soir !

Le surlendemain, ça recommence :

– Tu connais Karl Marx ?

– Non

– T’as tort, tu devrais suivre les cours du soir !

Encore le surlendemain

-Tu connais Blaise Pascal

-Non

-C'est la que je prend mes cours du soir tu devrais y aller

Alors l’autre tout énervé fait :

Et toi, tu connais Jean Passepond ?

– Non ?

– T’as tort, c’est celui qui baise ta femme pendant que tu suis les cours du soir à Blaise Pascal  !

 

C'était il y a bien des années à Chamalières  Le directeur de la banque de France est décidément très intrigué par cette vieille Auvergnate de Billom qui dépose régulièrement des sommes impressionnantes sur son compte... N’y tenant plus, il lui demande un jour :

« Je ne peux m’empêcher de me demander d’où vous vient tout cet argent, comment gagnez-vous votre vie ? »

« C’est très simple : je fais des paris. »

« Des paris ? Qui vous rapportent autant ? Quel genre de paris ? »

« Et bien par exemple... je vous parie 100 000 anciens francs  que vous avez les testicules  carrées ! »

« C’est une blague ?! »

« Non monsieur, et si vous acceptez le pari je viendrai demain avec mon avocat pour vérifier avec un témoin que j’ai raison ! »

Le directeur réfléchit rapidement, après tout c’est une grosse somme facilement gagnée...

« Très bien, je tiens le pari, à demain ! »

Le lendemain, la vieille auvergnate  arrive avec son avocat. Le directeur baisse son pantalon, la dame se penche, touche pour vérifier... sous les yeux ébahis de son avocat, qui s’en va, rageur.

« Et bien, Monsieur, j’ai perdu mon pari... Je vous apporterai les 100 000 francs demain... »

Le directeur, pris de remords à l’idée de lui prendre une si grosse somme, lui dit : « Enfin, Madame, cela me gène, oublions donc ce pari ridicule ! »

« Oh, ne vous inquiétez pas pour moi, j’avais parié un million avec mon avocat que j’aurais dans les mains les testicules  du directeur de la banque de France ! »

Drôles de vaches
Salon agriculture
 

Un citadin  part en vacances dans le Cézalier au petit village du Luguet

Un jour, sur le plateau il voit un troupeau de vaches, mais il est surpris qu’elles n’aient pas de cornes. Complètement fasciné par cette anomalie, il finit par aller voir le fermier d’à côté et lui demande :

- Dites mon brave, pourquoi ces vaches n’ont pas de cornes ?

Le fermier le regarde longuement, puis après une grande réflexion il lui répond :

- Ben en fait, y’a trois raisons qui font que les vaches è z’ont pas d’cornes.

- Ah bon !

- Oui ! La première, c’est qu’è naissent sans cornes… mais là, c’est pô l’cas.

La deuxième, c’est qu’è s’battent et qu’è s’les cassent… mais là, c’est pô l’cas.

Enfin, des fois, y’en à qui choppent une maladie le véto y dit que c’est la décalcification et les cornes, è tombent… mais là, c’est pô l’cas.

- Mais alors, pourquoi donc ces vaches n’ont pas de cornes, mon brave ?

- Ben en fait, si ces vaches è z’ont pô d’corne, c’est surtout pac’que c’est des chevaux…

 

La télé des vieux

 

La télé des vieux

Raymond de Pinols  se rend à Langeac  aux impôts pour se plaindre d'avoir reçu une facture de redevance télé.

 Il déclare ne pas avoir de téléviseur à la maison et de plus à Viallevieille la télé ne passe pas . . L'employée lui répond :

- Peut-être, monsieur, mais nous savons que vous possédez un Smartphone et une tablette. Ce sont des outils qui peuvent vous permettre de capter  des images, d'où la redevance télé à payer!

- Très bien, répond le gars. Dans ce cas, j'exige qu'on me verse des allocations familiales et que l'on me rajoute des parts supplémentaires!

- Et pour quelle raison, monsieur ? Vous n'avez pas d'enfant à notre connaissance.

- Parce que j'ai entre les jambes des outils qui peuvent me permettre d'en avoir!

La mairie

 

 Dans un village de Haute Loire dont je tairais le nom, le vieux curé, " à l'ancienne" ne voulait pas entendre les femmes lui dire en confession qu'elles avaient trompé leur mari.

Si bien que, lorsque c'était le cas, il leur demandait de dire : "Monsieur le curé, je suis tombée dans le lavoir."

Un jour, le vieux curé part à la retraite et un jeune prêtre envoyé du Diocèse du Puy en Velay vient le remplacer.

Avant de partir, le vieux curé le présente aux notoriétés et lui explique la vie du village mais bien sûr sans dévoiler le secret de la confession.

Chaque dimanche l'église est pleine mais à la confession, le vendredi, une phrase revient relativement souvent :

"Monsieur le curé, je suis tombée dans le lavoir."

Au bout de quelques semaines, le jeune prêtre va voir le maire à la fin de l'office et lui demande de faire faire le plus rapidement possible des travaux au lavoir pour arrêter tous ces accidents.

Le maire, étant au courant de la fameuse phrase, lui tape sur l'épaule et le rassure en lui disant que ce n'est pas bien grave et qu'il n'y a jamais eu de blessées.

Le jeune curé lui répond : "A votre place, je ferais tout de même quelques travaux ... car votre épouse est tombée trois fois dedans cette semaine !!!

 

Sur la route des vacances, un couple de personnes âgées s’arrête à une station de services à Massiac

Le pompiste arrive et demande:

– Bonjour. Je vous fais le plein?

– Oui allez-y, répond le vieux monsieur

La vieille dame demande alors:

– Qu’est-ce qu’y dit?

– Y DEMANDAIT SI ON VOULAIT FAIRE LE PLEIN, répond le vieux en criant.

Le pompiste demande:

– Alors, vous allez où comme ça?

– On va passer les vacances à Vic sur Cère, dans la villa de notre fils, répond le vieux.

La vieille dame demande alors:

– Qu’est-ce qu’y dit?

– Y DEMANDAIT OU ON ALLAIT. JE LUI AI DIT QU’ON ALLAIT À VIC SUR CERE Dans Le Cantal

Le pompiste:

– Vous avez de la chance. Vous allez avoir du beau temps pour les 15 jours qui viennent

La vieille:

– Qu’est-ce qu’y dit?

– Y DIT QU’Y FERA BEAU LA-BAS

Le pompiste:

– Et où habitez vous quand vous n’êtes pas en vacances?

– On habite Vichy dans L'allier, répond le vieux

– Ah ouais?! Je connais bien  là bas  à Vichy J’ai connu une fille  un jour. Elle ne pouvait pas s’arrêter de parler, et en plus elle était nulle au lit. Vraiment, c’était pas une affaire!

La vieille:

– Qu’est-ce qu’y dit?

– Y DIT QU’Y TE CONNAIS BIEN!

 

Sommet de l'élevage

 

Nous sommes à la foire à Brion  Fernand  essaie de vendre sa vache 100 Euros. La vache est une vielle bête avec la peau sur les os, qu'il vend parce qu'il ne parvient plus à la nourrir.

Évidemment, aucun client ne se manifeste.

 

Un Clermontois qui a le sens des affaire observe puis s'approche...

- Tu n'as rien compris à la vente, laisse-moi faire. Si je te la vends, on fait 50% pour moi et 50% pour toi.

Résigné, Fernand  accepte. L'homme commence la vente :

- Voici la toute dernière race de bovin, enfin mise à votre disposition.

La foule commence à s'avancer, se masser.

- Eh oui, mesdames et messieurs, cette vache est le dernier cri de la génétique africaine.

Pour cette curiosité, les enchères commencent à monter : 100 Euros, 200, 300, 500 Euros.

- Et plus fort, elle a été inséminée artificiellement et elle fera bientôt deux veaux.

Et les enchères continuent de montent 550, 600, 1000 Euros.

L'homme continue :

- Avec les veaux, une vache et un taureau, plus de problème de descendance. Et les enchères s'enflamment : 1 500 Euros, 2 000 Euros !

Alors à ce moment là, Fernand  va voir l'homme et lui dit :

- Je ne vends plus ma vache!

- Et pourquoi, regarde tout l'argent qu'on va gagner...

- Oui, mais elle vaut si chère que je préfère la garder !

 

Ferme

C’est le Mathieu sur son tracteur qui traverse les Martres de Veyre. Il décide, avant de rentrer a la maison de s’en jeter un au troquet, chez l’Emile. En attendant qu’on lui serve son verre il s’aperçoit qu’un type le regarde intensément avec un air amusé.

 

Mathieu finit par lui demander pourquoi il le regarde comme ça .

- Ben alors Mathieu tu ne me reconnais pas ?

- Ben, non !

- Je suis François.

- Françouet ? celui qu’y a épousé la Thérèse ?

- Mais oui !

- Vingt Dieux, l’Françouet, j’t'avions pas r’connu ! et qu’est que tu d’viens ? T’es habillé comme un ministre.

- Ah, mais je suis à Paris, la bas on m’appelle FrancOlS, je suis dans les affaires, je fais des affaires à la Bourse.

- Et c’est quoi tes affaires à la bourse ?

- Oh, c’est très simple, je reste chez moi, je téléphone pour donner des ordres, puis je monte sur la terrasse, je contemple Paris, puis je donne d’autres ordres de bourse, puis souvent je remonte sur la terrasse, puis voilà quoi, je passe ma journée à ça.

 

Mathieu rentre chez lui, et dit à sa Marie :

- Devines qui je viens de rencontrer ? … L’Françouet !

- Celui qu’y a épousé la Thérèse ?

- Oui, mais maintenant qu’il est à Paris il s’appelle FrancOUA et la Thérèse elle s’appelle Therrasse

 

Dans un bar à Clermont-Ferrand trois personnes qui viennent de régions voisines ont retrouvé un ami Auvergnat et ils  sont en train de se raconter des histoires et parlent de leur vie et de leurs enfants.

 L'Auvergnat  s'absente pour aller aux toilettes et les trois autres continuent à parler.

Le premier dit:

- J'avais peur que mon fils soit un bon à rien parce qu'il a commencé en lavant des voitures pour un concessionnaire local. Or le concessionnaire est tombé malade, ils ont nommé mon fils vendeur et il a vendu tellement de voitures que c'est lui qui est devenu concessionnaire. En fait, c'est une belle réussite, non? Et il vient tout juste d'offrir à son meilleur ami une Mercedes pour son anniversaire.

Le second qui dit :

- Je me faisais des cheveux pour mon fils, parce qu'il a commencé en ratissant les feuilles dans des jardins pour un agent immobilier. Mais l'agent a dû interrompre sa carrière, mon fils est devenu vendeur commissionné, et finalement il a acheté l'agence immobilière. Ça marche tellement bien qu'il vient juste d'offrir une nouvelle maison à son meilleur ami pour son anniversaire.

Le troisième type dit :

- Oui, oui c'est pas mal. Mais mon fils, à moi, a débuté en lavant les sols dans une société de courtage. Eh bien il a pris un congé, il est devenu courtier, et maintenant c'est LUI le patron de la société de courtage. Il est tellement riche qu'il vient d'offrir à son meilleur ami 1 million de dollars en actions pour son anniversaire.

L'Auvergnat  revient des toilettes.

Les trois premiers lui racontent qu'ils étaient en train de parler de leurs fils respectifs, et de leurs belles réussites dans la vie.

- Malheureusement, je dois admettre que mon fils est une des grandes déceptions de ma vie. Il a commencé comme coiffeur à Royat  et il est toujours coiffeur après quinze ans. En plus, je viens de découvrir qu'il est homosexuel et qu'il a plusieurs petits amis. Mais bon, j’essaie de voir le bon côté des choses: ses petits amis viennent juste de lui offrir une nouvelle Mercedes, une nouvelle maison et 1 million d'Euros en actions pour son anniversaire...

Chauffard

 

Il y a quelques années un  citadin  arrive en trombe avec sa Porsche dans le village de  Chassagne dans le Puy de Dôme, et pas de chance, une brave dame était en train de traverser la route.

Il donne un coup de volant pour l’éviter et écrase une poule.

Très embêté, le gars va voir le Marcel  paysan  d'un hameau de la commune:

- Je suis désolé, j’ai écrasé une de vos poules, pour éviter cette brave dame.

Je vais vous rembourser…

- Alors vous, les bêtises vous les accumulez:

vous écrasez ma meilleure pondeuse............pour éviter ma belle-mère…

 

Voiture sans permis

Un brave Auvergnat en visite à Paris  traverse le Bois de Boulogne en taxi, avec son petit garçon de six ans.

Le garçonnet remarque, sur le bas-côté, de nombreuses dames habillées d’une façon extravagante, et il demande :

--- Qu’est-ce qu’elles font toutes ces dames ?

Le bon père de famille répond :

--- Tu vois, elles attendent le bus.

À ce moment le chauffeur de taxi lance, goguenard :

--- Mais non écoute pas ton père ! ce sont des prostituées ! Elles attendent pour une passe

Et le petit garçon demande :

--- Papa, qu’est-ce que c’est « des prostituées » ?

--- Ce sont des dames qui ont beaucoup de maris !

--- Alors, ajoute le petit, elles ont beaucoup d’enfants, et qu’est-ce qu’ils font, plus tard ces enfants ?

---Ils sont chauffeurs de taxi !

Les vieux

 

Un papy se sent très fatigué mais depuis 1925 date ou le club a intégré l'élite , il n’a manqué aucun match de "L'ASM».
 
Son ami le curé du village des Martres de Veyre vient lui rendre visite :
 
« - Voyons, curé, tu me dis que je dois me préparer à aller « là-haut », moi je veux bien, mais est-ce qu’on joue au Rugby « là-haut » ?
 
— Ça je ne sais pas, mais je vais demander au Bon Dieu, et je t’apporterai la réponse ! »
 
Quelques jours plus tard, le curé revient :
 
« — Alors, pour le rugby ? demande le pépé.
 
— Hé bien le Bon Dieu m’a apporté deux nouvelles ! lui dit le curé tout fier : une bonne et une mauvaise.
 
— Voyons voir, commence par la bonne ! s’écrie le pépé impatient.
 
— Hé bien te voilà rassuré, on joue beaucoup au Rugby « là-haut » !
 
— Dieu soit loué ! … Euh… et la mauvaise nouvelle…
 
— … la mauvaise nouvelle, c’est que tu joues dimanche prochain !
Détenus

 

Un vieux Auvergnat aimerait bien planter des pommes de terre dans son jardin, mais il est seul et trop faible. L'idée lui vient alors d'écrire à son fils, qui est incarcéré à Riom pour vol et recèle, pour lui faire part de son problème.
« Cher Adrien,
Je suis très triste car je ne peux pas planter des pommes de terre dans notre jardin. Si tu étais ici avec moi, tu pourrais m'aider à retourner la terre ».
Le lendemain, le vieil homme reçoit une réponse par courriel :
« Cher Père, ne touche surtout pas au jardin ! J'ai enterré des choses que je récupèrerai à ma sortie de prison ».
À 6 heures du matin débarquent chez le vieillard :
- le G.I.G.N., las R.G., la section de recherche de Lyon

- 4 tractopelles .........et même LaMontagne, Radio France Bleu Pays d'Auvergne, France 3 Auvergne.

Ils fouillent tout le jardin et ne trouvent rien. Le soir, le vieil homme reçoit un nouveau courriel de son fils :
« Cher Père,
Je pense que la terre du jardin est maintenant retournée et que tu peux planter tes pommes de terre. Je ne pouvais pas faire mieux.
Ton fils qui t'aime. »

 
Voici quelques Petites histoires
Les surdoués

 

Au village d'Auzon du temps où le curé faisait le catéchisme dans la cure du château...

Mr le curé parle de faire la prière, et pour voir si tous les enfants ont écouté, il demande :

--- Que fait on le matin à son réveil ?

Les enfants crient d'une seule voix :

--- On le remonte !

---------------

Dans une école entourée des beaux vignobles de Boudes

l’institutrice apprend aux élèves les mesures de capacité.

Elle en arrive aux mesures des liquides et dit :

- La plus petite, c’est le millilitre. Puis viennent le centilitre, le décilitre, et la mesure de base qui est…

- Le litre ! crient les enfants.

- Très bien. Qu’y a-t-il au-dessus du litre ?

Et toute la classe en chœur répond :

- Le bouchon !

----------------------------

Dans la ville du Puy en Velay  deux jeunes filles se rencontrent  une jeune musulmane et une religieuse catholique qui se connaissent depuis longtemps discutent entre elles :

— « Dis-moi, Leila, depuis que tu es en France, n’as-tu jamais goûté à la charcuterie ?

— Hum... et bien... à toi, je peux l’avouer... ça m’est arrivé une fois, juste pour voir.

Cinq minutes s’écoulent, puis Leila reprend :

— Mais, dis-moi, « ma sœur »... de ton côté, n’as-tu jamais cédé à la tentation des hommes ?

— Hum... eh bien, oui... je te le confesse, ça m’est arrivé une fois.

Cinq minutes s’écoulent encore, puis Leila reprend la parole :

— C’est quand même meilleur que le saucisson, non ? »

 

La science inffuse
Au marché

 

Au marché à Issoire deux dames une brune et  une avec un tablier à fleurs discutent de leurs promenades dans la région :

Le tablier à fleurs

-  Dans la semaine nous sommes allés au Puy en Velay

La brune

-  Comment trouves tu les Altiligériens ............ils sont de très beaux

Le tablier à fleurs

-  Je ne sais pas ce que c'est

La brune

-  Tu ne connais pas, sont les habitants de la Haute-Loire

Le tablier à fleurs continue ses évocations

-  et dimanche  nous sommes allés  à Pont du Château c'est une très belle ville

La brune

-  As tu rencontré les Castel-Pontins .......ils sont à croquer

Le tablier à fleurs

-  Je ne vois pas de quoi tu parles

La brune

-  Mais tu sais pas çà c'est  le nom des habitants de Ponduch

Le tablier à fleurs de continue l'histoire de ces périples en Auvergne

-  Mais le plus beau souvenir reste la visite du Puy Mary

La brune

-  Les Salers ne sont elles pas belles?

Le tablier à fleurs qui en a mare des remarques de la brune de rétorquer:

-  Les Salers m'en parles pas elles sont  sont hautaines et crâneuses . et les serveuses sont très désagréables .....................quand aux hommes ils sont trop fiers et prétentieux.

Agents opportunistes
A l’église

Nous sommes dans une église de notre  campagne Auvergnate et vers la fin de la messe du dimanche, le prêtre demande :

- Combien d'entre vous ont pardonné à leurs ennemis ?

80 % des gens lèvent la main.

 Le curé répète sa question

Tous lèvent la main cette fois-ci, sauf un vieillard, un  pécheur passionné qui s'appelle Jean. Il assiste à la messe seulement quand la météo est mauvaise

 - Jean, puisqu'il ne fait pas assez beau pour aller à la pêche , je vous souhaite la bienvenue dans notre église.

Vous ne voulez donc pas pardonner à vos ennemis ?

 - Je n'ai aucun ennemi, répond-il tranquillement

- Jean, ceci est très inhabituel.

-Quel âge avez-vous ?

 - 99 ans et 11 mois.  Toute la foule se lève et l'applaudit.

 Monsieur Jean, c'est merveilleux, pourriez-vous, s'il vous plaît, venir devant l'autel, et nous dire comment une personne peut vivre 99 ans et 11 mois et n'avoir aucun ennemi ?

  Le vieux Jean marche le long de l'allée et vient dire au micro avec un petit sourire sur les lèvres.

 - Ils sont tous morts, ces ordures !

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost1
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
bravo pour ces belles publications. Continuez comme ça.
Répondre