Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'Auvergne Vue par Papou Poustache Auvergne une région magnifique à explorer.

Le Hameau de Bigorre

Papou Poustache

 

Non loin de Saint Front en Haute Loire se trouve l’un des derniers hameaux aux maisons traditionnelles en pierres, recouvertes de chaumes ou de lauzes. Cet habitat est typique du monde rural des hauts plateaux du Mézenc. Les toits en fortes pentes protègent bien des rigueurs terribles de l’hiver avec ce vent qui balaye cette haute terre aux allures de steppe.

Le Hameau de Bigorre

Bigorre

Comme son voisin Moudeyres, Bigorre est un village de chaumières classé. 

On les trouve sur la commune de Saint-Front. Il s'agit d'un ensemble de 17 maisons aux toits de chaume que des amoureux du patrimoine se plaisent à entretenir et qui donnent à ce hameau du plateau du Mézenc un côté "moyenâgeux".

Conçues de murs en pierre volcanique et de toits à forte déclivité en chaume ou en lauze, ces maisons caractéristiques des hauts plateaux du Mézenc offrent un cadre agréable à découvrir dans ce petit village d’Auvergne. Ces chaumières sont le reflet du mode de vie rural et de la rudesse de celui-ci.

Le Hameau de Bigorre
Le Hameau de Bigorre
Le Hameau de Bigorre
Le Hameau de Bigorre
Le Hameau de Bigorre
Le Hameau de Bigorre
Le Hameau de Bigorre
Le Hameau de Bigorre
Le Hameau de Bigorre
Le Hameau de Bigorre
Le Hameau de Bigorre
Le Hameau de Bigorre
Le Hameau de Bigorre
Le Hameau de Bigorre
Le Hameau de Bigorre
Le Hameau de Bigorre

Les toits de Chaume

 

Les couvreurs en chaume utilisaient une baguette effilée pour insérer du chanvre dans les parties à réparer.

En Normandie, on utilise principalement le feurre long, c'est-à-dire de longues tiges, alors qu'au Pays-Bas, on utilise des tiges plus courtes. Le faîtage en Haute-Normandie et dans le pays d'Auge est végétalisé, notamment avec des iris, alors qu'au Pays-Bas, il est en tuile.

L'angle minimal du toit de chaume est de 35°. La toiture pèse entre 25 à 35 kilogrammes par m². Un nettoyage est préconisé tous les trois ans, et un entretien plus approfondi (bouchage des trous, compensation de la diminution du toit.

 

 

Le chaume a longtemps servi pour recouvrir les toitures rurales (de là vient la dénomination de « chaumières »). Cet usage était très répandu jusqu'à la fin du 19e siècle. Son déclin est dû, d'une part aux progrès de l'agriculture qui conduisirent à l'abandon de l'usage de la faucille au profit de la faux, et, d'autre part, à des arrêtés municipaux qui en proscrivirent l'usage à la fin du 19e siècle, incités par les compagnies d'assurance du fait du risque de propagation des incendies.

Toutefois les toits de chaume persistèrent dans certaines régions (localement en Bretagne, mais surtout en Normandie). Les paysans regrettèrent le chaume, du fait du confort thermique et phonique qu'il procurait et de son coût négligeable.

Il connaît un renouveau pour ses qualités d'isolant thermique et phonique. De plus, c'est un matériau issu d'une ressource renouvelable. Grâce à des outils mieux conçus, la pose est désormais plus compacte. Ainsi le chaume ne craint plus ni les rongeurs ni le feu.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commentaires

Mélina 24/10/2017 15:30

Bonjour. très bel article. très intéressant. un beau blog. n'hésitez pas à visiter mon blog lien sur pseudo. à bientôt.

bondurri 15/01/2016 18:07

magnifiques
photos quel talent joli hameau merci papou et vidéo qui explique bien bonne soirée amitié bizzz a vous 2

Adrien 17/11/2015 16:38

Des petits villages en pleine campagne,qui me font penser à la ferme de mes grands-parents,loin du bruit et la pollution. C"est ça une partie de ma jeunesse,de bon souvenir.Merci pour les belles photos.

Fleur de sel 16/11/2015 12:04

Magnifiques ces maisons..merci de ce beau reportage...